En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Les Jeux olympiques de Londres s'achèvent ce dimanche.
Le goût de l'effort

Les Jeux Olympiques sont-ils "de droite" ?

Publié le 13 août 2012
Les Jeux Olympiques de Londres se terminent ce dimanche soir. Trois semaines d'efforts, d'abnégation et de volonté qui, pour Sophie de Menthon, ne sont pas sans rappeler certaines valeurs de la droite...
Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Menthon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Jeux Olympiques de Londres se terminent ce dimanche soir. Trois semaines d'efforts, d'abnégation et de volonté qui, pour Sophie de Menthon, ne sont pas sans rappeler certaines valeurs de la droite...

Merci ! A tous ceux qui ont contribué et participé à ces Jeux Olympiques qui ont éclairé notre été, nous ont réconciliés avec la société toute entière, nous ont même fait aimer les médias qui ont vibré avec nous en toute sincérité.

Merci, de ce retour des valeurs, de ces sourires triomphants, de ces larmes ravalées, de ces efforts inhumains, merci de la fierté de ces athlètes, de leur désir de se dépasser, de leur respect des autres compétiteurs ! Oubliés les minus du foot qui à l 'inverse avaient réussi un retour à un monde sans civilisation ou seuls le fric, la mode, l'ego et le clinquant sont rois, renvoyant les peuples à l époque du "panem et circenses" au sens le plus restrictif du terme.

Au début on n'osait y croire, émerveillés par les premiers commentaires et en particulier par l'intelligence émotionnelle des nageurs, leur modestie, leur capacité à réfléchir quand on leur posait une question ( même si après un 200m il ne doit pas être évident de trouver quoi répondre sur le thème "A quoi attribuez-vous votre succès ? ").
Le bonheur : pas une seule fois on a entendu le fatidique "je me suis fait plaisir !" la satisfaction intellectuelle et systématique du footballeur ( quand il a perdu il ajoute : le principal c'est que je me suis fait plaisir) ou du people en général après un bide ...figurez-vous qu'ils voulaient tous, honorer leur pays, leurs supporters et être reconnaissants à ceux qui les soutiennent. On rêvait.

Ils savaient parler, ils étaient lucides, modestes, souriants, respectueux... Mieux, ils gagnaient pour nous, pour vous et moi; qui n' a pas eu les larmes aux yeux avec eux ou sans eux sur les podiums ?

Et puis ce geste magique, consistant à s'enrouler dans le drapeau national sitôt la victoire remportée, comme si, la France les prenait dans ses bras.

Un mouvement magnifique qui donne toutes leurs dimensions multiples aux Jeux Olympiques et qui, mine de rien, redonne du sens à ce qu'est la  fierté nationale, dépassant tous les relents de nationalisme souvent teintés de haine de l'étranger. Ce nageur tunisien si fier d' avoir permis que la Tunisie pour la première fois soit représentée dans sa discipline; les Éthiopiens qui effacent par leur suprématie toute la misère du monde...  Le patriotisme à l'état pur lorsque cette jeune Canadienne, éclatante de bonheur, remercie la France oú elle s'entraine depuis des années en ayant tout quitté dans son pays, et c 'est à la France qu'elle dédie doublement cette médaille.

Nos jeunes suspendus à leurs écrans et délaissant leur réseaux sociaux sinon pour twitter leur admiration. Ouf ! Enfin l'exemplarité comme on la voudrait en permanence... ils vont se mettre au sport c'est promis et d'ailleurs que de compétitions organisées à l 'improviste toute la journée sur les lieux de  vacances avec distribution de médailles en chocolat. Bon début, pourvu que ça dure.

Mais pourquoi des JO "de droite" me direz-vous ? Parce que j' y ai enfin vu érigé au dessus de tout, le goût de l'effort, du dépassement, j'ai retrouvé la noblesse de la compétition, la volonté de gagner (que l'on refuse souvent aux chefs d'entreprises !). Pas d'excuses pleurnichardes à la défaite, ce n'était la faute de personne : nos héros disaient simplement qu'ils n' avaient pas assez travaillé et que la prochaine fois ils seraient plus performants que l'autre, qui lui, avait excellé !

Pas de nivellement par le bas, pas d'égalitarisme dans le mauvais sens du terme, de mauvaise normalité.

De droite parce que personne ne comptait son temps ! On s’entraîne jour et nuit, la pénibilité érigée en vertu ! Même les organisateurs et tous ceux qui bossent travaillaient sans compter, la performance est contagieuse. L'opiniatreté, le sentiment que l'on ne doit jamais s'avouer vaincu, qu'il reste encore des ressources au bout de l'effort ; en cela le troisième essai de notre perchiste national et son sublime symbole de "relever la barre" (à 5m 97 excusez du peu) est un summum et entraîne un délire de phéromones pour tout le monde; oui à cette drogue là !

Lavillenie en or Vidéo eurosport sélectionnée dans Sport


Et les entraîneurs aussi investis que leurs athlètes sont de formidables pédagogues...à l'envers. Ils ne passent rien, ils engueulent, ils exigent, ils sont intransigeants...et ça marche! 

Je me souviendrai toujours de ma fille ravie qui rentrait du basket et dont l'équipe avait gagné à je ne sais qu'elle épreuve "Bravo ! lui dis- je, vous avez gagné le prix ? "Non maman, répond-elle un peu déçue, ce sont les perdants qui l'ont eu : la maîtresse a dit que c'était pour les consoler car c'était  triste de perdre ! Et bien la France de cette compassion-là a du  prendre une vraie leçon de réussite et de bonheur de la compétition aussi dure et impitoyable soit-elle le secret de la croissance ?

Merci, merci merci !
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

04.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

07.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

01.

Kobe Bryant, immortalisé

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (34)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
totothepatato
- 15/08/2012 - 14:08
aie aie aie Sophie !
Les valeurs du sport, je vous rejoins. Est ce que pour autant c'est de droite ou de gauche ? je crois au contraire que ce sont des qualités que nous avons ... ou pas, indépendamment des idées ou idéologies que nous portons, acquises avec le temps et l'expérience.
Le sport a ceci d'unique qu'il ne souffre d'aucun artifice : le chrono est aveugle de tout cela. Toute récupération est vaine, vous faites preuve ici de suffisance et, j'ose le dire, de bêtise associée. Je suis pourtant proche de vos idées, mais navré, pas ce coup ci...

Un entrepreneur comme moi, comme vous, aurait plutot regardé je pense tout ce qui gravite autour. Le fric dépensé et les perspectives de retour sur investissement aléatoires (30 ans ?) qui impacteront l'air de rien les contribuables anglais. J'aurai vu l' omniprésence des marques, l'exclusivité des images associés et le marketing à tous les étages (affaire de la montre de Blake par ex), j'aurai vu les dérives associées...
Le sport n'est plus qu'une annexe au marketing, à l'instar des footeux, regardez les salaires des stars du foot et comparez objectivement avec ceux des joueurs de NBA, des tennisman, de Bolt et j'en passe, et redescendez sur terre ...
Charles25
- 14/08/2012 - 10:07
Mais oui le travail et
Mais oui le travail et l'effort sont des valeurs de gauche ! Par contre, travailler pour travailler parce que faire des choses intéressantes et enrichissantes en dehors du travail c'est mal, ça c'est une valeur de droite, comme la rente.
Ce qui n'a rien à voir avec les 35 heure : la rémunération du travail se fait en partie sous forme de congés pour que les salariés fassent autre chose de leur vie qu'enrichir leur patron.
Grwfsywash
- 13/08/2012 - 21:56
@ liszt - 13/08/2012 - 13:25
Faites un effort!
Après tout, c'est la période olympique; élargissez vos horizons et dépassez vos considérations Franco-centriques (con-centriques?).
L'approche au sport de haut niveau en France n'est pas la seule voie et n'est pas toujours couronnée de succès..
Considérons ce qui est fait avec grand succès dans d'autres pays et prenons des leçons.