En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

La réaction de la femme de Griveaux

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

07.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 8 min 49 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 32 min 21 sec
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 58 min 47 sec
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 2 heures 27 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 3 heures 38 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 5 heures 29 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 6 heures 53 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 8 heures 7 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 9 heures 4 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 10 heures 5 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 min 15 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 46 min 20 sec
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 1 heure 56 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 3 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 4 heures 23 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 6 heures 9 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 7 heures 50 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 8 heures 50 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 9 heures 22 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 10 heures 21 min
Banque Hollandaise

SOS PME en détresse : la Banque publique d’investissement de Hollande peut-elle vraiment sortir les entreprises de la crise ?

Publié le 31 juillet 2012
La mission de préfiguration confiée à Bruno Parent, inspecteur général des Finances, rend ses conclusions sur la future Banque publique d’investissement ce mardi. Promesse du candidat François Hollande, la BPI devrait être lancée en octobre. Objectif : être au service "de la croissance et des PME".
Bernard Cohen-Hadad est président de la commission financement des entreprises de la CGPME. Il est également président du think-tank Etienne Marcel et assureur.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Cohen-Hadad
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Cohen-Hadad est président de la commission financement des entreprises de la CGPME. Il est également président du think-tank Etienne Marcel et assureur.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La mission de préfiguration confiée à Bruno Parent, inspecteur général des Finances, rend ses conclusions sur la future Banque publique d’investissement ce mardi. Promesse du candidat François Hollande, la BPI devrait être lancée en octobre. Objectif : être au service "de la croissance et des PME".

Juillet 2011 avait mis le gouvernement de François Fillon face à deux écueils : la dure réalité de l’augmentation du poids des déficits publics et le risque d’implosion de l’Europe face à la révélation de l’étendue de la crise grecque. Douze mois après, on peut sans choquer dire que la situation économique ne s’est pas vraiment améliorée. Plus que jamais, la réduction de la dette publique est au centre des préoccupations de tous ... et donc des entrepreneurs ! La dette publique est un gouffre dans chaque pays de l’Europe communautaire à l’exception près de l’Allemagne.

Dans ce contexte, les TPE-PME et les PMI peuvent-elles attendre que l’Etat joue le rôle d’un super banquier et mette à leur disposition tous les financements qu’elles recherchent. Il faudra bien entendu mesurer les conditions d’éligibilité. C’est tout l’enjeu de la Banque publique d’investissement (BPI) dont on attend avec impatience la mouture d’un projet qui reprenne le meilleur des dispositifs OSEO, Caisse des dépôts et consignations entreprise (CDC.E) et Fonds stratégique d’investissement (FSI).

Si ce projet fait grincer des dents, c’est parce que chacun sait que la marge de manœuvre est ténue et que les entreprises moyennes, celles qui sont en difficulté, sont en attente de soutiens clairs et rapides en matière de financements. 

En effet, les entreprises moyennes (et aussi les TPE) sont au cœur de l’enjeu économique de notre pays. Elles représentent l’immense majorité (en réalité la quasi-totalité) des entreprises et la moitié de l’emploi. On les entend peu mais elles sont présentes sur tout notre territoire, enracinées dans leurs régions et peuvent compter sur l’engagement de leurs organisations patronales, les efforts de leurs dirigeants et de leurs salariés. Mais lesTPE-PME rencontrent principalement deux sortes de difficultés : la confiance en notre économie et des difficultés récurrentes de financement malgré un renforcement en fonds propres.

Les entreprises et les entrepreneurs ont donc besoin de retrouver la confiance en l’économie pour sortir de la crise. Et cette attente n’est pas nouvelle. En effet, parmi d’autres indicateurs, les différents baromètres CGPME-KPMG montrent que les dirigeants d’entreprises moyennes sont avant tout sensibles à l’évolution de la situation économique nationale. En juin 2012, phénomène exceptionnel, 86% d’entre eux se disent inquiets et 33% des patrons de PME déclarent être dans l’autocensure ou restreignent leurs demandes de financement.

Un an plus tôt (avant la crise grecque) les chiffres étaient respectivement de 66% et de 23 %. On voit donc bien que les dirigeants attendent que l’Etat joue un rôle de bon gestionnaire et trouve prioritairement des solutions internes, c'est-à-dire dans la sphère publique, pour accompagner intelligemment la réduction des déficits. Cela veut dire réduire son train de vie sans chercher à augmenter les charges qui pèsent durablement sur le développement et la compétitivité des entreprises moyennes.

Une autre clef de la confiance est la stabilité juridique et fiscale. Il faut en terminer avec la rétroactivité des lois défavorables aux entreprises. Comment encourager l’entrepreneuriat qui réclame de l’investissement, une prise de risques, un équilibre au plus juste des marges financières sans garantir un engagement de stabilité juridique et fiscal sur le long terme ? Dans cet esprit, il faut ménager l’investissement privé dans les entreprises moyennes que ce soit pour les particuliers ou pour le capital investissement. Et c’est mieux que des promesses de subventions dont l’Etat n’a plus, à lui seul, les moyens.

Le financement des TPE-PME et des PMI est aussi un enjeu de long terme. La Banque Publique d’Investissement (BPI) voulue par le président de la République doit être à la hauteur des promesses, des ambitions et des attentes. Elle doit être aussi être « simple », accessible, responsable vis-à-vis des banques et innovante dans sa gouvernance. Parce que la situation financière des entreprises et des industries moyennes l’exige et parce que le dispositif PME-PMI, en place, requiert un renforcement régional et une plus grande réactivité locale face à la diversité des nouvelles demandes. Car si l’idée de banque publique n’est vraiment pas une nouveauté, la mettre en place, sans décevoir, est une autre affaire !

Déjà en février 2011, on évoquait la nécessité de mieux coordonner le dispositif de financement public pour plus d’efficacité et s’adresser aux entreprises patrimoniales qui rencontrent régulièrement des difficultés de financement faute de soutiens bancaires. En cela, la BPI doit accompagner le secteur bancaire privé qui se trouve limité dans son rôle de fournisseur de crédits par les normes prudentielles. Son rôle n’est donc pas de chercher à le remplacer. On s’étonnerait qu’elle s’intéresse prioritairement aux entreprises en bonne santé. Car l’objet de cette banque, c’est d’abord d’accompagner ou de garantir les entreprises qui ont des difficultés à trouver des fonds en amorçage ou en trésorerie pour se maintenir, se développer ou encore sauvegarder l’emploi.

Et c’est dans l’objectif de croissance, clairement, le rôle que doit jouer l’Etat dans notre économie : garantir la stabilité de toutes les normes publiques et être, en ce sens, à côté des entrepreneurs un partenaire financier de long terme. Jouer un rôle d’information et de lien entre ses dispositifs et assurer à chaque entreprise un traitement équitable. Mais l’Etat ne peut être un entrepreneur comme un autre même en matière financière. Dans le cas contraire, rien ne pourrait être plus lourd de conséquences humaines, demain, qu’un retrait ou qu’un défaut de son engagement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

La réaction de la femme de Griveaux

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

07.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
kim yong zéro
- 31/07/2012 - 19:23
naive
rappelons que la caisse des dépots éponge les dettes de la maison de disque NAIVE depuis plusieurs années.ah,naive c'est la maison de disque de carla bruni
maxx_paris
- 31/07/2012 - 15:30
la vraie ampleur des faillites en France, voyez-vous même !
les chiffres des défaillances d'entreprises sont strastosphériques cette années même si ils sont en trompe l'oeil car ils impactent moins les petites structures que les PME moyennes et grosses qui se "cassent la gueule" a vitesse élevée en ce moment. Allez donc voir chaque lundi matin la liste des défaillances de la semaine passée sur le site Verif.fr (en bas a droite - defaillances) ce sont des pages entieres de PME qui s'écroulent chaque semaines, jamais la liste n'a été si longue et donc dramatique !
flogo
- 31/07/2012 - 15:00
J'AI OUBLIÉ...
Une partie des PME se développera et commencera à embaucher dès que la situation économique européenne sortira de l'ornière, mais ça c'est dans 3 ou 4 ans
Une autre partie sombrera car le viatique suprême arrivera juste à son agonie...