En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© DR
Aux brutes épaisses, les femmes préfèrent des hommes plus doux, parfois plus chétifs, capables d’être de bons pères de famille et de subvenir aux besoins de leur foyer.
Girl power
La première révolution sexuelle de l'histoire : quand les femmes ont créé la famille humaine en préférant les tranquilles pères de famille aux mâles alpha
Publié le 18 juillet 2012
Le machisme est mauvais pour la reproduction : c'est la science qui le dit. Etre un bon père qui protège et entretient sa famille : voila le secret de l'évolution.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le machisme est mauvais pour la reproduction : c'est la science qui le dit. Etre un bon père qui protège et entretient sa famille : voila le secret de l'évolution.

Un « male alpha » qui roule des mécaniques : voilà l’idéal féminin souvent véhiculé par les médias. Comme chez les animaux, les théories de psychologie évolutionnistes expliquent souvent que les femmes sont attirées par le mâle dominant de la meute, macho, dominateur et frivole. Les brutes seraient plus aptes à défendre la femelle et ses petits contre les attaques extérieures…

Pourtant, lorsqu’il s’agit de trouver un conjoint, les femmes réfléchissent à deux fois avant de se tourner vers les brutes épaisses. Elle leurs préfèrent des hommes plus doux, parfois plus chétifs, capables d’être de bons pères de famille et de pourvoir aux besoins de leur foyer. C’est en tout cas ce que suggère une récente étude américaine, qui a cherché à comprendre les raisons pour lesquelles les humains ont développé une structure familiale nucléaire, avec des enfants, et deux parents monogames.

Certes, comme le veut la légende, nos ancêtres primitifs auraient hérité de la structure sociale des singes : une grande mêlée générale du sexe, où les hommes se battent entre eux pour les faveurs des femelles. Mais les chercheurs de l’Université de Tennessee ont découvert un élément inattendu, selon une étude publiée dans les Proceedings of the National Academy of Sciences.

Une véritable « révolution sexuelle » se serait produite alors : les hommes mâles les plus chétifs, qui n’avaient aucune chance de remporter un combat, en ont profité pour développer d’autres compétences. Ils se sont spécialisés dans un rôle de parfaits petits pères de famille : dénicher de la nourriture, prodiguer des soins… Et leurs efforts ont payé ! Ils sont devenus des compagnons de vie parfaits et sont donc parvenus bien plus facilement à trouver des partenaires sexuelles consentantes.

L’affaire a été rapidement entendue pour les femmes, qui ont vite fait leur choix : elles ont préféré recevoir de l’attention pour elles et leurs petits, et se sont mises à privilégier les relations à long terme. Selon le biologiste spécialiste de l’évolution Sergey Gavrilets, ce choix « est au fondement de l’émergence de l’institution de la famille moderne », c'est-à-dire de la famille monogame composée de deux parents. Il a mis fin à l'ère du libertinage et de la frivolité, pour laisser la place au couple parental responsable, bien éloigné du fonctionnement des primates.

Cette trouvaille des pères de famille aurait fait entrer l’homme dans un tout nouveau stade de civilisation. Cette organisation a rendu les mâles plus productifs, car ils ont perdu moins de temps à se battre. Les enfants aussi ont bénéficié de cette évolution : entourés de deux parents, ils ont profité de davantage de chances de survie.

Les premières sociétés humaines se sont donc fondées sur des familles stables et des relations de longue durée. Et c’est précisément cette décision des femmes de ne pas choisir les mâles alpha qui nous a différencié des autres espèces animales, et en particulier des primates.

Selon le professeur Gavrilets, les experts ont eu beaucoup de difficultés à expliquer comment la famille moderne à émergé. Ils pensaient en effet que les mâles chétifs étaient condamnés à l’échec : ils pouvaient bien fournir de la nourriture, mais les mâles plus forts pouvaient se contenter de les terrasser au combat.

Jusqu’ici, personne n’avait compris le rôle crucial qu’a joué le choix des femmes dans cette alchimie : « Une fois que les femmes ont commencé à montrer une préférence pour les pères de famille, les efforts des mâles les plus faibles pour s’occuper de leur famille plutôt que des combats ont commencé à payer », explique l’expert.

“Une fois le processus enclenché, il a mis en place une sorte d’auto-domestication de l’homme par l’homme", explique le scientifique. Le tout aboutissant à une organisation faite de mâles qui protègent et entretiennent, et de femmes fidèles. Seuls quelques irréductibles, les mâles alpha les plus doués pour le combat, ne se sont pas alignés totalement sur la stratégie du bon père de famille.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
03.
Colis piégé à Lyon : pourquoi la menace terroriste ne parviendra pas à prendre cette élection en otage
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
07.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
sisyphe
- 18/07/2012 - 04:32
le mâle alpha n'a pas
le mâle alpha n'a pas disparu,
il est comme une belle italienne au cheval cabré,
quand elle passe on se dit "frimeurs,pas raisonnable, polluant,bruyant...
mais au fond le poil se dresse et les têtes chavires..
roudoudou
- 18/07/2012 - 01:07
Berlusconi et DSK, has been !
Et oui, les Berlu et autres DSK seraient éjectés du groupe, si nous vivions encore dans la jungle, au profit de mecs responsables.
Plutôt une bonne nouvelle et une preuve (rare) de sagesse de notre espèce.
C'est bien connu, rien n'est plus sexy qu'un homme s'occupant de ses gosses.