En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 14 heures 27 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 15 heures 47 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 17 heures 2 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 17 heures 39 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 19 heures 58 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 20 heures 45 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 21 heures 26 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 22 heures 6 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 22 heures 8 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 22 heures 9 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 15 heures 12 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 16 heures 22 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 17 heures 29 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 18 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 20 heures 36 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 20 heures 58 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 21 heures 42 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 22 heures 7 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 22 heures 9 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 22 heures 9 min
© Reuters
La crise, notamment du fait de l'augmentation du chômage, augmente-t-elle les risques de suicide en France ?
© Reuters
La crise, notamment du fait de l'augmentation du chômage, augmente-t-elle les risques de suicide en France ?
S.O.S

750 suicides supplémentaires en 4 ans : la médecine du travail doit-elle aussi s'occuper des chômeurs ?

Publié le 11 septembre 2012
Effet méconnu de la crise : les suicides augmentent, notamment chez les chômeurs. Faute de suivi médical, ces derniers sombrent souvent dans une détresse psychologique et sociale dont les conséquences peuvent s'avérer dramatiques.
Michel Debout est professeur émérite de Médecine légale et de droit de la santé, et psychiatre, au CHU de Saint Étienne. Il est membre associé du CESE et membre de l'Observatoire national du suicide, spécialiste de la prévention du suicide et des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Debout
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Debout est professeur émérite de Médecine légale et de droit de la santé, et psychiatre, au CHU de Saint Étienne. Il est membre associé du CESE et membre de l'Observatoire national du suicide, spécialiste de la prévention du suicide et des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Effet méconnu de la crise : les suicides augmentent, notamment chez les chômeurs. Faute de suivi médical, ces derniers sombrent souvent dans une détresse psychologique et sociale dont les conséquences peuvent s'avérer dramatiques.

Atlantico : La crise, notamment du fait de l'augmentation du chômage, augmente-t-elle les risques de suicide en France ?

Michel Debout : Que la crise puisse avoir un effet sur les risques suicidaires est quelque chose de connu depuis très longtemps. On l'a remarqué lors de la "Grande crise" de 1929, qui a entraîné une augmentation significative des suicides, non pas l'année même de cette crise mais à partir de 1932. Il faut donc s'attendre à un effet décalé.

On sait que ces périodes de grandes tensions sociales, ponctuées d'épreuve comme le chômage, le surendettement, l'augmentation des faillites ont des conséquences. On l'a encore remarqué récemment, non plus en 1929 cette-fois ci mais en 2009, que ce soit en Italie ou en Grèce. En Angleterre, une étude vient d'être publiée qui montre que suite à la crise, le nombre des suicides a augmenté de 1000 au cours de ces trois dernières années. Moi-même, j'ai tâché d'évaluer ce phénomène en France, en me basant sur les maigres données que nous avons en la matière, faute d'études complètes et chiffrées. Grâce à ces projections, nous pouvons estimer qu'il y a eu jusqu'à 750 morts par suicide en plus entre 2008 et 2012.

Les facteurs de risque ne sont pas uniquement liés au chômage en lui-même mais aussi au surendettement et à la peur de ne pas s'en sortir. Des craintes qui se manifestent également au sein des entreprises, le climat d'inquiétude étant manifeste là aussi : les peurs de plans sociaux ou de licenciement peuvent entraîner des risques accrus de suicides.

Ces risques sont-ils pris en considération par les pouvoirs publics et privés français ?

En février 2009, au tout début de la crise, j'annonçais déjà le risque d'une détresse sociale et humaine liée à la crise. Il faudrait mobiliser tous les acteurs médicaux, sociaux et associatifs pour prévenir ce phénomène. Mon appel n'a malheureusement pas été entendu.

L'année dernière, avec Jean-Claude Delgènes, dirigeant de Technologia, une entreprise spécialisée dans le conseil aux entreprises en matière de risques psycho-sociaux, nous avons lancé la revendication de mettre en place un observatoire des suicides et des tendances suicidaires. L'objectif est de savoir précisément ce qui se passe dans la société française. Les derniers chiffres que nous avons aujourd'hui datent de 2009. Nous avons besoin de connaître comment ils ont évolué, quelles sont les populations les plus menacées. Depuis avril 2011, notre manifeste a été signé par toutes les centrales syndicales, par de jeunes patrons, des directeurs de ressources humaines ou encore par de grandes instances philosophiques et humanistes de notre pays. Pourtant, malgré plus de 3000 signatures, nous continuons d'attendre une décision du présent gouvernement, le précédent ayant refusé de s'engager.

A-t-on une idée des outils qui pourraient être mis en place pour soutenir et protéger les populations fragiles face à au suicide ?

Fragilisées, plutôt que fragiles. Car c'est bien la crise qui aggrave la situation. Plusieurs choses peuvent être faites assez rapidement. Il faudrait pouvoir soutenir les personnes licenciées ou au chômage, d'autant plus que le cap des trois millions de chômeurs vient d'être franchit. On parle même de 4,5 millions en intégrant ceux qui travaillent peu. Parmi eux, 2 millions peinent à trouver un nouvel emploi, notamment chez les plus de 45 ans.

Les personnes qui perdent leur emploi ont de plus en plus peur de ne pas en trouver un autre. Le problème, c'est qu'en perdant leur travail, ils perdent la médecine qui va avec. Malgré les critiques qui visent la médecine du travail aujourd'hui, elle a au moins le mérite d'exister. Il ne pourrait être que positif d'avoir un médecin pour suivre le salarié non seulement lorsqu'il est embauché, lorsqu'il a des accidents de la vie, mais aussi après sa perte d'emploi. Actuellement, ce n'est pas le cas : ce suivi est perdu dès lors que le travailleur perd son emploi. Il est ainsi doublement abandonné : par la société, en termes économique et social, mais aussi par la médecine du travail.

Depuis 20 ans, notamment dans les rapports du conseil économique et social, nous recommandons un suivi médical, voire psychologique, des chômeurs.

La médecine du travail a-t-elle les moyens de suivre ainsi les chômeurs ? Peut-on évaluer le coût d'une telle démarche ?

Il faudrait déjà en avoir la volonté. Nous verrons ensuite combien cela coûte. Il faut avant tout envisager l'idée.

Il y a 22 millions de salariés dans notre pays. En ne considérant que les 2,5 millions de chômeurs longue durée, on se rend compte que, dans tous les cas, cela aurait un coût évident.

Reste que ce coût doit être mis en parallèle avec celui des suicides et des tentatives de suicide, y compris sur un plan purement financier. Un accompagnement médical des chômeurs serait forcément une victoire.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Mani
- 12/09/2012 - 01:13
Et si les gens se suicidaient
Et si les gens se suicidaient parce qu'ils se suicident ?
OLYTTEUS
- 11/09/2012 - 12:38
Le constat est juste ; mais
Le constat est juste ; mais que peuvent faire les médecins du travail en prratique pour les chomeurs ? d'autant plus qu'ils sont trop peu nombreux déjà et peinent à suivre les salariés. dans mon département, perte de 10% de médecisn du travail en 1 an par suicide (1), cancer(1) , démission (2) et retraites.Au delà de leur nombre , quel rôle leur assignez-vous?
bobocleaner
- 11/09/2012 - 11:29
une solution simple
procéodns a des échanges entre ceux tentés de se suicider parceque chomeur et cex qui risquent de se suicider a cause des risques psychosociaux au travail
comme les gens mal au boulot ne gagnent pas tellement plus qu'un chomeur indemnisé on doit y arriver

Et si les gens se suicidaient a cause de la .... pauvreté ?