En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

06.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

07.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 36 min 43 sec
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 2 heures 34 min
décryptage > Politique
Info ou intox ?

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

il y a 2 heures 56 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 17 heures 39 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 19 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 19 heures 57 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 20 heures 15 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 21 heures 37 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 22 heures 26 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 22 heures 41 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 40 min 57 sec
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 2 heures 51 min
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 16 heures 57 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 18 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 20 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 21 heures 34 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 22 heures 19 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 22 heures 33 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 22 heures 47 min
© Reuters
Y a-t-il une France urbaine et une France rurale, ou ne s'agit-il que d'une suite de clichés ?
© Reuters
Y a-t-il une France urbaine et une France rurale, ou ne s'agit-il que d'une suite de clichés ?
France profonde

La mort est dans le pré : la vie des Français des champs est-elle si différente de celle des Français des villes ?

Publié le 21 août 2012
L'émission "L'amour est dans le pré", diffusée sur M6, connaît un énorme succès. La vie rurale est plus que jamais sous le feu des projecteurs. Mais entre vie rurale et vie urbaine, les clichés s'accumulent...
Gilles Laferté est chargé de recherche au Centre d'Economie et Sociologie Appliquées à à l'Agriculture et aux Espaces Ruraux. Il est spécialisé dans les appartenances territoriales, l'histoire sociale des sciences sociales, la sociologie et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Laferté
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Laferté est chargé de recherche au Centre d'Economie et Sociologie Appliquées à à l'Agriculture et aux Espaces Ruraux. Il est spécialisé dans les appartenances territoriales, l'histoire sociale des sciences sociales, la sociologie et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'émission "L'amour est dans le pré", diffusée sur M6, connaît un énorme succès. La vie rurale est plus que jamais sous le feu des projecteurs. Mais entre vie rurale et vie urbaine, les clichés s'accumulent...

Atlantico : Un agriculteur de 51 ans est soupçonné d'avoir tué le nouveau compagnon de sa femme avec son tracteur vendredi dans son champ. Il a été déféré au parquet de Nancy dimanche. Le fait divers a fait grand bruit dans la presse française. A l’heure du succès des émissions comme « L’amour est dans le pré », que nous révèle le traitement médiatique de la société rurale sur le regard qu’on lui porte ? Y a-t-il une France urbaine et une France rurale, ou ne sont-ce qu’une suite de clichés ?

Gilles Laferté : Ce sont en effet des représentations faussées des espaces ruraux et du monde agricole. Tout d’abord, il faut bien différencier le monde rural et le monde agricole. Les agriculteurs représentent aujourd’hui une minorité des espaces ruraux, entre 8 et 10%. Le gros des mondes ruraux est composé des classes populaires. Mais là aussi, il est difficile de trancher, puisqu’on a une grande diversification par le haut, avec les résidents secondaires, le télétravail, les cadres qui choisissent de s’y installer, … On a donc des espaces ruraux très différents. Entre le Lubéron et la Corrèze, il y a un monde. De même entre la Champagne et le Cantal. Il est donc difficile de parler « des » espaces ruraux, c’est une vision construite par les urbains. Et il ne faut pas réduire les espaces ruraux au monde agricole.

Cette représentation remonte, en France, à la fin du XIXème siècle. Le mot « paysan » lui-même a historiquement incarné les « sauvages » de l’intérieur, tels que vus de la ville, que ce soit par les intellectuels ou même les sciences sociales, qui ont décrit les espaces ruraux comme retardés, comme s’il y avait deux civilisations dans les pays occidentaux : la civilisation urbaine, industrielle ; et la civilisation agricole et rurale.

Aujourd’hui, même si on est très loin de la réalité, cette représentation persiste. On en cultive deux facettes : un côté misérabiliste, populaire, lointain, déclassé, avec peu de ressources ; et le côté esthétique autour de la patrimonialisation, le goût des maisons anciennes, les rénovations du patrimoine, la mise en valeur, dans les musées, d’objets ‟paysans‟, … On cultive une esthétique de la mort paysanne perpétuelle, qu’on met en scène.

Cette vision est donc plutôt ambigüe ?

C’est surtout une violence qu’on fait aux ruraux, qui contredit nombre d’évolutions contemporaines.

Quand on parle du monde agricole, on se ramène souvent au rôle de gardien : négativement, c’est le plouc, et positivement, c’est l’esthétique de l’artisanal et de la tradition.

Existe-t-il un « malaise paysan » ? En terme relationnel notamment, comme est censée le montrer « L’amour est dans le pré » ?

Cela n’est vrai que pour une petite partie des agriculteurs. Ce n’est qu’une minorité d’entre eux qui est concernée, comme il y a une détresse sociale dans les sociétés urbaines. Sans nier la pauvreté sociale et économique de certains sous-groupes agricoles, en moyenne, les paysans sont même moins touchés par cette détresse sociale. La plupart des céréaliers aujourd’hui sont tout sauf à plaindre ; les viticulteurs appartiennent souvent à des fractions aisées de la population.

Qui plus est, il faut toujours avoir en tête l’extrême diversité du monde agricole français et la force de la représentation misérabiliste de ces campagnes qu’on tire toujours vers le bas. Le paysan tel que représenté dans l’imaginaire de « L’amour est dans le pré » permet surtout aux urbains coupés de leur fratrie de se défouler et d’exprimer le contentement de leur mobilité sociale. Mais ce n’est qu’un fantasme, qui était peut-être vrai dans les années 1950-1960 et qui ne concerne qu’une part résiduelle des agriculteurs.

Vit-on différemment en ville par rapport à la campagne, et en quoi est-ce le cas ?

On vit de moins en moins différemment. La grande différence est d’abord géographique : le monde rural est le monde de la voiture, de la distance avec l’école, avec les commerces, …

Deuxièmement, le monde rural est plus populaire. En moyenne, même la Seine Saint Denis est beaucoup plus privilégiée sociologiquement que la plupart des zones rurales, alors qu’on la voit souvent comme une zone perdue et populaire en France. Pourtant la moyenne de revenus de Seine Saint Denis est plus élevée que la plupart de celles des zones rurales françaises. Il existe donc un écart de revenus conséquent.

Le regard urbain reflète donc autant une représentation sociale qu’une opposition sociale entre des ‟bourgeois″ - pour le dire vite – et des classes populaires. On croit qu’il s’agit d’une coupure urbain/rural, alors qu’il s’agit d’une coupure classes supérieures ou moyennes/classes populaires. D’ailleurs les bourgeois ruraux ressemblent comme deux gouttes d’eau aux bourgeois urbains : ils envoient leurs enfants dans les grandes écoles, ils jouent au golf, …

Hormis les agriculteurs, les autres catégories sociales rurales ressemblent à leurs homologues urbains. Les agriculteurs sont marqués par un métier particulier, qui nécessite un fort patrimoine donc un fort endettement. Le monde rural, avec ses revenus moindres, correspondrait donc à un monde urbain avec des catégories ouvrières ou employées plus nombreuses, donc avec globalement moins de diplômes.

Les nouvelles technologies n’ont-elles pas réduire cette « fracture », du moins en termes culturels ?

Techniquement, l’accès à la culture s’est aujourd’hui grandement simplifié, même si la question du coût demeure. L’impact est certain mais relativement limité. L’outil technologique, en soi, ne forme pas l’esprit. Tout dépend de la manière dont on utilisera l’objet. Il en va ainsi d’internet comme il en est allé de la presse ou de la télévision de masse. Les enfants des classes supérieures vont être plus encouragés à lire Le Monde sur internet, tandis que les classes populaires auront un autre rapport à internet, par exemple en privilégiant les jeux vidéo. L’outil a beau se démocratiser, son impact dépend de la manière dont on se l’appropriera.

La ruralité française se démarque-t-elle de ses homologues dans les autres pays européens ?

Historiquement, les particularités sont nombreuses. Les campagnes anglaises par exemple sont restées aux mains de l’aristocratie, contribuant à une vision plutôt chic des campagnes ; alors qu’en France, au XIXème siècle, ce sont des petits propriétaires,  liés à l’idée du village d’agriculteurs et de l’incarnation républicaine : un monde d’indépendants, d’artisans. Le socle républicain, en France, est clairement lié à l’histoire des campagnes. C’est d’ailleurs pourquoi les agriculteurs ont, aujourd’hui, un pouvoir politique sans égal dans les autres pays d’Europe par rapport à leur poids démographique, bien que cet état des choses soit en passe de tomber en désuétude. On ne peut plus imposer la PAC à l’ensemble de la classe politique française.

L’autre point très singulier par rapport à l’Europe du Nord est la très faible densité de population française. On a donc des vastes espaces propres à satisfaire les goûts bourgeois et urbains pour une campagne fantasmée. La mise en scène du village français montre ainsi une campagne française idéale.

Propos recueillis par Ania Nussbaum

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

06.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

07.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
zen aztec
- 22/08/2012 - 09:46
chargé de recherches en sociologie...
La tout est dit,encore un charlot qui s'la pète,c'est fini le moyen age dans les campagnes..si j'étais plus doué avec un clavier j' aurais répondu longuement,mais à un sociologue peine perdue...
jmpbea
- 22/08/2012 - 08:50
un petit post-scriptum
dans l'environnement dont je parle, 5 paysans se sont suicidés en 2 ans...l'auteur de l'article a-t-il étudié ces statistiques?
jmpbea
- 22/08/2012 - 08:47
je parle de faits et je ne fais pas dans l'ironie à trois sous..
quelle viticulture connais-tu? celle du bordelais? mais 12 hectares en fermage pour un couple sans aide extérieure, qui vend sa production au négoce à des prix très bas (pression du marché), on t'attend pour un coup de main!