En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

05.

Nous aurons la Chine de nos mérites

06.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

07.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > International
Poudrière
Violents affrontements au Haut-Karabakh : l'Arménie et l’Azerbaïdjan au bord de la guerre
il y a 3 heures 3 min
pépites > International
Etats-Unis
Cour suprême : Donald Trump nomme Amy Coney Barrett
il y a 4 heures 24 min
décryptage > International
Suprêmement explosif

Trump a nommé à la Cour suprême une juge extrêmement conservatrice : normal, les États-Unis sont le pays des extrêmes

il y a 6 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 8 heures 1 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 8 heures 19 min
décryptage > International
Géopolitique

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

il y a 8 heures 34 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Poser des plaques de verre sur la banquise pourrait-il sauver les glaces de l’Arctique ?
il y a 8 heures 55 min
décryptage > Société
La responsabilité du gouvernement… et la nôtre...

Covid-19 : à quelles libertés sommes-nous réellement prêts à renoncer pour enrayer l'épidémie ?

il y a 9 heures 23 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 10 heures 47 min
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 10 heures 47 min
pépites > Economie
Votation
Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne
il y a 3 heures 50 min
pépites > International
Crise
Bélarus : Loukachenko "doit partir", affirme Emmanuel Macron
il y a 5 heures 1 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Débris spatiaux : la Station spatiale a évité la catastrophe pour la 3e fois cette année ; Un détecteur de vie extraterrestre qui tient dans une boîte à chaussures !
il y a 6 heures 35 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 8 heures 11 min
décryptage > International
Relever le nez du guidon

Nous aurons la Chine de nos mérites

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Politique
Claque en vue

Sénatoriales : petit panorama des enjeux à surveiller

il y a 8 heures 40 min
décryptage > Science
Inventées ou découvertes ?

Mais au fait, c'est quoi les maths ? Et la petite question candide posée par une ado sur Tik Tok déclencha un grand débat entre scientifiques et philosophes

il y a 9 heures 4 min
décryptage > Economie
Pensée magique

Relance made in France : les impasses du techno-colbertisme

il y a 9 heures 31 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 10 heures 47 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron où l'art de la mondialisation heureuse

il y a 10 heures 47 min
© Reuters
Lorsqu’on démantèle des camps et qu'on reconduit à la frontière les Roms, ils vont tenter de revenir.
© Reuters
Lorsqu’on démantèle des camps et qu'on reconduit à la frontière les Roms, ils vont tenter de revenir.
Démantèlement

"Secrétaire national du PS, je pense que la vision de Manuel Valls sur les Roms est à courte vue"

Publié le 16 août 2012
Manuel Valls s'est justifié dans Libération sur la question du démantèlement des camps illégaux de Roms. Mais Pouria Amirshahi, Secrétaire national aux Droits de l'Homme au sein du PS, se montre critique vis-à-vis de la politique menée par le ministre de l'Intérieur.
Pouria Amirshahi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pouria Amirshahi est membre du bureau national du PS. Il est également député de la neuvième circonscription des Français établis hors de France (Afrique du Nord et de l'Ouest).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Manuel Valls s'est justifié dans Libération sur la question du démantèlement des camps illégaux de Roms. Mais Pouria Amirshahi, Secrétaire national aux Droits de l'Homme au sein du PS, se montre critique vis-à-vis de la politique menée par le ministre de l'Intérieur.

A lire sur le même sujet : 80% des Français favorables au démantèlement des camps illégaux de Roms... mais 73% jugent la mesure inefficace

Atlantico : La position de Manuel Valls sur la question des Roms a été très critiquée ces derniers jours. Atlantico a toutefois publié un sondage qui indique que 80% des Français sont favorables au démantèlement de leurs camps illégaux. Vous êtes le Secrétaire national du PS en charge des questions des Droits de l’Homme : considérez-vous que ces démantèlements sont nécessaires ?

Pouria Amirshahi : Si on prend le problème de cette manière en mettant le terme « illégal » dans la question, il faut évidemment répondre oui... Mais je ne partage pas cette approche.

Le fait de déplacer le problème sans le régler peut coûter cher à la France. Lorsqu’on démantèle des camps et qu'on reconduit à la frontière les Roms, ils vont tenter de revenir. Manuel Valls le reconnait lui-même.

Par ailleurs, souvenons-nous que les Roms sont menacés et maltraités dans leurs pays d’origines. Ils migrent parce que chez nous « l’herbe est un peu plus verte » : il existe des possibilités de protection et de sécurité qu’il n’y a pas ailleurs dans le monde.

En outre, si on veut pouvoir permettre une intégration des Roms, il faut lever leur interdiction de travailler. On entrerait alors dans une logique vertueuse d’intégration. Il s’agissait d’ailleurs d’une des grandes contradictions de Nicolas Sarkozy qui disait qu’il fallait revaloriser la valeur travail tout en plaidant pour cette interdiction. Dès lors que vous ne travaillez pas, vous créez vous-même les conditions de pauvreté tout en faisant perdurer les cercles mafieux qui peuvent exister dans des économies parallèles.

Je ne suis pas angéliste, je comprends la position de Manuel Valls qui est celle de faire respecter la loi, je peux comprendre qu’on cherche à répondre à des problématiques de cohésion territoriale, mais je ne crois pas à la stratégie du coup par coup. Lorsque les gens du voyage s’installent sur un camp où il n’y a ni eau ni électricité, c’est compréhensible qu’ils sombrent vite dans l’illégalité.

Une action politique doit s’inscrire dans le long terme. Il suffirait de faire en sorte que sur un an ou deux, on allie des personnes compétentes comme des médecins, des psychologues avec les collectivités territoriales et l’Etat pour créer des parcours d’insertion des Roms. Par exemple, créer des obligations pour eux de scolariser les enfants.

Pour résumer : il y a un travail important d’intégration et d’accompagnement à faire, axé en priorité sur les enfants.

Qu'en est-il des devoirs des Roms ? N’est-ce pas également à eux de s’adapter aux lois françaises ?

On ne s’adapte pas à la misère quand on n’est pas aidé. Tout le monde doit s’adapter aux lois. Les Roms, comme toutes les populations étrangères, doivent respecter les lois françaises. Mais le fait est qu’il existe des poches de pauvreté qu’on ne fera pas reculer grâce à des reconduites à la frontière. Il faut accepter de poser le problème, mais l’Etat doit inscrire des programmes d’insertion sur l’école, le travail, la sédentarisation, le tout sur plusieurs années.

Et quand Manuel Valls évoque la « fermeté » nécessaire sur cette question…

Mais que signifie donc le fait d’être ferme ? Notre objectif demeure que les populations en France et en Europe ne soient plus discriminées. Il faut donc renforcer les coopérations entre pays européens. Manuel Valls le dit, mais restreint également cette coopération policière. Il faut notamment que cessent les discriminations en Roumanie, qui sont proprement intolérables.

Pensez-vous que votre discours est audible par les populations qui se situent à proximité des camps de Roms et dont le point de vue semble sensiblement différent du votre ?

Cela est compliqué, car ces situations créent évidemment des nuisances. Je suis contre les discriminations et la chasse aux Roms mais j’assume devant l’opinion le problème et les moyens que se donne l’Etat pour y mettre un terme. Je continue de penser que les démantèlements ne servent à rien car cela déplace le problème.

C’est précisément ce que pensent les Français : selon notre sondage, 73 % d’entre eux indiquent que cela ne fait que déplacer le problème…

C’est du bon sens. L’autorité et la fermeté doivent servir à dire que nous souhaitons mettre en place une politique d’insertion durable, grâce au Pôle emploi, à l’Education nationale…

Vous dites que vous n’êtes pas angéliste, mais vous semblez tout de même sacrément optimiste…

Je suis en effet optimiste et je crois que l’action publique porte ses fruits quand on s’en donne les moyens. Manuel Valls devrait se rappeler que quand la pédagogie de l’opinion s’appuie sur la raison et la vérité, elle produit toujours ses effets.

Pensez-vous qu’il fait preuve ici de démagogie ?

Non, mais je pense qu’il a une vision à courte vue. Si le gouvernement est dans la culture de l’immédiateté, il sera rattrapé par un temps qui va plus vite que lui.

80% des Français, selon notre sondage, sont favorables au démantèlement des camps illégaux de Roms. Même son de cloche chez les sympathisants PS où ils sont 71 %. Votre position n’est-elle pas en totale opposition avec les attentes des Français ?

J’assume d’avoir un débat avec les Français ou les sympathisants socialistes pour leur expliquer qu’un démantèlement ne suffit pas. Assumons  le fait que mettre fin à ce problème prend du temps.

Regardons les quartiers qui étaient des bidonvilles à Saint Denis il y a 30 ans. Il a fallu réinventer une politique de la ville et, malgré les imperfections du système, il y a eu des améliorations. Il ne faut pas chercher à assouvir ou à satisfaire l’instinct de peur, la peur du pauvre.

On parle beaucoup de Manuel Valls. Ne faudrait-il pas que François Hollande prenne la parole sur ce sujet ?

François Hollande s’est exprimé pendant la campagne. Il a été clair et explicite puisqu’il était pour la levée des mesures transitoires, qui permettent à ces populations de s’intégrer avec leur famille en sortant de l’illégalité.

 Il y a une marge entre les discours de campagne et la pratique du pouvoir…

Pas pour moi. Je ne juge pas les gens en fonction de ce qu’ils disent ni en fonction de ce qu’ils font mais en fonction de l’adéquation entre les deux. Il se trouve que le gouvernement Ayrault est là pour mettre en œuvre le programme de François Hollande. Manuel Valls n’est pas le Premier ministre. Il faut développer la cohérence intergouvernementale sur la question des Roms.

Puisque les positions de Manuel Valls semblent différer des promesses de campagne de François Hollande, devrait-il être rappelé à l’ordre par Jean-Marc Ayrault ?

Il faudrait surtout que le ministre de l’Intérieur ne soit pas le seul à traiter des questions des Roms. Les ministre de la Famille, des Affaires sociales, ou de la Lutte contre les exclusions devraient s'emparer enfin de cette question.

 Je fais le pari que dans deux ou trois ans, grâce à une action coordonnée, on peut inverser la tendance sur la situation des Roms, tant pour cette population que pour les riverains.

Cette posture morale n’est-elle pas l’une des raisons pour lesquelles la gauche a mis des années à revenir au pouvoir ?

J’assume ce discours. Etre de gauche, ce n’est pas être de droite. Et être de droite n’est pas une condition pour gagner l’élection.

Encore une fois, 71% des sympathisants de gauche sont favorables à ces démantèlements…

Ils sont le reflet d’une contradiction. Les Français ont voté pour François Hollande pour les mesures qu’il a proposées, notamment en ce qui concerne les mesures transitoires sur les Roms, même si j'imagine que tout le monde ne les a pas forcément lues. On peut avoir des propositions de gauche et être élu.

Propos recueillis par Aymeric Goetschy

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (60)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Gégé Foufou
- 19/08/2012 - 08:30
BIEN LA PHOTO
M. VALS regarde l'avenir des socialos.
Apparemment ça ne dépasse pas beaucoup la longueur de ses chaussures.
Et encore je suis opimiste pour eux.....
Gégé Foufou
- 18/08/2012 - 18:04
OCCUPEZ VOS DE VOS ELECTEURS D'AFRIQUE
C'est qui ce Pouria Amishichi, il vient d'où ce gus et de quel droit il la ramène?. Parcequ'en bon fayot socialo il a été bombardé à un poste pépère. 'député des français d'Afrique du nord et de l'ouest) et bien qu'il s'occupe de ses Berbères et de ses Peuls et qu'il nous foute la paix avec ses sermons à 2 balles
thomas34
- 18/08/2012 - 10:09
Tous ceux qui pleurnichent
Tous ceux qui pleurnichent sur les "droits" des "pôvres" roms... pourquoi ne les prennent-ils pas chez eux, dans leurs belles maisons et puis ils n'ont qu'à les employer eux et qu'ils n'emmerdent plus les gens honnêtes qui n'en veulent pas.