En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

05.

Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis

06.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la fraise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 9 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 35 min 12 sec
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 16 heures 53 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 18 heures 51 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 19 heures 41 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage au personnel soignant
il y a 21 heures 36 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 23 heures 49 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 1 jour 21 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 1 jour 47 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 17 heures
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 20 min 28 sec
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 15 heures 51 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 17 heures 23 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 19 heures 17 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 20 heures 59 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 23 heures 19 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 1 jour 8 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont plus les pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 1 jour 34 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 17 heures
Depuis le mois de mai, le prix du maïs a augmenté de 60% pour l'instant le riz a été épargné.
Depuis le mois de mai, le prix du maïs a augmenté de 60% pour l'instant le riz a été épargné.
Panum, vinum, boursinum

Envolée des cours, production en baisse et population en hausse : une énorme crise alimentaire mondiale est-elle sur le point d’éclater ?

Publié le 02 septembre 2012
Depuis mai, le prix 
du blé a augmenté 
de près de 40 %, 
celui du maïs de plus de 60 %. Riz et soja pourraient bien suivre la même tendance. Des hausses qui se traduiront par une augmentation des prix des aliments.
Philippe Chalmin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Chalmin est professeur d’histoire économique à l’Université Paris-Dauphine où il dirige le Master Affaires Internationales. Membre du Conseil d’Analyse Economique auprès du Premier Ministre, il est le président fondateur de CyclOpe, le ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis mai, le prix 
du blé a augmenté 
de près de 40 %, 
celui du maïs de plus de 60 %. Riz et soja pourraient bien suivre la même tendance. Des hausses qui se traduiront par une augmentation des prix des aliments.

Atlantico : La Banque mondiale s’est inquiétée jeudi de la hausse des prix des céréales, en déclarant : "nous ne pouvons tolérer que cette envolée historique des prix fasse peser un risque permanent sur les populations".  Les prix du maïs ont augmenté de 13 % entre juin et juillet dans certains pays d’Afrique, comme le Mozambique. Une crise alimentaire mondiale est-elle sur le point d’éclater ?

Philippe Chalmin : Une crise alimentaire du modèle de celle de 2007 / 2008, avec des émeutes et des instabilités politiques, est fort peu probable. Les tensions sur les prix mondiaux sont avant tout des divergences qui concernent le maïs et le soja et, dans une moindre mesure, le blé.

Pour l’instant, le marché de la céréale la plus importante pour les populations des pays en voie de développement, c’est-à-dire le riz, n’est pas touché. Voilà pourquoi la crainte d’une crise alimentaire modèle de ce que nous avons connu au cours des années 2007 / 2008 me paraît excessive.

Face à la flambée des prix actuels, ce sont les éleveurs des pays développés qui sont les plus touchés, notamment ceux de volaille et de porc, dans la mesure où ils peuvent avoir du mal à transférer la hausse du prix sur le marché des viandes.

Il est certain que pour différentes populations pour lesquelles le maïs joue un rôle important, notamment les pays d’Amérique latine comme le Mexique, la situation est toute autre. Tout dépendra des approvisionnements locaux. S'ils sont mal faits, les pays risquent de connaître des situations pénibles comme des pénuries.

L’Afrique Sahélienne est une autre zone qui connaît une crise alimentaire profonde liée à la sécheresse de l’année dernière qui dure depuis plusieurs mois.

Les prix du maïs et du soja ont bondi respectivement de 25 % et 17 % sur le marché mondial, peut-on s’attendre sur le long terme à des répercussions sur la viande ?

Oui, mais pas de toutes les viandes ; sur le prix de la volaille et du porc, certainement. L’essentiel de la production de viande bovine n’utilise pas d’alimentation complémentaire ;  ce sont des exploitations situées dans des prairies, qui sont donc moins affectées. Par contre, on peut en trouver aux Etats-Unis dans les feed lots (parc d’engraissement), qui pourraient être touchées. En Europe, ce ne sera pas le cas.  

Contrairement aux Etats-Unis, à la Russie ou encore l’Ukraine, la France a réalisé une bonne récolte de blé,  Comment notre pays se prépare-t-il à l’augmentation des prix des aliments ?

La France n’est pas trop concernée pour le blé, la situation est bonne et le pays est un exportateur. La situation est plus difficile pour les exportateurs de porcs et de volailles. Nous avons actuellement des tensions autour de ce sujet-là...

Justement, le ministre de l’Agriculture Stéphane le Foll a déclaré dernièrement que des négociations sont en cours avec les céréaliers afin d’aider les éleveurs…

C’est vrai, mais je ne suis pas du tout sûr que les céréaliers soient prêts à vendre moins cher leurs céréales aux éleveurs, on est dans une logique de marchés mondiaux.

La Banque mondiale se dit prête à augmenter son programme d’assistance allant jusqu’à 9 milliards de dollars. Concrètement, comment cela peut-il prendre forme sur le terrain et cela sera-t-il suffisant  pour répondre à la demande ?

Nous raisonnons sur des échéances qui sont longues. La Banque mondiale a joué un rôle non négligeable dans la remise en cause des politiques agricoles ces vingt dernières années. Voilà quatre ans que la Banque mondiale fait de la question de l’agriculture une problématique importante, il faut développer des programmes pour établir une agriculture de premier rang. Le problème vient que les discours de la Banque mondiale n’ont pas été suivis de réalisations.  

L’assistance doit se faire dans les pays importateurs, il est essentiel de réhabiliter des programmes agricoles durables.

Les 20 principaux pays industrialisés et émergents attendent de connaître les prévisions agricoles des Etats-Unis, qui seront publiées le 12 septembre, avant de prendre des mesures. A quoi peut-on s’attendre comme prévision ?

Je ne m’attends pas à des prévisions catastrophiques, on a déjà dans les données des éléments négatifs. Selon moi, deux inquiétudes règnent : la première est de connaître l’impact que la sécheresse va avoir sur la récolte américaine, la seconde est de savoir si nous n’avons pas un accident climatique dans l’Hémisphère sud, un autre « el niño » qui pourrait mettre en péril d’autres récoltes en Australie et en Argentine.

Pour l’instant,  on ne sait que peu de chose, on n’a pas tous les détails, mais la flambée des prix est une anticipation. Sur le court terme, il y a presque rien à faire. En cas d’extrême détresse, il va falloir mettre en place des programmes d’aide alimentaire.  

Le vrai problème vient de notre manque d’investissement dans un programme agricole durable (avec des prix stables pour les agriculteurs), c’est la raison qui explique l’augmentation des prix tous les ans. Je ne vois pas une autre manière de relancer la dynamique agricole dans d’autres pays.

La Banque mondiale, l’Organisation Mondiale pour l’Alimentation (FAO) peuvent-ils engager une remise en cause de cultures destinées à la culture de biocarburants (maïs, sucre…) ?

Je pense que ce sont deux problèmes différents. La canne à sucre est une super machine pour capter la photosynthèse. L’éthanol aux Etats-Unis est différent, Je vois mal Barack Obama ou Mitt Romney à quelques mois des élections remettre en cause des programmes dont bénéficient des électeurs américains. Un jour, il va falloir finir avec les biocarburants de première génération qui pèsent un peu plus sur les cours mondiaux. Aujourd’hui, 1/3 de la production de maïs américaine est utilisée dans la production d’éthanol. Le Brésil étudie déjà la production de biocarburants de seconde génération à base de bagasse, qui n’entre pas dans l’alimentation.

Propos recueillis par Charles Rassaert

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (31)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
brokenenglish
- 03/09/2012 - 18:26
Inévitable
La référence à feu Pascal Sevran est tout à fait "dans le mille". Arrêtons la bienpensance politiquement correcte, et tous ces autres commentaires qui ne traitent que de détails....
Tôt ou tard, il va falloir limiter la population de cette planète.
A commencer par cesser de peupler des régions qui ne supportent que très difficilement la vie...
Pour moi, ce n'est même pas un débat. Nous n'avons pas le choix, ou bien on le fait, ou bien la nature le fera pour nous, ce qui sera nettement plus douleureux...
jerem
- 03/09/2012 - 15:30
viva les associations de consommateurs responsables
Que n'a t on pas eu a entendre pendant la semaine du 6 centilmes. "on attendait davantage' ..... C'est le moment de la cohérence pour un 2e tour de piste .... il faut aussi une baisse significatives des cereales .... on parlera apres des tensions sur les marchés, a propos desquels on evoque jamais la sortie de ces opérateurs qui n'ont rien a voir avec le produit sous jacent ..... ah oui, il apportent de la fluidité au marché .....Tu parles. comme une bonne grosse noix de graisse sur une chaine de velo ..... sans tache et sans reproche.
texarkana
- 03/09/2012 - 10:15
d'accord avec quarantined au sujet de l'intérêt de l'éthanol
et c'est certainement moins nocif pour l'environnement que le pétrole et ses horribles marées noires, quand il y aura des catastrophes style EXXon Valdez (20 ans aprés le sud de l'Alaska ne s'en est pas remis, mais chut! on n'en parle pas) avec l'éthanol, on en reparlera...