En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

07.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 11 min 4 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 33 min 33 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 1 heure 15 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 3 heures 27 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 4 heures 39 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 5 heures 8 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 7 heures 7 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 8 heures 56 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 10 heures 6 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 10 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 20 min 29 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 1 heure 2 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 1 heure 41 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 4 heures 15 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 4 heures 57 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 5 heures 27 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 8 heures 15 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 9 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 10 heures 31 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 10 heures 46 min
Relance

Désendetter la France : un pari impossible sans réduction massive des dépenses publiques

Publié le 05 août 2012
François Hollande, appliquant à la lettre ses promesses électorales, a choisi la voie du redressement par des prélèvements supplémentaires. S'il a avancé quelques mesures de réduction des dépenses publiques, elles demeurent trop limitées pour se révéler réellement efficaces.
Maël de Calan Matthieu Schlesinger et Pierre-Emmanuel Thiard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maël de Calan, militant UMP dans le Finistère, travaille dans le secteur privé. Enguerrand Delannoy, militant UMP dans la Vienne, crée son entreprise. Matthieu Schlesinger, militant UMP dans le Loiret, est haut fonctionnaire. Pierre Emmanuel Thiard,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande, appliquant à la lettre ses promesses électorales, a choisi la voie du redressement par des prélèvements supplémentaires. S'il a avancé quelques mesures de réduction des dépenses publiques, elles demeurent trop limitées pour se révéler réellement efficaces.

Les premières déclarations du nouveau gouvernement en matière de finances publiques se sont voulues rassurantes : le rétablissement des comptes, présenté comme « l’un des piliers du redressement économique, social et financier du pays », s’inscrirait globalement dans le cadre du programme de stabilité transmis à la Commission Européenne par la précédente équipe, le déficit public étant ramené à 3% en 2013, et l’équilibre atteint en 2017.

Vœu pieu ? La stratégie dessinée pour parvenir à ce redressement est en effet beaucoup plus inquiétante. Respectant scrupuleusement les engagements de campagne de François Hollande, elle repose sur la martingale perdante qui est responsable tout à la fois de la dérive de notre compétitivité et de celle de nos finances publiques. Celle d’un redressement reposant principalement sur des prélèvements supplémentaires, et quelques mesures de réduction des dépenses au champ trop limité pour être efficaces.

C’est ainsi que dès 2013, pas moins des trois quarts de l’effort à fournir pour tenir l’objectif de déficit sera constitué par des recettes nouvelles (25 Mds€, qui s’ajouteront aux nouveaux prélèvements votés dans le cadre du PLFR 2012) alors même que l’effort sur les dépenses (8 Mds€ environ) pèsera une nouvelle fois pour l’essentiel sur l’État.

Ce choix revient à poursuivre les politiques consistant à ajuster les moyens au niveau sans cesse croissant des dépenses, sans jamais y parvenir tout à fait ni s’interroger sur la pertinence des dépenses engagées. Politiques qui ont entrainé une montée concomitante du niveau de la dette et des prélèvements obligatoires, jusqu’à ce jour où la France fait course en tête en matière de prélèvements (43,9% du PIB en 2011, soit environ 4 points de plus que la moyenne de la zone euro), de dépenses publiques (56% du PIB en 2011, soit environ 6 points de plus que la zone euro) et de déficits (5,2% du PIB en 2011 contre 4,1% dans la zone euro).

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, cette stratégie devrait se solder par un échec, et très vite, la question d’un redimensionnement global de la dépense publique se posera à nouveau. Librement si le gouvernement a la sagesse d’en prendre rapidement l’initiative, sous la contrainte de nos créanciers s’il décide d’attendre. Quels en seront les contours ?

Le premier impératif consistera à étendre les mesures d’économie à toutes les administrations et à toutes les natures de dépense.

A toutes les administrations d’abord. Les réformes engagées jusqu’à présent ont porté sur les effectifs de l’État (au travers du « 1 sur 2 ») et sur ses autres dépenses de fonctionnement. Nécessaires et courageuses, ces mesures ont toutefois réussi la contreperformance d’apparaître à la fois très dures et peu efficaces, leur champ ayant été extrêmement limité. Elles ne portaient en effet que sur 37 % des dépenses des administrations centrales, qui ne représentent elles-mêmes que… 27 % de la dépense publique !

Pour peser véritablement, ces mesures doivent non seulement être poursuivies, mais surtout être étendues à la plupart des opérateurs de l’Etat, aux collectivités territoriales et aux administrations de sécurité sociale. Tout le secteur public doit être mis à contribution. A titre d’exemple, l’application du « 1 sur 2 » aux administrations locales au cours du quinquennat aboutirait à la suppression de 100 000 emplois publics environ, soit une économie annuelle supérieure à 3 Mds€ en année pleine.

 

A toutes les natures de dépense ensuite. Les dépenses de transfert (l’ensemble des prestations sociales, subventions aux ménages et aux entreprises qui forment le cœur de notre « modèle social ») ont été largement épargnées par les réformes (à l’exception notable des dépenses de retraite), alors même qu’elles représentent plus de la moitié de la dépense publique (607 Mds€ en 2010) et 80 % de l’accroissement de celle-ci sur la période 1978-2010. On voit difficilement comment une stratégie de réduction des dépenses pourrait prospérer sans s’attaquer à ces transferts.

Le deuxième impératif consistera à utiliser l’ensemble des outils dont disposent les décideurs pour agir, qu’ils conduisent à des décisions très ciblées (suppression pure et simple de certaines dépenses), un peu moins (plafonnement ou dégressivité dans le temps de certaines prestations) ou pas du tout (désindexation générale de pans entier de la dépense publique par rapport à l’inflation). 

Le troisième impératif consistera à fonder ces décisions sur les nombreuses évaluations déjà disponibles, qui mettent en évidence de nombreux dispositifs peu efficaces.

D’ores-et-déjà, quatre pistes doivent être rapidement explorées. Elles portent pour l’essentiel sur cette masse de transferts qui constituent la terra incognita des stratégies de réduction de la dépense.

Première piste : désindexer (partiellement ou en totalité) l’ensemble des transferts par rapport à l’inflation. Compte tenu des masses en jeu, cette mesure aurait un rendement considérable si elle était appliquée plusieurs années de suite, sans distinguer il est vrai entre dépenses efficaces et dépenses inefficaces tant du point de vue économique que social. Deuxième piste : plafonner et rendre à nouveau dégressives dans le temps les dépenses d’assurance chômage (environ 35 Mds€), ce qui permettrait tout à la fois de réduire leur poids sur les finances publiques et d’accélérer le retour à l’emploi. Troisième piste : réduire vigoureusement le rythme de progression des dépenses d’assurance maladie (environ 170 Mds€), en accroissant significativement le « reste à charge » des malades (environ 10 % des frais à ce jour, un taux assez stable qui est aussi l’un des plus faibles de l’OCDE) tout en veillant à instaurer un mécanisme limitant ce « reste à charge » pour les plus modestes, et en engageant une réforme structurelle de l’hôpital. Quatrième piste : s’attaquer aux dépenses d’aide au logement qui ont largement contribué à nourrir la bulle immobilière, et qui représentent près de 40 Mds€.

A moyen terme, cet ajustement des dépenses aura un effet très positif sur la croissance : à la fois parce qu’il autorisera un taux de prélèvement plus faible, et parce qu’un certain nombre de dépenses publiques inefficaces seront remplacées (ou non) par des dépenses privées, limitant les coûts d’administration et améliorant l’allocation des ressources. A moyen terme également, cet ajustement préservera notre modèle de société, en garantissant son financement et donc sa pérennité.

Il reste que cet ajustement sera difficile. Il touchera tout le monde car ce serait un mensonge de prétendre pouvoir faire supporter l’effort par quelques-uns uniquement. Ses effets négatifs à court terme sur la croissance ou notre niveau de vie ne pourront pas être complètement évités. Mais la réforme que nous pouvons décider souverainement sera toujours moins brutale que celle imposée de l’extérieur : plus que jamais, les finances publiques sont devenues une affaire de souveraineté.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Vincennes
- 06/08/2012 - 16:00
@Phoenix qui écrit :"et si des sommes sont redirigées vers des
niches efficaces", écrivez vous suite à votre lient sur le rapport des comptes annuels 2010. Pourquoi seulement 2010?
Sur 2011 + de 100 pages consacrées à l'audiovisuel, Sacem, droits d'auteur etc j'espère qu'Hollande va, sérieusement, se pencher sur le problème des chaines publiques (où il y a sérieusement du ménage à faire car bien trop de Journalistes et des salaires royaux à revoir à la baisse)......à suivre de très près
phoenix
- 06/08/2012 - 13:52
http://www.ccomptes.fr/Public
http://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Rapport-public-annuel-2010
allez voir les rapports de la cour des comptes, tout y est.

commencons juste par supprimer les niches fiscales inefficaces, et reduire les "tres peu" efficaces.
et si les sommes sont redirigé vers des niches efficaces ? ben au moins cet argent servira l´economie, tout le monde sera content.

sauf que ca va faire perdre de l´argent a des "amis" qui profitent grandement de ces niches inefficaces.

Vincennes
- 06/08/2012 - 09:23
Excellent choix de la photo....Sophie Pedder avait du lui poser
une question à laquelle il ne s'attendait pas......il ne faut pas contrarier MOI...JE euh euh