En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 12 heures 12 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 13 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 13 heures 36 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 15 heures 47 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 16 heures 31 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 18 heures 57 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 18 heures 33 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 19 heures 40 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 20 heures 3 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 20 heures 32 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 12 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 13 heures 22 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 14 heures 19 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 16 heures 19 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 17 heures 50 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 18 heures 2 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 19 heures 35 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 19 heures 51 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 20 heures 11 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 20 heures 38 min
Big boss

Pourquoi aucun des candidats à la présidence de l'UMP n'a autant de surface politique que Nicolas Sarkozy ?

Publié le 21 août 2012
Depuis sa défaite à l'élection présidentielle et son retrait de la vie politique, Nicolas Sarkozy a su créer son propre mythe dans l'inconscient du peuple de droite. Selon un sondage du JDD, 53 % espèrent son retour en 2017.
Denis Tillinac
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Tillinac est écrivain, éditeur  et journaliste.Il a dirigé la maison d'édition La Table Ronde de 1992 à 2007. Il est membre de l'Institut Thomas-More. Il fait partie, aux côtés de Claude Michelet, Michel Peyramaure et tant d'autres, de ce qu'il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis sa défaite à l'élection présidentielle et son retrait de la vie politique, Nicolas Sarkozy a su créer son propre mythe dans l'inconscient du peuple de droite. Selon un sondage du JDD, 53 % espèrent son retour en 2017.

Atlantico : Une enquête Ifop-JDD publiée ce dimanche révèle que 53 % des sympathisants UMP souhaitent le retour de Nicolas Sarkozy en 2017. Que manque-t-il aux autres candidats à la présidence pour avoir autant de surface politique que Nicolas Sarkozy ?

Denis Tillinac : Il leur manque l'expérience, il leur manque d'avoir souffert. Sarkozy est le premier président des vingt dernières années à avoir été élu du premier coup. Il a fallu, en comparatif, trois élections présidentielles à Jacques Chirac et à François Mitterrand. D'une certaine façon, les électeurs ont compris qu'il n'en avait pas assez bavé. Grâce, ou à cause, de sa défaite de 2012, il aura enfin connu un échec et il sera resté sur cette blessure et donc sur cette soif de revanche.

En outre, sa personnalité est assez riche pour pouvoir refléter plusieurs des sensibilités de la droite.

Est-ce ce qui manque aujourd'hui aux candidats à la présidence de l'UMP ?

Certainement. Mais ils vont tout faire pour combler leurs lacunes. François Fillon est perçu comme un peu plus centriste, Jean-François Copé a, lui, plus une image de chef de clans. Les Français pressentent qu'une telle élection ressemble à une sorte de primaire à l'élection présidentielle de 2017 ce qui est un problème car les sympathisants UMP n'ont pas envie que cela aille aussi vite. Cela s'explique par le fait que, très vite, on va s'apercevoir qu'une grande majorité, dont je fais partie, pense que Nicolas Sarkozy serait le meilleur candidat en 2017.

Cela explique-t-il le fait que le peuple de droite ait autant de mal à tourner la page Sarkozy ?

Le peuple de droite a bien compris que la défaite de Nicolas Sarkozy n'avait rien de déshonorant. Tous les gouvernants en exercice, de droite comme de gauche ont connu une défaite électorale après la crise de 2008. Si l'on ajoute à cela la vindicte antisarkozyste des médias dû à une certaine crispation consécutive à son caractère, on se rend compte que cette défaite est plus qu'honorable. Ce n'est pas un désaveu. Sa défaite n'est pas une fin de non-recevoir. Il y a quelques mois, l'antisarkozysme était encore très présent en France. Certains avaient tendance à tenir l'ancien président responsable de tous les maux de la terre.. Mais que cela est en train de se dissiper petit à petit.

Que peut-on retenir de l'héritage de Nicolas Sarkozy ? Les candidats à la présidence de l'UMP en reprennent-ils une partie ?

Du côté du camp Fillon, on considère que les réformes constituent son héritage. Il est donc largement repris et défendu malgré le fait qu'il y en ai eu parfois trop et qu'elles n'aient pas forcément été menées jusqu'au bout. On conteste plutôt certain aspect du style du quinquennat. Plus généralement, il n'y a pas vraiment de désaveu à droite. Les socialistes vont payer très cher l'idée qu'il faut tourner la page et qu'il faut tout détruire ce que l'ancien président a construit. Les Français ont conscience, au fond, que les réformes allaient dans le bon sens.

Néanmoins, Sarkozy doit prendre conscience des raisons pour lesquelles il a perdu. Il y a certainement eu un problème de style qui faisait qu'il n'incarnait pas complètement la dimension monarchique de la présidence. En outre, si retour il y a, il devra se montrer discret pendant les quelques mois qui suivent. Il faut qu'il apprenne à se faire désirer.

Le fait que l'ombre de Sarkozy plane encore sur l'UMP complique-t-il la tâche des candidats à la présidence du parti. Cela peut-il les empêcher de s'imposer dans l'opinion?

Le prochain président n'aura pas un second rôle mais il n'aura aucun intérêt à camper très vite en candidat potentiel à la présidentielle de 2017. Le peuple de droite ne lui pardonnera pas. En effet, de plus en plus de gens vont être menés à penser que le prochain candidat sera Nicolas Sarkozy. Fillon et Copé ont beaucoup de qualités mais ils ne doivent pas chercher à rompre avec l'ancien président.

En 2007, Sarkozy avait réussi à réconcilier la droite bonapartiste et la droite orléaniste. Fillon et Copé peuvent-ils eux aussi réussir ce pari ?

Il est fort possible qu'ils essayent de mener une campagne à contre-rôle afin de jouer sur le terrain de l'adversaire. Copé dans un rôle plus centriste et Fillon plus bonapartiste.

Selon moi, la droite a eu tort de renoncer à la séparation RPR / UDF. Les deux sensibilités sont difficiles à concilier et aujourd'hui, l'UMP se retrouve être un grand parti « fourre-tout » qui n'a pas d'âme et qui ne correspond pas à la culture de la droite. Cela ouvre un grand espace au Front national.

Cependant, l'UMP n'ira pas jusqu'à l'explosion, simplement pour des raisons de financement du parti.

Si le président de l'UMP veut rassembler, il ne faut pas qu’il campe en futur président de la République. Sinon, il va créer des antagonistes et l’ombre de Sarkozy pèsera si lourd qu’il ne pourra rien faire. Fillon et Copé devront donc laisser entendre assez vite que la question de la présidentielle reste ouverte.

En se présentant comme présidentiable, on se pose en adversaire de Sarkozy et on accroit les divisions au sein du parti. Les socialistes ne manqueront pas d’en profiter.

Selon vous, le retour de Sarkozy en 2017 est-il inéluctable ? Est-ce la seule manière de faire gagner la droite ?

A l’heure d’aujourd’hui, je ne vois pas d’autres candidats capables de gagner, de fédérer et de créer une lame de fond à droite. Les choses peuvent bien évidemment changer en cinq ans, quelqu’un d’autre peut bien évidemment arriver à s’imposer.

Beaucoup de politiques avaient annoncé leur retrait en politique et y sont revenus par la suite. Parmi eux Churchill ou encore le Général de Gaulle. Ce ne serait pas la première fois qu’un homme politique ne ferait pas ce qu’il a dit !

Propos recueillis par Célia Coste

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (33)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
LeditGaga
- 22/08/2012 - 15:32
@Hdt
Bonne analyse, vous auriez pu ajouter que les dirigeants du PS comme ceux de l'UMP ont depuis longtemps atteint les limites définies par "le principe de Peter" !
Oui je sais dans le principe de Peter, il manque Hull... sans jeu de mot, hein, puisque ce sont bien Laurence Peter et Raymond Hull qui ont défini ce "principe" !
Pour faire court, selon ce principe, « tout employé tend à s'élever à son niveau d'incompétence ». Le corollaire principal défini par Mr Peter lui-même est qu'à long terme, tous les postes finissent par être occupés par des employés incompétents pour leur fonction !
Vous avez donc réellement mis le doigt sur la principale faiblesse de ces gens-là (les dirigeants évoqués ci-avant) : ils ont tous atteint, quelque soit leur bord, leur seuil d'incompétence et, à mon avis, même le "militant de base" commence à le subodorer !
La solution ad hoc consistera à éjecter tous ces "ravis" et les remplacer par des gens capables... jusqu'à ce que ceux-ci dépassent à leur tour ledit Principe de Peter mais dans l'intervalle, le bon Peuple de France aura respiré plus sereinement, c'est sûr !
Rappelez-vous, ce bon Peuple de France avait trouvé des solutions à la fin du 18ème !
Vincennes
- 21/08/2012 - 23:57
@Yoda....c'est amusant mais, perso, je ressents la même chose
mais, vis à vis de : Moi, Je, petit Pdt hippopo euh euh et ce 4 mois à peine depuis qu'il a été élu à la minorité des électeurs votants et dont la quote baisse à vue d'oeil 35% (en fin de semaine dernière).... alors qu'à la même époque Sarko était encore à 71%.
En reprenant votre expression......"de voir sa tronche" en maillot ou pas et sa copine idem, j'en ai déjà ras le bol et je ne suis pas le seul....
HdT
- 21/08/2012 - 21:56
@ Gégé Foufou (suite)
les rênes (je pense notamment au temps perdu devant les médias pour se sortir de l'ornière de l'affaire "avortement de confort" à titre d'exemple). Il est évident qu'elle en a sous le pied comme un certain nombre de ses partenaires, notamment des personnes comme Stéphane Ravier, Florian Philippot, Louis Alliot et quelques autres, mais il y a aussi tout une liste de méconnus que les médias eux s'empressent de faire connaître faute de casseroles à trouver aux précités. Il est clair qu'elle met le doigt là où ça dérange politiquement, il est clair que les médias interprètent chaque mot, chaque mouvement de visage, trient chaque photo prise pour n'en montrer que la partie détournable. Ancien militaire, j'ai par exemple réalisé pas mal de photos en tant qu'appelé puis en tant qu'engagé. Quelques-unes d'entre elles montreraient sans problème que des personnalités actuelles (médias, politique gauche et droite, arts et autres) lèvent le bras "pour rire" le temps d'un cliché et continuant à faire des photos j'en détiens un autre nombre prise dans des assemblées et rassemblement de la gauche comme de la droite... Il lui manque cette volonté d'infiltrer, d'observer de l'intérieur, de diffuser