En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

07.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > International
Campagne électorale

Les élections américaines face à l’émergence d’un nouveau candidat : le coronavirus

il y a 31 min 21 sec
décryptage > International
Il paraît que c’est de l’humour

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Consommation
Mesures barrières... contre les kilos

Déjeuner chez soi par temps de confinement : attention surpoids

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Santé
Drame de la désindustrialisation

Vaccins contre le Covid-19 : mais qui sera capable de produire les dizaines de millions de doses nécessaires ?

il y a 2 heures 12 min
décryptage > Environnement
Alimentation

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

il y a 2 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 14 heures 46 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 15 heures 39 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 17 heures 43 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 18 heures 39 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 20 heures 41 min
décryptage > Société
Contagion

Petites prévisions sur l’impact du Coronavirus sur les inégalités

il y a 51 min 32 sec
décryptage > Santé
Crise silencieuse

Coronavirus : le défi des corps (contagieux) des malades décédés

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Politique
Stratégie offensive

"La France unie" : Emmanuel Macron lance un slogan bien moins rassembleur qu’il n’y paraît

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

il y a 2 heures 26 min
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 11 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 15 heures 8 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 16 heures 37 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 18 heures 16 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 19 heures 34 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 21 heures 14 min
© Reuters
Nathalie Kosciusko-Morizet et Bruno Le Maire continuent de s'accrocher dans la bataille qui les oppose à François Fillon et Jean-François Copé, donnés favoris, à la tête de l'UMP.
© Reuters
Nathalie Kosciusko-Morizet et Bruno Le Maire continuent de s'accrocher dans la bataille qui les oppose à François Fillon et Jean-François Copé, donnés favoris, à la tête de l'UMP.
Figurants ?

En perdition dans les sondages : les petits candidats joueront-ils un rôle dans la bataille de l’UMP ?

Publié le 01 septembre 2012
Même s'ils peinent à récolter leur parrainages, les petits candidats comme Nathalie Kosciusko-Morizet, Xavier Bertrand ou Bruno Le Maire continuent la course acharnée à la présidence de l'UMP. Un sondage Atlantico/Ifop montre toutefois qu'ils restent nettement distancés par les deux favoris, Jean-François Copé et François Fillon.
Thomas Guénolé est politologue et maître de conférence à Sciences Po. Son dernier livre, Islamopsychose, est paru aux éditions Fayard. Pour en savoir plus, visitez son site Internet : thomas-guenole.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Guénolé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Guénolé est politologue et maître de conférence à Sciences Po. Son dernier livre, Islamopsychose, est paru aux éditions Fayard. Pour en savoir plus, visitez son site Internet : thomas-guenole.fr
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Même s'ils peinent à récolter leur parrainages, les petits candidats comme Nathalie Kosciusko-Morizet, Xavier Bertrand ou Bruno Le Maire continuent la course acharnée à la présidence de l'UMP. Un sondage Atlantico/Ifop montre toutefois qu'ils restent nettement distancés par les deux favoris, Jean-François Copé et François Fillon.

A (re)lire, le sondage Atlantico/Ifop : Présidence de l’UMP : + 14 points en 15 jours, Fillon creuse l’écart avec Copé

Atlantico : En marge du duel annoncé entre François Fillon et Jean-François Copé, les autres prétendants à la direction de l'UMP veulent tirer leur épingle du jeu. Nathalie Kosciusko-Morizet, Bruno Le Maire ou Xavier Bertrand ont-ils leur chance ?

Thomas Guénolé : Comme avant eux les adhérents du PS pour la primaire de 2006, ou les sympathisants socialistes pour celle de 2011, les adhérents de l’UMP vont probablement voter en fonction de trois facteurs. Le premier est l’état des sondages, qui agissent comme une prophétie auto-réalisatrice : c’est la fameuse idée « je voterais bien pour untel mais il n’a aucune chance de gagner. » Le deuxième est leur adhésion au message de tel ou tel candidat, ce qui explique en 2011 la percée spectaculaire d’Arnaud Montebourg. Le troisième est la mobilisation, dans l’appareil du parti, de rabatteurs de voix en faveur de tel ou tel candidat.

Le premier facteur, les sondages, pénalise aussi bien Nathalie Kosciusko-Morizet que Bruno Le Maire ou Xavier Bertrand. Cette prophétie auto-réalisatrice les enferme dans un statut de candidats de seconde division dont il est quasiment impossible de sortir. Tout au long de la campagne, leur traitement médiatique et la façon dont ils seront perçus par les adhérents de l’UMP ne seront probablement pas les mêmes que pour les deux favoris.

Le deuxième facteur, le message, est la véritable chance de percée pour chacun d’entre eux. Pour reprendre l’exemple d’Arnaud Montebourg, parvenir à exprimer un message porteur absent du discours des deux favoris – à l’époque François Hollande et Martine Aubry – génère un début de hausse dans les sondages, qui entraîne un traitement médiatique différent autour du thème du troisième homme, qui entraîne en retour une accélération de la hausse dans les sondages. Le mécanisme est comparable à celui, en bourse, d’une bulle spéculative. Toute la difficulté est alors, pour les candidats à la présidence de l’UMP enfermés en seconde division, de trouver un message à la fois porteur dans l’électorat de droite, encore inoccupé par les deux favoris, et qui ne les enferme pas dans une posture de témoignage sur un thème secondaire. En d’autres termes, ils sont condamnés à la créativité maîtrisée.

Le troisième facteur, les rabatteurs de voix, défavorise clairement Nathalie Kosciusko-Morizet et Bruno Le Maire, qui n’ont pas en la matière un réseau comparable à celui des deux favoris. En revanche, Xavier Bertrand, qui a été un temps secrétaire général de l’UMP, a pu se créer un embryon de réseau dans l’appareil. Il est donc moins pénalisé qu’eux sur ce terrain. Il faut toutefois noter que si ses sondages ne décollent pas, ce réseau se délitera, selon toute vraisemblance.

Quel rôle peuvent jouer ces "petits candidats" ?

Si on parle d’un rôle comme dans une pièce de théâtre, et si l’on simplifie à grands traits, nous avons la femme d’avenir, le technocrate et le manœuvrier.

Bien qu’elle descende d’une très longue tradition politique familiale, qui d’ailleurs vient de la gauche, Nathalie Kosciusko-Morizet renvoie une image de jeunesse et de modernité. Les thèmes sur lesquels elle est clairement identifiée portent sur l’avenir, qu’il s’agisse des enjeux du numérique ou de l’écologie. Réciproquement, on peine encore à cerner son positionnement d’ensemble et ses idées sur d’autres thèmes. Bien qu’elle récuse l’idée qu’on vote pour une femme seulement parce que c’est une femme, cela compte qu’elle soit actuellement, parmi les personnalités d’envergure nationale, la seule femme politique de droite à affirmer sa propre trajectoire autrement que par l’exposition people. Paradoxalement, cela peut la desservir, car les électeurs de droite, y compris les femmes, sont nettement moins enclins à voter pour une femme que les électeurs de gauche.

Bruno Le Maire, pour sa part, a pour désavantage de renvoyer une image de technocrate. Il exprime une parfaite maîtrise des dossiers, sans que s’en dégage un message porteur qui puisse susciter l’engouement des adhérents de l’UMP. C’est un vrai problème qui peut rendre sa candidature inaudible.

Quant à Xavier Bertrand, on ne dispose pas à ce stade d’éléments qui permettent de voir quel rôle il pourra jouer, hormis celui de pousser son atout d’embryon de réseau dans l’appareil.

Maintenant, si on parle du rôle comme acteur dans un rapport de force, la question est surtout de savoir qui parmi eux va aller au bout, et qui va se rallier à l’un des deux favoris. Cela étant, quand on voit les atouts et handicaps respectifs de ces trois prétendants, ce qui frappe, c’est leur complémentarité potentielle. Nul doute, même si c’est peu probable, qu’ils gagneraient à faire attelage commun : c’est à eux trois qu’ils font un challenger complet.

 

Les primaires du PS avaient été un véritable tremplin pour Arnaud Montebourg et Manuel Valls. Est-ce que l’élection à la présidence de l’UMP pourrait également permettre à une jeune personnalité de droite d’émerger ?

Le vrai tremplin, ce furent les débats organisés par la télévision publique, et non pas les primaires en elles-mêmes. Si Arnaud Montebourg et Manuel Valls ont été révélés comme future relève au PS, c’est parce que les électeurs socialistes ont pu au fil de ces émissions les découvrir, entendre leurs messages respectifs, et constater qu’ils avaient la consistance et l’envergure pour porter ces messages.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, pour ce qui concerne l’émergence d’une relève à droite grâce à l’élection du président de l’UMP, c’est la présence ou l’absence de débats télévisés sur une chaîne de grande écoute qui sera déterminante.

Qui voyez-vous jouer un rôle important dans les prochaines années ?

Il est encore trop tôt pour se prononcer. Du reste, l’histoire de la vie politique abonde de personnalités auxquelles on pouvait imaginer un grand destin et qui finalement n’ont jamais vraiment percé ou ont échoué à deux ou trois marches de l’arrivée. Réciproquement, elle est pleine de personnalités dont on n’imaginait guère qu’elles sortiraient du lot, et qui pourtant se sont imposées.

Se désister très tôt en faveur d’un grand candidat comme l’ont fait Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez n’est-il pas finalement une meilleure stratégie pour peser dans le futur au sein du parti ?

C’est objectivement la tactique la plus prudente. Ce n’est la meilleure que si l’on n’est manifestement pas en mesure de faire un score de premier tour qui permette de se positionner en arbitre du second.

Seul M. Bertrand – qui dispose de réseaux dans l'appareil en tant qu'ancien secrétaire général – semble pour l'heure en mesure de réunir les quelque 8 000 parrainages nécessaires. Peut-il être le troisième homme de cette élection ?

Si l’on reprend les trois facteurs déterminants, comparé à Nathalie Kosciusko-Morizet et Bruno Le Maire, Xavier Bertrand a effectivement un avantage en termes de rabatteurs de voix. Mais comme eux, il est pénalisé par la prophétie auto-réalisatrice des sondages qui l’enferment en seconde division, et comme eux, il ne peut créer la surprise qu’avec un message à la fois porteur chez l’électorat UMP et sur un thème inoccupé par les deux favoris, ce qui est une vraie gageure. Par ailleurs, s’il y a débat entre candidats, et si ce débat est largement médiatisé, l’impact des rabatteurs de voix dans l’appareil du parti sera quantité négligeable.

En tant que secrétaire général de l'Association des amis de Nicolas Sarkozy et possible candidat, Christian Estrosi peut-il jouer un rôle d’arbitre ? Travaille-t-il pour le retour de l’ancien président de la République ?

L’Association des amis de Nicolas Sarkozy, à ce stade, n’est ni un courant, ni un réseau. C’est plus simplement un club de ceux qui furent les lieutenants de Nicolas Sarkozy durant sa présidence et qui, en constituant cette association, signifient à l’ensemble de la droite qu’eux-mêmes, pour reprendre la métaphore sportive déjà utilisée, ne jouent pas dans la même division que les autres personnalités du parti.

Si Christian Estrosi a un poids, ce n’est donc pas au titre de ce club, mais en tant que chef de file de l’UMP niçoise, un fort bastion de la droite, bien qu’il soit contesté dans ce rôle par son ancien bras droit Eric Ciotti. Depuis plusieurs années, le maire de Nice s’efforce manifestement de densifier sa parole publique, de sortir de l’image sécuritaire qui lui colle à la peau, et de développer sa propre trajectoire au sein de l’UMP. Il lui sera difficile de poursuivre ce travail sans être candidat : s'il l'est, ses positionnements encore peu relayés, sur le social par exemple, peuvent créer la surprise dans le débat, sauf s'il opte au bout du compte pour une partition sécuritaire.

Par ailleurs, il semble qu’il soit en train de prendre fait et cause pour le retour de Nicolas Sarkozy en vue de 2017. Cependant aucun des candidats ne pourra se positionner comme préparateur de ce retour, puisque le principal intéressé a déjà fait en sorte qu'on sache qu'il ne prendra pas parti dans la compétition.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

07.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
carredas
- 02/09/2012 - 09:46
@ghislfa
Selon vous donc, un fonctionnaire maître de conf et chargé de cour(t)s doit avant tout se préoccuper du parti des fonctionnaires c'est à dire le PS...?
Votre aplomb dans la mauvaise foi et le parti pris est remarquable !
Quant au cirque médiatique destiné au bas peuple, j'en pleure de rire, surtout quand me reviennent les extases médiatiques qui ont accompagné les primaires socialistes qui étaient TELLEMENT démocratiques...

Vincennes
- 02/09/2012 - 00:17
J'ai tapé trop vite et il faut lire :
dont l'ex/chef a disparu et il vaut mieux être sourd. Mille excuses
Vincennes
- 01/09/2012 - 23:48
@ghiffla qui écrit :"un parti en perdition dont l'ex/Chef a
paru pour cause de veste électorale doublée d'une déroute politique"....
il faut être sourd que d'entendre ça.......vous oubliez que m.petites blagues a été élu à la MINORITE des français votants et que malgré la detestation des médias qui étaient pratiquement tous contre Sarko et cette propagande sur les chaines publiques pourtant payés sur nos deniers......... Sarko a réussi à obtenir 48,5%......c'est ça une veste électorale, pour vous? veste électorale vers laquelle se dirige Moi Je petit Pdt euh euh.
Vous parlez, également, de déroute politique!!! belle déroute politique pour qqu'un à qui l'on propose entre 280.00/300.00€ pour 45minutes de conférences. Pas mal comme déroute