En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

06.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Delarue/Lescure: ça ne tourne plus rond entre ces anciens collègues

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La mort n'est pas une solution, Asia Bibi condamnée à la pendaison pour blasphème" d'Anne-Isabelle Tollet : un récit poignant

il y a 2 heures 3 min
light > Culture
Réforme majeure
Académie des César : la productrice Margaret Menegoz est nommée présidente par intérim
il y a 2 heures 36 min
pépites > Education
Faits religieux à l'école
Mobilisation de soutien envers l'instituteur de Malicornay, Matthieu Faucher, suspendu pour prosélytisme après avoir utilisé des textes de la Bible
il y a 4 heures 1 min
décryptage > Religion
Moyens d'action

Lutte contre l’islam radical : comment le Maroc articule moyens sécuritaires et réponse "idéologique"

il y a 5 heures 33 min
décryptage > Environnement
WikiAgri

Salon de l'agriculture : ébauche d'un mouvement agricole de contestation contre les banques

il y a 6 heures 5 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

il y a 7 heures 2 min
décryptage > Santé
Début du carême

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

il y a 7 heures 34 min
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 8 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 9 heures 13 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 24 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dark Waters" de Todd Haynes : un homme seul contre une toute puissante industrie chimique...

il y a 2 heures 21 min
pépites > Santé
Médicaments efficaces ?
La chloroquine, un traitement contre le paludisme, pourrait-elle être efficace contre le coronavirus ?
il y a 3 heures 23 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Coronavirus : le patient français décédé à Paris était un enseignant dans l'Oise
il y a 4 heures 33 min
décryptage > International
Echelle planétaire

Le Coronavirus redistribue les cartes mondiales

il y a 5 heures 50 min
pépite vidéo > Politique
"Peur comme fonds de commerce"
Gabriel Attal dénonce les critiques de Marine Le Pen sur la gestion du coronavirus par le gouvernement
il y a 6 heures 21 min
décryptage > Europe
Hi hi *

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

il y a 7 heures 9 min
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 8 heures 5 min
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 8 heures 21 min
décryptage > France
Question prioritaire

La sécurité, bien partie pour être la clé de 2022… et certains prennent une longueur d’avance

il y a 9 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Fauda" : devant l’engouement pour la fiction israélienne sur la scène internationale, focus sur Fauda (= Le Chaos)

il y a 19 heures 15 min
© DR
Avec deux siècles d’écart, certaines descriptions de la France de l’Ancien Régime de Tocqueville sont d’ailleurs frappantes de similitudes avec la France d’aujourd’hui.
© DR
Avec deux siècles d’écart, certaines descriptions de la France de l’Ancien Régime de Tocqueville sont d’ailleurs frappantes de similitudes avec la France d’aujourd’hui.
Aux armes citoyens

Les générations présentes et futures devront-elles se soulever pour défendre le capitalisme ?

Publié le 23 juillet 2012
En 1774, la France était au bord de la banqueroute. C'est la Révolution française de 1789 qui a mis en place les réformes libérales nécessaires pour remettre le pays sur les rails.
Daniel Tourre est notamment l'auteur de Pulp Libéralisme, la tradition libérale pour les débutants (Tulys, 2012) et porte-parole du "Collectif Antigone".  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Daniel Tourre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Daniel Tourre est notamment l'auteur de Pulp Libéralisme, la tradition libérale pour les débutants (Tulys, 2012) et porte-parole du "Collectif Antigone".  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En 1774, la France était au bord de la banqueroute. C'est la Révolution française de 1789 qui a mis en place les réformes libérales nécessaires pour remettre le pays sur les rails.

Cela ne serait pas la première fois. A commencer par la Révolution de 1789 qui est le long aboutissement d’une administration incapable de se réformer elle-même, prisonnière d’une multitude d’intérêts particuliers.

«Il faut, Sire, vous armer contre votre bonté, de votre bonté même, considérer d'où vous vient cet argent que vous pouvez distribuer à vos courtisans». 1774, la France est au bord de la banqueroute. En termes obséquieux, Turgot, ministre des finances plaide auprès de Louis XVI pour des réformes libérales à tous les niveaux : baisse des impôts, abolition des sinécures, suppression des droits de douanes intérieurs sur le blé, abolition des corvées, suppression des corporations… C’est finalement les corporations qui obtiennent sa démission. Et le Roi qui se condamne. Quelques années plus tard, la Révolution, en quelques semaines, fera entre autres les réformes de Turgot – au prix d’un gâchis inouï débouchant ensuite sur la Terreur de 1793.

Avec deux siècles d’écart, certaines descriptions de la France de l’Ancien Régime de Tocqueville sont d’ailleurs frappantes de similitudes avec la France d’aujourd’hui : « Ce qui caractérise déjà l’administration en France, c’est la haine violente que lui inspirent indistinctement tous ceux, nobles ou bourgeois, qui veulent s’occuper d’affaires publiques, en dehors d’elle. Le moindre corps indépendant qui semble vouloir se former sans son concours lui fait peur  ; la plus petite association libre, quel qu’en soit l’objet, l’importune ; elle ne laisse subsister que celles qu’elle a composées arbitrairement et qu’elle préside. Les grandes compagnies industrielles elles-mêmes lui agréent peu ; en un mot, elle n’entend point que les citoyens s’ingèrent d’une manière quelconque dans l’examen de leurs propres affaires ; elle préfère la stérilité à la concurrence…/…

[Le gouvernement] n’entreprend guère ou il abandonne bientôt les réformes les plus nécessaires, qui, pour réussir, demandent une énergie persévérante ; mais il change sans cesse quelques règlements ou quelques lois. Rien ne demeure un instant en repos dans la sphère qu’il habite. Les nouvelles règles se succèdent avec une rapidité si singulière que les agents, à force d’être commandés, ont souvent peine à démêler comment il faut obéir.»

Aujourd’hui comme hier, l’Etat omniprésent est instrumentalisé par une multitude d’intérêts particuliers privés (petits ou grands subventionnés, groupes de pression arrosés, grandes banques soutenues sans limite par l’argent public etc..) ou publics (syndicats de fonctionnaires, bureaucraties locales ou nationales). L’Etat devient alors incapable de se réformer lui-même. La classe politique prisonnière de ses clientèles électorales met en scène des concertations sociales avec des syndicats non représentatifs tout en enterrant à l’unanimité le rapport Perruchot. Dans le même temps, la crise du surendettement et des politiques monétaires laxistes est paradoxalement le prétexte à davantage d’interventions de l’Etat.

La situation est d’autant plus verrouillée que les acteurs habituellement critiques du Pouvoir politique (artistes, médias, associations civiles) sont eux aussi aujourd’hui largement dépendants de subventions publiques, ce qui ne les pousse pas à la dénonciation de l’étatisation de la société. Cette dépendance est partagée hélas par une partie de la population ; population convaincue à tort qu’elle a plus à perdre qu’à gagner dans l’abolition de ces pillages réciproques par cotisations, taxes et impôts croisés. (Même si aujourd’hui ceux qui ont voté pour faire payer les autres, réalisent que les autres, c’est eux.)

Au final nos droits à la liberté et à la propriété sont grignotés peu à peu, lentement mais sûrement, pour tendre vers une situation ressemblant sous certains aspects à celle de l’Ancien Régime : une multitude d’intérêts croisés, d’obligations, d’autorisations, de ponctions multiples à chaque échange au profit de l’Etat, de groupes organisés ou de corporations. Ce qui a fait la force du capitalisme libéral et de notre prospérité -la liberté, la responsabilité et la propriété individuelle- s’amenuise petit à petit.

La question est alors : puisque les institutions actuelles ne permettent pas de couper ce nœud coulant depuis plusieurs décennies, que faut-il faire ?

La fuite ou la grève ? La romancière Ayn Rand décrit de manière clinique dans son roman extraordinaire ‘La grève’ la situation que nous vivons aujourd’hui. Elle imagine alors une grève inédite : celle de tous ceux (artistes, entrepreneurs, scientifiques, ouvriers) qui travaillent, innovent, créent sans piller les autres. Le roman finit par un discours superbe du meneur de ce mouvement social inédit posant les conditions d’un fin de la grève. Cette utopie pédagogique n’est hélas pas crédible dans le monde réel, en tous cas pour sauver notre pays. L’oligarchie peut très bien vivre sur une société anémiée longtemps si tel est son intérêt et si elle diffuse efficacement son idéologie de soumission volontaire à l’Etat-mammouth.

La révolution violente ? Même si elle a été en partie au service d’idées libérales (en tout cas celle de 1789), le moins que l’on puisse dire est qu’une révolution n’est guère économe en sang, en chaos et en misère. La guerre civile n’est de toute manière pas dans les gènes libéraux –doctrine politique née en réaction aux guerres de religions et à ses massacres.

La révolution des esprits ? C’est peut être bien ce qui a manqué jusqu’à présent. Les dix prochaines années ne ressembleront pas aux 60 dernières, les libéraux vont avoir une opportunité historique de présenter leurs idées au plus grand nombre.

Dans la Bastille, Jacques Brel chantait « L’avenir a besoin de révolutionnaires, pas de petits révoltés ». Les petits révoltés agiteront peut-être des drapeaux rouges dans les prochains trimestres, mais les révolutionnaires sont les vrais libéraux. Et leurs idées ( la liberté et la propriété individuelle, seules respectueuses de la nature humaine et permettant la décentralisation des décisions à l’individu, l’utilisation optimale de la connaissance, l’échange libre dans un cadre Juste) seront d’autant plus nécessaires pour profiter des découvertes scientifiques de demain. La grand tache du jour, la tache urgente est de diffuser la connaissance des vraies idées libérales auprès du grand public.

L’affaissement de la social-démocratie surendettée n’est pas la fin du monde connu ou de la civilisation. Elle n’est pas non plus la fin des soins, de l’instruction ou de la solidarité. Elle n’est que la faillite de la bureaucratie monopolistique et du capitalisme de connivence. La sortie de la crise ne passe pas par des constructions comptables hasardeuses au niveau européen et des relances monétaires mais par un retour à la liberté, la propriété et la responsabilité individuelles. Nous pouvons avoir mieux pour nos vies et la société que cette lente agonie stagnante au service d’intérêts figés.

L’URSS s’est effondrée (presque) sans révolution violente, mais parce que le système en place était à bout de souffle (Nous y sommes avec le notre) et que plus personne n’avait envie de faire encore semblant (Nous y sommes presque). Le tout est aujourd’hui d’accompagner cet affaissement en cours et de combler le vide idéologique qui va suivre. Il n’y a besoin ni de grèves, ni de révoltes violentes, mais d’une révolution libérale.

Diffuser les vraies idées libérales vite, nous sommes déjà en retard.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

06.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Delarue/Lescure: ça ne tourne plus rond entre ces anciens collègues

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
DEL
- 24/07/2012 - 14:27
Libre exploitation de l'homme!
Le libéralisme est surtout une doctrine de l'exploitation non contrôlée de l'homme par l'homme et de la fin programmée de l'état: un retour à la loi de la jungle, en quelque sorte.
Epsilon
- 24/07/2012 - 08:59
Conseil
Je recommande la lecture du blog de Daniel Tourre, notamment le passage sur les échanges où il explique les bienfaits du libéralisme avec la cueillette et la pêche. L'on comprend alors que le libéralisme fonctionne merveilleusement, du moins, sur une petite île enfermée dans une cloche, avec des ressources infinies, où les gens ne vieillissent pas et où eux et la nature reste prodigue tout le long de leur vie, ou entreprendre revient à se lancer immédiatement dans une activité en claquant des doigts, où il n'y a jamais surproduction ni sous-production, y compris dans la nature, ou les distances n'existent pas et les gens ne meurent jamais. Là, oui, le libéralisme fonctionne. Sinon sur terre, ça revient à changer de travail tous les jours et à ne pas connaître son salaire du lendemain. L'utopie, c'est beau...
Daniel_Tourre
- 23/07/2012 - 22:49
Le capitalisme libéral n'est pas responsable de cette crise.
Sous de nombreux aspects le système financier actuel ne fonctionne pas selon des règles du marché libre qui sont appliqués aux boulangers ou aux industriels.

Les libéraux en particulier de l'Ecole Autrichienne hurle dans un désert depuis les dysfonctionnements des systèmes bancaires à l'origine de la crise...

http://www.dantou.fr/crisefinanciere5_fichiers/v3_document.htm