En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

07.

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Campagne des municipales
Agnès Buzyn regrette le terme de "mascarade" et confirme sa volonté de ne "pas laisser à Anne Hidalgo les pleins pouvoirs" à Paris
il y a 6 heures 39 min
pépites > High-tech
Outil numérique
Assemblée nationale : les députés votent en faveur de l'application de traçage StopCovid
il y a 8 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

La Révolution et l’Empire dans le cinéma français : plusieurs bons films pour cette période historique agitée ! Humour et délectation

il y a 9 heures 58 min
light > Science
Cratère de Chicxulub
L'astéroïde à l’origine de l’extinction des dinosaures aurait suivi la trajectoire la plus dangereuse possible
il y a 11 heures 57 min
décryptage > Société
Lutte contre le virus

StopCovid : les dangers d’un mirage

il y a 13 heures 11 min
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 14 heures 24 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 17 heures 1 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 18 heures 4 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 18 heures 37 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 19 heures 18 min
light > Politique
Bras de fer avec Twitter
Donald Trump menace de "fermer" les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
il y a 7 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Autre qu’on adorait" de Catherine Cusset : superbe graine de Prix

il y a 9 heures 46 min
décryptage > Economie
Leçons du confinement

Dépendance et pertes d’exploitation : les assureurs battus sur tous les fronts face à la crise du coronavirus…

il y a 11 heures 44 min
pépites > Politique
Soutien
Deuil après la mort d’un enfant : l’Assemblée nationale approuve enfin et à l’unanimité le congé de 15 jours
il y a 13 heures 10 min
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 13 heures 56 min
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 14 heures 51 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 17 heures 17 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 18 heures 26 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 18 heures 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 19 heures 37 min
Editorial

Les sponsors sont-ils en train de tuer les Jeux olympiques ?

Publié le 31 juillet 2012
Les JO ont besoin de l’argent de leurs partenaires. Mais où doit s'arrêter le pouvoir de ces derniers dans le déroulement de la compétition ?
Alain Renaudin dirige le cabinet "NewCorp Conseil" qu'il a créé, sur la base d'une double expérience en tant que dirigeant d’institut de sondage, l’Ifop, et d’agence de communication au sein de DDB Groupe.web : www.newcorpconseil.comSuivre ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Renaudin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Renaudin dirige le cabinet "NewCorp Conseil" qu'il a créé, sur la base d'une double expérience en tant que dirigeant d’institut de sondage, l’Ifop, et d’agence de communication au sein de DDB Groupe.web : www.newcorpconseil.comSuivre ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les JO ont besoin de l’argent de leurs partenaires. Mais où doit s'arrêter le pouvoir de ces derniers dans le déroulement de la compétition ?

Les Jeux olympiques sont, et restent, un moment fantastique, même s’il faut reconnaître la surenchère de moyens et de tentatives de protectionnisme de la part des sponsors et du CIO pour faire de cet événement un monopole. Garder le monopole sur les Jeux, tout en les partageant le plus possible, c’est le challenge.

Quand trop de sponsoring tue le sponsoring : c’est depuis plusieurs jours la polémique lancinante de ces Jeux de Londres. Et ce sont les propos de Sebastian Coe (président du comité d'organisation des Jeux de Londres) qui mirent le feux aux poudres, expliquant qu’un spectateur portant un tee-shirt Pepsi ne pourrait pas rentrer sur un site olympique … sponsorisé par Coca-Cola (partenaire des Jeux depuis 1928). Comme l’explique l’ancien champion olympique (devenu homme politique, parti conservateur) : « C'est important de protéger les sponsors, parce que c'est en grande partie eux qui payent les Jeux. »

Partant de ce point de vue : interdit les tee-shirts Pepsi ou Nike ; interdit les publicités pour d’autres marques aux abords des sites olympiques ; exit même le drapeau breton (le 25 juillet, un supporter, Thierry Le Sommer, s’est vu interdire d’exhiber le « Gwen-ha-du » lors de France-Etats-Unis, premier match de l’équipe de France féminine de foot), sous prétexte qu’il n’est pas un drapeau officiel des Jeux ; très forte restriction et intimidation sur l’usage des réseaux sociaux par les athlètes (formellement interdit de bloguer des photos de leur petit-déjeuner par exemple); monopole aux frites McDonald’s sur les sites (le Guardian a même rapporté que le sèche-cheveux des toilettes dame est en forme du "M" de la firme américaine) ; si vous voulez acheter un souvenir sur une boutique officielle vous avez intérêt à avoir une Visa (un site belge note que 27 distributeurs de billets sont bizarrement hors service à proximité des sites), et si vous voulez une bière, ce sera une Heineken sinon rien ; la liste est longue.

Pour la petite histoire, il est amusant de rappeler que Sebastian Coe, si zélé aujourd’hui dans l’application des règles, a remporté sa première médaille olympique (sur 1500 mètres) lors des Jeux de Moscou de 1980 … alors que Margaret Thatcher avait appelé les athlètes à les boycotter.

Alors certes l’argent des sponsors est indispensable aux Jeux (surtout s’il on considèrent qu’ils doivent nécessairement coûter des milliards), mais contrairement à la phrase de Coe, les sponsors ne doivent pas être « protégés », mais « valorisés ». Et sur ce point les débats de ces premiers jours de JO sont plutôt en leur défaveur. McDonald’s, sous la pression des médias, du public et de son propre personnel, a dû se résigner à renoncer à son monopole sur la vente de frites sur les sites. D’une manière générale ces tentatives de monopole olympique font beaucoup de bruit et émeuvent, non pas sur la nécessité du financement et du principe du sponsoring mais sur ces excès de volonté d’autarcie olympique.

Une volonté d’autarcie qui peut être ressentie comme privative pour les autres, c’est la dernière polémique sur les places vides. Les sponsors seraient donc omniprésents, sauf pour supporter les athlètes, et au détriment du public. Ils ont en effet été montrés du doigt le week-end dernier à propos de nombreuses rangées de gradins vides sur les tours préliminaires du tennis, de la natation ou de la gymnastique. Gênés par cette absence de spectateurs, les organisateurs s’étaient même résolus sur certaines épreuves à « remplir » les gradins avec des militaires ou des bénévoles. Les sponsors visés (essentiellement Coca-Cola et Visa), dans un premier temps « protégés » par les organisateurs (qui jetaient plutôt la pierre aux fédérations sportives n’utilisant par leurs quotas), se sont ensuite sentis obligés de répondre par communiqués de presse expliquant que d’après eux le taux d’utilisation de leurs billets était extrêmement élevé.

Cette volonté de main mise provoque parfois des excès, eux-mêmes absurdes ou amusants. Ainsi, le coureur américain Nick Symmonds (fidèle à sa réputation de "chieur officiel de l’équipe américaine", comme on l'appelle aux Etats-Unis) a proposé son épaule pour un tatouage éphémère mentionnant l'adresse d'un compte Twitter. Résultat, (c’est là l’aspect comique), l'athlète devra courir avec un gros sparadrap sur le bras … pour masquer la visibilité de son sponsor… ce qui reviendra à lui en assurer une d’autant plus grande avec l’effet buzz !

Quant aux tentatives de contrôle des réseaux sociaux, elle est à proprement parler surréaliste. Les Jeux olympiques, symbole s’il en est du partage et de l’ouverture au monde, qui cherchent à verrouiller les réseaux sociaux, pour éviter toute information non exclusive ou toute photo non officielle ? Les Jeux Olympiques sponsorisés par nos marques et médias occidentaux réussiraient-ils donc mieux que les dictatures sanguinaires à verrouiller la liberté d’expression ?

Ce qui est toutefois réconfortant, c’est que les Jeux restent magiques, qu’ils coûtent 1 ou 100 dollars, une médaille olympique reste une consécration fantastique pour celle ou celui qui la remporte, et une joie partagée et communicative pour ceux qui supportent et vibrent avec les champions. Dans ces moments là, seule l’histoire (victorieuse ou pas d’ailleurs), est belle.

Au service de cette magie, les marques sont au service des Jeux, et non les Jeux au service des marques. Ceci d’autant plus que nous allons être de plus en plus regardants sur les marques et les entreprises qui s’associeront aux Jeux. Lakshmi Mittal portant la flamme malgré les fermetures de sites, Dow Chemical sponsor malgré le drame de la catastrophe du Bhopal, des médailles fabriquées par RioTinto régulièrement mis en cause sur l’environnement … les Jeux vont aussi de plus en plus avoir un devoir d’exemplarité, les dissonances seront de plus en plus bruyantes.

Des Jeux qui veulent s’approprier le monde, mais qui ne doivent pas oublier qu’ils ne sont pas seuls au monde.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

07.

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Decebal
- 01/08/2012 - 01:10
ENCORE UN RATE DE LA FRANCE
les J O sont phagocytes par la vision Anglo saxonne de l'argent Roi. et ces JO façon Coca sont le résultat des rates politiques Francaise notre pays a la mauvaise habitude, de se laisser voler ce dont elle est a l'origine. ( méridien de Paris/ H GMT, coupe du monde de foot , Airbus etc )) en plus maintenant , elle se laisse évincer et nous assistons penauds sans sourciller. Honte a nos dirigeants, des pleutres nombrilistes
tympan
- 31/07/2012 - 22:03
Pas besoin des sponsors
Le CIO suffira a tuer les Jeux .
Grwfsywash
- 31/07/2012 - 18:32
Supranationalité
A Londres, pourtant si jaloux de sa souveraineté, le CIO jouit semble-t-il d'un traitement exceptionnel, puisque de nombreuses lois sont foulées aux pieds pour ne pas nuire a la "fête sportive" (entendez "machine a pomper les liquidités")
.
Exemple: aucun acte du parlement n'a été passé, autorisant la mise en place des amendes de £130 pour ceux qui rempruntent les voies olympiques avec leur véhicule.
.
Je sais de très bonne source que ce n'est pas là un souci pour les autorités, qui préfèrent s’entredéchirer sur la plus importante question: Qui va récupérer cette manne?