En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

02.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

03.

Le mystère du lac de Starnberg : comment est vraiment mort Louis II de Bavière

04.

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

05.

Carla B. vole au secours de Brigitte M., Jenifer de son mari (mais là, c’est face à la mafia); Céline Dion ne vend plus, Kanye West vend tout (et n’importe quoi); Britney Spears veut qu’on lui laisse voir ses enfants; Kate Middleton enceinte du 4ème ?

06.

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

07.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

04.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

ça vient d'être publié
pépites > Défense
"Bring the soldiers back home"
Les Etats-Unis s’apprêteraient à retirer 4.000 soldats d'Afghanistan
il y a 1 heure 8 min
light > Culture
Actrice mythique
Disparition d’Anna Karina, l’icône de la Nouvelle Vague, à l’âge de 79 ans
il y a 2 heures 21 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Mars : de la glace détectée à 2,5 cm seulement sous la surface ; Science décalée : on boit plus d’alcool dans les pays froids et sombres
il y a 4 heures 12 min
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

La délicate question des terroristes étrangers et de leurs nationalités

il y a 7 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Si je t'oublie" de Morgan Sportès : le captif amoureux

il y a 15 heures 14 min
décryptage > France
Wiki Agri

Le Sénat se penche (enfin) sur le suicide des agriculteurs

il y a 16 heures 11 min
décryptage > International
Bras de fer

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

il y a 17 heures 1 min
décryptage > Culture
N’oublie pas leurs petits souliers

Petit (riche) papa Noël : mais au fait, que rapportent les tubes de Noël chaque année à leurs auteurs ?

il y a 17 heures 40 min
décryptage > Europe
"Get Brexit Done"

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

il y a 18 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Jeune homme à la Mule" : quand Michel Orcel chausse la lorgnette de Stendhal…

il y a 1 jour 4 heures
light > Justice
Triste nouvelle
Mort de la magistrate Michèle Bernard-Requin
il y a 1 heure 45 min
pépite vidéo > France
Emotion
Clémence Botino, Miss Guadeloupe, a été élue Miss France 2020
il y a 3 heures 18 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

La Silicon Valley chinoise : Shenzhen, la ville d'adoption de Huaweï, véritable atout pour l'innovation, la stratégie et le rayonnement mondial de l'entreprise

il y a 6 heures 35 min
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

La clé de la réussite pour une stratégie efficace face à la radicalisation : la nécessité de lutter contre la source du recrutement djihadiste

il y a 7 heures 38 min
décryptage > Politique
Et maintenant le "Jewxit" !

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

il y a 15 heures 46 min
décryptage > Economie
Sommet

Sous les BRICS, la Chine

il y a 16 heures 36 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que les modifications de nos régimes et de nos modes de production alimentaires peuvent changer pour la planète. Ou pas
il y a 17 heures 26 min
décryptage > Politique
Discours de l’anti-méthode

L’onde de choc : les gauches radicales françaises et américaines face à l’effondrement Corbyn

il y a 18 heures 34 min
décryptage > France
Usual Suspects

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

il y a 19 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le roman des Goscinny, naissance d'un gaulois" de Catel Muller : un parcours tendre et souriant aux sources de l'inspiration du père d'Astérix et Obélix

il y a 1 jour 5 heures
© Reuters
L’entreprise de Mark Zuckerberg imposerait-elle à ses utilisateurs une vision du monde sans nuance ni prise en compte de la culture de ses membres ?
© Reuters
L’entreprise de Mark Zuckerberg imposerait-elle à ses utilisateurs une vision du monde sans nuance ni prise en compte de la culture de ses membres ?
Ca poke

Combien de temps accepterons-nous de nous soumettre à cette dictature du cool de Facebook ?

Publié le 08 août 2012
Facebook qui censure "L'Origine du monde" et s'immisce dans notre vie intime... Ou comment le réseau social réinvente l'idéologie du "cool", développée par les esclaves pour mieux supporter leurs soumission à la tyrannie.
Luis de Miranda est écrivain, éditeur et philosophe. Diplomé d'HEC, il est l'auteur de L'être et le néon, aux éditions Max Milo, un essai sur la société de transparence.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luis de Miranda
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luis de Miranda est écrivain, éditeur et philosophe. Diplomé d'HEC, il est l'auteur de L'être et le néon, aux éditions Max Milo, un essai sur la société de transparence.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Facebook qui censure "L'Origine du monde" et s'immisce dans notre vie intime... Ou comment le réseau social réinvente l'idéologie du "cool", développée par les esclaves pour mieux supporter leurs soumission à la tyrannie.

Atlantico : Facebook a suspendu durant un certain temps la page d’Atlantico suite à la publication d’une photo du tableau "L’Origine du Monde" de Gustave Courbet. L’entreprise de Mark Zuckerberg imposerait-elle à ses utilisateurs une vision du monde sans nuance ni prise en compte de la culture de ses membres ?

Luis de Miranda : Tout système, de quelque taille qu’il soit, à partir du moment où il impose un protocole, un certain nombre de règles plus ou moins tacites, tend à imposer une vision du monde, un formatage, un conditionnement.

La plus grande naïveté des dernières décennies a été d’espérer un monde sans idéologies. Ce serait comme une partition symphonique sans compositeur ni tonalité. Tout est plus ou moins idéologique : il y a des idées et des valeurs cachées derrière la plupart de nos comportements.

Facebook, qui est né sur un campus universitaire, tend à imposer cette forme d’intégrisme du cool, de l’éternelle adolescence qui est typiquement américain. Il n’est pas inutile de se souvenir que le sens contemporain du mot « cool » a été forgé il y a deux siècles dans les champs de cotons, par les esclaves noirs américains : pour que le maître frappe moins fort avec son fouet, voire pour qu’il octroie des moments de loisir, il valait mieux, pensait la plupart des esclaves, garder son cool, sourire plutôt que de se rebeller. La dernière partie du XXe siècle pourrait être appelée l’ère du cool : ce moment où une morale d’esclave devient la tonalité de la classe moyenne, qui a accepté de se dépolitiser, de se déresponsabiliser en échange d’une existence de loisirs et d’argent à crédit.

Quant aux cultures spécifiques à chaque pays, on ne voit pas pourquoi Facebook s’en préoccuperait, et c’est de bonne guerre : encore une fois, tout système cohérent tend à étendre son propre territoire, et à devenir, à terme, un intégrisme. Il y a un style Facebook comme il y a un style Picasso. Bien que le premier soit plus pauvre dans ses moyens, dans les deux cas, c’est du « créalisme », c’est-à-dire la constitution progressive d’un territoire singulier.

À force de répéter fermement un code propre, s’alimentant de l’absence de cohérence de la majorité des individus, on produit du réel. Le monde devient ce que l’on répète et aucun clic n’est innocent. Un intégrisme cool, caché sous le masque du loisir et de l’amitié, s’imposera plus facilement qu’un maître à l’ancienne.  

Quelles sont ces valeurs que Facebook propose au monde ?

Quelle est la vision du monde de Facebook ? Tout d’abord, cette société a réussi à capitaliser sur un besoin fondamental, celui de l’amitié, c’est-à-dire en réalité sur la solitude urbaine, celle de celles et ceux qui ont un capital social faible, sont célibataires, enfants uniques ou trop jeunes pour s’intéresser à la famille : ceux-ci intègrent les règles de la société par le truchement de l’utilisation des réseaux virtuels (hier, c’était la télévision), qui les éduquent tacitement, par la voie du mimétisme social.

En rendant l’amitié accessible en deux clics, on la dévalorise. En dévalorisant l’amitié, on dévalorise la singularité, c’est-à-dire la capacité de la philia à accepter la différence, l’altérité, l’anormalité, les idiosyncrasies de celui ou celle qu’on aime et qu’on respecte. Si l’amitié n’est plus la capacité de donner son respect à celui qui est autre et qui nous stimule, alors elle devient un geste intéressé de clonage social ou de recherche d’attention. La véritable amitié consiste à dire je n’aime pas, selon le principe du qui « aime bien châtie bien », tandis le simulacre d’amitié repose sur la flatterie.

Je suis toujours étonné par la capacité des humains à se laisser porter par de grands mensonges collectifs, comme par exemple le culte du sport de compétition et ses vertus soit-disant intègres. Nous avons peur de regarder en face notre corruption, nos contradictions. Je dirais que l’un des vecteurs de Facebook, c’est cette sorte de positivisme forcé, cette gymnastique quotidienne de la mauvaise foi, la méthode Coué du petit bonheur sans ambition. D’où l’exhibitionnisme des bébés à longueur de page d’accueil, qui me choque davantage que la reproduction de l’Origine du monde. Comme si l’Occidental moyen ne pouvait plus rien accomplir de plus grand que de faire des enfants. Le mot d’ordre de Facebook, ce pourrait être : « Soyez Gnangnans, on s’occupe du reste ». Mais, ceci dit, je crois que les heures fastes de Facebook sont derrière nous. À tout prendre, le site peut être utile pour rester en contact avec quelques connaissances qui vivent à l’étranger.

La plupart des grands sites web occidentaux sont américains. Peut-on dire que Facebook ou Google imposent une culture américaine à leurs utilisateurs européens (« L’Origine du monde » semble peut-être plus choquant pour un regard américain qu’européen) ?

La culture américaine s’impose depuis la seconde guerre mondiale, parce que l’Europe est entrée dans une période de honte et qu’elle est devenue financièrement et idéologiquement dépendante. Honte d’avoir été un temps le modèle civilisationnel du monde pour conclure stupidement par le double carnage des grandes guerres. Les Etats-Unis ont acheté l’âme européenne à bas prix, à un moment où celle-ci ne valait plus grand chose.

Ce qui est regrettable, c’est de constater que 60 ans après, l’Europe comme civilisation baigne toujours dans une absence quasi totale d’amour propre, ou alors qu’elle ait besoin du nationalisme réactif de tel ou tel pays pour se sentir vaguement exister.

La culture américaine, c’est en un sens l’inversion de l’esclavage, la tyrannie du cool, la liberté privée de souffle épique, de grand projet collectif ambitieux (à tel point que le souffle épique est transposé dans l’imaginaire du cinéma). Cette vie de centre commercial peut être assez agréable et doucereuse, et cela évite parfois des tensions inutiles. Mais visiblement, cela n’évite pas les guerres ni les crises.

Vous parlez de Google, qui est un exemple d’hégémonie bien plus puissant que Facebook : c’est aujourd’hui une partie intégrante de notre cerveau, de notre activité cognitive, une extension de nos facultés au même titre que la bibliothèque hier. Or l’algorithme de Google, qui place en première page certains résultats plutôt que d’autres, n’est pas le résultat d’un processus démocratique de création de protocole. C’est un mélange de mercantilisme, de pertinence et de censure light. Il est regrettable que l’on puisse acheter des positionnements sur Google pour apparaître en haut de la liste, comme si des marques achetaient des connexions de votre cerveau, ce qu’elles tentent de faire d’ailleurs depuis longtemps avec la publicité. On pourrait souhaiter qu’une initiative ambitieuse soutenue par l’Europe développe son propre gigamoteur de recherche, élaboré de manière plus collective et participative.

 

De manière plus générale, Facebook, Google et leurs congénères ont-ils vocation à devenir nos nouveaux maîtres à penser ?

Celui qui n’est pas, peu ou prou, son propre maître à penser, ne serait-ce qu’en s’imposant un questionnement quotidien, un exercice constant de l’auto-réflexion, n’est pas libre, car alors il accepte un joug invisible, celui des idéologies ambiantes.

Le capitalisme cognitif reste le discours du maître dominant aujourd’hui, avec son impératif de rentabilité financière placé au centre de toutes les décisions, ce qui dissout chez ses victimes des valeurs comme l’amitié, la parole donnée, l’amour propre, l’intégrité, le civisme. Je parlerais plutôt de maîtres à dépenser.

Toutefois pour éviter de se voir imposer quoi que ce soit par de tels sites, une solution simple existe : ne pas les utiliser…

Il est impossible aujourd’hui de ne pas utiliser un moteur de recherche ou un réseau social quelconque.

En revanche, notre conformisme fait que nous sacrifions aux grosses valeurs du marketing, plutôt que de chercher des territoires moins fréquentés. Là encore, une réponse serait une vraie politique culturelle et civilisationnelle au niveau européen.

Il est temps que Bruxelles s’intéresse davantage à ce qui a fait la force de l’Europe : sa conjonction sur un territoire peu étendu de cultures diverses, son goût de la disparité, et le souvenir d’un certain élitisme. Il serait peut-être temps de relever la tête et de cocréer davantage nos propres mondes, sur Internet et ailleurs. En n’oubliant jamais que l’argent seul n’a jamais rien créé – tout commence et finit par des idées, qui deviennent ou non réalité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

02.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

03.

Le mystère du lac de Starnberg : comment est vraiment mort Louis II de Bavière

04.

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

05.

Carla B. vole au secours de Brigitte M., Jenifer de son mari (mais là, c’est face à la mafia); Céline Dion ne vend plus, Kanye West vend tout (et n’importe quoi); Britney Spears veut qu’on lui laisse voir ses enfants; Kate Middleton enceinte du 4ème ?

06.

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

07.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

04.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Budelberger
- 09/08/2012 - 14:27
@LeditGaga
Dans une orthographe bien ordonnée, « imbécile » s’écrirait aussi “imbécille” ; et « orthographe » se dirait “orthographie”. Il y a du boulot, pour – bien – réformer la graphie du français.
LeditGaga
- 09/08/2012 - 07:48
@Bacal
Aussi surprenant que cela puisse paraître, imbécillité s'écrit avec deux L, ce qui ne retire rien au fait que les abonnés "fesse bouc" sont en grande majorité de parfaits imbéciles... c'est clair !
Budelberger
- 07/08/2012 - 23:54
@bacal
Vous savez ce qu’on dit, « La Stasi en a rêvé, Facebook l’a fait. » !