En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 8 heures 9 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 9 heures 6 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 9 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 10 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Jonas Fink, le libraire de Prague" : romance dérisoire, triste printemps, mais très bonne BD

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Environnement
Transition

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Politique
Monde d'après

Le "rebranding" de la "marque"Macron, opération à risque

il y a 14 heures 4 min
décryptage > High-tech
Bienfaits

Pourquoi les jeux vidéo sont (aussi) un moyen essentiel pour les enfants de garder des liens sociaux

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Economie
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

il y a 15 heures 49 sec
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

il y a 15 heures 23 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 8 heures 39 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 9 heures 28 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 10 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Sapiens", un livre formidablement intéressant et enrichissant

il y a 11 heures 51 min
décryptage > Economie
Rien ne change

L’épuisement du petit patron français devant la relance de l’activité…

il y a 13 heures 18 min
décryptage > International
Civilisation des algorithmes

Trump contre la Silicon Valley : la guerre culturelle féroce qui nous concerne beaucoup plus qu’on ne le croit

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Politique
Angles morts

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

il y a 14 heures 18 min
décryptage > International
Nouvelle guerre froide ?

Le plan secret de la Chine pour tenter de restaurer son image (et gagner la bataille de la propagande)

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Santé
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

il y a 15 heures 13 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne
il y a 15 heures 24 min
© Reuters
Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a confirmé son cap à 1,2% de croissance en 2013.
© Reuters
Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a confirmé son cap à 1,2% de croissance en 2013.
Douche froide

Rentrée budgétaire : que compte faire le gouvernement pour tenir les 3% de déficit avec le coup de mou de la croissance ?

Publié le 22 août 2012
A un mois de la clôture du budget 2013 par le gouvernement, Pierre Moscovici a confirmé son cap à 1,2% de croissance en 2013 alors que la Cour des comptes et d'autres instituts publics et privés misent sur des niveaux encore plus faibles.
Jean Peyrelevade fait partie de l'équipe de campagne de François Bayrou pour l'élection présidentielle.Ancien conseiller économique du Premier ministre Pierre Mauroy, il fut également directeur adjoint de son cabinet.Économiste et administrateur de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Peyrelevade
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Peyrelevade fait partie de l'équipe de campagne de François Bayrou pour l'élection présidentielle.Ancien conseiller économique du Premier ministre Pierre Mauroy, il fut également directeur adjoint de son cabinet.Économiste et administrateur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A un mois de la clôture du budget 2013 par le gouvernement, Pierre Moscovici a confirmé son cap à 1,2% de croissance en 2013 alors que la Cour des comptes et d'autres instituts publics et privés misent sur des niveaux encore plus faibles.

Atlantico : A un mois de la clôture du budget 2013 par le gouvernement, Pierre Moscovici a confirmé son cap à 1,2% de croissance en 2013 alors que la Cour des comptes mise sur 1% et que d'autres instituts publics et privés prévoient un niveau encore plus faible. Le gouvernement pourra t-il maintenir son objectif de 3% de déficit en 2013 ?

Jean Peyrelevade : Les prévisions de croissance seront sans aucun doute plus faibles que ce que le gouvernement avait espéré car nous sommes en panne de croissance de manière générale en Europe et, plus spécifiquement, en France.

En dépit de notre difficulté à générer de l'activité économique, le gouvernement sera obligé de maintenir son objectif de déficit à 3% pour l'année prochaine pour des raisons de crédibilités financières et politiques. Inéluctablement, des efforts supplémentaires sont à prévoir.

Les différents instituts de statistiques contrarient les prévisions de Pierre Moscovici qui maintient un objectif de 1,2% de croissance pour 2013. Le gouvernement devra alors affronter avec courage deux nécessités objectives si nous souhaitons retrouver le chemin de la croissance : redonner de l'oxygène aux entreprises sans attendre en transférant une partie des charges sociales sur la CSG - la Contribution sociale généralisée - afin de relancer immédiatement la compétitivité des industries françaises à l'exportation, l'innovation et l'investissement et, enfin, commencer à diminuer la dépense publique. Une mesure indispensable aujourd'hui.

Bercy a prévenu qu'il faudrait encore 15 milliards d'euros de hausses d'impôts supplémentaires pour atteindre les 3% de déficit en 2013. Où le gouvernement peut-il trouver de nouvelles recettes ?

Il ne s'agit pas de la bonne méthode. Il ne faut surtout pas continuer d'augmenter les impôts comme ce fut le cas jusqu'à présent car cela ne favorisera en rien une quelconque relance de l'appareil productif. La seule solution viable étant la diminution de la dépense publique.

Cependant, si telle est la voie poursuivie par le gouvernement, il sera difficile pour celui-ci de trouver 15 milliards d'euros sans toucher les entreprises - ce qui serait alors contraire aux objectifs de compétitivité officiellement poursuivis. Dès lors, le gouvernement devra tabler sur les impôts à large assiette (montant à partir duquel est calculé un impôt, ndlr) c'est à dire la TVA ou l'impôt sur le revenu sur l'ensemble de la population.

Une hausse de la CSG est probable. Il faut alors espérer qu'elle soit utilisée à bon escient afin d'alléger les charges sociales des entreprises, ce qui ne créerait pas, dans ce cas, de nouvelles recettes pour le budget de l'Etat.

Quelles sont les sources d'économies encore à disposition du gouvernement ?

Il existe trois sources d'économies possibles pour le gouvernement qui renvoient à des problèmes structurels et politiquement difficiles :

  • Il faut que les régimes de retraites soient équilibrés et fixer l'âge de la retraite au même niveau que celui des Italiens ou des Allemands, soit 65 ans, voire 67 ans.

  • Supprimer une couche d'administration locale quelle qu'elle soit afin de réaliser des économies de fonctionnement, un des facteurs d'amélioration de l'ensemble de notre compétitivité. Toutes les entreprises ont appris à supprimer une couche dans les structures de hiérarchie verticales. Sur ce point, je rejoins Bruno Le Maire que je trouve très courageux.

    • Réformer l'Assurance maladie en revisitant de fond en comble le régime d'assurance que se soit avec la carte des hôpitaux, la prévention, la distribution des médicaments ou les génériques.

Malheureusement, je ne pense pas que le gouvernement réalisera les économies nécessaires.

Quelle doit être la priorité pour la France : l'équilibre budgétaire pour relancer la croissance, ou relancer cette dernière en premier pour réduire les déficits par la suite ?

Il faut avant tout définir ce qu'est une bonne relance de la croissance. Cette dernière ne se caractérise pas par une relance de la consommation des ménages car notre appareil productif n'est pas capable de suivre. Dans ce scénario, nous accroissons notre déséquilibre du commerce extérieur de même qu'une augmentation des salaires n'aurait d'autres conséquences que d’accroître notre coût du travail qui est déjà supérieur à ceux de nos concurrents.

La vrai relance est une relance par la capacité d'offre des entreprises françaises. Pour cela, il faut un choc de compétitivité et un allègement des charges sociales sur les entreprises. Si nous agissons de manière significative sur ce levier, nous serions alors beaucoup mieux armés pour obtenir des prêteurs et des marchés financiers, éventuellement, une année supplémentaire dans le calendrier de retour à l'équilibre.

Cour des comptes, instituts publics et privés... nombre d'acteurs économiques semblent contrarier les ambitions de Pierre Moscovici ? Le gouvernement est-il isolé dans ses prévisions ? Que cache cette dichotomie ?

C'est le défaut de tous les gouvernements successifs sans exceptions car, en s'appuyant sur des chiffres de croissance irréalistes, ils n'enclenchent pas les politiques rigoureuses nécessaires.

Une réforme structurelle très importante consisterait d'ailleurs à inclure des prévisions de croissance fournies non pas par le gouvernement, mais par une moyenne - validée par la Cour des comptes - issue des prévisions de différents instituts indépendants.

Propos recueillis par Olivier Harmant

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ravidelacreche
- 23/08/2012 - 17:52
que compte faire le gouvernement
Re-nationaliser le Crédit Lyonnais ? :o)
Jaicruvoir
- 22/08/2012 - 19:50
L'INFLATION
Le choc de compétitivité est la dévaluation de l'Euro et l'inflation.
Aucun gouvernement des états du sud n'est assez sage et vertueux pour rembourser la dette en faisant des économies.
La solution fuite en avant avec la planche à billet qui tourne à plein regine.
Benvoyons
- 22/08/2012 - 18:11
Nain avait bien dit qu'il n'utilisera pas la hausse de TVA
comme Sarko. La hausse de la TVA est préjudiciable pour les plus pauvres concernant la TVA à 19,6%. Cela avait été dit avec la main sur le cœur pendant l'élection.

Par contre l'argument ne tient pas concernant la TVA de 5,5 à 7% l'augmentation à 7% est parfaite pour Nain de jardin.
Nain de jardin de l’Élysée est bien un menteur.