En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Pourquoi parle-t-on si peu de la délinquance sexuelle féminine ? Peut-on parler de pédophilie féminine ?
Tabou
Institutrice condamnée : la misogynie nous aveugle sur l'ampleur de la délinquance sexuelle féminine
Publié le 05 septembre 2012
Une institutrice de 33 ans a été condamnée lundi dernier à six mois de prison ferme pour avoir entretenu "une relation amoureuse" avec un adolescent de 12 ans. Une affaire qui soulève la question encore taboue de la délinquance féminine...
Daniel Zagury est psychiatre des hôpitaux, spécialiste de psychopathologie et de psychiatrie légale,Il est expert auprès de la cour d'appel de Paris.Il a été amené à témoigner dans de multiples procès pour d’importantes affaires criminelles (Guy Georges...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Daniel Zagury
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Daniel Zagury est psychiatre des hôpitaux, spécialiste de psychopathologie et de psychiatrie légale,Il est expert auprès de la cour d'appel de Paris.Il a été amené à témoigner dans de multiples procès pour d’importantes affaires criminelles (Guy Georges...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une institutrice de 33 ans a été condamnée lundi dernier à six mois de prison ferme pour avoir entretenu "une relation amoureuse" avec un adolescent de 12 ans. Une affaire qui soulève la question encore taboue de la délinquance féminine...

Atlantico : une femme de 33 ans a été condamnée pour avoir eu des relations sexuelles avec un mineur de 13 ans. Pourquoi parle-t-on si peu de la délinquance sexuelle féminine ? Peut-on parler de pédophilie féminine ?

 

Daniel Zagury : Il y a eu, dans la connaissance de la délinquance sexuelle, quatre grandes vagues. Tout d'abord le viol, ensuite l'inceste, la pédophilie, car, en effet, il faut se rappeler que le regard porté dans les années 80 sur le sujet était complètement différent.

 

Enfin, la dernière vague a été la délinquance sexuelle des femmes. C'était un sujet dont on ignorait tout, mais surtout que l'on voulait ignorer. On s'est petit à petit aperçu qu'il y avait beaucoup de femmes incarcérées pour ces motifs, et que c'était un vrai sujet. C'est un tabou, car la femme c'est la mère. Le tabou est lié au fait de télescoper la dimension sexuelle et la dimension chaste de la maternité. Nous avons tous au fond de nous une vision idéalisée de la femme mère. La dimension de la relation femme enfant est insupportable.

 

Nier la délinquance sexuelle des femmes est un réflexe très misogyne. Georges Canguilhem dans son livre « Le normal et le pathologique » affirme qu'on ne connaît la norme qu'à partir de sa transgression. Et, au fond, s'il n'y a pas de femmes qui commettent des actes de délinquance sexuelle, cela reviendrait à dire que les femmes n'ont pas de sexualité propre ou de normes sexuelles.

 

La pédophilie par définition, c'est l'attirance sexuelle exclusive pour les enfants pré pubères. Il y a dans la pédophilie l'horreur de la sexualité adulte et l'idéalisation de la sexualité infantile. Pour ce qui est de la pédophilie féminine, elle se situe soit dans un cadre intra-familial, soit dans un cadre extra-familial. Dans le premier cas, soit elles sont complices de leur conjoint, soit elles agissent par elles-mêmes. Dans la majorité des cas ce sont des femmes carencées, abusées dans leur jeunesse, déséquilibrées mais c'est rarement une préférence sexuelle exclusive pour les enfants.

 

Dans le cadre extra-familial, on trouve souvent des nourrices ou des baby-sitters qui sont engagées d'une manière plus ou moins durable avec les enfants. Mais il faut être prudent avec cette notion de pédophilie, très rare chez les femmes et qui recouvre une réalité bien précise. Dans le cas précis, je ne pense pas que l'on puisse parler de cela.

 

La délinquance sexuelle féminine est-elle plus facilement tolérée dans la société, à l'inverse de celle des hommes ?

 

Ce n'est pas la première histoire de ce genre qui défraie la chronique. On se souvient de l'affaire Gabrielle Russier, cette enseignante qui avait eu une liaison avec un de ses élèves, qui avait été condamnée pour détournement de mineur, et qui s'était suicidée. Cette femme a d'ailleurs inspiré la chanson « Mourir d'aimer » de Charles Aznavour. Mais cette histoire n'est pas vraiment comparable avec le cas actuel : elle impliquait un adolescent alors qu'ici, l'enfant n'est âgé que de douze ans.

 

Je pense qu'il y a des images qui viennent à l'esprit quand on parle de pédophilie masculine qui sont assez insupportables. En effet, on pense au pénis en érection, à la pénétration et à toute la violence physique et psychique exercée sur l'enfant. Ce sont des images horribles. On a plus de facilités à imaginer l'amour et la tendresse entre une femme et un pré-adolescent. Ce qui explique peut-être cette plus grande acceptation de la société, qui reste tout de même relative.

 

Aujourd'hui, la délinquance sexuelle féminine est-elle de plus en plus répandue dans notre société ?

 

Il est assez difficile de répondre à cette question. Je ne connais pas les chiffres exacts. Mais dans les maisons d'arrêt pour femmes, il y a un contingent non négligeable de femmes qui sont là directement pour des infractions sexuelles (un rapport avait énoncé un chiffre de l'ordre d'une femme sur dix). Pour beaucoup d'entre elles, ces infractions s'inscrivent dans des contextes de maltraitance. Reste à savoir si ce chiffre n'est pas très minoré. A partir du moment où les femmes ont une sexualité propre qu'il convient de reconnaître, il existe des transgressions. Mais il y a des cas qui n'arrivent jamais devant la justice, souvent de l'ordre de la caresse ou de l’ambiguïté.

 

L'institutrice a été condamnée à seulement 6 mois de prison ferme. Est-ce que les juges ont tendance à être plus cléments face à cette délinquance sexuelle féminine ?

 

Tout dépend du cas. Cette tendance peut même s'inverser. Le problème du déni et du tabou peut conduire à une plus grande sévérité. Si c'est un acte très « trash », la réaction risque d'être beaucoup plus sévère. On est quand même dans un rapport plus modeste que les actes sexuels commis par les hommes. J'ai rarement vu des femmes qui avaient une attirance exclusive pour les enfants. C'est pour cela que le mot pédophilie n'est pas très adapté.


Propos recueillis par Célia Coste

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
02.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
03.
Pourquoi l’influence de Melania Trump sur son mari dépasse de loin ce qu’on en voit
04.
Et la galaxie Benalla s'enrichit d'une nouvelle recrue : Mimi, la reine des paparazzis, qui "fabriqua" Macron...
05.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
06.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
07.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Indignez-vous… en permanence ! Stéphane Hessel et Twitter ont-il étranglé la démocratie ?
06.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ncm
- 11/09/2012 - 11:57
C'est psychologiquement moins violent ?
La pénétration est rarement forcé et l'inconscient collectif reste très ouvert au déniaisage.
L'époque où on envoyait le jeune mâle chez la pute pour faire son éducation est toujours très présent.

MAIS

Ce n'est pas parce que c'est doux que cela n'est pas traumatisant pour la psyché d'un enfant qui n'est peu être pas prêt à ressentir la sensualité et son corps. La femme est plus subtile et par là même plus cruelle dans ses perversions.

De plus, je tiens à ajouter que l'ascendant exercé par l'adulte sur le mineur est exactement le même.
Seule la violence physique fait la différence, mais en étant remplacé par une violence psychologique et manipulatrice.

Rappel : l'homme peut être violé par stimulation manuelle, encore plus un enfant.

En dédramatisant l'acte, on aide un peu à le dépasser, mais pas certain, je pense qu'en réalité on empêche des enfants de se sentir victimes, de prendre conscience d'un drame inconscient et de faire le travail de réparation nécessaire.

Cet enfant a été violé, c'est certain, c'est pour ça qu'il en parlé.

Cette femme aurait du être sévèrement condamné, et des recherches auraient due être entamé pour voir si il y avait d'autres victimes.

ヒナゲシ
- 08/09/2012 - 22:10
Le masculin de Misogynie s'il vous plait?

☞ http://fr.wikipedia.org/wiki/Misandrie
kettle
- 07/09/2012 - 15:39
Inégalité
"Un garçon peut être mature dès 11 ans, et à 12 ans il peut aussi séduire une femme ..."
-
Seduire oui. Mais mature... avec ses Playmobile peut etre.
Quand une gamine de 11 ans séduit un homme celui ci prend 10 ans ferme.