En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 13 heures 38 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 14 heures 16 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 16 heures 59 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 17 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 19 heures 5 sec
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 21 heures 45 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 21 heures 56 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 22 heures 17 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 22 heures 55 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 23 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 13 heures 58 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 16 heures 50 sec
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 17 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 18 heures 54 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 21 heures 37 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 21 heures 53 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 22 heures 7 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 22 heures 21 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 22 heures 59 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 23 heures 3 min
Mauvais patron

Contractuels de l'Education nationale : l'Etat, cet employeur pire que le pire des signataires de CDD dans le privé

Publié le 10 septembre 2012
Travailler pour l'Etat ? Un rêve pour beaucoup de Français, a fortiori en temps de crise. Mais entre les contractuels en attente de titularisation, les salariés mal qualifiés et de manière générale le non respect du Code du travail, l'Etat n'est pas toujours un employeur modèle.
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Travailler pour l'Etat ? Un rêve pour beaucoup de Français, a fortiori en temps de crise. Mais entre les contractuels en attente de titularisation, les salariés mal qualifiés et de manière générale le non respect du Code du travail, l'Etat n'est pas toujours un employeur modèle.

Depuis bien des décennies, selon de nombreux instituts de sondages, nos concitoyens expriment le vœu très majoritaire de devenir fonctionnaires. Autrement dit, il y a un fort pouvoir attractif afin que l’Etat soit leur employeur. Bien évidemment, la crise économique renforce ce sentiment car l’Etat signifie bénéficier dans la presque totalité des cas de la sécurité de l’emploi. Et pourtant, à regarder les modalités concrètes de la gestion de ses effectifs par l’Etat, on découvre de graves dérogations au Code du travail.

La dérogation souvent rencontrée est celle du travail effectué mais qui ne reçoit pas la juste et valable qualification. Dans certaines filiales de la SNCF, des agents exécutent des tâches complexes voire dangereuses (entretien des voies) et ne bénéficient pas toujours du plein descriptif contractuel de leurs fonctions.

Cet état de fait représente un manque à gagner salarial mais aussi un risque car ces agents mal qualifiés (au regard de leurs vrais « jobs ») ne reçoivent pas de mise à niveau et de formation directement liées à leur métier.

Un décrochage entre les fonctions effectivement accomplies et la position sur la nomenclature professionnelle est constitutif d’un manque à gagner pour le salarié mais aussi d’un risque potentiel lié à chaque cas d’espèce. Des stratégies d’externalisation de cette main d’œuvre sont fréquemment mises en place afin de transférer une partie du risque et de limiter celui du donneur d’ordre. Dualité et inégalités définissent de telles situations.

S’il peut y avoir non-coïncidence entre le contenu des tâches et le statut de l’agent – comme l’a souvent dénoncé l’ancien Inspecteur du travail emblématique Gérard Filoche - il peut y avoir non-respect du Code du travail dans des proportions assez incroyables.

Tout ministre du Logement ( Loucheur en 1928, Chalandon, Quillès, Périssol, Besson, Daubresse, Borloo, etc.) aura laissé son nom attaché à une loi ou des décrets que des millions de citoyens garderont en mémoire notamment en cas de système de défiscalisation.

Mais que dire de Madame Odile Guibert ? Même l’éminent et humaniste Président de la Poste Jean-Paul Bailly ne doit plus avoir souvenir de son nom. Et pourtant, histoire humaine hors de proportion et situation juridique où l’Etat, s’il était une personne physique, ne pourrait que réellement rougir.

Allons aux faits : en Février 2008, le conseil des prud’hommes d’Albi a condamné La Poste à verser 66 000 euros à une ancienne de ses collaboratrices, Madame Guibert ( 52 ans ) qui aura dû effectuer 247 CDD (contrats à durée déterminée) entre 1976 et 2006. Passons sur les détails, il n’y a eu ni respect humain ni respect de la salariée.

A l’heure où le Président Hollande a insisté sur la valeur de la normalité, espérons que celle-ci sera respectée et que de tels cas de figures ne se retrouveront pas au score juridiquement contestable de l’Etat employeur maintes fois analysé par le Doyen Jean-Jacques Dupeyroux. Si le cas de Madame Guibert est une insulte au droit du travail que l’Etat définit lui-même par le vote du Parlement, il existe des situations connues de tous sous le nom de « contractuels ».

Priorité clairement affichée du quinquennat, l’éducation est un vivier de talents tout autant qu’une situation sociale qui ne permet pas d’être fier – là non plus - de l’Etat employeur. Ainsi, près de 6% des effectifs – soit 24 000 enseignants – sont contractuels et en attente d’une éventuelle titularisation. Plus des trois quarts sont soumis au régime du CDD.

L’analyse de l’Etat employeur ne conduit pas à la mansuétude d’autant que par-delà les carences qu’il manifeste en matière de droit du travail, il faut ajouter que la part relative la plus importante de contractuels exerce dans des établissements difficiles. D’un côté Etat employeur contestable, d’un autre Etat peu efficace face à ses défis éducatifs.

Enfin, sujet toujours délicat, l’Etat employeur de travailleurs handicapés. Des efforts ont été réalisés depuis la loi de 2005 mais dans bien des cas, la situation n’est pas satisfaisante et s’inscrit en retrait de la loi.

En repensant à la volonté de devenir fonctionnaire rapportée par les sondages, chacun mesure qu’il y a un système dual au sein de notre Fonction publique et de sérieuses inégalités.

Ce qui est certain, c’est que l’Etat prend certaines libertés avec le Code du travail qui seraient lourdement sanctionnées s’il s’agissait d’employeurs du secteur privé : là est aussi un débat juridique.

L’Etat employeur est perfectible, c’est net.

En matière de droit du travail, gardons en mémoire la pensée du Duc G. de Lévis : «  Les grands Etats peuvent supporter de grands abus ; ce sont les grandes fautes qui les font périr ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jmpbea
- 10/09/2012 - 21:38
pion en cdd...
850 euros nets par mois pour 32 heures effectives et 26 heures payées par semaine : vive Bernard Arnault qui, lui, paye ses employés!
le Gône
- 10/09/2012 - 17:41
l'etat le seul employeur qui ne respecte pas le Code du Travail
Toutes les affaires que nous jujgeons au Prudhommes qui implique une des entreprises de l'etat (la Poste..SNCF..Hospices, collectivités) toutes perdent sytematiquement..la derniere en date..25 CDD de suite pour le meme poste ...cela nous a "coûté" 65.000€....refus de reclassement avec persistance...3 fois 15.000@ (tous les ans!!)...et des comme ca j'en ai plein..l'etat est dirigé par une bande d'incapable..et de faineants inimaginable dans une entreprise privée!
jazzpote
- 10/09/2012 - 15:52
collectivité territoriales même chose
il en est de même de la précarité dans les mairies, conseils généraux etc. De plus là ce sont les petits barons locaux qui au mépris des règles même de l'administration recrutent pour alimenter l'épicerie électorale, jettent quand le salarié ne vote plus comme il faut. Un exemple mon fils, qui a quitté un CDI pour entrer dans une mairie importante de midi Pyrénées, ils avaient besoin de son niveau de diplôme (bac plus 5 en biologie et hygiène) a qui on a même proposé la responsabilité du service hygiène alors qu'il est contractuel et qu'il s'est fait signifier que son contrat ne serait pas renouvelé en Août juste après les élections législatives, motif le père est journaliste et n'a pas écrit ce qu'il aurait fallut écrire entre les deux tours pour que le candidat maire aux élection législative soit réélu. (ce motif lui a été signifié en lui disant que sont travail n'était pas en cause) Ce n'est pas beau cela !!!