En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
L’humanitaire serait-il en train de perdre son âme en devenant une sorte de marché dont les ONG se disputent les parts à coups de campagnes marketing ?
A vot' bon coeur
Les ONG humanitaires ne sont-elles plus qu'un business ?
Publié le 07 août 2012
A Haïti, l'Observatoire des politiques publiques et de la coopération internationale dénonce la responsabilité des ONG dans l'aggravation de la crise du logement. Faudrait-il remettre en cause leur travail ?
Médecin de formation, ancien président de Médecins sans Frontières.Auteur de plusieurs ouvrages sur la médecine, l'humanitaire et les grands conflits. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rony Brauman
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Médecin de formation, ancien président de Médecins sans Frontières.Auteur de plusieurs ouvrages sur la médecine, l'humanitaire et les grands conflits. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A Haïti, l'Observatoire des politiques publiques et de la coopération internationale dénonce la responsabilité des ONG dans l'aggravation de la crise du logement. Faudrait-il remettre en cause leur travail ?

Atlantico : A Haïti, l'Observatoire des politiques publiques et de la coopération internationale dénonce la responsabilité des ONG dans l'aggravation de la crise du logement. L’humanitaire serait-il en train de perdre son âme en devenant une sorte de marché dont elles se disputent les parts à coups de campagnes marketing ?

Rony Brauman : L’humanitaire est un marché au sens le plus factuel du terme : il y a des donateurs, qu’ils soient institutionnels ou privés, des actions à mener et des vitrines publiques à conquérir et entretenir. Cela donne au domaine de l’aide internationale privée une allure de marché concurrentiel où on se bouscule pour avoir accès aux donateurs et aux médias. Personne ne peut le contester.

Dans ce contexte, l’important, et ce n’est pas garanti d’avance, c’est que l’action ne soit pas déterminée par les critères du marché, mais par les besoins de la population. Cela demande un examen fin, au cas par cas.

Parfois, c’est l’emballement collectif qui détermine la priorité des besoins. Le dernier grand épisode de ce type a été le tsunami en Asie du sud-est, en décembre 2004 : le Sri-Lanka et l’Indonésie étaient devenus les endroits où il fallait se montrer, peu importait ce qu’on y faisait. C’en était complètement caricatural, et les quelques personnes qui essayaient d’apporter un peu de calme et de raison et qui tentaient de rappeler qu’ils y avait des situations autrement plus sérieuses au Niger ou au Darfour étaient considérées comme des malotrus. Ce sont des moments où l’humanitaire ne perd pas son âme : il perd la tête.

Mais dans l’ordinaire de l’action, les choses sont plus prosaïques, il n’y a pas cette hystérie. Au Sud Soudan, au Kenya, en Tanzanie, etc., il n’y a pas de compétition pour s’adjuger des parts de marché. Les gens qui vont sur le terrain ne sont pas des brutes qui veulent planter leur drapeau pour qu’il soit plus visible que les autres.

Aujourd’hui, les fonds à vocation humanitaire totaliseraient près de 600 milliards de dollars. La fondation Gates pèse à elle seule 70 milliards de dollars. Ne risque-t-on pas de voir des fondations privées contrôler totalement l’aide au développement ?

Les fonds privés ont depuis longtemps joué un rôle important dans le domaine caritatif. Pensez à la fondation Ford ou à la fondation Rockefeller, qui ont joué dans le domaine de la santé publique internationale un rôle vraiment très important. Gates ne fait que prendre la suite d’une tradition bien établie, à l’histoire longue et pas honteuse : un certain nombre de vaccins et de luttes victorieuses contre des épidémies sont dues à des fondations de ce type, qui ont financé à la fois recherche et interventions pratiques.

Je ne suis pas un inconditionnel de la fondation Gates, car je vois bien que derrière, il y a des enjeux idéologiques et commerciaux assez forts. Par exemple, la protection des brevets, le fait de financer les médicaments de marques plutôt que de fournir des génériques, etc. Mais ce sont des problèmes liés à notre époque, pas exclusifs à l’action de Gates dans le caritatif. Le brevetage du vivant, mais aussi la marchandisation généralisée se retrouvent également dans l’aide internationale, car elle est bien évidemment traversée par les grands courants de notre temps.

Quant à l’aide au développement, elle n’est pas privée du tout. Ce sont exclusivement les États, les ONG et les organismes internationaux qui en assurent le roulement quotidien. Sauf si on considère, c’est une autre acceptation du terme d’aide au développement, que les entreprises sont facteur de développement. Mais on sort là du cadre humanitaire. On est alors dans l’idée que c’est le commerce, la production qui assurent le développement.

Un article de Slate revient sur le cas de Nairobi, où de nombreuses ONG et organisations internationales se sont établies. Une manne dont les associations locales estiment ne pas suffisamment profiter. S’installer à Nairobi, est-ce seulement une vitrine pour ces organisations ?

Cela me semble être un mauvais procès. Nairobi est une capitale régionale, et il n’y a rien de surprenant qu’on y trouve des ONG qui travaillent en Afrique. En plus, et c’est sans doute la première des raisons, Nairobi est le lieu d’où on part pour le sud Soudan et la Somalie, des endroits où se déroulent de nombreuses actions pour le développement et enquêtes sur les Droits de l’homme. Tous les différents registres de l’aide internationale apportée par les ONG se retrouvent à Nairobi, et on comprend que des bureaux étoffés s’y soient installés.

Les locaux se plaignent de l’impact de la présence d’expatriés sur les loyers ou les prix des denrées. Est-ce un argument que vous comprenez ?

Nairobi est une métropole énorme, ce n’est pas une bourgade plus ou moins assoupie qui serait investie par quelques groupes d’expatriés qui pourraient distordre l’économie. Elle compte plusieurs millions d’habitants et est le siège de nombreuses agences de presse et d’agences de l’Onu. Je doute que l’influence des expatriés soit si forte que ça, compte tenu de la taille de la ville. Cet impact sur les loyers ou les prix des produits se voit en effet dans certains afflux d’ONG sur des villes ou bourgades de taille moyenne, mais à l’échelon de Nairobi, je suis sceptique.

Par ailleurs, on dit souvent que Nairobi est le lieu où se trouvent les plus grands bidonvilles d’Afrique, et je peux témoigner que ce sont des endroits très durs à vivre. Nairobi a aussi des décharges sauvages dans certains quartiers de la ville… Il me semble que ce sont des problèmes, avec la pollution et l’insécurité, beaucoup plus sérieux que le problème des loyers que l’afflux d’ONG peut entrainer.

La France, qui prend la tête des Nations unies pour un mois, veut en profiter pour "accentuer l'aide humanitaire aux Syriens". Quel rôle peuvent avoir les ONG dans la crise syrienne, alors que l’Onu est pour l’instant impuissante ?

Leur rôle est pour le moins congru. De fait, des ONG, en très petit nombre, interviennent en Syrie. MSF a une mission là-bas, le CICR aussi. Amnesty a joué un rôle en alertant l’opinion sur les exactions commises. Cela étant, c’est une guerre à huis clos dont les échos nous parviennent pour l’essentiel par l’opposition syrienne, et on se sent impuissants face à un tel désastre.

L’action menée par MSF, par exemple, consiste à donner des médicaments, à soigner des blessés à l’intérieur et à l’extérieur du pays. On a soigné des centaines de personnes, ce n’est pas rien, mais par rapport à l’échelle de ce qui s’y passe, on voudrait faire beaucoup plus. On ne le peut pas, et je ne crois pas que la présidence de la France du conseil de sécurité changera quelque chose à cela.

 Propos recueillis par Morgan Bourven

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
04.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
05.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
07.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
Déjà 10 ans de croissance record aux Etats-Unis : voilà les erreurs françaises et européennes qui nous en ont privé
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
SOS partis disparus : quand la démocratie française s’abîme dans une crise d’immaturité collective
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
06.
La droite après Les Républicains
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
gminterroge
- 08/08/2012 - 21:24
Pléonasme
ONG=Business, c'est un pléonasme, mais faire le bien n'est pas en contradiction avec faire du business. Seuls les esprits chagrins disposant de capacité d'analyse restreinte, parcequ'enfermé dans des principes binaires, le croient.
Ganesha
- 07/08/2012 - 10:20
Perplexe
J'ai été envoyé autrefois par de grandes organisations humanitaires françaises dans divers pays, dont Haïti, et je n'ai pas de raison de penser que le système ait beaucoup évolué.
Les médecins et infirmières français qui partent ont étudié les maladies tropicales dans leur formation, mais arriver là-bas est un choc. Mais surtout, même pour un responsable de mission, le siège à Paris va vous mettre dans l'avion avec vraiment le minimum d'information, le but apparent étant que vous ne soyez pas capable de comprendre la situation, les enjeux, et ce que vous allez y faire vraiment... et lorsqu'au bout de quelques mois, vous commencez à percevoir certaines réalités, vous devenez un gêneur que l'on rapatrie d'urgence en métropole !
Alors, oui, à votre point de vue personnel, c'est une expérience passionnante et pour les locaux, c'est un réconfort d'avoir vu des "témoins", venus d'ailleurs, leur rendre visite.
Dans les situations de guérilla, l'aide humanitaire était une fonction de support déguisée.
Haïti est un pays magnifique, mais ce que j'allais y faire vraiment, je ne le sais toujours pas !