En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 35 min 36 sec
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 1 heure 4 sec
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 1 heure 32 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 2 heures 2 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 3 heures 9 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 3 heures 17 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 4 heures 26 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 5 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 18 heures 28 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 46 min 22 sec
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 1 heure 12 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 1 heure 52 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 2 heures 23 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 3 heures 3 sec
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 3 heures 15 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 4 heures 48 min
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 17 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 18 heures 39 min
© Reuters
Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a déclaré ce lundi que le droit de vote des étrangers n'est pas une "revendication forte" de la société.
© Reuters
Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a déclaré ce lundi que le droit de vote des étrangers n'est pas une "revendication forte" de la société.
Débat

Droit de vote des étrangers : la promesse intenable de la gauche

Publié le 17 septembre 2012
Avec Eric Dupin
Alors que des députés socialistes pressent François Hollande de mettre en œuvre sa promesse de campagne d'accorder le droit de vote aux étrangers, une partie de la gauche est divisée sur la question.
Eric Dupin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Dupin est journaliste, essayiste et écrivain. Il est l'auteur de La victoire empoisonnée : et maintenant ? aux éditions du Seuil. Observateur hors pair de la gauche, c'est un ancien membre du Parti socialiste auquel il a consacré plusieurs ouvrages...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que des députés socialistes pressent François Hollande de mettre en œuvre sa promesse de campagne d'accorder le droit de vote aux étrangers, une partie de la gauche est divisée sur la question.
Avec Eric Dupin

Atlantico : 77 députés socialistes ont signé une tribune dans le Monde datée de lundi afin de rappeler à François Hollande ses engagements sur le droit de vote des étrangers. Cette proposition a maintes fois été avancée par les différents gouvernements socialistes mais n’a jamais été appliquée. Est-elle vouée à rester lettre morte ?

Eric Dupin : C’est une réforme beaucoup plus compliquée que certains ne le laissent à penser car c’est une réforme constitutionnelle. Il ne s’agit donc pas d’avoir une majorité à l’Assemblée nationale mais, la Constitution devant être modifiée, la réforme suppose soit une majorité, que l’on appelle qualifiée, des trois cinquième au Parlement  dont la gauche ne dispose pas à l’heure actuelle, soit de passer par l’arbitrage du peuple en ayant recours au référendum, qui sur cette question est loin d’être acquis à la cause du droit de vote pour les étrangers.

En effet, quand on analyse les différentes enquêtes d’opinions qui ont été faites à ce sujet, on voit bien que la réforme n’est pas clairement soutenue par le peuple, quand bien même de plus en plus de personnes y sont favorables au fur et à mesure des années. C’est une proposition qui date de plus de trente ans, c’est le candidat François Mitterrand qui l’avait formulée pour la première fois en 1981. Il ne l’avait toutefois pas réitérée en 1988 mais elle est tout de même restée dans les propositions de la gauche et du Parti socialiste depuis trente ans.

François Hollande savait qu’il avait peu de moyens pour faire passer cette réforme. N’était-ce pas une erreur stratégique de sa part d’avoir autant insisté pendant la campagne sur ce point ?

Non, si on se remémore sa campagne, on se rend compte qu’il n’a pas mis énormément l’accent sur cette question. Il a été très conscient du rapport de force de l’opinion sur le sujet et il a fait le minimum de ce qu’il était obligé de faire. En effet, et c’est hélas le fond du problème, cette question est devenue symbolique et identitaire pour une partie de la gauche, surtout pour cette partie « socialiste » de la gauche qui a de plus en plus de mal à se différencier sur le plan économique de la droite et qui tente de se distinguer sur les questions sociétales comme le mariage homosexuel ou le droit de vote des étrangers.

François Hollande a donc dû tenter de satisfaire son camp. En outre, la droite a réussi à ramener sur le sujet sur la table en faisant une campagne très forte à propos de cette thématique. En effet, dans les meetings de l’UMP, on voyait bien que c’était toujours cette question qui suscitait le plus de réactions et d’applaudissements quand Nicolas Sarkozy la dénonçait.

 

Selon Manuel Valls, le droit de vote des étrangers ne serait pas un élément puissant d’intégration et l’urgence ne serait donc pas là.  Est-ce une stratégie du gouvernement pour faire passer cette réforme à la trappe ou un tir isolé ?

On ne peut pas qualifier cette sortie de tir isolé, il ne faut pas oublier que Manuel Valls est le ministre de l’Intérieur ! Et ce n’est pas la personne qui a le moins de responsabilité dans le domaine.

Manuel Valls dit des choses qui vont certainement lui être reprochées par l’aile gauche du parti mais dont il faut se demander si elles sont vraies ou fausses avant de s’indigner. Quand il dit que le droit de vote des étrangers en situation légale sur le territoire français n’est pas une revendication prioritaire de la société française, il me semble qu’il n’a pas complètement tort. Je ne vois pas de mouvements dans la société qui exige cette réforme. On peut le déplorer mais force est de reconnaitre que cette revendication est beaucoup plus portée dans la sphère politique et dans l’espace partisan.

Il a un deuxième argument qui me semble mériter d’être entendu, c’est quand il évoque le risque politique que représenterait un affrontement des Français sur cette question par voie de référendum. Je crains fort qu’un tel débat dans le contexte actuel d’un pays de plus en plus segmenté territorialement qui connait des difficultés de coexistence entre les communautés ne crée des dommages dans la société française. Quand on fait de la politique de façon réaliste, on doit tenir compte de cette analyse.

Je ne dis pas que je suis un adversaire irréductible de cette réforme. D’ailleurs, dans la tribune publiée dans le Monde, un argument m’a beaucoup frappé : c’est celui de dire que le fait que les étrangers votent pourrait avoir un effet positif sur la participation des jeunes français d’origine étrangère. Le principal problème, ce n’est pas le droit de vote des étrangers mais de faire voter ces personnes d’origine étrangère qui sont bien Françaises elles. Cette question de l’intégration civique devrait, elle, être prioritaire.

Si François Hollande parvient à adopter cette réforme, peut-il en faire un emblème sociétal de son mandat, comme la peine de mort l’a été pour Mitterrand ?

Non, pas du tout. François Mitterrand avait certes bravé l’opinion avec la peine de mort en 1981car il subsistait une nette majorité contre. Mais en même temps, cette question ne divisait pas profondément les Français comme celle du droit de vote des étrangers. Cela s’explique par le fait que l’intégration des populations étrangères a été mal faite depuis des années, avec une responsabilité des majorités de droite comme de gauche. Aujourd’hui, on a un vivre ensemble qui est malade et le terrain est réellement miné. D’ailleurs, je ne pense pas que François Hollande va se lancer dans cette affaire. Je ne le vois pas convoquer un Congrès ou un référendum en ayant de grandes chances d’aller à la défaite.

Ce qui risque d’arriver, c’est que cette question continue d’empoisonner le débat public et de diviser la gauche. De plus, cela risque de créer des tensions entre l’exécutif et le législatif, car on le voit bien avec cette tribune du Monde, les députés de gauche ont l’air de vouloir forcer la main à l’exécutif.

Propos recueillis par Célia Coste

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (39)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
CN13
- 19/09/2012 - 01:24
Les socialistes disaient...
nous sommes là pour rassembler, rassembler, rassembler. Ils le répètent sans cesse.
En attendant, avec leurs idées de m...., la France n'est pas rassemblée, elle est divisée en deux.
Bravo les socialistes, vous avez tapé dans le mille ! comme foutoir, il n'y a pas mieux qu'eux.
walküre
- 18/09/2012 - 18:22
Cette promesse
équivaut à donner le droit de vote aux islamistes du monde entier qui prospèrent en France.
honduras
- 18/09/2012 - 16:27
devoir citoyen
il y peu de temps nous avons eu des élections, beaucoup de gens ne sont pas allés voter, d'autres ont voté blanc. Hollande était clair dans son programme, moi j'ai pris mes responsabilités j'ai voté sarko au deuxiéme tour parce que je ne voulais pas de cette france la, celle qui va durer 5 ans. on le savait, il n'y a pas de surprise je vous rappelle que le socialisme s'est imposé en france c'est unique au monde dans un pays libre ! assumez