En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

02.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

04.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 6 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 11 heures 12 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 11 heures 54 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 13 heures 26 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 16 heures 20 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 17 heures 40 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 18 heures 3 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 18 heures 41 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 19 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 20 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 10 heures 52 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 11 heures 27 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 12 heures 24 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 14 heures 40 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 16 heures 55 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 17 heures 55 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 18 heures 27 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 19 heures 5 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 19 heures 34 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 20 heures 42 min
© Reuters
Y a-t-il une France urbaine et une France rurale, ou ne s'agit-il que d'une suite de clichés ?
© Reuters
Y a-t-il une France urbaine et une France rurale, ou ne s'agit-il que d'une suite de clichés ?
France profonde

La mort est dans le pré : la vie des Français des champs est-elle si différente de celle des Français des villes ?

Publié le 21 août 2012
L'émission "L'amour est dans le pré", diffusée sur M6, connaît un énorme succès. La vie rurale est plus que jamais sous le feu des projecteurs. Mais entre vie rurale et vie urbaine, les clichés s'accumulent...
Gilles Laferté
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Laferté est chargé de recherche au Centre d'Economie et Sociologie Appliquées à à l'Agriculture et aux Espaces Ruraux. Il est spécialisé dans les appartenances territoriales, l'histoire sociale des sciences sociales, la sociologie et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'émission "L'amour est dans le pré", diffusée sur M6, connaît un énorme succès. La vie rurale est plus que jamais sous le feu des projecteurs. Mais entre vie rurale et vie urbaine, les clichés s'accumulent...

Atlantico : Un agriculteur de 51 ans est soupçonné d'avoir tué le nouveau compagnon de sa femme avec son tracteur vendredi dans son champ. Il a été déféré au parquet de Nancy dimanche. Le fait divers a fait grand bruit dans la presse française. A l’heure du succès des émissions comme « L’amour est dans le pré », que nous révèle le traitement médiatique de la société rurale sur le regard qu’on lui porte ? Y a-t-il une France urbaine et une France rurale, ou ne sont-ce qu’une suite de clichés ?

Gilles Laferté : Ce sont en effet des représentations faussées des espaces ruraux et du monde agricole. Tout d’abord, il faut bien différencier le monde rural et le monde agricole. Les agriculteurs représentent aujourd’hui une minorité des espaces ruraux, entre 8 et 10%. Le gros des mondes ruraux est composé des classes populaires. Mais là aussi, il est difficile de trancher, puisqu’on a une grande diversification par le haut, avec les résidents secondaires, le télétravail, les cadres qui choisissent de s’y installer, … On a donc des espaces ruraux très différents. Entre le Lubéron et la Corrèze, il y a un monde. De même entre la Champagne et le Cantal. Il est donc difficile de parler « des » espaces ruraux, c’est une vision construite par les urbains. Et il ne faut pas réduire les espaces ruraux au monde agricole.

Cette représentation remonte, en France, à la fin du XIXème siècle. Le mot « paysan » lui-même a historiquement incarné les « sauvages » de l’intérieur, tels que vus de la ville, que ce soit par les intellectuels ou même les sciences sociales, qui ont décrit les espaces ruraux comme retardés, comme s’il y avait deux civilisations dans les pays occidentaux : la civilisation urbaine, industrielle ; et la civilisation agricole et rurale.

Aujourd’hui, même si on est très loin de la réalité, cette représentation persiste. On en cultive deux facettes : un côté misérabiliste, populaire, lointain, déclassé, avec peu de ressources ; et le côté esthétique autour de la patrimonialisation, le goût des maisons anciennes, les rénovations du patrimoine, la mise en valeur, dans les musées, d’objets ‟paysans‟, … On cultive une esthétique de la mort paysanne perpétuelle, qu’on met en scène.

Cette vision est donc plutôt ambigüe ?

C’est surtout une violence qu’on fait aux ruraux, qui contredit nombre d’évolutions contemporaines.

Quand on parle du monde agricole, on se ramène souvent au rôle de gardien : négativement, c’est le plouc, et positivement, c’est l’esthétique de l’artisanal et de la tradition.

Existe-t-il un « malaise paysan » ? En terme relationnel notamment, comme est censée le montrer « L’amour est dans le pré » ?

Cela n’est vrai que pour une petite partie des agriculteurs. Ce n’est qu’une minorité d’entre eux qui est concernée, comme il y a une détresse sociale dans les sociétés urbaines. Sans nier la pauvreté sociale et économique de certains sous-groupes agricoles, en moyenne, les paysans sont même moins touchés par cette détresse sociale. La plupart des céréaliers aujourd’hui sont tout sauf à plaindre ; les viticulteurs appartiennent souvent à des fractions aisées de la population.

Qui plus est, il faut toujours avoir en tête l’extrême diversité du monde agricole français et la force de la représentation misérabiliste de ces campagnes qu’on tire toujours vers le bas. Le paysan tel que représenté dans l’imaginaire de « L’amour est dans le pré » permet surtout aux urbains coupés de leur fratrie de se défouler et d’exprimer le contentement de leur mobilité sociale. Mais ce n’est qu’un fantasme, qui était peut-être vrai dans les années 1950-1960 et qui ne concerne qu’une part résiduelle des agriculteurs.

Vit-on différemment en ville par rapport à la campagne, et en quoi est-ce le cas ?

On vit de moins en moins différemment. La grande différence est d’abord géographique : le monde rural est le monde de la voiture, de la distance avec l’école, avec les commerces, …

Deuxièmement, le monde rural est plus populaire. En moyenne, même la Seine Saint Denis est beaucoup plus privilégiée sociologiquement que la plupart des zones rurales, alors qu’on la voit souvent comme une zone perdue et populaire en France. Pourtant la moyenne de revenus de Seine Saint Denis est plus élevée que la plupart de celles des zones rurales françaises. Il existe donc un écart de revenus conséquent.

Le regard urbain reflète donc autant une représentation sociale qu’une opposition sociale entre des ‟bourgeois″ - pour le dire vite – et des classes populaires. On croit qu’il s’agit d’une coupure urbain/rural, alors qu’il s’agit d’une coupure classes supérieures ou moyennes/classes populaires. D’ailleurs les bourgeois ruraux ressemblent comme deux gouttes d’eau aux bourgeois urbains : ils envoient leurs enfants dans les grandes écoles, ils jouent au golf, …

Hormis les agriculteurs, les autres catégories sociales rurales ressemblent à leurs homologues urbains. Les agriculteurs sont marqués par un métier particulier, qui nécessite un fort patrimoine donc un fort endettement. Le monde rural, avec ses revenus moindres, correspondrait donc à un monde urbain avec des catégories ouvrières ou employées plus nombreuses, donc avec globalement moins de diplômes.

Les nouvelles technologies n’ont-elles pas réduire cette « fracture », du moins en termes culturels ?

Techniquement, l’accès à la culture s’est aujourd’hui grandement simplifié, même si la question du coût demeure. L’impact est certain mais relativement limité. L’outil technologique, en soi, ne forme pas l’esprit. Tout dépend de la manière dont on utilisera l’objet. Il en va ainsi d’internet comme il en est allé de la presse ou de la télévision de masse. Les enfants des classes supérieures vont être plus encouragés à lire Le Monde sur internet, tandis que les classes populaires auront un autre rapport à internet, par exemple en privilégiant les jeux vidéo. L’outil a beau se démocratiser, son impact dépend de la manière dont on se l’appropriera.

La ruralité française se démarque-t-elle de ses homologues dans les autres pays européens ?

Historiquement, les particularités sont nombreuses. Les campagnes anglaises par exemple sont restées aux mains de l’aristocratie, contribuant à une vision plutôt chic des campagnes ; alors qu’en France, au XIXème siècle, ce sont des petits propriétaires,  liés à l’idée du village d’agriculteurs et de l’incarnation républicaine : un monde d’indépendants, d’artisans. Le socle républicain, en France, est clairement lié à l’histoire des campagnes. C’est d’ailleurs pourquoi les agriculteurs ont, aujourd’hui, un pouvoir politique sans égal dans les autres pays d’Europe par rapport à leur poids démographique, bien que cet état des choses soit en passe de tomber en désuétude. On ne peut plus imposer la PAC à l’ensemble de la classe politique française.

L’autre point très singulier par rapport à l’Europe du Nord est la très faible densité de population française. On a donc des vastes espaces propres à satisfaire les goûts bourgeois et urbains pour une campagne fantasmée. La mise en scène du village français montre ainsi une campagne française idéale.

Propos recueillis par Ania Nussbaum

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
zen aztec
- 22/08/2012 - 09:46
chargé de recherches en sociologie...
La tout est dit,encore un charlot qui s'la pète,c'est fini le moyen age dans les campagnes..si j'étais plus doué avec un clavier j' aurais répondu longuement,mais à un sociologue peine perdue...
jmpbea
- 22/08/2012 - 08:50
un petit post-scriptum
dans l'environnement dont je parle, 5 paysans se sont suicidés en 2 ans...l'auteur de l'article a-t-il étudié ces statistiques?
jmpbea
- 22/08/2012 - 08:47
je parle de faits et je ne fais pas dans l'ironie à trois sous..
quelle viticulture connais-tu? celle du bordelais? mais 12 hectares en fermage pour un couple sans aide extérieure, qui vend sa production au négoce à des prix très bas (pression du marché), on t'attend pour un coup de main!