En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

05.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Société
Polémique
Femme voilée au conseil régional : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 23 min 38 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 4 heures 5 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 19 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 4 heures 57 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 5 heures 28 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 6 heures 2 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 6 heures 19 min
pépites > Europe
A contre courant
Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe
il y a 22 heures 14 min
pépites > Education
Urgence
Violence scolaire : "entre 20 et 30 incidents graves" chaque jour, selon Jean-Michel Blanquer
il y a 22 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 2 heures 21 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 2 heures 43 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 4 heures 14 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 4 heures 49 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 5 heures 23 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 5 heures 58 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 6 heures 33 min
light > People
Carnet rose
Nabilla a accouché d’un petit garçon
il y a 22 heures 27 min
pépites > Environnement
Pas désintéressés
A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine
il y a 22 heures 56 min
La ville d'Amiens (Picardie) a été la théâtre de violences urbaines dans la nuit de lundi à mardi.
La ville d'Amiens (Picardie) a été la théâtre de violences urbaines dans la nuit de lundi à mardi.
Après Amiens...

Pourquoi toutes les villes de France sont susceptibles d’être touchées par une émeute

Publié le 16 août 2012
La Poste ne distribue plus les colis dans un quartier de Carrières-sous-Poissy (Yvelines) depuis quelques semaines. Un choix partagé par des médecins, chauffeurs de bus ou pompiers, qui préfèrent éviter certains quartiers dits "sensibles". Comment expliquer ce phénomène ?
Mohamed Douhane est commandant de police, Secrétaire national du syndicat Synergie officiers et enseignant-conférencier en management de la sécurité et de la gestion de crise.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mohamed Douhane
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mohamed Douhane est commandant de police, Secrétaire national du syndicat Synergie officiers et enseignant-conférencier en management de la sécurité et de la gestion de crise.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Poste ne distribue plus les colis dans un quartier de Carrières-sous-Poissy (Yvelines) depuis quelques semaines. Un choix partagé par des médecins, chauffeurs de bus ou pompiers, qui préfèrent éviter certains quartiers dits "sensibles". Comment expliquer ce phénomène ?

Atlantico : La Poste ne distribue plus les colis depuis plusieurs semaines dans certaines rues d'un quartier de Carrières-sous-Poissy (Yvelines) pour des raisons de sécurité. Ce n’est pas la première fois que cela arrive. Est-ce un phénomène qui vous étonne ?

Mohamed Douhane : Toutes les violences qui touchent les chauffeurs de bus, les employés de la Poste, les médecins, le Samu… sont récurrentes et ne datent pas d’aujourd’hui. Elles ont commencé au début des années 1980, dans un contexte d’apparition des violences urbaines, en  particulier dans la région lyonnaise. Les villes de Vénissieux et de Villeurbanne ont été particulièrement touchées.

Depuis, elles n’ont cessé de se développer sur tout le territoire national.

Certaines régions sont-elles particulièrement touchées ?

Cela a commencé dans la région lyonnaise pour se déplacer, dans les années 1990, dans la région parisienne. En 1991 à Sartrouville, il y a eu des violences après la mort d’un jeune de 18 ans abattu dans un centre commercial par un vigile. Ensuite, il y a eu Mantes-la-Jolie… Tout un cycle de violences qui ont fait suite à des morts de jeunes. Avec ensuite bien sûr l’épisode très médiatisé des violences urbaines de novembre 2005. Depuis, il y en a eu sur tout le territoire, autant dans des villes de la région parisienne qu’en province : Melun, Avigon, Rouen… A chaque fois, le décès d’un jeune est l’évènement déclencheur des émeutes.

Mais dans le cas de ces quartiers non desservis par la Poste, il s’agit plus d’insécurité quotidienne que d’émeutes.

Les émeutes urbaines s’inscrivent dans la durée et dans un contexte d‘insécurité généralisée. Elles sont un peu une cocotte-minute qui explose, après un contexte d’insécurité marqué par une petite et moyenne délinquance enracinée dans la vie quotidienne de ces quartiers.

Toutes ces violences qui touchent les policiers, les postiers ou les chauffeurs de bus s’inscrivent dans un cycle de défi à l’autorité. C’est un moyen pour ces jeunes délinquants d’affirmer leur autorité sur un quartier. Cette hostilité se caractérise par des caillassages, des échauffourées, des agressions… Ca touche principalement les pompiers et les policiers, mais les employés de la Poste sont aussi victimes de l’insécurité au quotidien, et certains médecins urgentistes refusent d’entrer dans ces quartiers.

Autant on peut comprendre que s’attaquer aux policiers soit un moyen de « défier l’autorité », mais les chauffeurs de bus ou les médecins n’ont rien à voir avec l’état, non ?

Ils s’attaquent en fait à l’autorité des adultes en général. Car ce sont souvent des mineurs qui sont concernés.

Mais ne sont-ils pas les premières victimes de leurs agissements, lorsque plus aucun postier, médecin, infirmier ne veut entrer dans leur quartier ?

En fait, ils cherchent à mettre en coupe réglée un quartier. Ils cherchent à substituer leur loi à celle de la République, par la violence. C’est une logique de terre brulée.

Il faut quand même ne pas oublier qu’en novembre 2005, il a eu des dizaines de bâtiments publics qui ont été brulés. A Amiens, ils ont brûlé une école et une crèche. Et en novembre 2005, ils ont brulé une église. C’est pour eux une volonté de contester l’autorité de l’Etat : ils s’en prennent aux symboles de la puissance publique.

 

Ces violences ont-elles seulement un caractère social ?

Non, ces violences n’ont pas un caractère social : elles s’inscrivent dans un contexte socio-économique dégradé. Ca ne veut pas dire que les causes sont sociales.

Pourtant, des villes comme Amiens ou Avignon n’ont pas l’image de ghettos, contrairement à certaines villes de la banlieue parisienne.

Ah si, contrairement à ce qu’on pense, il y a des véritables ghettos dans des petites villes de province. Toutes les concentrations urbaines construites dans les années 70 ont généré des ghettos bien répartis sur tout le territoire. Quand vous pensez à Toulouse, vous vous imaginez autour d’une table à manger un cassoulet, mais c’est une image d’Epinal qui n’a rien à voir avec le quartier du Mirail. Concernant Paris, mes amis journalistes américains s’imaginent la plus belle ville du monde, s’imaginent le Moulin Rouge et Montmartre, mais pas le square Léon, dans le 18e arrondissement, où les policiers sont régulièrement caillassés.   

Dans ces quartiers, un chauffeur de bus qui demande son ticket à un jeune dans le bus est pris pour un provocateur. La règle est de fermer les yeux.

Quelles sont donc les autres causes de ces violences ?

Je pense qu’il y a un vrai problème d’exercice de l’autorité parentale. A partir du moment où des jeunes s’attaquent à l’autorité publique, c’est qu’à l’origine l’autorité parentale a du mal à s’exercer. On a donc des jeunes sans repères, qui considèrent que la violence est un mode d’expression normal, et toujours dans un contexte victimisant. Ils ont un discours assez déroutant. On a l’impression qu’ils sont constamment en état de légitime défense, mais ils oublient que leurs victimes sont souvent issues du même quartier qu’eux. Ces jeunes nourrissent un profond ressentiment à l’égard de la société française.

Comment justement expliquer qu’ils se plaignent constamment d’être laissés-pour-compte, alors qu’ils attaquent eux-mêmes les services publics ?

C’est un discours victimisant que leur ont servi des générations d’adultes. C’est une idéologie de l’excuse, qui consiste à vouloir trouver des excuses atténuantes à des actes inqualifiables. Ces excuses partent d’un discours victimisant sur la crise sociale, sur l’exclusion scolaire, sur les insuffisances de la politique de la ville… Même si on sait que les causes de la délinquance sont multiples, et  même s’il est évident que le contexte économique joue un rôle non négligeable, vouloir réduire cette délinquance à des critères économiques est très réducteur.

En parlant de politique de la ville, un programme de rénovation de 336 millions d'euros a justement été mis en place en 2005 dans les quartiers Nord d’Amiens. Cela n’est semble-t-il pas suffisant.

On pourrait dire beaucoup sur la politique de la ville ! Grenoble est un exemple symptomatique. Le quartier de la Villeneuve, qui a flambé en juillet 2010, est un des quartiers construits pour les Jeux olympiques d’hiver de 1968. Il a été un laboratoire social, avec une concentration exceptionnelle de services sociaux et culturels. C’est de loin un des quartiers les plus développés de la région Rhône-Alpes sur ce plan-là. Ca n’a pas empêché les trafics de drogue ni les violences urbaines de 2010.

Y-a-t-il des villes à l’abri de ce type de violences ?

Non. Dans les années 70, ces quartiers étaient très concentrés. Aujourd’hui, toutes les villes de France sont susceptibles d’être frappées par des scènes de violences urbaines. Toutes. Grandes, moyennes ou petites. Voyez une ville comme Méru, dans l’Oise, qui fait partie des quinze Zones de sécurité prioritaires (ZSP) annoncées par Manuel Valls. Quand vous voyez Méru, ville classée en zone gendarmerie, vous ne vous dites pas qu’il y a un problème. Et pourtant…

Des scènes de violence comme à Amiens, il y en aura d’autres, et on n’est pas à l’abri d’émeutes comme en novembre 2005. Il ne faut pas oublier qu’on a eu ensuite Villiers-Le-Bel ou les affrontements de la Gare du Nord en 2007. Pendant la campagne, les médias n’en ont pas beaucoup parlé, pour ne pas doper la droite ou l’extrême droite, mais ce n’est pas pour autant qu’elles ont disparu. Il ne se passe pas une soirée en France sans violences urbaines. Pas une soirée sans que des policiers soient pris à partie, que des poubelles soient brûlés. C’est un phénomène récurrent et inquiétant et qui n’est pas prêt d’être réglé.

Et ça va en empirant. Les délinquants n’hésitent plus à utiliser des armes à feu. A Villiers-Le-Bel, les policiers se sont fait tirer dessus à la carabine – plus d’une centaine ont été blessés. A Amiens, du mortier a été utilisé. Aux Etats-Unis, dans une telle situation, il y aurait 50 morts.

Parmi les forces de l’ordre ou les délinquants ?

Du côté des délinquants.

Y-a-t-il donc un manque de répondant en France de la part des policiers ?

Non, il y a une doctrine d’emploi qui est différente. En France, on a la hantise du syndrome Malik Oussekine. On craint que la mort d’un jeune ne déclenche des émeutes encore plus violentes.

Mais si les forces de l’ordre répondaient également à ces violentes émeutes, les fauteurs de troubles ne finiraient-ils pas par se calmer ?

Oui. Mais il est difficile de comparer la France et les Etats-Unis. Le rapport à l’autorité est différent là-bas, et l’application de la sanction aussi.

En France, les violences urbaines prennent de l’ampleur depuis des années, avec des sanctions judiciaires qui paraissent bien faibles et inadaptées, et une justice des mineurs impuissante. Le taux de mineurs interpelés après les émeutes de 2005 était de 50%. Avec un taux d’application des peines ridicule dans certains départements.  

Propos recueillis par Morgan Bourven

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

05.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

Commentaires (91)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Satan
- 19/08/2012 - 23:52
Pourquoi?
Parceque y'a pénurie de sheet, du coup nos têtes blondes en manquent s'excitent pour un rien.
Maintenant qu'on c'est retiré d'Afghanistan on peut pas reprocher aux ricains de ramasser toutes les exportations de cames de ce pays.
benj117
- 18/08/2012 - 13:10
tant qu'on ne mettra pas les gens
qui ne respectent pas la loi en prison, bah on sera emmerdé! c'est tout con, mais pourtant, on le fait pas! c'est sur, c'est plus facile et ca rapporte plus de fric, de mettre 3 ou 4 peperes le long d'une route de campagne, et de te verbaliser parce qu'un fumier a cassé ton retro! Tout en faisant gaffe de ne pas controler une BM avec le rap a fond et 5 lascars dedans! Puis surtout, continuons a faire venir 200 000 etrangers chaque année et à les stocker dans ces quartiers pourraves, ca, pour mettre le bordel, c'est plutot efficace aussi!
vangog
- 17/08/2012 - 23:15
La solution: demander au Sociliste Poutine de régler les
Grosses impuissances de la justice française. Et qui peut-être mieux place que le socialiste Flanby pour lui demander des conseils pour cette indispensable réforme de la justice française qui se profile à l'horizon... Conclusion: Flamby, enleve ton slip de bain et mets ta chapka et ton slip moletonne et cours à Moscou!