En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Selon « The Lancet » sur 120 000 infarctus en France, 4 000 étaient dus au stress sur le lieu de travail.
Sur les dents...
Le stress au travail : faut-il "chouchouter" ses employés pour augmenter la productivité et l'efficience ?
Publié le 18 septembre 2012
Le "travail c'est la santé"... vraiment ? La revue The Lancet a publié une étude qui remet en question ce bon vieux dicton. En effet sur 120 000 infarctus, 4 000 seraient dus au stress sur le lieu de travail.
Elisabeth Grebot est maître de conférence à l'université de Reims, psychologue, et membre du Laboratoire de Psychopathologie de Santé. DSes recherches portent sur le stress, le harcèlement et l'addiction au travail.Elle est l'auteure de plusieurs...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Elisabeth Grebot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Elisabeth Grebot est maître de conférence à l'université de Reims, psychologue, et membre du Laboratoire de Psychopathologie de Santé. DSes recherches portent sur le stress, le harcèlement et l'addiction au travail.Elle est l'auteure de plusieurs...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le "travail c'est la santé"... vraiment ? La revue The Lancet a publié une étude qui remet en question ce bon vieux dicton. En effet sur 120 000 infarctus, 4 000 seraient dus au stress sur le lieu de travail.

Atlantico : Selon une étude publiée par la revue « The Lancet » sur 120 000 infarctus en France, 4 000 étaient dus au stress sur le lieu de travail. Un tel chiffre pose la question de la gestion du stress au travail en France, où en est-on ?

Elisabeth Grebot : Les choses avancent doucement pour le moment en France, motivées par les différents accords européens qui ont été passés et qui doivent être adaptés à chaque pays membres. Pour la France cette étape est faite et elle doit désormais appliquer les nouvelles dispositions qui ont été prises sur le stress, les violences et le harcèlement au travail. Ces évolutions juridiques amènent un éveil des consciences. Pour autant, de nombreuses limites doivent encore être abattues. En effet, certaines entreprises françaises n'ont toujours pas mis en place des services de gestion de ces problématiques. De ce fait, le panorama de la prise en charge et de sensibilisation du stress au travail par les entreprises et les directions des ressources humaines est très disparate et dépend notamment des rapports de force au sein des entités concernées.

Le fait que les textes existent ne garantit pas des actions d'autant plus que, quand elles existent, elles prennent des formes très diverses allant d'un simple questionnaire à une vraie préoccupation. En réalité, la prise en compte du stress au travail par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) nécessite toute une stratégie en corrélation avec les partenaires sociaux et les salariés qui est lourde et n'est pas forcément achevée partout.

On a souvent vu le cas de grandes sociétés américaines ou françaises qui s'investissaient réellement dans le divertissement de leurs employés en mettant à leur disposition des espaces de repos ou de jeux. On a remarqué que ce type de management a un très bon impact sur le rendement et l'efficacité des employés. Pour autant, est-il nécessaire de chouchouter ses employés pour garantir leur efficacité ?

Avant de les chouchouter, il faut encore les respecter en leur offrant des conditions de travail humaines et supportables puis peut-être ensuite les gâter par les moyens que vous avez cités. Les facteurs de stress regroupent les conditions de travail, le climat de l'entreprise et son action. C'est un contexte entier au sein d'un collectif et d'un système organisé. Il est donc impératif de partir du cadre, du début qui exige la mise en place d'un respect qui construira par la suite l'ambiance de l'entreprise.

Ces facteurs ont-ils été pris en compte par les directions de ressources humaines. Car après tout on a eu de cesse de pointer du doigt le management à la française un peu trop insensible aux employés ?

Les facteurs de stress ont été identifiés assez clairement et c'est un grand pas. D'ailleurs, ils sont chaque fois plus nombreux dans les enquêtes qui sont menées. A savoir si ces facteurs ont été correctement relayés chez les professionnels, c'est autre chose et les résultats sont plutôt disparates. En France, le tissu économique très varié ne permet pas d'avoir une idée claire de cette prise en charge. Le changement le plus visible a été peut-être fait dans l'administration qui a été très touchée par le stress au travail, avec des fonctionnaires d'Etats ou territoriaux parfois très malmenés. Ces dernières années, des changements très sensibles ont été mis en place dans les politiques de management.

Les moyens pour gérer le stress au travail sont-ils optimaux ?

Pour l'instant, on table plutôt sur de la prévention qui s'effectue sur trois niveaux : primaire, secondaire et tertiaire. Dans le cas de France Télécom, après un nombre inquiétant de passage à l'acte suicidaires, a développé un questionnaire qui trace le vécu et la situation des salariés. Ces informations rassemblée donne une photographie de l'entreprise. On propose ensuite aux salariés des interlocuteurs avec lesquels ils peuvent parler de leurs problèmes. C'est ce que l'on a appelé le « management de proximité » qui fait partie de la prévention secondaire. La prévention tertiaire, elle s'occupe de s'adresser aux salariés en grande souffrance par le biais de psychologues ou de "dépistologues" qui tente de désamorcer des situations psychologiques graves. La prévention primaire est plus largement pratiquée que la prévention secondaire.

Propos recueillis par Priscilla Romain  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Charlotte Casiraghi & Dimitri se marient (enfin) Charlotte Gainsbourg (enfin) heureuse; Justin Bieber & Hailey Baldwin n'ont pas consommé leur mariage; David Hallyday & Laura Smet ne se quittent plus, les princes William & Harry ne se kiffent plus
02.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
03.
Au tableau : Christophe Castaner mal à l’aise après une question d’un élève
04.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
05.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
06.
Eglises profanées en France : mais pourquoi le pape se tait-il ?
07.
La classification des comportements qui vous permettra de mieux comprendre votre entourage
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
03.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
06.
Bercy découvre que les entreprises françaises sont menacées par « des casseurs » venus de la finance anglo-saxonne
01.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
02.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
03.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
04.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Pour Marlène Schiappa, il y a "une convergence idéologique" entre "la Manif pour tous et les terroristes islamistes"
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
dedroite
- 18/09/2012 - 19:22
Le stress au travail: de la faute à qui ?!
La faute au petits cons de responsable véreux qui se prennent pour des kadors et qui ne savent pas encore qui se feront virés comme des merdes...De mon temps quand un responsable se prenait pour le roi, on lui collé un pain dans la gueule histoire de le calmer, et je peux vous dire qu'il rasait les murs ce p'tit con...Évidemment maintenant c'est de la faute de la société et le système via les crédit que les salariés de tout grade sont obligés de ramper....Pauvres cons
julien berri
- 18/09/2012 - 15:50
Un outil pratique pour facilité le travail collectif
Bonjour,
je me permets de commenter cet article, car j'ai découvert un outil pratique nommé K-linq Decisions. il facilité le travail collectif et depuis que je l'ai testé nous avons gagné énormément de temps lors de nos réunions ..
si vous désirez découvrir plus sur cet outil, visitez le site www.k-linq.com
eric dubettier
- 18/09/2012 - 15:15
No stress ≠ Productivité
Le titre me parait abusif...
L'absence de stress peut effectivement amener un gain de productivité en limitant l'absentéisme, mais les vrais gains de productivité se réalisent quand les collaborateurs sont engagés et mettent en œuvre des comportements qui correspondent aux objectifs de l'entreprise.
Or nous constatons très fréquemment des situations ou les salariés ne sont pas stressés, sont satisfaits de leur situation professionnelle mais dans une "zone de confort" et finalement ne sont pas acteurs dans l'évolution de leur entreprise. Les entreprises gagnantes vont au delà et mettent en place une organisation et un style de management qui crée une dynamique durable et performante au bénéfice de tous..oui oui ça existe..Tiens un exemple : http://www.hcltech.com/