En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
Formatage !
Journaux féminins : ces mille et une manières pires que les retouches Photoshop pour culpabiliser les femmes
Publié le 09 août 2012
Suite à la pétition d’une internaute aux Etats-Unis, les magazines féminins américains se sont engagés à ne plus utiliser Photoshop. Victoire du féminisme ou hypocrisie ?
Lucie Sabau est militante d'Osez le féminisme et responsable des questions de sexualité au sein de l'association.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lucie Sabau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lucie Sabau est militante d'Osez le féminisme et responsable des questions de sexualité au sein de l'association.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite à la pétition d’une internaute aux Etats-Unis, les magazines féminins américains se sont engagés à ne plus utiliser Photoshop. Victoire du féminisme ou hypocrisie ?

Atlantico : Suite à la pétition d’une internaute aux Etats-Unis, les magazines féminins américains se sont engagés à ne plus utiliser Photoshop. Peut-on considérer cela comme une victoire du féminisme ou Photoshop est-il l’arbre qui cache la forêt ?

Lucie Sabau : Les deux. C'est une petite victoire dans la mesure où l'utilisation systématique de Photoshop permet de formater la représentation du corps des femmes. C'est une bonne chose que les jeunes filles ne soient pas soumises à des modèles trop standardisés et normatifs. Il est dommage d'être ainsi martelé de photos de jeunes femmes qui se ressemblent toutes : même taille, même poids, même silhouette...

Mais il en faudra beaucoup d'autres victoires pour que la presse féminine, comme la publicité, montrent tous les types possibles de beauté.
 

Dans les années 60 et 70, la presse féminine, très imprégnée du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir, était en première ligne du combat pour l'émancipation des femmes. C'était l'époque où les féminins décomplexaient leurs lectrices. Aujourd’hui, au-delà de la polémique récente sur les retouches Photoshop, on a l’impression que c’est plutôt l’inverse. La multiplication des articles sur « la minceur » et « la quête de perfection » ou « l’éternelle jeunesse » ne sont-ils pas autant d’injonctions culpabilisantes ?

La presse féminine a toujours véhiculé un double discours. D'un côté, elle invite les femmes à s'émanciper. De l'autre, elle prescrit des diktats et des normes.

Et plus l'égalité femmes/hommes se construit, plus il y a un retour de bâton dans la presse féminine où les injonctions sont souvent contradictoires. On peut y lire l'expression : "prenez soin de vous !" . Mais il ne s'agit nullement d'une invitation à se faire plaisir, plutôt d'une injonction à se mettre en conformité avec la désirabilité définie par les hommes.

Autrement dit, si vous êtes grosse et moche, c'est que vous y mettez vraiment de la mauvaise volonté, vu tous les conseils beauté dont on vous abreuve…

La féminité qui nous est vendue par les magazines féminins est un outil de contrôle psycho-social. Il y a un double langage orwellien dans la presse dite féminine : il y a toujours quelques pages où l'on se pique de féminisme, et juste à côté, des publicités où des femmes, qui au naturel sont déjà extrêmement fines, posent sur des photos retouchées. Il s'agit de donner une connotation positive à des diktats aliénants.

Des diktats qui coûtent beaucoup d'argent. L’aliénation des femmes aux normes dites de la féminité représente un véritable marché, très lucratif. A minima,  le budget "féminité" d'une jeune femme se chiffre autour de 150 à 200 euros par mois. Il ne suffit pas de naître avec des organes génitaux pour être reconnue comme "femme", on vous demande en permanence de jouer un rôle de composition : de vous maquiller, de vous épiler, de porter un certain type de vêtements, etc...

La mode de la labioplastie, qui se développe beaucoup dans les sociétés anglo-saxonnes, est un exemple extrême, mais révélateur. Au nom de normes issues du porno en matière d'apparence de sexe de femme, on laisse croire à des jeunes femmes qu'il n' y a qu'un seul type de sexe acceptable et désirable. Les femmes intériorisent tellement ces normes que pour s'y plier, elles se prêtent à des interventions mutilantes qui n'ont pas de fonctions thérapeutiques. Cela montre la force des diktats et du matraquage des images.

Dans la presse féminine, les différences culturelles, économiques, sociales entre les Françaises n'existent pas. Les ouvrières, les stars, les patronnes, les chômeuses appartiennent toutes au même bloc monolithique : la Femme. La presse féminine véhicule-t-elle une image trop réductrice de la société ?

Il y a plutôt une division des femmes à travers la segmentation des marchés. On voit qu'il y a des magazines à destination des femmes à la peau marron. Non seulement la femme est censée avoir "une nature féminine", mais en plus il y a un rubriquage assez "racialiste". Il y a aussi des magazines destinés aux femmes de plus de 40 ans. La presse féminine essentialise des catégories qui sont en fait des constructions sociales.

Si ces magazines censés parler aux femmes visaient véritablement à servir l'intérêt général des êtres humains de sexe féminin, ils travailleraient surtout sur ce qui peut rassembler les femmes, comme l'égalité professionnelle par exemple.

Par ailleurs, les diktats de la féminité, que l'on retrouve dans les différentes catégories de magazine, prennent énormément de temps aux femmes et occupent beaucoup de place dans leurs têtes. Autant de disponibilités que les jeunes femmes n'ont pas pour prendre du pouvoir et des responsabilités. 

La presse féminine n’est-elle pas tout simplement frivole et divertissante  ?

Évidemment, une partie de cette presse féminine ne prétend pas faire de la vulgarisation scientifique ou avoir un propos très subtil. Mais on pourrait très bien avoir des magazines qui invitent à se divertir et qui s'adresseraient à tout le monde, qui ne seraient pas seulement à destination des femmes.

Pourquoi devrait-il y avoir une presse à destination d'un groupe d'individus en fonction de ses organes génitaux ? Comme si vous aviez un certain type d'intérêt uniquement parce que vous avez un clitoris et un vagin...

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
07.
Retraites : ça coince. Santé : ça bloque. Protection sociale : ça n’avance pas. Macron n’aura aucun résultat durable s’il n’a pas le courage d’inviter le privé dans le jeu.
01.
Air France-KLM va bien mais pas Air France
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
03.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 14/08/2012 - 23:53
A moins de vouloir faire des mangas ...
Je croyais la plupart des femmes déjà retouchées dans la réalité, alors à quoi bon les retoucher de nouveau sur leurs photos?
Mais je ne lis ni les mangas ni les journaux féminins, alors ...
marie93
- 12/08/2012 - 11:11
Bien d'accord avec l'analyse de Ours Blanc
Et honnêtement, quelle femme n'a jamais rêvé d'être jolie et attirante pour les autres. Ce serait de l'hypocrisie de le nier. On peut lire ces magazines pour avoir des idées de soins de beauté, de maquillage, tout simplement pour se mettre en valeur.
Et lire autre chose (comme le site Atlantico ou autres) pour s'informer et réfléchir...ce n'est pas incompatible.
Gégé Foufou
- 12/08/2012 - 08:15
MEME PHOTOSHOP
ne peut rien faire pour Eva Jolly