En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

04.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

05.

Il aime le "jeune Adolf", Goebbels et Auschwitz. Et comme c'est du rap…

06.

Emmanuel Macron s'en prend à Olivier Véran

07.

Le frelon asiatique envahit la Bretagne

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Beatrice Dalle & Anthony Delon épousent des jeunesses; Julie Gayet & Francois H. s’engueulent en regardant le foot; Angelina veut pourrir la vie de Brad Pitt, Jade Hallyday commence à pourrir celle de sa mère; Yannick Noah fait ses besoins dehors

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Nous avons tué Dieu. Et un autre a pris sa place : jeune, vigoureux, conquérant.

03.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

04.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

05.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 4 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 5 heures 18 min
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 12 heures 45 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 15 heures 26 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 17 heures 48 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 18 heures 20 min
décryptage > Religion
Ite missa est

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

il y a 18 heures 55 min
décryptage > Science
Grrrrr

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

il y a 19 heures 17 min
décryptage > Politique
Socle électoral

LFI / EELV-PS : qui a vraiment le vent en poupe pour 2022 ?

il y a 19 heures 36 min
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 20 heures 7 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 5 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 5 heures 38 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 13 heures 12 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 17 heures 36 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 17 heures 50 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 18 heures 38 min
décryptage > Economie
Crise sociale

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

il y a 19 heures 9 min
pépites > Economie
Chrysanthèmes
2.000 fleuristes ont fermé définitivement leur magasin depuis le début de la crise sanitaire
il y a 19 heures 25 min
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 19 heures 53 min
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 20 heures 43 min
A droite toute

Paul Ryan, la droite dure américaine qui s’assume

Publié le 16 août 2012
Paul Ryan a été choisi comme colistier de Mitt Romney sur le ticket républicain pour l'élection présidentielle américaine 2012. Également président de la commission du Budget à la Chambre des représentants, son objectif principal est la réduction des dépenses.
Anne Deysine
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anne Deysine est juriste (Paris II) et américaniste. Spécialiste des questions politiques et juridiques aux Etats-Unis, elle est professeur à l'université Paris-Ouest Nanterre. Enseignant aussi à l'étranger, elle intervient régulièrement sur les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul Ryan a été choisi comme colistier de Mitt Romney sur le ticket républicain pour l'élection présidentielle américaine 2012. Également président de la commission du Budget à la Chambre des représentants, son objectif principal est la réduction des dépenses.

Atlantico : Mitt Romney a choisi Paul Ryan comme vice-président sur le ticket républicain pour l'élection de 2012. Que révèle ce choix ?

Anne Deysine : Paul Ryan a une image d'homme séduisant, aimable, sportif et qui a eu beaucoup de chance. Il a commencé comme stagiaire au Congrès et renvoie donc à l'idée du self-made man politique, celui qui s'est fait tout seul. Mais il lui est souvent reproché – au même titre que les énarques en France – de n'avoir jamais mis les pieds en dehors du Congrès, des think-tanks ou des lobbies. On va lui reprocher de ne pas connaitre grand chose à la réalité quotidienne de millions d'Américains.

Les républicains joueront surtout sur son image d'homme issu d'une famille modeste qui est parvenu à percer dans les milieux politiques en travaillant beaucoup. Mais s'il a toujours su s'entourer des bonnes personnes et faire de bons choix politiques, il n'a jamais rien fait de très marquant : seulement deux lois au Congrès en sept mandats.

En 2006, les républicains voulaient quelqu'un de jeune à la Commission du Budget. Puis, en 2010, avec la victoire des républicains lors des élections de mi-mandat, Paul Ryan est passé de membre de l'opposition au statut de première personne de cette commission.

Que représente Paul Ryan sur le plan idéologique ?

Proche du Tea Party et des frères Koch, de gros bailleurs de fonds, ses idées se sont fortement répandues entre 2006 et 2010. Il est aujourd'hui au Congrès avec un nombre important de personnes qui partagent ses idées et le soutiennent.

Son idée principale : rétablir l'équilibre budgétaire à tout prix. Il s'agit vraiment d'un idéologue car il propose de couper les dépenses dans de nombreux domaines, tout en refusant systématiquement une augmentation des impôts quels qu’ils soient. Lors de leur première rencontre il y a quatre ans, Mitt Romney et Paul Ryan s'étaient très bien entendus. Alors que le rendez-vous ne devait durer que quelques minutes, il a duré plus d'une heure.

Beaucoup d'éléments le rendent sympathique auprès des électeurs de sa circonscription (bien qu'il ait « hérité » de celle-ci lorsque le membre du Congrès pour lequel il travaillait est parti à la retraite). Le principal message de campagne du duo sera axé sur la remise en marche de l'Amérique, via le marché et les coupes budgétaires. A l'inverse, les démocrates vont le présenter comme quelqu'un de déconnecté des réalités, s'attaquant à la classe moyenne, et présenter sa philosophie économique et politique comme doctrinaire : la coupe des dépenses, y compris dans les programmes Medicaid, Medicare et de retraite.

Cet ancrage à droite peut-il profiter à Romney ?

Tout dépendra du camp qui parviendra à gagner la bataille de l'image. Chaque camp va dépenser des millions de dollars en publicités négatives. Soit les démocrates parviendront à présenter le ticket républicain comme incapable de comprendre l’Amérique moderne, soit les républicains gagneront en se présentant comme les repreneurs d'une Amérique en difficulté depuis l'arrivée de Barack Obama qu’ils stigmatiseront comme un « socialiste européen ».

Même si Obama n'obtient que 40% des voix des électeurs blancs, il peut gagner s'il recueille en contrepartie 80% des électeurs issues des minorités. C'est un facteur très important que le Parti républicain ne semble pas avoir pris en compte : le cœur de l'électorat du parti de l'éléphant, les Américains blancs d'âge moyen, diminue démographiquement.

Un autre facteur a également été sous-estimé par Mitt Romney : Paul Ryan a été porté par le Tea Party, un mouvement comprenant essentiellement des personnes âgées de 50-55 ans. Autrement dit, ces derniers bénéficieront bientôt du Medicare et du programme de retraite. Ils devront donc concilier leurs choix idéologiques avec leurs intérêts personnels. Il est difficile de présager le résultat.

Le Parti républicain assume-t-il davantage son statut de droite américaine que l'UMP de droite française ?

Pour un nombre importants de raisons historiques et économiques, la droite américaine est beaucoup plus à droite que la droite européenne. L’environnement institutionnel aux Etats-Unis est lui aussi plus favorable à la droite que se soit avec la défense absolue de la liberté et la liberté d’entreprendre. De même, beaucoup de débats, très structurant pour le Parti républicain, n’existent pas en France.

Barack Obama est assez proche de Nicolas Sarkozy. Il a une vision paradoxalement européenne il considère que l’intervention de l’Etat permet d’aider les plus pauvres dans un pays qui devient de plus en plus inégalitaire.

Propos recueillis par Olivier Harmant

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pansted00
- 16/08/2012 - 15:58
Encore un idiot du village qui croit en Dieu
Pathetique au 21eme siecle.
De France et de plus loin
- 16/08/2012 - 00:46
Ultra libéral sur le plan
Ultra libéral sur le plan économique ( sauf pour le budget de l armée bien sûre, que Ryan veut augmenter), ultra anti libéral sur les mœurs, Ryan va signer la prochaine défaite des républicains . Les américains commencent à comprendre qui sont les ultra conservateurs façon TVA party . Et en plus il veut encore baisser les impôts des riches! Sachant que Romney , qui gagne 20 millions de dollars par an n est taxé qu à 14% c est à dire moins qu un travailleur ordinaire, ça fait presque rire.
Obama a déjà gagné .
eheime
- 15/08/2012 - 19:25
@ benjo
ou du simple bon sens : si je dépense plus que je ne reçois, j'ai un soucis de financement évident. Ca veut dire que je gère mal mon budget. Soit je dépense trop, soit je ne récolte pas assez.. La monétisation actuellement emplyée comme paliatif est une façon détournée de piller une partie des salaires des travailleurs et des épargnants mal informés. Historiquement, ça conduit toujours à une situation problématique de défiance envers la monnaie.