En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
"Il y a bien une frange du PS, son aile gauche, qui conteste la logique d’autorité de l’Etat sur la sécurité et l’ordre public, représentée par Manuel Valls".
Fracture ?
Sécurité, nucléaire, cannabis, Europe : ces sujets qui ébranlent l'unité du Parti socialiste
Publié le 17 août 2012
Le sujet des Roms semble diviser le Parti socialiste, entre soutiens de Manuel Valls (71% des sympathisants de gauche sont favorables au démantèlement des camps) et partisans d’une action « sur le long terme », pour « créer des parcours d’insertion des Roms ». Mais la polémique autour des Roms pourrait bientôt faire place à d'autres débats au sein de la majorité.
Laurent Bouvet est professeur de science politique à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Il a publié Le sens du peuple : La gauche, la démocratie, le populisme (2012, Gallimard) et L'insécurité culturelle (2015, Fayard).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Bouvet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Bouvet est professeur de science politique à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Il a publié Le sens du peuple : La gauche, la démocratie, le populisme (2012, Gallimard) et L'insécurité culturelle (2015, Fayard).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le sujet des Roms semble diviser le Parti socialiste, entre soutiens de Manuel Valls (71% des sympathisants de gauche sont favorables au démantèlement des camps) et partisans d’une action « sur le long terme », pour « créer des parcours d’insertion des Roms ». Mais la polémique autour des Roms pourrait bientôt faire place à d'autres débats au sein de la majorité.

Atlantico : Le sujet des Roms semble diviser le Parti socialiste. Quelles sont les deux franges du PS qui s’affrontent ici ? Correspondent-elles à des familles politiques ou à des inidividus isolés ?

Laurent Bouvet : J’ai lu sur Atlantico l'interview de Pouria Amirshahi qui se dresse contre Manuel Valls, en soutenant qu’il existe d’autres moyens d’agir. Il y a donc bien une frange du PS, en l’occurrence son aile gauche, qui conteste la logique d’autorité de l’Etat sur la sécurité et l’ordre public, représentée par Manuel Valls.

De l’autre côté, le ministre de l’Intérieur incarne une gauche qui est beaucoup plus traditionnellement une gauche qui s’attache aux valeurs de respect de l’ordre public. Ce n’est pas par hasard que Manuel Valls s’est réclamé de Clemenceau.

Ces clivages ont toujours existé au sein du Parti socialiste. La même tendance se retrouve au sein du Parti communiste, voire chez les Verts, avec une version plus droit-de-l'hommiste et humanitaire, plus dominante chez les écologistes.

Mais les grands partis de gauche traditionnels ont toujours été marqués par une vision plus humanitaire, attachée aux Droits de l’Homme ; et une vision plus attachée à la sécurité et à l’ordre public, qui correspondent à des courants politiques constitués. Déjà au XXe siècle, avec Clemenceau ; avec cet affrontement au sein de la gauche après 1945, puis au sein du SFIO, avec un ministre de l’Intérieur comme Jules Moch, qui prônait l’ordre public lui aussi.

Cette accusation, notamment de la part de Pouria Amirshahi qui estime, en résumé, ne pas avoir voté pour mettre en œuvre une politique de droite, ignore la tradition politique de la gauche. Ces deux familles, sécuritaire et plus humanitaire, appartiennent historiquement à la gauche. Même s’ils sont en désaccord avec la politique de Manuel Valls, il est abusif de la part de ses détracteurs de l’accuser d’être de droite.

Quelles sont les autres lignes de fracture qui polarisent le parti ? La légalisation du cannabis, le nucléaire ou le mariage gay en font-elles partie ?

Pour ce qui est du nucléaire, seule une petite minorité se rapproche du discours des Verts, soit un arrêt total du nucléaire. L’essentiel du PS adhère à la logique de prudence, de démantèlement des centrales obsolètes uniquement, sans arrêter les réacteurs de troisième génération. Ici, le clivage, a été relativement bien tranché avec les primaires.

La légalisation du cannabis est un débat marginal. Il y a forcément une ligne de fracture entre ceux qui sont pour et contre la légalisation des drogues, avec notamment le discours de Daniel Vaillant, c'est-à-dire légaliser pour pouvoir lutter plus efficacement contre les trafics.

De même pour le clivage sur le mariage pour tous, clivage qui n’en est pratiquement plus un à gauche.

En revanche, si un débat n’a pas été tranché avec les primaires, c’est celui de l’Europe, qui va rejaillir à la rentrée et qui est celui qui est le plus susceptible de nuire à l’unité du parti. Il existe un clivage structurel fondamental qui existait déjà en 2005, sans être forcément porté par les mêmes acteurs.

Une partie des parlementaires et élus socialistes refuseront de ratifier le Traité lorsqu’il viendra devant le Congrès pour modifier la constitution. De même, sur le probable vote de la loi organique, pour la règle d’or. La dichotomie entre une aile gauche qui est, sur ce point de vue, plus proche du Front de gauche, et le PS qui est au gouvernement, dont les membres sont plus favorables à la règle d’or telle que négociée par François Hollande, ne tardera pas à se manifester. Avec des positions assez dures. Sans doute verra-t-on apparaître un certain nombre de positions intermédiaires, entre les deux positions les plus radicales, entre le fédéralisme et le « non » dur et ferme.

Compte tenu de l’importance de la construction européenne et de la surdétermination qu’elle suppose sur toutes les autres politiques, notamment économiques, ce clivage sera le plus important : relance et pouvoir d’achat, règle d’or, désendettement ou prestations sociales, … Et ce au-delà de la question européenne du fédéralisme : il s’agit de la politique économique que veut la gauche. C’est bien plus capital que la sécurité, dont on se préoccupe beaucoup aujourd’hui.

Ces différentes questions ne regroupent pas forcément des familles politiques bien définies au sein du parti. Cela dit, dans le refus d’appliquer la politique de l’ordre public et du traité européen et de la règle d’or se dessine un clivage avec une partie du PS qui est proche de la gauche de la gauche hors du parti socialiste, notamment du  Front de gauche.

Là est là question principale : les gens du PS vont-ils défendre des positions qui sont celles des gens qui sont à l’extérieur du parti à gauche, en résonance avec le Front de gauche, ou être solidaires avec le PS et le président et son gouvernement, même si cela va à l’encontre de leurs positions personnelles ? Pour quelqu’un comme Benoît Hamon au gouvernement, dont l'un de ses proches s’est exprimé dans vos colonnes ce jeudi matin, ce débat est fondamental.

Les différents courants politiques au sein du PS ont-ils évolué avec l’avènement d’un socialiste à la tête de l’Etat ?

L’idée de solidarité, de faire réussir la gauche est, je pense, partagée par de nombreux responsables politiques à gauche, même au-delà du PS. Il ne faut par ailleurs pas négliger le rôle de François Hollande et Jean-Marc Ayrault, celui de point d’équilibre entre les différentes familles de la gauche. Ces derniers vont tenter de se placer au point névralgique, au point de contact où s’exercent les forces, car ils se doivent de tenir compte de toutes ces forces. C’est alors à eux de trancher, par exemple dans la ratification du Traité, et de faire un choix définitif.

C’est ce qu’il s’est passé dans les années 1980 avec François Mitterrand. Cette hiérarchie n’étouffe pas forcément les débats, elle permet de les trancher. Ce qui est plus difficile lorsque la gauche n’est pas au pouvoir, comme on l’a vu en 2005 avec le Traité Constitutionnel. Aujourd’hui, la situation est très différente. Avoir une tête pour trancher renforce la cohésion.

Ensuite, il s’agit de voir comment ceux qui ont été défaits dans l’arbitrage se comportent : veulent-ils poursuivre le débat ? S’en iront-ils, comme l’a fait Chevènement en son temps, en 1992 pour Maastricht ? Acceptent-ils de rester dans le parti et de cantonner le débat à un débat interne, avec cohésion externe ?

Quel est l’impact de la crise sur ces divisions ?

Les différents courants ont été renforcés par la crise, qui a donné des arguments à ceux qui s’opposaient à la vision socialiste de la construction européenne. Nous avions raison, disent-ils, invoquant la crise du capitalisme et de la mondialisation. Ceux qui ont contribué à cette construction, au contraire, se retrouvent dans la difficulté et la nécessité de se renouveler. Ces deux positions peuvent-elles se retrouver dans la négociation ? C’est ce que les mois à venir d’ici à la rentrée vont nous dire.

Propos recueillis par Ania Nussbaum

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
05.
La Nasa envisage d'explorer la protoplanète Pallas dans la ceinture d'astéroïdes ; Osiris-Rex : deux découvertes surprenantes sur l'astéroïde Bennu !
06.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
07.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Cap2006
- 18/08/2012 - 10:19
le pb, c'est un epolitique de droite effectuée par le PS !!!!
L'article se trompe en ne voyant les difficiles réponses aux questions qui ne divisent pas que le PS... mais aussi la droite de gouvernement....

Sur les Roms, il y a consensus... Sans respect de la propriété, ni moyens compatible avec leur mode de vie nomade de subvenir à leurs besoins, leur présence parait incompatible avec notre république ( de gauche comme de droite)... Ils sont citoyens Européens, et la communauté européenne donne quelques milliards par an à la roumanie pour s'en occuper... la question dépasse notre frontière... l'expulsionite aigue de Sarko n'avait aucune efficacité... l'ouverture du marché du travail ( en fait juste une anticipation) créera un appel d'air...

Sur le nucléaire, il y a consensus pour en sortir... progressivement... ne serait ce que pour des questions économiques tant le cout du nucléaire est aujourd'hui sous estimé... et même à droite personne n'imagine que le nucléaire est sur à 100%...
Sur le mariage gay... et l'adoption... je oense que tout le monde s'en fout... sauf les extrémistes religieux et les intéressés eux mêmes... alors juste un mot à changer dans la loi et basta
blablator
- 18/08/2012 - 07:53
Si je comprends bien,
l'important ce n'est pas de virer des Roms, de continuer le nucléaire, ou de ne pas légaliser le canabais, c'est d'être de gauche et qu'on le dise. Si on vous accuse d'être de droite, c'est que vous faites mal.

" Clémenceau était populaire, il a été ferme et il était de gauche, donc Valls peut faire pareil "... drôle de raisonnement !

C'est le raisonnement typique des idéologues qui ne voient plus les faits réels et qui sont obnubilés par leurs idées.

L'essentiel n'est pas d'être de gauche ou de droite : il est de voir et d'accepter correctement les faits et de prendre rapidement les décision qui s'imposent, pas de créer des commissions qui rendront des avis dans six mois et qui ne servent qu'à rémunérer des copains.
vangog
- 18/08/2012 - 00:08
70 % des socialistes sont favorables à la fermeté
(Traduction : à la répression), mais seulement après les élections! Avant les élections, les mêmes sondeurs impartiaux nous affirment que 70 % des socialistes sont contre la répression! Le pouvoir aurait-il pour vertu de modifier la conviction des électeurs avec une telle acuité? Ah, social-démagogie, quand tu nous tiens!...