En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un bébé tombe du 11e étage

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 2 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 2 heures 46 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 6 heures 12 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 7 heures 7 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 7 heures 52 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 8 heures 50 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 11 heures 6 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 11 heures 53 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 13 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 2 heures 33 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 3 heures 9 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 6 heures 34 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 7 heures 28 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 8 heures 6 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 9 heures 12 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 12 heures 19 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 13 heures 14 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 14 heures 12 min
Libérons les prisons

Circulaire pénale de Taubira : plutôt que de vider les prisons, pourquoi ne pas en construire des privées ?

Publié le 15 septembre 2012
La ministre de la Justice veut mettre fin au "tout carcéral" pour désengorger les prisons françaises. Un moyen pour elle de montrer sa différence avec la politique de répression du précédent gouvernement. Mais d'autres solutions existent.
Jean-Marc Fedida
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Fedida est avocat au barreau de Paris. Egalement essayiste, il est l'auteur de Impasses de Grenelle : De la perversité écologiste (Editions Ramsay, 2008). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La ministre de la Justice veut mettre fin au "tout carcéral" pour désengorger les prisons françaises. Un moyen pour elle de montrer sa différence avec la politique de répression du précédent gouvernement. Mais d'autres solutions existent.

Dans une société idéale, la politique pénale ne saurait être un enjeu idéologique ou partisan, mais une affaire de principes consensuels. Pourtant, les mesures portées par la prochaine circulaire de la Chancellerie provoquent un revirement de la politique antérieure et modifient notablement les directions prises au cours du précédent quinquennat. Cette inflexion de la politique pénale en fonction de l’orientation idéologique des élus est regrettable pour les professionnels bien sûr mais aussi pour les justiciables, il y va de leur sécurité.

 

Nous savons déjà que le droit fiscal est devenu très contingent de la couleur politique de nos assemblées et de nos dirigeants, surtout dans l’incertitude d’une économie en crise. Nous ignorions que le droit pénal était conduit à subir le même sort, mais il est devenu un enjeu électoral. Aux uns le monopole de l’intransigeance, aux autres celui de l’humanité !

 

En vérité, ni l’humanité ni la fermeté n’appartiennent à un camp politique. C’est pourtant ce que veut nous faire croire la prochaine circulaire ministérielle, quant aux commentaires recueillis ça et là et qui perpétuent ce sentiment malsain qu’il existe une justice de droite et une justice de gauche.

 

En réalité, la répression comme réponse à l’insécurité pose les mêmes questions en termes de qualité et en termes de moyens avant et après les échéances électorales. En termes de qualité, il ne suffit pas d’inviter – c’est presque outrageant de penser devoir le faire - les magistrats à individualiser les peines qu’ils demandent, puisqu’il s‘agit de leur devoir légal. La liberté de leur appréciation est une soupape importante du processus judiciaire, plus encore il permet d’améliorer le sort de celui ou de celle qui montre dans les faits des signes d’amendement par des gestes à l’égard des victimes par exemple, il conduit aussi à réprimer plus sévèrement l’indifférent ou le désinvolte. Pour cette raison, l’instauration des peines planchers ne pouvaient pas franchir l’épreuve de la pratique.

 

Cette exigence de qualité dans la justice répressive est évidemment la contrepartie de sa capacité à être comprise. Et il est légitime d’attendre d’un juge une expertise particulière aux situations complexes et particulières qu’il doit régler. Ainsi en est-il de la répression de la délinquance des mineurs, comme il en est dans tant d’autres domaines.

 

Serait-il autrement légitime de solliciter une spécialisation de nos juridictions financières et économiques aux contrariétés des chiffres et d’avancer que le traitement de la violence des enfants ne mérite aucune compétence particulière ? Que l’on ne s’y trompe pas il ne s’agit ici ni d’angélisme ni de laxisme dont il est question, mais de la qualité de la justice qui est la seule réelle attente légitime. Au demeurant la sévérité des mesures pouvant être prononcées sont souvent les mêmes devant une juridiction pour majeur ou pour mineur.

 

Reste la douloureuse question des moyens de la justice qui eux sont superbement ignorés et de faire comme s’il avait suffit de rappeler cette exigence de qualité pour tout améliorer.

Ainsi en est-il du terrible constat que les équipements pénitentiaires ne permettent pas d’exécuter les décisions prononcées.

 

Non seulement la capacité d’accueil est aujourd’hui saturée, mais de surcroît, le service public est en défaut ainsi que nous le rappelle régulièrement la Cour Européenne de Strasbourg en condamnant la France pour traitement inhumain ou dégradant de ses détenus.

 

Il faut en convenir rudement, la justice française n’a plus depuis longtemps les moyens de ses ambitions et les mesures alternatives prônées telles que le port du bracelet électronique, la semi-liberté ne sont que des cache-misères.

 

Serait-il alors venu le temps de briser le tabou d’un partenariat public privé pour l’application des courtes peines et revisiter ce débat ? D’imaginer et de créer des formes de concessions de service public pour des établissements de reclassement plutôt que de sombrer dans l’alternative du gadget ou de l’entassement inhumain ? De réfléchir à un système qui permettrait de mettre à exécution ce que les juges ont décidé et qui donnerait une nouvelle forme au sens de l’efficacité d’un service public rénové.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
chacal
- 18/09/2012 - 09:33
La prison ...
... ca n sert pas a priver de libertés le prisonnier, enfin si mais c'est pas le principal, ca sert à protéger la société des délinquants. Et les violents, les voleurs, dealers, casseurs etc... Y a aucune raison, s'ils sont condamnés, qu'ils n'effectuent pas leur peine jusqu'au bout. Prison surchargée = libération anticipée. Moi j'ai du mal a boucler mes fin de mois, est ce que je peux payer moitié moins d'impots ? Ben ou comme ca ce sera plus facile. Donc construisons des prisons, privées pourquoi pas, et arrêtons de nous poser des questions sur l'intégration des détenus. On s'en fout. Ce que je veux ce que ma famille ne voie plus ces cassos' dealer, voler; violer, piller, casser dans la rue. C'est juste inscrit dans la constitution.
HdT
- 16/09/2012 - 15:45
Question première:
Est-ce que tous les incarcérés méritent encore de respirer?
Scipion1
- 16/09/2012 - 15:24
Autre possibilité
Je pense que les prisons de certains pays ne sont pas forcément saturées comme celles de la France. Ne pourrions nous pas louer des places de détention dans ces pays?
D'ailleurs cela permettrait de rapprocher certains détenus de leurs familles, ce que les associations subventionnées ne pourraient qu'approuver.
Prenons un exemple: un délinquant disons de nationalité Algérienne (au hasard bien sûr) est condamné en France pour un crime ou un délit. Or les prisons Françaises sont pleines et il parait difficile sur le plan humain d'entasser des prisonniers dans ces lieux saturés.
Et bien je pense que le gouvernement Français pourrait très bien passer un accord avec celui de l'Algérie afin que ce délinquant purge sa peine dans son pays, moyennant un prix forfaitaire et convenu à l'avance entre les deux parties.
Ainsi ce détenu n'aurait pas à supporter la saturation des prisons Françaises et serait près de sa famille vivant en Algérie.
Que pensez vous de ce principe qui me parait de bon sens et à visée humanitaire?