En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© Flickr/educationdynamics
La jeune génération a-t-elle peur de s'engager ?
L'amour libre

La génération Y face à la crise : engagement et vie sentimentale ne font plus bon ménage

Publié le 28 août 2012
Portrait-robot de ceux qui réinventent le concept "d'adulte". Deuxième volet : le couple (2/4).
Professeur de sociologie à l’université Paris Descartes, François de Singly dirige le Centre de recherches sur les liens sociaux du CNRS. Il a notamment publié Séparée. Vivre l’expérience de la rupture (A. Colin, 2011) et vient de publier En famille à...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François de Singly
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur de sociologie à l’université Paris Descartes, François de Singly dirige le Centre de recherches sur les liens sociaux du CNRS. Il a notamment publié Séparée. Vivre l’expérience de la rupture (A. Colin, 2011) et vient de publier En famille à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Portrait-robot de ceux qui réinventent le concept "d'adulte". Deuxième volet : le couple (2/4).

La jeune génération a-t-elle peur de s’engager ? C’est souvent ainsi que la question est posée à propos des relations amoureuses. Il serait temps de rompre enfin avec une telle nostalgie du mariage institution pris comme symbole de l’engagement et de la logique quasi virile du défi (avoir peur). Pourquoi les relations amoureuses devraient-elles emprunter les chemins de l’engagement ? Ce n’est pas un vocabulaire qui relève historiquement de l’imaginaire amoureux.

En Occident, l’amour entre deux êtres ne se définit pas par l’amplitude de l’engagement, il se définit avant tout par un sentiment de reconnaissance mutuelle. C’est dans les contes de fée, inventés plus tard par des moralistes, soucieux de la reproduction sociale que l’histoire d’amour doit déboucher sur un engagement : « Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants ! ». Mais les histoires d’amour dans les romans, ensuite au cinéma, et aujourd’hui dans les séries, ce n’est pas cela. En effet, rares sont celles qui se concluent comme dans les contes.

Aujourd’hui les jeunes générations prennent, consciemment ou non, comme modèle de référence pour mener leur vie amoureuse le modèle de l’amour occidental et non celui du conte moral de fées. Ils demandent, dans un univers qui n’est pas nécessairement tendre, un petit monde où ils pourront être enfin eux-mêmes, sans crainte de jugement, où idéalement la valeur de l’amour n’est pas équivalente à la valeur sociale, monétaire des deux personnes. La meilleure preuve de l’existence de l’amour c’est que les plus riches ne sont pas nécessairement les plus aimés. On lit et on relit dans les journaux People cette vérité si décisive d’un autre monde, à côté du monde officiel où on compare les salaires, des fortunes, où on affiche le montant des transferts. Dans le petit monde de l’amour, on se sent estimé autrement. Beaumarchais a donné la définition de l’amour dans une de ses pièces : « Ah qu’il est doux d’être aimé pour soi-même ».

Les jeunes générations inscrivent leurs expériences amoureuses dans cette histoire de l’amour en Occident. Ils considèrent, comme un sondage récent l’indique, que Titanic est le plus grand film d’amour. Or, est-ce que Jack et Rose sont engagés ? Non, Rose était même engagée à un autre homme. Mais dans cette relation officielle, elle n’était pas reconnue, elle était avant tout "fille de". Or, elle voulait exister à titre personnel, et Jack, un artiste, approuve son projet. Il l’autorise à s’émanciper. Titanic est l’histoire d’une relation amoureuse réussie, le critère de sa durée, de l’engagement n’est pas celui qui est pris en compte. Rose conservera le souvenir de cette rencontre, de cette reconnaissance toute sa vie. Cela a peu à voir avec le langage de l’engagement.

Les jeunes tombent amoureux, comme ceux et celles de générations précédentes. Mais ils font un pas de plus dans la dissociation entre la relation amoureuse et l’engagement institutionnel. Ils ne veulent pas confondre les deux niveaux. Contrairement au modèle dominant jusqu’aux années 70, l’entrée dans l’amour, même sérieux, l’entrée dans la vie conjugale sous le même toit, le passage devant monsieur ou madame le/la maire, l’installation dans la vie parentale sont très différenciés ! Ce qui les distingue, c’est le fait de ne pas se précipiter à faire tout très vite. Non, le mariage, lorsqu’il vient, ne se fait pas avant trente ans. Non, le premier enfant a aussi des parents souvent trentenaires. Ces jeunes ne veulent pas être enfermés trop vite dans les traites d’une maison ou d’un appartement, dans les lourdeurs des tâches domestiques. Ils rêvent – et c’est leur droit le plus strict – d’un monde privé, léger.

Pourquoi cette légèreté revendiquée par les jeunes ? Ils ne veulent pas que l’amour soit gâché trop vite par les pesanteurs de la vie quotidienne, par les routines, par une certaine fossilisation de la division du travail entre les sexes. Ils veulent que la reconnaissance de l’amour ne se termine pas en un enfermement identitaire. Ils rêvent d’un amour qui soit compatible avec le développement personnel. Ils continuent ainsi la grande aventure de l’Amour.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

03.

Comment Facebook entend bénéficier du malaise général des utilisateurs de Tinder et autres applications de rencontres

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

07.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

01.

Que peut faire la France pour éteindre le feu des marchés ?

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi parle-t-on si peu de la jeune Palestinienne assassinée en Cisjordanie ? Parce que ce ne sont pas les Israéliens qui l'ont tuée !

01.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

02.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Voilà ce qu’on protège vraiment en protégeant le mode de vie européen (et pourquoi le défi est de taille)

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ghislfa
- 28/08/2012 - 12:03
Ils ont bien raison
Entre les unions qui explosent et celles qui se traînent sans perspectives, çà fait certainement un bon pourcentage d'échecs.
Le modèle "âmes sœurs" a du plomb dans l'aile même si le système de transmission des bien qui le sous-tend reste solide.
L'éternel problème est le souci du mâle de s'assurer que la descendance est bien la sienne et celui de la femelle d'assurer à la sienne un avenir meilleur. Les deux (descendances) ne se superposent pas toujours.