En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

03.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

04.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

05.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

06.

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

07.

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 28 sec
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 1 heure 50 min
pépite vidéo > Justice
Ministre de la Justice
Eric Dupond-Moretti : "Mon ministère sera celui de l’antiracisme et des droits de l’Homme"
il y a 4 heures 6 min
décryptage > Environnement
Bonne méthode

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

il y a 5 heures 25 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Sport
Activité physique

Et les sports les plus tendances de l’été 2020 sont...

il y a 6 heures 52 min
décryptage > France
Ordre Public

Sécurité : maîtriser la spirale de violences dans laquelle s’enfonce la France est-il vraiment hors de portée ?

il y a 7 heures 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

il y a 8 heures 59 min
décryptage > Environnement
Innovation et évolution

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

il y a 9 heures 24 min
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 23 heures 8 min
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 1 heure 3 sec
pépites > Santé
Cour de justice de la République
Coronavirus : l'enquête judiciaire de la CJR contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn est ouverte
il y a 3 heures 31 min
décryptage > Environnement
Wiki Agri

Julien Denormandie : un proche d'Emmanuel Macron devient ministre de l'Agriculture

il y a 5 heures 8 min
décryptage > Environnement
Politique climatique

Le Pacte vert : le bon, la brute et le truand

il y a 5 heures 45 min
décryptage > France
Raison garder

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

il y a 6 heures 30 min
décryptage > High-tech
Espionnage chinois ?

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

il y a 7 heures 11 min
décryptage > Politique
Castex 1

Un nouveau gouvernement qui envoie moult signaux... mais y aura-t-il des Français pour les détecter ?

il y a 8 heures 38 min
décryptage > Politique
Changement de parrain

La République En Mutation : de juppéo-bayrouiste, le gouvernement devient crypto-sarkozyste

il y a 9 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 20 heures 8 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 23 heures 26 min
© Reuters
L’humanitaire serait-il en train de perdre son âme en devenant une sorte de marché dont les ONG se disputent les parts à coups de campagnes marketing ?
© Reuters
L’humanitaire serait-il en train de perdre son âme en devenant une sorte de marché dont les ONG se disputent les parts à coups de campagnes marketing ?
A vot' bon coeur

Les ONG humanitaires ne sont-elles plus qu'un business ?

Publié le 07 août 2012
A Haïti, l'Observatoire des politiques publiques et de la coopération internationale dénonce la responsabilité des ONG dans l'aggravation de la crise du logement. Faudrait-il remettre en cause leur travail ?
Rony Brauman
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Médecin de formation, ancien président de Médecins sans Frontières.Auteur de plusieurs ouvrages sur la médecine, l'humanitaire et les grands conflits. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A Haïti, l'Observatoire des politiques publiques et de la coopération internationale dénonce la responsabilité des ONG dans l'aggravation de la crise du logement. Faudrait-il remettre en cause leur travail ?

Atlantico : A Haïti, l'Observatoire des politiques publiques et de la coopération internationale dénonce la responsabilité des ONG dans l'aggravation de la crise du logement. L’humanitaire serait-il en train de perdre son âme en devenant une sorte de marché dont elles se disputent les parts à coups de campagnes marketing ?

Rony Brauman : L’humanitaire est un marché au sens le plus factuel du terme : il y a des donateurs, qu’ils soient institutionnels ou privés, des actions à mener et des vitrines publiques à conquérir et entretenir. Cela donne au domaine de l’aide internationale privée une allure de marché concurrentiel où on se bouscule pour avoir accès aux donateurs et aux médias. Personne ne peut le contester.

Dans ce contexte, l’important, et ce n’est pas garanti d’avance, c’est que l’action ne soit pas déterminée par les critères du marché, mais par les besoins de la population. Cela demande un examen fin, au cas par cas.

Parfois, c’est l’emballement collectif qui détermine la priorité des besoins. Le dernier grand épisode de ce type a été le tsunami en Asie du sud-est, en décembre 2004 : le Sri-Lanka et l’Indonésie étaient devenus les endroits où il fallait se montrer, peu importait ce qu’on y faisait. C’en était complètement caricatural, et les quelques personnes qui essayaient d’apporter un peu de calme et de raison et qui tentaient de rappeler qu’ils y avait des situations autrement plus sérieuses au Niger ou au Darfour étaient considérées comme des malotrus. Ce sont des moments où l’humanitaire ne perd pas son âme : il perd la tête.

Mais dans l’ordinaire de l’action, les choses sont plus prosaïques, il n’y a pas cette hystérie. Au Sud Soudan, au Kenya, en Tanzanie, etc., il n’y a pas de compétition pour s’adjuger des parts de marché. Les gens qui vont sur le terrain ne sont pas des brutes qui veulent planter leur drapeau pour qu’il soit plus visible que les autres.

Aujourd’hui, les fonds à vocation humanitaire totaliseraient près de 600 milliards de dollars. La fondation Gates pèse à elle seule 70 milliards de dollars. Ne risque-t-on pas de voir des fondations privées contrôler totalement l’aide au développement ?

Les fonds privés ont depuis longtemps joué un rôle important dans le domaine caritatif. Pensez à la fondation Ford ou à la fondation Rockefeller, qui ont joué dans le domaine de la santé publique internationale un rôle vraiment très important. Gates ne fait que prendre la suite d’une tradition bien établie, à l’histoire longue et pas honteuse : un certain nombre de vaccins et de luttes victorieuses contre des épidémies sont dues à des fondations de ce type, qui ont financé à la fois recherche et interventions pratiques.

Je ne suis pas un inconditionnel de la fondation Gates, car je vois bien que derrière, il y a des enjeux idéologiques et commerciaux assez forts. Par exemple, la protection des brevets, le fait de financer les médicaments de marques plutôt que de fournir des génériques, etc. Mais ce sont des problèmes liés à notre époque, pas exclusifs à l’action de Gates dans le caritatif. Le brevetage du vivant, mais aussi la marchandisation généralisée se retrouvent également dans l’aide internationale, car elle est bien évidemment traversée par les grands courants de notre temps.

Quant à l’aide au développement, elle n’est pas privée du tout. Ce sont exclusivement les États, les ONG et les organismes internationaux qui en assurent le roulement quotidien. Sauf si on considère, c’est une autre acceptation du terme d’aide au développement, que les entreprises sont facteur de développement. Mais on sort là du cadre humanitaire. On est alors dans l’idée que c’est le commerce, la production qui assurent le développement.

Un article de Slate revient sur le cas de Nairobi, où de nombreuses ONG et organisations internationales se sont établies. Une manne dont les associations locales estiment ne pas suffisamment profiter. S’installer à Nairobi, est-ce seulement une vitrine pour ces organisations ?

Cela me semble être un mauvais procès. Nairobi est une capitale régionale, et il n’y a rien de surprenant qu’on y trouve des ONG qui travaillent en Afrique. En plus, et c’est sans doute la première des raisons, Nairobi est le lieu d’où on part pour le sud Soudan et la Somalie, des endroits où se déroulent de nombreuses actions pour le développement et enquêtes sur les Droits de l’homme. Tous les différents registres de l’aide internationale apportée par les ONG se retrouvent à Nairobi, et on comprend que des bureaux étoffés s’y soient installés.

Les locaux se plaignent de l’impact de la présence d’expatriés sur les loyers ou les prix des denrées. Est-ce un argument que vous comprenez ?

Nairobi est une métropole énorme, ce n’est pas une bourgade plus ou moins assoupie qui serait investie par quelques groupes d’expatriés qui pourraient distordre l’économie. Elle compte plusieurs millions d’habitants et est le siège de nombreuses agences de presse et d’agences de l’Onu. Je doute que l’influence des expatriés soit si forte que ça, compte tenu de la taille de la ville. Cet impact sur les loyers ou les prix des produits se voit en effet dans certains afflux d’ONG sur des villes ou bourgades de taille moyenne, mais à l’échelon de Nairobi, je suis sceptique.

Par ailleurs, on dit souvent que Nairobi est le lieu où se trouvent les plus grands bidonvilles d’Afrique, et je peux témoigner que ce sont des endroits très durs à vivre. Nairobi a aussi des décharges sauvages dans certains quartiers de la ville… Il me semble que ce sont des problèmes, avec la pollution et l’insécurité, beaucoup plus sérieux que le problème des loyers que l’afflux d’ONG peut entrainer.

La France, qui prend la tête des Nations unies pour un mois, veut en profiter pour "accentuer l'aide humanitaire aux Syriens". Quel rôle peuvent avoir les ONG dans la crise syrienne, alors que l’Onu est pour l’instant impuissante ?

Leur rôle est pour le moins congru. De fait, des ONG, en très petit nombre, interviennent en Syrie. MSF a une mission là-bas, le CICR aussi. Amnesty a joué un rôle en alertant l’opinion sur les exactions commises. Cela étant, c’est une guerre à huis clos dont les échos nous parviennent pour l’essentiel par l’opposition syrienne, et on se sent impuissants face à un tel désastre.

L’action menée par MSF, par exemple, consiste à donner des médicaments, à soigner des blessés à l’intérieur et à l’extérieur du pays. On a soigné des centaines de personnes, ce n’est pas rien, mais par rapport à l’échelle de ce qui s’y passe, on voudrait faire beaucoup plus. On ne le peut pas, et je ne crois pas que la présidence de la France du conseil de sécurité changera quelque chose à cela.

 Propos recueillis par Morgan Bourven

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
gminterroge
- 08/08/2012 - 21:24
Pléonasme
ONG=Business, c'est un pléonasme, mais faire le bien n'est pas en contradiction avec faire du business. Seuls les esprits chagrins disposant de capacité d'analyse restreinte, parcequ'enfermé dans des principes binaires, le croient.
Ganesha
- 07/08/2012 - 10:20
Perplexe
J'ai été envoyé autrefois par de grandes organisations humanitaires françaises dans divers pays, dont Haïti, et je n'ai pas de raison de penser que le système ait beaucoup évolué.
Les médecins et infirmières français qui partent ont étudié les maladies tropicales dans leur formation, mais arriver là-bas est un choc. Mais surtout, même pour un responsable de mission, le siège à Paris va vous mettre dans l'avion avec vraiment le minimum d'information, le but apparent étant que vous ne soyez pas capable de comprendre la situation, les enjeux, et ce que vous allez y faire vraiment... et lorsqu'au bout de quelques mois, vous commencez à percevoir certaines réalités, vous devenez un gêneur que l'on rapatrie d'urgence en métropole !
Alors, oui, à votre point de vue personnel, c'est une expérience passionnante et pour les locaux, c'est un réconfort d'avoir vu des "témoins", venus d'ailleurs, leur rendre visite.
Dans les situations de guérilla, l'aide humanitaire était une fonction de support déguisée.
Haïti est un pays magnifique, mais ce que j'allais y faire vraiment, je ne le sais toujours pas !