En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

02.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

03.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

06.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

07.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

03.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Indicateurs positifs
Edouard Philippe dévoile les nouvelles mesures pour la phase 2 du déconfinement
il y a 21 min 41 sec
pépites > Politique
Elections municipales
Gérard Collomb retire sa candidature pour la présidence de la métropole de Lyon dans le cadre d’une alliance avec le candidat LR François-Noël Buffet
il y a 1 heure 16 min
pépites > International
Emprise
Le Parlement chinois a adopté la mesure controversée sur la sécurité nationale à Hong Kong
il y a 2 heures 39 min
light > Science
Sage décision
Le premier lancement habité de SpaceX a été reporté à samedi en raison du mauvais temps
il y a 3 heures 46 min
pépites > Politique
Disparition
Claude Goasguen, député LR de Paris, est mort d'un arrêt cardiaque après avoir été atteint par le Covid-19
il y a 5 heures 7 min
décryptage > International
Tensions

Pourquoi Trump s’en prend à l’OMS ?

il y a 6 heures 6 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette
il y a 6 heures 37 min
décryptage > Défense
"Opération dignité"

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

il y a 6 heures 58 min
décryptage > Société
Vertige de l'amour

Si la Covid-19 a congelé votre libido, vous n’êtes pas le seul

il y a 7 heures 43 min
décryptage > Politique
Baudruche ?

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

il y a 8 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La naissance du vaccin, entre utopie et rejets" de Yves-Marie Bercé : avant Pasteur, la vaccination préventive n'était pas un long chemin tranquille !

il y a 1 heure 1 min
pépites > High-tech
Portrait flatteur
Les administrateurs de Wikipédia traquent les contenus promotionnels publiés par des agences de communication
il y a 1 heure 51 min
pépites > Economie
Forte augmentation
Impact du coronavirus : le chômage atteint en France son plus haut niveau depuis 1996
il y a 3 heures 20 min
pépite vidéo > Santé
Assurance maladie
Brigades Covid-19 : les enquêteurs ont débuté leur mission pour retracer les cas contacts
il y a 4 heures 18 min
décryptage > Politique
Remaniement

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

il y a 5 heures 47 min
décryptage > International
Relations internationales

Coronavirus : deux leçons géopolitiques majeures

il y a 6 heures 13 min
décryptage > France
Elle est toujours vivante

Vous avez aimé la "France périphérique" de Christophe Guilluy. Raymond Depardon, le plus grand photographe français vivant, l’a mise en image

il y a 6 heures 45 min
décryptage > Europe
Prix de la pandémie

750 milliards d’euros pour la relance européenne : attention à ne pas oublier les PME

il y a 7 heures 9 min
décryptage > High-tech
Censure par algorithme

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

il y a 8 heures 39 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Angela Merkel va réussir la fin de son mandat en déboulonnant les dogmes politiques auxquels les Allemands étaient si attachés

il y a 9 heures 8 min
Confusion

En route pour tous les relativismes ? La Californie envisage trois parents par enfant

Publié le 18 juillet 2012
Avec Koz
Les deux petites filles de Bill Delaney passent deux nuits par semaine chez lui et son mari. Le reste du temps, elles sont avec leurs deux mamans. La Californie ne reconnaît légalement que deux parents, mais cela pourrait bientôt changer. De quoi perturber les enfants ?
Koz est le pseudonyme d'Erwan Le Morhedec, avocat à la Cour. Il tient le blog koztoujours.fr depuis 2005, sur lequel il partage ses analyses sur l'actualité politique et religieuse
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Koz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Koz est le pseudonyme d'Erwan Le Morhedec, avocat à la Cour. Il tient le blog koztoujours.fr depuis 2005, sur lequel il partage ses analyses sur l'actualité politique et religieuse
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les deux petites filles de Bill Delaney passent deux nuits par semaine chez lui et son mari. Le reste du temps, elles sont avec leurs deux mamans. La Californie ne reconnaît légalement que deux parents, mais cela pourrait bientôt changer. De quoi perturber les enfants ?
Avec Koz

Sean est un sacré brave gars. Déjà, il a une vraie bonne gueule, un bel arbre, une famille unie et tout le monde sourit. En plus de cela, comme il n’a pas voulu séparer les enfants de sa femme de leur père, il a entamé une « third-parent adoption ». Parce qu’il voulait « faire passer le message aux enfants qu’ils étaient [ses] enfants ». Cet homme est amour.

L’article le précise, donc : « but because they maintained close ties with their biological father, who now lives in California, Mr. Kane did not want the court to sever that legal relationship ». Comme ces choses-là sont dites… Ils maintenaient des liens avec leur « père biologique ». Bref, avec « leur père », non ? Il n’a pas voulu que la Cour tranche cette « relation juridique ». Et un poil charnelle, non, la relation ?

On pourrait s’étonner d’ailleurs de cette négation de la « biologie », du lien corporel, charnel. Il faut dire qu’il est introduit par le vocabulaire employé. On commence toujours par le vocabulaire, et par les images, les représentations. Prenez  le terme d’ « homoparentalité », utilisé par tous. Il n’est pourtant pas neutre. Il se nourrit de la parentalité, terme assez indéfini, qui recouvre en somme toute la parenté sauf sa portée charnelle et qui permet de placer sous l’onction parentale l’affection d’un adulte pour un enfant dont il s’occupe. Etant ainsi parvenus à détacher la parentalité de la parenté, chacun peut en être revêtu. Nous voilà disposant d’un concept permettant d’attribuer à des personnes les attitudes ou qualités des parents, sans lien biologique. L’attachement au lien biologique devient même suspect, presque maurrassien. Non seulement on ne lui donnera pas le primat, mais on tendrait presqu’à le trouver inférieur : ce n’est qu’un lien de nécessité, pas un lien électif, ce qui ne manque pas de transparaître dans certaines positions.

Mais revenons à notre sacré brave gars : on lui sait gré de sa générosité. Pensez donc, il n’a pas voulu que la Cour sépare des enfants de leur père. Leur vrai père, leur unique père. Putain, Sean, give me a hug, t’es un gars trop cool ! L’article est d’ailleurs illustré par une belle photo de famille. Elle ressemble d’ailleurs étonnamment à celle de la famille traditionnelle, comme s’il fallait rassurer, et le père qu’on n’a pas voulu écarter en est absent. Après les mots, même les images cachent la réalité.

Notre Sean Kane est un fier représentant du nouveau monde. Ce Nouveau Monde, cet Homme nouveau que l’on forge, il passera aussi par la pluriparentalité.

Avec le trouple, vous en rîtes, comme d’une éventualité farfelue. A tort : elle est sérieusement à l’étude en Californie, patrie de Pamela Anderson, du porno et du progrès sociétal. Or, comme nous sommes ontologiquement et statutairement en retard sur la Californie, les Pays-Bas et la Belgique  - à croire d’ailleurs que l’Homme français n’est pas encore pleinement « rentré dans l’Histoire » – il faut bien commencer à s’y intéresser.

Une maman, deux papas

Sean Kane en est un exemple : les enfants de sa femme devraient donc avoir désormais trois parents, dont deux pères.

Pourquoi faut-il absolument que Sean Kane soit déclaré « père», qu’il intervienne – quoi qu’il en dise – en concurrence avec leur père ? C’est assez mystérieux. Qu’une personne, homme ou femme, se voie reconnaître des droits pour faciliter la vie quotidienne, pourquoi pas. Mais pourquoi faut-il nécessairement en passer par une reconnaissance de la personne en tant que « père » ou « mère » ?

Sean Kane présente d’ailleurs une vision surprenante de cette famille aux enfants de sa femme : il voulait, dit-il, leur « faire passer le message qu’ils sont ses enfants ». Eh bien, non, Sean, ils ne le sont pas. Ca ne t’enlève en rien la possibilité de leur faire passer le message que tu les aimes énormément, que tu les aimes comme tes propres enfants, tu peux même le leur démontrer, mais sans travestir la réalité.

Si j’osais, je vous dirais que cette propension à appeler un chat un chien ne laisse pas de m’inquiéter. Surtout lorsqu’elle trouve une consécration légale.

Si l’on passe outre l’un des points les plus dérangeants de ces initiatives – le fait de faire vivre des enfants dans une fiction juridique – cette expérimentation présente encore quelques limites pratiques.

A titre d’exemple – et au point où j’en suis, vous ne m’en voudrez pas de faire vieux con – le jour où, non content d’avoir épousé ma femme, un gars se met en tête de m’opposer ses droits sur mes propres enfants, moi le père seulement biologique, je ne vous promets pas de bien le prendre.

On citera aussi le cas du divorce, comme le relève une juriste dans l’article : s’il passait à la femme de Sean l’envie d’être fidèle à un autre homme (ne dénigrons pas les « fidélités successives » ), il faudra donc régler les modalités de la séparation et les droits de Sean sur les enfants de l’autre. Des droits de visite et de garde qui pourront d’ailleurs entrer en concurrence avec ceux du père, le biologique. Sans parler de l’hypothèse dans laquelle la femme de Sean rencontre Bruce, un solide gaillard, blond, souriant et tout amour, auquel viendrait l’idée de faire passer le message aux enfants de madame qu’ils sont ses enfants…

Deux mamans, deux papas

Là-bas aussi, on explique que la société a évolué. Et si Sean Kane est en illustration, l’article est aussi l’occasion d’évoquer le cas de Bill Delanay. Pour nous montrer l’évolution de la société, le New York Times est allé dans une ville dont chacun connaît la représentativité sur le plan des moeurs : San Francisco.

Bill Delanay est le papa de deux petites filles. Enfin, pas vraiment, et c’est là que la pluriparentalité fait son office. Les deux petites filles n’ont, en fait, pas de papa. Bill est le papa biologique, pas le papa juridique. Juridiquement, elles n’ont que deux mamans.

La Californie a donc déjà atteint un stade avancé de construction d’un Homme nouveau. Aux yeux de l’Etat de Californie, ces petites filles sont juste issues de deux mamans, et leur père n’existe pas.

Aussi bien, pour qu’une absurdité vienne pallier une autre, ce cas est cité en exemple pour que ces petites filles retrouvent un lien avec leur papa. « He said his becoming a legal parent would give the whole family a greater feeling of security » : on aurait pu commencer par ne pas l’en priver, notez… Enfin, si l’on abstrait de son cas, on note que l’addition de parents devient un moyen d’accroître le sentiment de sécurité. A supposer que cette motivation soit sincère, on peut se demander ce que cela évoque encore de notre « société de la maîtrise ».

Deux mamans, le reste on sait pas

En Belgique, patrie de la haine inter-communautaire, des crises gouvernementales et des avancées sociétales sur laquelle nous devons confesser notre retard, un « arrêt favorable aux couples lesbiens » (selon le titre de la RTBF) a été rendu jeudi dernier.

On aurait pu souhaiter qu’il soit avant tout favorable aux enfants concernés, mais le plus important pour la RTBF est manifestement que cet arrêt soit favorable aux couples lesbiens. D’ailleurs, le seul fait qu’il s’agisse de couples lesbiens a manifestement conduit la RTBF à considérer que l’arrêt ne pouvait qu’être positif et donc favorable, allez savoir pourquoi. En bref, la Cour constitutionnelle rejette la possibilité pour une mère biologique de s’opposer à la demande d’adoption de son enfant formulée par son ancienne compagne avant leur séparation. Les couples lesbiens ont donc les mêmes emmerdes que les couples hétérosexuels : j’imagine que c’est là qu’il faut trouver le progrès. Ceci mis à part, je peine à trouver l’élément favorable.

Les faits sont les suivants : L.G. et A.L. se sont mariées à Embourg, le 19 juillet 2008. Leur mariage a duré deux ans. Entretemps, le 5 septembre 2009, A.L. a donné naissance à une fille, suite à une procréation médicalement assistée (probablement fondée sur un projet de vie à long terme dûment vérifié…) et dans le cadre d’un « projet de coparentalité » . Un an plus tard, le projet de vie prenait déjà l’eau et A.L. quittait le domicile avec sa fille.

Voilà une enfant qui n’aura pas de papa et deux mamans divorcées, et en conflit dont une qu’elle n’aura pour ainsi dire pas connue. La décision de la Cour est en tout cas explicitement prise « dans l’intéret supérieur de l’enfant » . Moi, de toutes façons, ça fait belle lurette que je suis largué et que j’ai perdu de vue l’intérêt de l’enfant….

*

Il n’y pas si longtemps, certains expliquaient être revenus de leurs expériences soixante-huitardes. Ils concédaient être allés un peu loin, avoir un peu négligé les conséquences sur les enfants. Aujourd’hui, nous sommes à l’aube de nouvelles expérimentations.

Comme d’autres idéologies auparavant, l’idéologie moderne redéfinit la réalité. Elle redéfinit le mariage, redéfinit la parenté, elle redéfinit l’Homme. Elle  renomme, elle mélange, elle tente.

Au milieu de tout cela, du haut de leurs quatre, cinq, six, sept ans (et encore à l’adolescence), avec leur propre regard, il faudra bien que les enfants fassent preuve de l’agilité d’esprit qu’on leur prête pour se retrouver dans les nouvelles réalités qu’on leur aura construites. Il faudra qu’ils s’abstiennent de remettre en cause par un mal-être quelconque le festival inventif qui aura réjoui leurs parents et certaines majorités politiques confites en dévotion devant la modernité. A moins bien sûr que je ne fasse fausse route, et qu’une société à tous égards déstructurée ne se porte comme un charme.

Cet article a été publié précédemment dans le blog de Koz.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

02.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

03.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

06.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

07.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

03.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ropib
- 19/07/2012 - 15:18
@Khemas
Je n'ai pas bien saisi, je disais justement que l'état n'avait pas à s'occuper de la structure familiale. En revanche si il ne sert pas à garantir les moyens d'intégration aux personnes qui vivent sur son territoire, c'est qu'il ne sert à rien. Les cycles d'étude longs et le chômage des jeunes ne me semblent pas être du blabla mais bien des faits qui structurent nos rapports sociaux. L'arrêt brutal de notre système de formation initiale ne serait sans doute pas très efficace, et la sortie de la structuration du travail par le salariat est à conduire... il ne suffit pas de parler de liberté. Et non, ce n'est pas pour rien si nous vivons une époque où la recomposition familiale est possible: est-il possible d'imaginer de tels comportements au 16è siècle ? je ne crois pas, et j'en conclue qu'il s'agit d'un phénomène historique. Ce qui est en jeu ce sont les moyens de gestion des contraintes matérielles (ça n'a rien de psy).
Mes considérations pseudo-psy étaient une réponse ironique à un autre commentaire.
Khemas
- 19/07/2012 - 07:21
Quant aux psy(compléter par
Quant aux psy(compléter par ce que voulez). Qu'ils réservent leurs théories incertaines aux les patients intéressés ou convaincus par leurs sornettes. Ils n'ont pas plus matière que l'Etat (même si en général les deux s'entendent à merveille puisqu'il font preuve de la même prétention objectiviste) à mettre en avant les conduites familiales à tenir.
Khemas
- 19/07/2012 - 07:07
Blablabla
Et si on laissait les gens gérer leur existence comme ils l'entendent, si on laissait les familles fournir à leurs enfants l'éducation qu'ils pensent être la meilleure, sans chercher à empiler des couches de réglementations les unes sur les autres sans arrêt ? J'hallucine littéralement quand je vois Ropib tenter d'objectiver son point de vue heureusement tout à fait subjectif par des équations psychologiques et des statistiques. Encore de la psychologie à deux balle. Ca fait vraiment peur sur la capacité des gens à faire preuve de simple bon sens. Les gens font ce qu'ils veulent et l'Etat n'a pas plus matière à régir la vie des enfants que leurs parents de fait (a fortiori que leurs géniteurs). Il en est bien évidemment de même pour le vulgus pecus. Je ne crois pas qu'il y ait matière à débat "démocratique" sur ce point. Vos outils d'intégration on s'en fout. Les gens n'ont pas besoin de ça. C'est de la merde en barre.