En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 2 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 5 heures 16 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 6 heures 46 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 8 heures 24 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 9 heures 42 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 11 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 12 heures 38 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 14 heures 43 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 15 heures 11 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 15 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 4 heures 54 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 5 heures 47 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 7 heures 51 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 8 heures 47 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 10 heures 49 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 12 heures 21 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 14 heures 14 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 15 heures 27 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 16 heures 13 min
Pour le meilleur et pour le pire

Mariage gay, multipaternité : la révolution des mœurs est-elle vraiment un progrès ?

Publié le 23 juillet 2012
Un projet de loi de l’Etat de Californie prévoit la possibilité de faire reconnaître, pour un enfant donné, un troisième parent. En France, le mariage gay pourrait devenir une réalité sous la présidence Hollande. Un changement d'époque ?
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un projet de loi de l’Etat de Californie prévoit la possibilité de faire reconnaître, pour un enfant donné, un troisième parent. En France, le mariage gay pourrait devenir une réalité sous la présidence Hollande. Un changement d'époque ?

Vous avez aimé, ou détesté, le feuilleton des « nouvelles familles », recomposées, monoparentales, homoparentales, vous allez adorer, ou exécrer, les histoires de familles « multiparentales ».

Il ne s’agit pas de sociologie familiale-fiction. Un projet de loi de l’Etat de Californie prévoit la possibilité de faire reconnaître, pour un enfant donné, un troisième, voire un quatrième parent. En 2007, déjà, la Cour d’appel de l’Ontario, la plus haute instance juridique de cette province et la plus influente au Canada, avait reconnu trois parents à un enfant de 5 ans : le père et la mère biologiques ainsi que la compagne de cette dernière. De même que certains appellent déjà de leurs vœux, par-delà le mariage gay, la reconnaissance légale de la polygamie, on peut d’ores-et-déjà imaginer, avec délectation ou affliction, une société dans laquelle on pourrait établir par contrat des « communautés de parents ». La reconnaissance légale de la pluriparentalité correspond notamment à une revendication de couples homosexuels qui conçoivent la possibilité d’avoir des enfants à travers des « pactes » unissant un couple de gays et un couple de lesbiennes.

En Californie, on perçoit la reconnaissance du troisième parent comme « la porte ouverte » à celle des unions de même sexe ; en France, l’argument de la « pente glissante » conduit à  subodorer que le mariage gay, déjà indissociable de la reconnaissance de l’homoparentalité, ouvrira la porte au relativisme familial généralisé. Tout porte à croire, en effet, que nous vivons un moment important de l’histoire des mœurs en Occident. Certains y voient un accomplissement démocratique, d’autres un effondrement de la civilisation ; on nous laisse le choix entre deux représentations de l’avenir : le paradis ou l’enfer, la fin du temps des discriminations ou la fin du monde. Peut-être le temps est-il cependant venu de surmonter l’aspect « sensationnel », attrayant ou répulsif, de la nouveauté, en s’arrachant aux réflexes idéologiques pavloviens, qu’ils soient progressistes ou conservateurs, pour laisser la place à des interrogations plus nuancées.

Plutôt que de céder à l’effroi, les conservateurs pourraient ainsi examiner d’un peu plus près, toute idéologie mise à part, l’intérêt de l’enfant, qu’ils invoquent souvent à tort et à travers mais qui constitue pourtant l’un des moteurs de la métamorphose contemporaine du droit de la famille. La reconnaissance légale du « troisième parent », en l’occurrence, ambitionne de permettre à un parent « de fait », dans une famille recomposée, de traiter les enfants de son conjoint comme ses propres enfants. La décision de la cour de l’Ontario précédemment évoquée fut prise également dans l’intérêt de l’enfant, afin d’établir une filiation juridique avec les deux adultes formant le couple parental de fait.

Dans le même sens, la raison la plus convaincante que l’on puisse avancer en faveur du mariage gay est qu’il devrait permettre, par le biais de l’adoption, d’apporter à l’enfant élevé par les couples homosexuels (le plus souvent des mères lesbiennes) une protection égale à celle dont bénéficient les autres enfants. Tandis que le « principe de précaution » est invoqué à propos de problèmes fictifs rencontrés par des enfants qui n’existent pas encore, l’intérêt de l’enfant dont il est ici question est relatif à des enfants réels vivant au sein de familles réelles. On perçoit mal comment la civilisation pourrait prendre fin du seul fait que le droit, dans l’intérêt des enfants, prenne en considération la réalité des liens qui unissent ceux-ci aux adultes qui les aiment, les éduquent et manifestent la volonté de leur apporter tout le soutien et la protection dont ils sont capables.

Les progressistes, quant à eux, plutôt que de s’enivrer du changement et de tourner indéfiniment en dérision la défense crispée d’un « ordre naturel » auquel les conquêtes de la liberté ont définitivement fait perdre son caractère normatif, devraient plutôt s’aviser de réfléchir à l’épineux problème de la détermination des limites. On considérera à juste titre que c’est à la délibération démocratique de fixer celles-ci : encore faut-il qu’elle ait lieu, ce qui suppose de ne pas laisser prévaloir une conception mécaniste du progrès. Le mariage gay, que la logique de l’amour et l’intérêt de l’enfant justifient, va nécessairement conduire à mettre en avant d’autres revendications plus problématiques, qui n’intéressent du reste pas seulement les couples homosexuels : la légalisation de la gestation pour autrui, l’accès généralisé à la programmation médicale assistée ainsi que, en conséquence, la pluriparentalité.

Il existe de bonnes raisons de s’opposer à la pluriparentalité, qu’on ne peut sans légèreté présenter - au motif qu’abondance de biens ne saurait nuire - comme constituant nécessairement une chance pour l’enfant. Sans même évoquer l’intérêt de la société à maintenir de l’ordre dans la généalogie et la transmission, il paraît raisonnable de considérer que le bon exercice de la responsabilité parentale ainsi que l’exigence de stabilité éducative et affective plaident plutôt en faveur de la conservation du modèle biparental. L’explosion de la demande d’adoptions simples depuis une vingtaine d’années – des adoptions qui interviennent dans la quasi-totalité des cas dans la sphère intrafamiliale - témoigne à la fois d’un besoin de sécurisation du lien dans un contexte de précarisation et d’un intérêt pour les solutions où la logique additive prévaut sur celle de la substitution. La pluriparentalité pourrait à cet égard se prévaloir de constituer une réponse possible à une demande sociale réelle. Elle n’est toutefois pas nécessairement la réponse souhaitable si bien que, sans la diaboliser, on peut légitimement lui préférer l’option d’un statut du beau-parent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Greenday
- 24/07/2012 - 14:24
@ samu31
Votre question se pose également pour un enfant adopté par un couple hétéro: "comment ça se fait que vous m'élevez alors que vous ne m'avez pas concu ?"
ヒナゲシ
- 23/07/2012 - 18:34
et lassant !
De même qu'on imagine mal l'adoption par un couple dont la mère n'aurait plus que 6 mois à vivre pour cause de cancer (par exemple) ou qui passerait ses soirées dans les casinos, il est probable qu'un couple dont un partenaire serait atteint d'une maladie grave (sida ou autre) ou qui s'adonne régulièrement à l'échangisme ne sera pas retenu.

Et ce, que le couple soit hétéro ou homo…

Autrement dit vous agitez, encore une fois, de ridicules épouvantails aux fins de nourrir la cause homophobe dont vous êtes coutumier sur ce site.
ヒナゲシ
- 23/07/2012 - 18:34
Ridicule…
VeLiVoS (qui a l'air de s'y connaître en brillance…) s'en prend, avec la finesse dont il est coutumier, à Cap2006 :
« Votre raisonnement n'est guère plus brillant que celui
que vous critiquez.
Ainsi :

[bla-bla-bla]

doit-on prendre le risque d'adoption par une communauté
connue STATISTIQUEMENT et il s'agit là de faits, pour
posséder en son sein un nombre beaucoup plus élevé de
personnes variant les partenaires (et plaisirs
d'ailleurs) d'où un risque accru d'attraper le sida ? »
 
Cher VV, aucun projet ne prévoit encore — où que ce soit dans le monde — de faire adopter des enfants par une *communauté*, mais seulement par des *parents* (seuls ou en couple).
Une telle démarche est examinée et évaluée, par des instances (en France : Conseil Général, DDASS, assistant(e) social(e), psychiatre…) qui — on peut très raisonnablement le penser — ne délivreront d'agrément qu'à des familles où toutes les garanties sont réunies…