En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

03.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

06.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

07.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 19 min 41 sec
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 1 heure 16 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 1 heure 17 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Santé
Effet indirect

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

il y a 1 heure 20 min
décryptage > Politique
Démarche de réfléxion

Jean Leonetti : "Le gouvernement a montré les limites de l’ambiguïté du « en même temps »"

il y a 1 heure 21 min
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 17 heures 44 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 19 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 20 heures 52 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 28 min 28 sec
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 1 heure 17 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 1 heure 20 min
décryptage > Science
Survivants

Pourquoi les oiseaux ont survécu aux impacts d'astéroïdes géants et pas les dinosaures

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Société
Agitateurs

Islamistes, décoloniaux, écolos zozo et autres dangers pour la démocratie : ce continent immergé qui prospère sur le web

il y a 1 heure 21 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 18 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 20 heures 48 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 20 heures 57 min
© Reuters
Pourquoi parle-t-on si peu de la délinquance sexuelle féminine ? Peut-on parler de pédophilie féminine ?
© Reuters
Pourquoi parle-t-on si peu de la délinquance sexuelle féminine ? Peut-on parler de pédophilie féminine ?
Tabou

Institutrice condamnée : la misogynie nous aveugle sur l'ampleur de la délinquance sexuelle féminine

Publié le 05 septembre 2012
Une institutrice de 33 ans a été condamnée lundi dernier à six mois de prison ferme pour avoir entretenu "une relation amoureuse" avec un adolescent de 12 ans. Une affaire qui soulève la question encore taboue de la délinquance féminine...
Daniel Zagury
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Daniel Zagury est psychiatre des hôpitaux, spécialiste de psychopathologie et de psychiatrie légale,Il est expert auprès de la cour d'appel de Paris.Il a été amené à témoigner dans de multiples procès pour d’importantes affaires criminelles (Guy Georges...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une institutrice de 33 ans a été condamnée lundi dernier à six mois de prison ferme pour avoir entretenu "une relation amoureuse" avec un adolescent de 12 ans. Une affaire qui soulève la question encore taboue de la délinquance féminine...

Atlantico : une femme de 33 ans a été condamnée pour avoir eu des relations sexuelles avec un mineur de 13 ans. Pourquoi parle-t-on si peu de la délinquance sexuelle féminine ? Peut-on parler de pédophilie féminine ?

 

Daniel Zagury : Il y a eu, dans la connaissance de la délinquance sexuelle, quatre grandes vagues. Tout d'abord le viol, ensuite l'inceste, la pédophilie, car, en effet, il faut se rappeler que le regard porté dans les années 80 sur le sujet était complètement différent.

 

Enfin, la dernière vague a été la délinquance sexuelle des femmes. C'était un sujet dont on ignorait tout, mais surtout que l'on voulait ignorer. On s'est petit à petit aperçu qu'il y avait beaucoup de femmes incarcérées pour ces motifs, et que c'était un vrai sujet. C'est un tabou, car la femme c'est la mère. Le tabou est lié au fait de télescoper la dimension sexuelle et la dimension chaste de la maternité. Nous avons tous au fond de nous une vision idéalisée de la femme mère. La dimension de la relation femme enfant est insupportable.

 

Nier la délinquance sexuelle des femmes est un réflexe très misogyne. Georges Canguilhem dans son livre « Le normal et le pathologique » affirme qu'on ne connaît la norme qu'à partir de sa transgression. Et, au fond, s'il n'y a pas de femmes qui commettent des actes de délinquance sexuelle, cela reviendrait à dire que les femmes n'ont pas de sexualité propre ou de normes sexuelles.

 

La pédophilie par définition, c'est l'attirance sexuelle exclusive pour les enfants pré pubères. Il y a dans la pédophilie l'horreur de la sexualité adulte et l'idéalisation de la sexualité infantile. Pour ce qui est de la pédophilie féminine, elle se situe soit dans un cadre intra-familial, soit dans un cadre extra-familial. Dans le premier cas, soit elles sont complices de leur conjoint, soit elles agissent par elles-mêmes. Dans la majorité des cas ce sont des femmes carencées, abusées dans leur jeunesse, déséquilibrées mais c'est rarement une préférence sexuelle exclusive pour les enfants.

 

Dans le cadre extra-familial, on trouve souvent des nourrices ou des baby-sitters qui sont engagées d'une manière plus ou moins durable avec les enfants. Mais il faut être prudent avec cette notion de pédophilie, très rare chez les femmes et qui recouvre une réalité bien précise. Dans le cas précis, je ne pense pas que l'on puisse parler de cela.

 

La délinquance sexuelle féminine est-elle plus facilement tolérée dans la société, à l'inverse de celle des hommes ?

 

Ce n'est pas la première histoire de ce genre qui défraie la chronique. On se souvient de l'affaire Gabrielle Russier, cette enseignante qui avait eu une liaison avec un de ses élèves, qui avait été condamnée pour détournement de mineur, et qui s'était suicidée. Cette femme a d'ailleurs inspiré la chanson « Mourir d'aimer » de Charles Aznavour. Mais cette histoire n'est pas vraiment comparable avec le cas actuel : elle impliquait un adolescent alors qu'ici, l'enfant n'est âgé que de douze ans.

 

Je pense qu'il y a des images qui viennent à l'esprit quand on parle de pédophilie masculine qui sont assez insupportables. En effet, on pense au pénis en érection, à la pénétration et à toute la violence physique et psychique exercée sur l'enfant. Ce sont des images horribles. On a plus de facilités à imaginer l'amour et la tendresse entre une femme et un pré-adolescent. Ce qui explique peut-être cette plus grande acceptation de la société, qui reste tout de même relative.

 

Aujourd'hui, la délinquance sexuelle féminine est-elle de plus en plus répandue dans notre société ?

 

Il est assez difficile de répondre à cette question. Je ne connais pas les chiffres exacts. Mais dans les maisons d'arrêt pour femmes, il y a un contingent non négligeable de femmes qui sont là directement pour des infractions sexuelles (un rapport avait énoncé un chiffre de l'ordre d'une femme sur dix). Pour beaucoup d'entre elles, ces infractions s'inscrivent dans des contextes de maltraitance. Reste à savoir si ce chiffre n'est pas très minoré. A partir du moment où les femmes ont une sexualité propre qu'il convient de reconnaître, il existe des transgressions. Mais il y a des cas qui n'arrivent jamais devant la justice, souvent de l'ordre de la caresse ou de l’ambiguïté.

 

L'institutrice a été condamnée à seulement 6 mois de prison ferme. Est-ce que les juges ont tendance à être plus cléments face à cette délinquance sexuelle féminine ?

 

Tout dépend du cas. Cette tendance peut même s'inverser. Le problème du déni et du tabou peut conduire à une plus grande sévérité. Si c'est un acte très « trash », la réaction risque d'être beaucoup plus sévère. On est quand même dans un rapport plus modeste que les actes sexuels commis par les hommes. J'ai rarement vu des femmes qui avaient une attirance exclusive pour les enfants. C'est pour cela que le mot pédophilie n'est pas très adapté.


Propos recueillis par Célia Coste

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ncm
- 11/09/2012 - 11:57
C'est psychologiquement moins violent ?
La pénétration est rarement forcé et l'inconscient collectif reste très ouvert au déniaisage.
L'époque où on envoyait le jeune mâle chez la pute pour faire son éducation est toujours très présent.

MAIS

Ce n'est pas parce que c'est doux que cela n'est pas traumatisant pour la psyché d'un enfant qui n'est peu être pas prêt à ressentir la sensualité et son corps. La femme est plus subtile et par là même plus cruelle dans ses perversions.

De plus, je tiens à ajouter que l'ascendant exercé par l'adulte sur le mineur est exactement le même.
Seule la violence physique fait la différence, mais en étant remplacé par une violence psychologique et manipulatrice.

Rappel : l'homme peut être violé par stimulation manuelle, encore plus un enfant.

En dédramatisant l'acte, on aide un peu à le dépasser, mais pas certain, je pense qu'en réalité on empêche des enfants de se sentir victimes, de prendre conscience d'un drame inconscient et de faire le travail de réparation nécessaire.

Cet enfant a été violé, c'est certain, c'est pour ça qu'il en parlé.

Cette femme aurait du être sévèrement condamné, et des recherches auraient due être entamé pour voir si il y avait d'autres victimes.

ヒナゲシ
- 08/09/2012 - 22:10
Le masculin de Misogynie s'il vous plait?

☞ http://fr.wikipedia.org/wiki/Misandrie
kettle
- 07/09/2012 - 15:39
Inégalité
"Un garçon peut être mature dès 11 ans, et à 12 ans il peut aussi séduire une femme ..."
-
Seduire oui. Mais mature... avec ses Playmobile peut etre.
Quand une gamine de 11 ans séduit un homme celui ci prend 10 ans ferme.