En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

07.

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

06.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 heures 24 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 9 heures 2 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 9 heures 51 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 10 heures 28 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 11 heures 6 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 11 heures 43 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 12 heures 12 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 12 heures 52 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 13 heures 39 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 7 heures 23 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 9 heures 15 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 10 heures 12 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 10 heures 45 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 11 heures 20 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 12 heures 1 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 12 heures 15 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 13 heures 10 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 13 heures 19 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 13 heures 41 min
© Reuters
Dimanche soir, François Hollande a tenu un discours churchillien en proposant du sang et des larmes sur le plan fiscal.
© Reuters
Dimanche soir, François Hollande a tenu un discours churchillien en proposant du sang et des larmes sur le plan fiscal.
Prestation

François Hollande au JT de TF1 : le chef de l'Etat martèle son discours et peine à trouver le ton juste

Publié le 10 septembre 2012
Dans l'interview qu'il a donné au journal de 20h de TF1, François Hollande n'a pas vraiment répondu aux critiques, se contentant d'affirmer qu'il a bien un calendrier en tête.
Arnaud Mercier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Mercier est professeur en sciences de l'information et de la communication à l'Institut Français de Presse, à l'université Panthéon-Assas, Paris. Responsable de la Licence information communication de l'IFP et chercheur au CARISM,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans l'interview qu'il a donné au journal de 20h de TF1, François Hollande n'a pas vraiment répondu aux critiques, se contentant d'affirmer qu'il a bien un calendrier en tête.

François Hollande a compris que la fonction de président de la République avait des exigences d’exposition médiatique incompatibles avec la façon dont il a géré la publicisation de son action depuis juin. Il a ainsi fait naître beaucoup de critiques sur son inaction supposée, ou sa diaphanéité mal à propos, que ce soit dans son camp (pour se plaindre de sa lenteur à appliquer son programme) ou chez ses adversaires (pour fustiger ce qui serait son incompétence, son manque de stature). Il a donc entamé depuis quelques jours un plan média pour sortir de cette mauvaise passe, attestée par des sondages de popularité en baisse. Le point d’orgue de ce plan de reconquête d’image était l’interview au journal télévisé de 20h de TF1.

Comment a-t-il cherché à se positionner ?

Il a martelé à plusieurs reprises quelques affirmations préparées à l’avance, qui visaient à corriger son image. Il a abordé la question des orientations pour juguler un sentiment de flou politique qui tend à se répandre dans l’opinion, et a évoqué la question du rythme de l’action politique pour contrecarrer les accusations d’inaction.

Plusieurs expressions sont à retenir dans son plaidoyer pro domo : "je dois fixer le cap et donner le rythme" ; "je suis celui qui montre la voie" ; "à chaque étape, je m’expliquerai régulièrement devant les Français" ; "mon cap, c’est un quinquennat". Il revendique donc une posture de capitaine, qui tient la barre.

Et bien sûr et surtout, il a martelé son idée d’un calendrier d’action en trois temps :

1°- Une phase d’étude et de concertation, qui reçoit une impulsion nouvelle ("il faut s’accélérer ?! J’accélère !") de façon à se terminer en 2012 ("tout sera engagé d’ici la fin de l’année").

2°- "L’agenda du redressement", "jusqu’en 2014", sur "deux ans".

3°- "Et ensuite l’agenda de la reconstruction d’une société solidaire" ou encore : "l'agenda du redressement c'est 2014 et après il nous faudra construire une société plus humaine, plus juste, plus harmonieuse".

Quel impact possible de son discours ?

Il y a tout lieu d’être assez pessimiste sur l’impact politique de sa prestation télévisée. Pour plusieurs raisons. D’abord, comme le disait le cardinal de Retz, "on ne sort de l’ambiguïté qu’à son détriment". Or François Hollande avec son slogan du "changement maintenant" a laissé entendre qu’il agirait très vite, qu’il pourrait sans doute mener des opérations éclairs. Et là, il affirme une autre méthode, celle de la concertation, des commissions préalables, avec un calendrier très étiré : 2012 le préparatoire, 2013 la mise en œuvre des résultats de la concertation, 2014 les effets attendus sur les priorités du chômage et de la croissance, et 2017 pour construire une société meilleure. Nul doute qu’il va recevoir des critiques des deux côtés, autour de l’idée soit d’espérances trahies soit d’atermoiements coupables.

Ses propos apparaissent comme plus déclaratoires et propitiatoires, en apportant comme seule réelle information, l’annonce d’un calendrier explicite dont le sens implicite est de réclamer aux Français un délai de grâce avant de le juger sur ses résultats (deux ans). Ce faisant, il s’écarte d’une des préconisations du grand manitou de la communication présidentielle de François Mitterrand et Jacques Chirac, Jacques Pilhan, qui plaidait pour la rareté de la parole présidentielle (à l’opposé du style Sarkozy) associée à une sortie du bois pour annoncer des choses concrètes.  Là, il est juste venu affirmer qu’il fixait le cap et qu’il avait un calendrier en tête, sans annonces fortes. Autre raison de prêter le flanc à la critique.

Enfin, si on regarde l’univers des réseaux sociaux dans lequel cette intervention s’est déroulée, on constate une apathie. Peu de gens ont jugé utile et crucial de commenter son intervention. Les défenseurs du président Hollande étaient encore moins nombreux que ses détracteurs. Loin d’affoler les compteurs de Twitter, cette prestation télévisée a été reçue dans une relative indifférence (loin des passions de la campagne électorale sur les réseaux sociaux). D’après les statistiques de tvtweet, 4710 tweets ont été postés durant le JT de TF1. Les mots clés repérés se répartissent ainsi : tf1 3049, hollande 1014, jthollande 939, mollande 295, lesexperts 178, jt 101, 20h 88, chazal 80, fh 69, après30secondesdefrançoishollandeàlatélé 43, flamby 32. La bataille entre le hashtag (soutenu par l’Elysée sur son site) #JTHollande et celui goguenard de l’opposition #Mollande a tourné au coup d’épée dans l’eau.

Et le LabEurope1 relevait dès hier soir que l’un des éléments les plus débattus était le fond visuel derrière le plateau choisi par TF1, montrant une pleine nuit parisienne, là où la nuit n’était, en fait, toujours pas tombée. Bref, l’intervention de François Hollande n’a pas déchainé les foules et sa prestation n’aura pas contribué à remobiliser, à dramatiser les enjeux pour redonner une confiance pleine et entière sur sa capacité à agir, vite et bien. 

La stratégie du gros dos

François Hollande a donc choisi de persévérer dans son style, malgré les mises en cause et les appels au revirement. Il ne répond pas vraiment aux critiques qui lui sont faites, et n’endosse pas les habits de superhéros ou d’hyperprésident. Il avait déjà annoncé samedi dans son interview au Monde, qu’il ne voulait surtout pas être comme un "bouchon" flottant au fil de l’eau. Certes, il concède un peu, en disant s’engager, avec plus de fermeté que l’impression qu’il donnait, mais on sent encore une réserve, un recul. Il se déclare "en première ligne", "je vais m’engager pleinement dans cette bataille", "je suis en situation de combat", mais il n’a pas cherché à se poser en décideur de tout. Il rentre donc manifestement dans une stratégie du gros dos, se sachant en zone de turbulence pour un bon moment désormais, tout "en étant responsable devant les Français". Pari risqué, car si ceux qui déploraient l’agitation du président Sarkozy auront pu être satisfait de la prestation calme de François Hollande, ses adversaires y auront trouvé confirmation de leurs motifs de rejet, et surtout ceux qui se nourrissent d’impatience économiques et sociales seront restés sur leur faim.

Gageons que ce n’est pas avec cette prestation qu’il va ouvrir l’agenda du redressement de sa cote de popularité ! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
CN13
- 10/09/2012 - 22:13
"il a fixé un calendrier..."
Moi aussi, j'ai un calendrier affiché sur le mur de ma cuisine. janvier, février mars avril mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre, etc. etc.
Ce qui est encore plus déplorable, c'est que AUCUN journaliste lui pose la question "quel calendrier" ?
Tout ce qu'on a retenu, c'est : "LES IMPOTS, C'EST MAINTENANT".
stephanoise
- 10/09/2012 - 19:09
CQFD
sondages du jour :
l 'intervention de FH hier soir vous a t elle convaincu
sur RTL :10825 votants
oui : 12.57%
non : 79.47 %
se dit rien mais vote quand même ! 7.95 %
Même question sur M6 :
votants : 48228
oui : 17% (7973)
non : 74% (35 566)
ne sait pas mais vote quand même ! 9% (4689)

Y'a pas que ceux qui n'ont pas voté pour lui qui ne sont pas contents ...on peut imaginer que ceux qui ne veulent pas donner leur avis ne veulent pas accentuer le poids des non convaincus...
Mais beignet et ses copains sont contents il parait, on est jamais si bien servi que par soi même...
Jardy
- 10/09/2012 - 17:50
Mensonge et autoritarisme...
..ne font pas un cap et les coups de "mentons" de ce Tartuffe ne trompent plus personne !