En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Plus on développe les énergies renouvelables, plus on émet incidemment de CO2, ce qui est l’opposé du but affiché !
Mauvais choix
Le choix des énergies renouvelables : une erreur catastrophique pour la France
Publié le 19 août 2012
Selon Christian Gérondeau, certaines décisions sur la politique environnementale qui ont été prises ces dernières années ont été particulièrement absurdes. Notamment celle de recourir massivement aux énergies renouvelables. Extraits de "Ecologie la fin" (2/2).
Christian Gérondeau est polytechnicien et expert indépendant. Il travaille depuis plus de dix ans sur les questions environnementales.Il est l'auteur du livre "Ecologie la fin" aux Editions du Toucan et "L'air est pur à Paris: mais personne ne...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Gérondeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Gérondeau est polytechnicien et expert indépendant. Il travaille depuis plus de dix ans sur les questions environnementales.Il est l'auteur du livre "Ecologie la fin" aux Editions du Toucan et "L'air est pur à Paris: mais personne ne...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon Christian Gérondeau, certaines décisions sur la politique environnementale qui ont été prises ces dernières années ont été particulièrement absurdes. Notamment celle de recourir massivement aux énergies renouvelables. Extraits de "Ecologie la fin" (2/2).

Tout irait donc pour le mieux si des décisions absurdes n’avaient été prises, tout particulièrement depuis quelques années. Alors que nous n’avons besoin de rien, contrairement à nos voisins qui n’ont pas la chance de disposer de notre parc nucléaire, nous avons décidé dans le cadre du Grenelle de l’environnement et au prétexte de répondre aux demandes sans fondement de Bruxelles, de recourir massivement aux « énergies renouvelables » éolienne et photovoltaïque.

Cette décision a été catastrophique sur tous les plans. Les équipements nécessaires ont été importés en quasi-totalité d’Europe au début, puis de Chine de plus en plus. Il faut maintenant de surcroît renforcer à un coût élevé le réseau électrique pour faire face au caractère intermittent et imprévisible des énergies renouvelables.

En 2011, nous avons dépensé 1,2 milliard d’euros pour renforcer notre réseau, dont une part significative est imputable aux énergies renouvelables, et il est prévu que cette somme s’accroisse au cours des années à venir pour faire face aux projets annoncés dans le cadre du Grenelle de l’environnement. Allons-nous continuer longtemps ?

Il faut aussi construire des nouvelles centrales à gaz « en doublure » pour pallier aux défaillances dans le temps des énergies renouvelables. Plus on développe les énergies renouvelables, plus on émet incidemment de CO2, ce qui est l’opposé du but affiché ! Comme on l’a vu enfin, l’électricité produite par ces énergies renouvelables est achetée aux producteurs à des tarifs exorbitants par rapport aux autres sources d’approvisionnement d’EDF. Si l’on ajoute que les éoliennes défigurent pour des décennies les paysages qui sont notre héritage, le bilan se passe de commentaires. Les responsables en place avant 2012 savaient tout cela. Mais ils ont décidé, dans l’illusion de se procurer les bonnes grâces des écologistes, d’abonder dans leur sens et de faire semblant de croire que ces énergies renouvelables répondaient à un besoin.

Le résultat est un désastre national. Selon le référé du 3 novembre 2011 de la Cour des comptes, le surcoût pour le consommateur imputable aux énergies renouvelables atteindra 6,7 milliards d’euros en 2017 ! Dès 2012, il s’élèvera à 4,3 milliards d’euros, soit 60 % de plus qu’en 2010. Et cela rigoureusement pour rien, sauf pour l’enrichissement de promoteurs qui figurent désormais parmi les premières fortunes de France.

Il a déjà été annoncé que les tarifs de l’électricité allaient être augmentés de 30 % d’ici 2016, ce qui sera un drame pour beaucoup de familles pauvres dont certaines auront du mal à payer leur facture, voire à se chauffer !

Une grande partie de cette augmentation est malheureusement désormais inéluctable, car elle découle en large part de projets éoliens ou solaires déjà lancés. Mais une certaine proportion pourrait être évitée si un coup d’arrêt était donné à cette incompréhensible politique.

Pour sa part, la construction du réacteur de nouvelle génération (EPR) de Flamanville doit être uniquement considérée comme un investissement industriel destiné à nous « redonner la main » dans le domaine de la construction des réacteurs nucléaires qui était l’un de nos domaines de compétence, alors que nous l’avons manifestement perdue si l’on en juge par les délais et les surcoûts du chantier en cours en Normandie.

Il faut en effet reconnaître la vérité. Les grands ingénieurs tels que Michel Hug sont depuis longtemps à la retraite. Les multiples contraintes fixées à leurs successeurs et que ceux-ci ont acceptées sans réagir, notamment au nom de l’exigence de « toujours plus » de sécurité sont telles que les délais se réalisation et les coûts des deux réacteurs EPR en cours de construction en Finlande et en France sont sortis de toute limite du raisonnable. Il faut abandonner tout espoir que le courant qu’elles produiront puisse un jour être compétitif avec celui que fournit une centrale à gaz qui peut être construite en moins de deux ans et utiliser un produit dont le cours diminuera probablement du fait de l’arrivée massive et inespérée du gaz de schiste sur le marché mondial, sans même parler de celui que nous possédons peut-être dans notre propre sous-sol.

Il semblerait que les réacteurs nucléaires d’origine asiatique soient dorénavant moins compliqués et moins chers que les nôtres qui doivent satisfaire aux normes les plus improbables sinon absurdes, telle que celle de la résistance à l’écrasement d’un avion à réaction sur leur coeur !

Il n’y a en effet rien de plus facile quand on veut couler un projet que de lui imposer au nom du « principe de précaution » des contraintes qui en font dériver sans fin le coût. Construirait-on quoi que ce soit en France ou ailleurs s’il fallait que les usines, les raffineries, les bureaux ou les logements puissent résister à la chute d’avions à réaction ?

Dans de telles circonstances, il faut que quelqu’un ose dire « non » à ceux qui, au nom du principe de précaution, imposent toujours plus de dépenses au prétexte de la recherche d’une illusoire sécurité absolue. C’est ce qu'ont fait ceux qui ont réalisé notre programme nucléaire il y a plusieurs décennies. Malheureusement, ceux qui osent dire non semblent devenus bien rares à notre époque.

_____________________________________________

Extrait de "Ecologie la fin" aux Editions du Toucan (23 mai 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
05.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
07.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
zelectron
- 21/08/2012 - 09:09
A bas le monopole d'EDF et des pétroliers !
Au lieu de gaz de schiste "avec dégâts collatéraux" immédiats le temps de rassembler les technologies de restauration de l'environnement il serait judicieux de creuser avec les mêmes machines des puits pour utiliser l'énergie géothermique profonde (échangeurs vapeur+turbines= électricité + réinjection à l'endroit du prélèvement en boucle quasi fermée.)
MCPN
- 20/08/2012 - 14:10
Bonne direction.
Bonne direction.
http://schizo-non.allmyblog.com/236-bonne-direction.html
albatros
- 20/08/2012 - 11:53
L'absurdité de l'énergie propre
Quand on sait ce qu'il faut comme éoliennes pour alimenter seulement un petit village, la pollution sonore et esthétique plus le cout d'entretien, bref un système qui ne rapporte qu'aux fabricants et installateurs.
Centrales à gaz, rendement energétique pas assez important et énorme dégagement de gaz a effet de serre. Nous n'auront bientôt plus assez d'eau pour nos barrages. Seul le nucléaire peut nous apporter une énergie propre et contrairement aux croyances peu de risques (senssassionalisme des médias)