En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

04.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

07.

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 44 min 6 sec
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 1 heure 39 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 4 heures 5 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 5 heures 13 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 5 heures 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 6 heures 25 min
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 19 heures 8 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 21 heures 19 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 22 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 23 heures 49 min
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 1 heure 11 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 4 heures 52 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 5 heures 25 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Politique
Zombie qui s’ignore

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

il y a 6 heures 37 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 20 heures 18 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 22 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 23 heures 33 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 1 jour 9 min
No future ?

Syrie : comment l’attitude des Occidentaux vis-à-vis d’el-Assad prépare des lendemains encore plus sombres que la dictature actuelle

Publié le 21 juillet 2012
Un changement de régime en Syrie n'apporterait pas nécessairement la démocratie...
Frédéric Pichon est diplômé d’arabe et de sciences-politiques. Docteur en histoire contemporaine,  spécialiste de la Syrie et des minorités, il est chercheur associé au sein de l'équipe EMAM de l'Université François Rabelais (Tours). Il est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Pichon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Pichon est diplômé d’arabe et de sciences-politiques. Docteur en histoire contemporaine,  spécialiste de la Syrie et des minorités, il est chercheur associé au sein de l'équipe EMAM de l'Université François Rabelais (Tours). Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un changement de régime en Syrie n'apporterait pas nécessairement la démocratie...

Ce mercredi, l’appareil sécuritaire syrien a été frappé en plein cœur. Aussi spectaculaire que soit l’opération, elle révèle les limites de la rebellion, mais surtout du projet occidental pour la Syrie future. Le régime n’a pas encore dit son dernier mot.

Il est très probable que la thèse d’un kamikaze soit écartée au profit d’un « retournement » dont certains services secrets occidentaux maîtrisent parfaitement les arcanes. Mais surtout, en l’absence de soutien tactique venu de l’extérieur (OTAN, ONU), cette opposition armée se trouve condamnée à une guerre asymétrique, faite de harcèlement et d’attentats. Au passage, on appréciera l’ambiguïté française qui, par la voix du porte parole du Quai d’Orsay Bernard Valero, semblait se réjouir de façon indécente de l’événement pour expliquer que « rien n’arrêtera la marche du peuple syrien vers un avenir démocratique ». Avec ce genre de méthodes, il n’est pas sûr que le résultat soit atteint avant plusieurs siècles… Ban Ki Moon lui-même, pourtant peu suspect de complaisance envers Damas, a eu la décence de condamner l’attentat le lendemain.

Alors que les Américains comme les Russes semblent converger vers une solution « réaliste » (éviter un second Irak), c'est-à-dire l’idée d’une transition politique, les gesticulations droits-de l’hommistes de la diplomatie française risquent de nous laisser spectateurs de terribles massacres à venir. Les droits de l’homme ou la continuation de la guerre par d’autres moyens ?

Pour autant, quels scenarii sont maintenant envisageables, une fois prouvé que les Occidentaux n’ont rien fait pour empêcher la militarisation de l’opposition, parrainée par les soutiens régionaux peu regardants sur les « aspirations démocratiques »?

On peut s’attendre sûrement à une escalade de la violence de la part  du régime soudé autour de l’assabyia alaouite (encore qu’il puisse y avoir au sein même de cette communauté des divergences comme il y en a eu dans le passé). L’armée, rappelons-le, a subi de lourdes pertes depuis les débuts de la révolte et même si l’on se fie à l’unique source d’information labellisée par les médias occidentaux, l’OSDH, le total approcherait des 5000 morts. De quoi mettre toutes ses dernières forces dans la bataille et pourquoi pas l’aviation, jusqu’ici restée clouée au sol sur recommandation de Moscou. En tout état de cause, l’image du régime ne peut pas être pire que celle qu’il a déjà. Ses tentatives pour tenter d’apparaître plus crédible à l’extérieur (organisation d’élections, non utilisation de l’aviation sur les conseils de la Russie, nomination d’un ministre de la Réconciliation nationale) ont été vaines et suscité ricanements et indifférence.

Que l’on apprenne que le journaliste français Gilles Jacquier a été tué par les rebelles (comme les observateurs de la Ligue arabe l’avaient dit dès le début, c’est-à-dire en janvier 2012) n’y changera rien, que la commission d’enquête sur les « massacres » et notamment celui de Houla risquent de rendre des conclusions plus nuancées que la vulgate qui a immédiatement été assénée, peu importe : les noms d’oiseaux ont fleuri,  « boucher de Damas », « massacreur », même dans la bouche de Laurent Fabius, des gros titres tels que « Bachar el Assad s’acharne sur les journalistes ». Bref un régal pour les salles de rédaction en panne d’imagination. Mais à quoi tout cela va-t-il mener ?

Excluons d’emblée toute idée de transition politique. On a beaucoup parlé du général Tlass ces temps-ci, qui a l’heur d’être sunnite, mais on peut parier à coup sûr que le CNS et les rebelles n’accepteront jamais une telle solution, ni aucune autre d’ailleurs. Quand on se bat depuis maintenant depuis 18 mois, on ne se laisse pas voler la victoire dans la dernière ligne droite…

En l’absence d’intervention extérieure, tout naturellement vont se constituer des zones de repli, loin des grandes villes. En effet, la guerre menée est de basse intensité et entièrement tournée vers la maîtrise des espaces urbains et particulièrement meurtrière pour leurs populations. Au prix de pertes collatérales énormes et de l’échec des forces conventionnelles, trop lentes et constamment harcelées. On pense à la région de Lattaquié où pourrait se constituer facilement un réduit alaouite, étendu jusqu’à Tartous où les Russes disposent d’une base navale. S’y agrègeront probablement, comme c’est le cas depuis quelques jours, des chrétiens fuyant les grandes agglomérations et venant chercher asile dans la bien nommée Wadi al-Nasara (vallée des chrétiens), non loin de Marmarita.

Et quand les massacres commenceront, visant les alaouites, mais aussi les chrétiens (feu Daoud Rajha le ministre de la Défense était chrétien), que diront les chancelleries et les rédactions ? qu’ils l’ont bien mérité ? Ne sera-t-il pas trop tard pour regretter de n’avoir pu ni su faire émerger une opposition pacifique pourtant bien présente sur la scène syrienne et connue des chancelleries ?

Et quand le Kurdistan syrien deviendra autonome et tentera de se rapprocher de son homologue irakien, croit on que la Turquie laissera faire ? Sur un autre front, l’Iran et le Hezbollah, déjà à l’oeuvre sans doute dans l’attentat qui a visé des touristes israéliens en Bulgarie, vont-ils rester inactifs ? Bahreïn toujours occupé par les chars saoudiens s’embrasera probablement à nouveau et le Golan, jusqu’ici fermement tenu par la police et l’armée syrienne laissera déferler les djihadistes bientôt orphelins du terrain de jeu afghan, en direction de la Galilée… La crise syrienne ne fait que commencer et les Cassandre se feront une fois de plus vilipender.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Kakou
- 23/07/2012 - 07:20
La grande casse
Cela ressort du méme "noir" combat initié par Bush le grand maelstrom voulu par les sectes Judéo-Maçonniques ..mondiale est en marche,et sur ces cendres sera bati le nouveau monde ....a la maniére de " Tous pauvres et égaux dans la misére" ...sauf nous élite mondialiste anti- chretienne....regardez bien Obama ,il se fout de qui prendra le pouvoir en Syrie ...il faut labourer le passé , au détriment de l'humanité
locke
- 22/07/2012 - 22:58
Et alors ?
C'est leur pays. Qu'ils se libèrent s'ils le veulent.
Après ? Ça sera peut-être le bordel.
Maintenant ? C'est sur, c'est le bordel.
Mais il y a un facteur important, voire primordial, qui est venus s'ajouter à tous les signes habituels du chaos islamiste : Internet.
Et si le peuple syrien peux un jour l'utiliser sans contrainte, alors peut-être que les massacres n'auront pas lieu donnant la place au débat démocratique.
Quand les gens échangent et communiquent, même s'ils ne sont pas d'accord, il ne se battent pas.
L'arme absolue contre les fachos de toutes les contrées, c'est une toile complétement ouverte sur le monde.
Salvatore Migondis
- 22/07/2012 - 18:10
gros titres tels que « Bachar el Assad s’acharne sur les journal
Effectivement. J'avais déja trouvé suspects les articles publiés par l'un de nos grands quotidien nationaux lors de la mise en pièces de la Lybie tout comme sa participation sans nuances à la campagne de diabolisation de l'Iran. Mais ce n'était rien en comparaison de ce que publie maintenant ce quotidien sur la Syrie de Bachir al-Assad. Le fond comme la forme de ces articles sont en effet devenus dignes de la production d'une officine de propagande subventionnée par les monarchies pétrolières du Moyen-Orient. Constatons que cette tendance déja perceptible depuis quelques années s'est tout particulièrement accentuée depuis le rachat de l'immeuble qui abrite sa rédaction par la plus médiatisée d'entre ces monarchies. Les propriétaires et les salariés de ce quotidien auront ils un jour le courage de se souvenir que « Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur ? »