En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
La dernière étude publiée par l'Insee fait état de 8,6 millions de personnes sous le seuil de pauvreté en 2010 dans l'Hexagone.
Les temps, comme les oeufs, sont durs
Baisse du niveau de vie des Français : comment décrypter les chiffres de l’Insee ?
Publié le 08 septembre 2012
La dernière étude publiée par l'Insee fait état de 8,6 millions de personnes sous le seuil de pauvreté en 2010 en France. Que révèlent réellement ces chiffres ?
Raphaël Liogier est sociologue et philosophe. Il est professeur des universités à l'Institut d'Études Politiques d'Aix-en-Provence et dirige l'Observatoire du religieux. Il a notamment publié : Le Mythe de l'islamisation, essai sur une obsession...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Raphaël Liogier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Raphaël Liogier est sociologue et philosophe. Il est professeur des universités à l'Institut d'Études Politiques d'Aix-en-Provence et dirige l'Observatoire du religieux. Il a notamment publié : Le Mythe de l'islamisation, essai sur une obsession...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La dernière étude publiée par l'Insee fait état de 8,6 millions de personnes sous le seuil de pauvreté en 2010 en France. Que révèlent réellement ces chiffres ?

Atlantico : La dernière étude publiée par l'Insee fait état de 8,6 millions de personnes sous le seuil de pauvreté en 2010 dans l'Hexagone, contre 8,2 millions un an plus tôt, soit 14,1% de la population. La France connait-elle un appauvrissement global ?

Raphaël Liogier : A la suite de la publication de ces chiffres, plusieurs réactions ont laissé entendre une "pré-tiermondisation" de la France, selon laquelle la France serait en train de connaitre un appauvrissement global, c'est à dire un recul du produit intérieur brut, comme pour d'autres pays européens. Ce qui est faux. Il n'y a pas d'appauvrissement global en termes de PIB.

En vérité, la part de l'Europe, et de la France, dans le PIB mondial s'est affaiblit ces trente dernières années du fait de la montée en puissance des pays émergents comme la Chine ou l'Inde. Autrement dit, notre PIB continu de croître, mais à un niveau plus faible que celui des pays à fortes croissances. Il n'y a donc pas d'appauvrissement généralisé, c'est à dire sans distinction de classes sociales, mais un appauvrissement relatif.

Cette situation se traduit-elle par une augmentation des inégalités ?

C'est le deuxième constat de l'étude : les plus pauvres continuent de s’appauvrir. En réalité, cela dépend de la définition même que l'on attribue à la pauvreté, et au seuil de pauvreté. Nous calculons ce dernier à partir du revenu médian (le revenu qui sépare les 50% des revenus les plus bas des 50% les plus élevés, ndlr). Hors, il s'est affaibli. Dès lors, le nombre de personnes entrant dans la définition de "pauvre" augmente mécaniquement.

D'ailleurs, nous critiquons souvent les Américains en précisant qu'ils ont un nombre très important de citoyens vivant sous le seuil de pauvreté. Mais le revenu médian, à partir duquel est calculé ce seuil, est beaucoup plus élevé outre-Atlantique qu'en France. Le nombre de pauvres est donc mathématiquement plus élevé. Autrement dit, un "pauvre" en France est plus pauvre qu'un "pauvre" aux Etats-Unis. La notion que la France attribue à la pauvreté a donc tendance à évoluer sur la mauvaise direction du fait de la baisse du revenu médian.

Ce phénomène de paupérisation, récemment évoqué par de nombreux chefs d'entreprises, est-il conjoncturel ou structurel ?

L'écart entre les plus riches et les plus pauvres se creuse. Mais essentiellement pour une raison :  l'écrasement des classes moyennes, voire des classes moyennes supérieures. Il s'agit d'un véritable problème dans la mesure où les solutions prônées par les différents gouvernements ne peuvent pas porter leurs fruits en raison même de la nature même du problème de qu'est l'appauvrissement.

En effet, ce dernier n'est pas seulement économique mais s'intègre dans un contexte de changement des sociétés européennes par rapport au reste du monde. L'Europe est passée d'une société industrielle à une société post-industrielle. Structurellement, nous ne produisons plus de la même manière que dans le passé. Il y a donc une inadéquation entre les politiques sociales et économiques adoptées par les pouvoirs en place, qu'ils soient de droite ou de gauche, et cette nouvelle méthode de production industrielle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
02.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
03.
Comment on a tué les centre-villes de ces villes moyennes où une majorité de Français voudraient pourtant vivre
04.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
05.
Un officier de renseignement de l'US Air Force trahit au profit de l’Iran : quand la réalité dépasse la fiction
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
07.
Maltraitance dans les Ehpad : pourquoi des formations des personnels soignants peuvent faire une grande différence pour les personnes âgées
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
05.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
06.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Urbon
- 09/09/2012 - 13:34
Les sociétés post-industrielles en voie de tiers-mondisation ?
Un pays du tiers-monde produit des matières premières qu'il ne consomme pas, pour une société industrielle qui les transforme en produits finis. Il ne produit que peu de biens de consommation courante, il ne développe pas ses besoins et reste sous-développé. La vente de matières premières permet essentiellement de subvenir aux besoins d'un gouvernement. Pour exploiter d'avantage les richesses du tiers-monde, les pays industriels incitent les pays du tiers monde à se développer, essentiellement en investissant dans l'industrie locale. Les pays industriels s'ouvrent de nouveaux marchés, pour y revendre services, technologies et produits de consommation. Mais d'une part les pays en voie de développement consomment de plus en plus de matière première, faisant augmenter les cours, d'autre part leurs produits manufacturés à bas prix sont tellement concurrentiels que les pays industrialisés abandonnent finalement tout un pan de leur commerce au tiers-monde. Les sociétés post-industrielles sont donc des sociétés où les usines sont hautement technologiques et où les services financiers sont prépondérants, elles luttent désespérément pour conserver leurs systèmes bancaires et universitaires.
ghislfa
- 08/09/2012 - 18:49
Il veut simplement affirmer
que les pauvres n'existent pas en France et que les statistiques montrent une réalité tronquée.
Un magnifique jésuitisme et une belle s...rie pour les millions de français à bout de souffle.
Jaicruvoir
- 08/09/2012 - 13:27
8,6 millions de personnes sous le seuil
8,6 millions de personnes sous le seuil de pauvreté mais 8 millions de fonctionnaire ou assimilés chercher l'erreur.