En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

03.

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

06.

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

07.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Négociations
Le Ségur de la santé a été prolongé en l’absence d’un accord
il y a 4 min 3 sec
pépites > Politique
Plus que quelques heures à patienter ?
Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif
il y a 1 heure 57 min
pépites > Politique
Première visite officielle
Le nouveau Premier ministre, Jean Castex, effectue son premier déplacement sur le site de production de X-Fab
il y a 4 heures 57 min
pépite vidéo > International
Campagne électorale
Donald Trump estime que l'Amérique doit être fière de son histoire
il y a 6 heures 34 min
décryptage > Santé
Trop, c’est trop

Si la pandémie vous a rendu maniaque de la propreté, voilà ce que vous devriez savoir pour tempérer vos ardeurs

il y a 8 heures 18 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 10 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 11 heures 47 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 12 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 22 heures 39 min
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 1 jour 2 heures
pépite vidéo > Politique
Nouveau Premier ministre
Retour sur le parcours politique de Jean Castex
il y a 40 min 32 sec
light > High-tech
Game over
Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel
il y a 4 heures 25 min
pépites > Politique
Fin du suspense
Michèle Rubirola est élue maire de Marseille
il y a 5 heures 19 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection

il y a 7 heures 46 min
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 10 heures 14 min
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 11 heures 14 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 12 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 22 heures 24 min
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
Vincent Peillon rencontre ce jeudi les syndicats du monde enseignant.
© Reuters
Vincent Peillon rencontre ce jeudi les syndicats du monde enseignant.
Fini la récré

Vincent Peillon saura-t-il gérer les syndicats de l'Education nationale sans en devenir l'otage ?

Publié le 30 août 2012
Après avoir lancé les grandes lignes de ce qu'il appelle "la rentrée du changement", Vincent Peillon rencontre jeudi les organisations syndicales du monde enseignant. Le ministre va devoir imposer ses réformes, tout en ménageant l'un de ses électorats les plus précieux.
Stéphane Sirot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Sirot est historien, spécialiste des relations sociales, du syndicalisme et des conflits du travail.Il enseigne l’histoire politique et sociale du XXe siècle à l’Université de Cergy Pontoise.Derniers ouvrages parus : « Les syndicats sont-ils...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après avoir lancé les grandes lignes de ce qu'il appelle "la rentrée du changement", Vincent Peillon rencontre jeudi les organisations syndicales du monde enseignant. Le ministre va devoir imposer ses réformes, tout en ménageant l'un de ses électorats les plus précieux.

Atlantico : Vincent Peillon rencontre ce jeudi les syndicats du monde enseignant. Ministre de l’Éducation nationale a toujours été un exercice difficile. On ne compte d'ailleurs plus les ministres de droite comme de gauche qui ont servi de fusibles sans parvenir à réformer l’École. Vincent Peillon peut-il échapper à cette malédiction ?

Stéphane Sirot : Il faut préciser qu’en dépit du fait que l’on dise que l’Education nationale est impossible à réformer, depuis une dizaine d’année, il y a eu énormément de changement dans ce secteur, même si ces changements, du fait de l’orientation qui leur a été donnée, ont rencontré l’opposition d’une grande partie des syndicats de la profession. Aujourd’hui, le gouvernement bénéficie plutôt d’un a priori positif chez les organisations syndicales. En effet, la sympathie à l’égard du pouvoir en place est manifeste, notamment chez l’un des syndicats principaux, la FSU. On l’a bien vu depuis l’élection de François Hollande. Cela est certainement dû en partie au fait que durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, il y a eu des moments extrêmement difficiles entre le pouvoir et les syndicats. C’est même l’un des secteurs qui a connu le plus fort déficit de dialogue social.

Vincent Peillon a plutôt des alliés que des opposants chez les syndicats. S’il a une démarche suffisamment intelligente et habile et qui ne consiste pas à faire passer les réformes « en force » et sans véritable confrontation, en laissant s’ouvrir le dialogue, il aura plutôt un bon accueil de la part des enseignants, notamment du primaire, la question des rythmes scolaires étant largement centrés sur le primaire. Il y aura bien sûr des discussions sur les modalités, et cela pourra faire naître quelques points de désaccords mais en globalité, mais sur les grandes lignes, il n’y a pas d’opposition syndicale. L’opportunité pour le ministre et pour le gouvernement est donc évidente à saisir.

Les syndicats ont la réputation d’être systématiquement hostiles à toute réforme… Dès lors, le ministre parviendra-t-il à faire sauter les verrous ? Quelles sont ses marges de manœuvre ?

Il a des relais dans le monde syndical, notamment au sein du syndicat de l’Education nationale. Certaines personnalités sont en effet très proches du gouvernement en place.

Je pense que malgré tout, il n’est pas tout à fait exact d’affirmer que les syndicats de l’éducation s’opposent systématiquement aux réformes. Il faut distinguer plusieurs niveaux : les syndicats ont plus de mal à accepter les changements en matière de statut du personnel. En effet, il y a globalement un refus de voir évoluer les choses d’une manière trop brutale. En revanche, ils sont plus ouverts sur la question de réformes éventuelles en matière de contenu éducatif, de rythmes scolaires, de fonctionnement du système par rapport à l’élève.

Si le ministre actuel veut obtenir des changements en matière de pédagogie et de rapport entre l’institution et l’élève, il a tout intérêt à laisser de côté tout ce qui concerne d’éventuels changements en matière de statut des enseignants. C’est un thème qui, de fait, braque les organisations syndicales.

Quelles vont être les principales revendications des syndicats. La création de 10 000 postes par an dans l’Éducation nationale promise par Vincent Peillon suffira-t-elle à les contenter ?

La création de ces postes est à elle seule déjà une très bonne nouvelle pour les syndicats dans la mesure où il y a eu, ces dernières années, l’équivalent de 80 000 suppressions d’emplois en 5 ans.

Cependant, il y a bien d’autres sujets, notamment la question de la revalorisation salariale. Le monde enseignant comme les fonctionnaires n’ont pas connu d’amélioration de leur rémunération depuis déjà deux ans. Cela peut apparaître comme un sujet de discussion quelque peu abrupt. Mais de toute évidence, la rencontre va se faire dans la conciliation et dans la discussion. Les sujets qui fâchent ne seront surement pas abordés pour l’instant car personne n’a vraiment envie de les soulever. On ne veut pas gâcher les retrouvailles de la négociation.

Un ministre de gauche a-t-il plus de chances de réussir qu’un ministre de droite ? Claude Allègre, Jean-Pierre Chevènement ou encore Lionel Jospin, pourtant socialistes, n’ont pas été épargnés ni par les syndicats ni par la rue…

Pas forcément. C’est surtout le contenu de la politique qui peut poser problème dans le monde enseignant. Il existe un a priori positif aujourd’hui de la part des syndicats mais il n’est pas du tout évident qu’il soit durable.

Le dernier ministre était Claude Allègre, qui, par ses déclarations « à l’emporte-pièce » a pu braquer ses interlocuteurs. On aurait même pu croire qu’il avait tout fait pour se faire détester, et il a réussi… Mais cela remonte déjà à plus de dix ans et pendant ce temps, le corps enseignant et les syndicats ont énormément évolué. Cela est notamment dû à des départs à la retraite et à des taux de syndicalisation plus faible. La situation est donc profondément différente de celle qu’on a pu connaître lorsque le dernier ministre de l’éducation de gauche était au pouvoir.

Vincent Peillon n’a plus le même contexte et les mêmes interlocuteurs. Il est donc difficile de le comparer aux autres. Il est aujourd’hui face à une page vierge. Cela peut être un réel atout pour lui.

A l’inverse, le risque n’est-il pas que Vincent Peillon soit trop complaisant avec les syndicats dans un contexte de crise et de restrictions budgétaires ?

Je ne pense pas car, manifestement, il n’a pas l’intention de leur accorder plus que ce qui a été annoncé par François Hollande lors de la campagne électorale. Il n’encoure pas, pour le moment, le risque de mobilisation massive du monde enseignant.

Les syndicats même savent très bien qu’il n’ira pas au-delà de ce qui a été annoncé. Mais il ne faut pas oublier que la fin des suppressions de postes d’enseignants a déjà été un énorme soulagement pour eux.

Vincent Peillon pourra toutefois agir sur les petites réformes qui ne coutent rien au gouvernement. C’est ce qu’il a fait récemment en abrogeant les évaluations des enseignants.

François Hollande a fait de l’Éducation sa grande priorité durant sa campagne. Si Vincent Peillon venait à échouer, cela pourrait-il entacher l’image du président de la République auprès du monde enseignant qui a largement voté pour lui ?

Le monde enseignant, et plus largement la fonction publique, constitue traditionnellement un des bataillons de l’électorat du Parti socialiste. Il avait, par ailleurs, eu tendance à le perdre, notamment à cause d’anciens ministres comme Claude Allègre. Il y a tout intérêt à bien manœuvrer pour ne pas perdre cette partie du corps électoral. Le Parti socialiste sait très bien qu’une des raisons de ses précédentes défaites électorales tenait à la désaffection des enseignants et de la fonction publique. Mieux vaut donc, si François Hollande souhaite se faire réélire dans cinq ans, éviter des confrontations trop directes avec les organisations syndicales. En même temps, l’équation reste assez complexe du point de vue des organisations de parents d’élèves, qui comptent énormément dans le monde enseignant. Le gouvernement doit tenir compte de tous les interlocuteurs et doit essayer de concilier tout le monde en trouvant une forme d’équilibre.

Propos recueillis par Célia Coste et Alexandre Devecchio

Suivre @celia124 

Suivre @alex_devecch

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
guigou
- 30/08/2012 - 21:40
commentaires idéologiques débiles
Pour une fois que l'on a un article sur l'éducation écrit par un vrai spécialiste qui sait de quoi il parle, les commentaires sont plus affligeants les uns que les autres. L'auteur sait vraisemblablement de quoi il parle, ça change des "think" tank de l'UNI, du faux journaliste anonyme Céléstin ou de blogueurs béni oui-oui libéraux...
La droite française restera stérile tant qu'elle ne sera que le refuge de petits esprits imbus de leur pseudo culture gavée d'idéologie à l'image de leur prophète Sarkozy.
prochain
- 30/08/2012 - 21:29
"Sensibles au maintien des services publics"
Jolie formule pour dire : sensibles à l'immortalité de leurs statuts, des rentes à vie c'est-à-dire la pérennité de privilèges dont la création date de 1946. Les réformes réalisées par certains membres de l'EU comme la Suède où les enseignants n'ont plus "le statut" était de mauvais augure...Il était assez logique de choisir "l'apaisement" incarné par le "bon" sauveur.
olivier9275
- 30/08/2012 - 16:52
Impressionnant !
Vincent Peillon est impressionnant sur la photo: avec son petit poing levé, on sent qu'il va être solide comme un roc face à la grogne des enseignants ! C'est vraiment très rassurant...