En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
Yes we can !
Toujours en avance : comment les Américains ont profité de la crise pour renouveler leur économie
Publié le 06 août 2012
Avec des exportations tournées davantage vers les pays émergents et une compétitivité accrue des produits américains, la première économie du monde s'est réinventée en profondeur.
Alexandra Estiot est économiste, spécialiste des Etats-Unis chez BNP Paribas.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandra Estiot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandra Estiot est économiste, spécialiste des Etats-Unis chez BNP Paribas.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec des exportations tournées davantage vers les pays émergents et une compétitivité accrue des produits américains, la première économie du monde s'est réinventée en profondeur.

La récession de 2008-2009 a marqué un renouveau de l’économie américaine, illustrée par un retour en force du secteur manufacturier et une moindre dépendance de la croissance aux dépenses des ménages, les deux facteurs se conjuguant en une réduction des déficits extérieurs.

La balance commerciale américaine s’est nettement améliorée au cours des cinq dernières années, et ce malgré le niveau élevé des prix du brut (qui renchérit le coût des importations pétrolières, ces dernières représentant environ 20% des importations totales). Ainsi, la balance commerciale hors pétrole a enregistré une amélioration sensible, se limitant actuellement à 1,7% du PIB, alors que la balance des services reste confortablement excédentaire (1,1% du PIB).

Le redressement des exportations américaines a été général, mais aussi marqué par une réorientation depuis les autres pays développés vers les grands pays émergents. Les Etats-Unis exportent désormais autant vers la Chine que vers l’Allemagne et le Royaume-Uni réunis, et autant vers le Brésil que vers l’AllemagneLa part de la zone euro et du Japon dans les exportations américaines a perdu environ 4 points, gagnés par les BRIC. Si la montée en puissance de ces derniers devait se poursuivre au même rythme, à l’horizon 2016, les exportations américaines vers les BRIC dépasseraient les exportations à destination de la zone euro et du Japon réunis.

Le rebond des exportations des Etats-Unis reflète la compétitivité accrue des produits américains. Il faut y voir les effets de la sous-évaluation du dollar, mais pas seulement. Depuis que le pays est sorti de la récession au second trimestre 2009, les coûts unitaires de production ont chuté grâce à l’effet conjugué de l’accroissement de la productivité et de la modération salariale. Cette tendance a été particulièrement marquée dans le secteur manufacturier, et principalement dans l’industrie des biens durables (de tous les secteurs de l’économie américaine, celui le plus tourné vers l’exportation), la baisse des coûts unitaires du travail y étant spectaculaire, à plus de 16%. D’après le BLS, seul Taïwan a enregistré une baisse plus forte de ses coûts unitaires du travail dans le secteur manufacturier entre 2002 et 2010. Par rapport aux principaux concurrents des Etats-Unis, à savoir l’Allemagne et le Japon, la compétitivité américaine s’est fortement améliorée.

Il faut dire que le secteur manufacturier américain bénéficie actuellement d’une conjoncture idéale : les coûts unitaires du travail baissent aux Etats-Unis et augmentent à l’étranger, tendance exacerbée par la sous-évaluation du dollar ; la flambée des cours du pétrole renchérit le coût du transport ; les nouvelles techniques d’extraction du gaz ont permis de réduire les coûts de l’énergie au niveau national. Conclusion : dans certains secteurs, on peut désormais raisonnablement envisager de rapatrier la production aux Etats-Unis après l’avoir délocalisée dans les pays en développement.

Au début des années 2000, le besoin de financement extérieur des Etats-Unis était imputable aux dépenses débridées des ménages. L’éclatement de la bulle immobilière les a contraints à assainir leurs bilans, et ils dégagent désormais une capacité de financement. Depuis le milieu de 2008, son montant cumulé est de plus de 2 000 milliards de dollars, soit 14 points de PIB. L’endettement des ménages avait atteint un pic au premier trimestre 2008 et a reculé de 6,5% depuis, soit une baisse de 20 points de revenu disponible. Le taux d’endettement est ainsi revenu sous 110% ; au plus bas depuis 2003.

Le modèle de croissance américain a été modifié en profondeur. Les ménages n’en sont plus le moteur principal. C’est de bon augure dans un contexte d’atonie des créations d’emplois. Mais la récession européenne affecte peu à peu les pays émergents, et les perspectives pour le commerce extérieur américain s’assombrissent. Grâce au changement de modèle, l’économie américaine aura été de celles résistant le plus longtemps aux affres européennes. Mais le découplage n’existe pas et à son tour, l’indice ISM est passé sous la barre des 50 points en juin…

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ibiscus61
- 07/08/2012 - 00:37
L'article est très sujet à
L'article est très sujet à caution. Que la croissance US soit moins dépendante des dépenses de consommation des ménages et plus tournée vers l'exportation de biens manufacturiers, je veux bien.
Mais il y a une chose qui n'a pas changé et s'est même aggravée : sans des doses toujours plus massives d'endettement, la croissance américaine n'existerait pas....
ggg
- 06/08/2012 - 19:52
@jean-paul: que d'erreurs !
Aux USA, les démocrates sont en fait proches du PS. La gauche du parti, incarnée p.ex. par Nancy Pelosi qui dirige le groupe démocrate à la Chambre des Représentants, se reconnaîtrait bien dans le courant Aubry. La droite, incarnée par le groupe dit "Blue Dog" qui ne compte pas de poids lourd dans ses rangs, est plutôt strauss-kahnienne.

Le PS n'est pas interdit, pas plus que ne le sont ou ne le furent le parti communiste (cpusa.org) ou le parti nazi (maintenant éclaté en groupuscules dont americannaziparty.com). Le courant de pensée PS est couvert par les démocrates comme vu plus haut. Interdire les deux autres aurait été inconstitutionnel et ne s'est pas produit, même au plus haut de la Seconde guerre mondiale ou de la guerre froide. Face au politiquement correct, la Cour Suprême indépendante par définition des pouvoirs exécutif et législatif veille au grain... On est bien loin de notre France, ses lois mémorielles à géométrie variable et sa justice réduite au rang d'"autorité" soumise par la Constitution aux deux autres pouvoirs !
jean-paul
- 06/08/2012 - 17:50
plus facile quand la gauche ressemble à l'UMP
et oui, aux EUA les démocrates sont l'équivalent de l'UMP, le PS est interdit et les républicains sur le plan économique sont encore plus à droit que les démocrates!