En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© Reuters
L’industrie spatiale française est forte : elle représente 50% du chiffre d’affaires européens et pèse pour 40% des emplois.
Soeur Ariane, ne vois-tu rien venir ?

Quel futur pour l'industrie spatiale française ?

Publié le 24 juillet 2012
La Guyane a vu dernièrement le 63 ème lancement d'une fusée Ariane 5. Alors que le centre spatial guyanais (CPG) a l'ambition "d'aller au-delà de la cadence actuelle de 10 missions par an..." la raréfaction budgétaire et l'avenir d'Ariane pose question.
Directeur général de l’Institut Choiseul, Didier Lucas est l’auteur de la Note Stratégique « Quelle politique spatiale pour la France ? Donner plus d’espace à l’industrie.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
DidIer Lucas
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Directeur général de l’Institut Choiseul, Didier Lucas est l’auteur de la Note Stratégique « Quelle politique spatiale pour la France ? Donner plus d’espace à l’industrie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Guyane a vu dernièrement le 63 ème lancement d'une fusée Ariane 5. Alors que le centre spatial guyanais (CPG) a l'ambition "d'aller au-delà de la cadence actuelle de 10 missions par an..." la raréfaction budgétaire et l'avenir d'Ariane pose question.

Le contexte international est marqué par l’émergence de menaces de tous ordres. L’espace constitue une composante majeure des politiques de défense et de sécurité. Toutes les doctrines stratégiques récentes s’accordent sur son importance car c’est un fondement de la souveraineté des États. Pourtant, les problématiques spatiales ne se limitent pas au seul domaine militaire. Outre l’indépendance stratégique de notre pays, elles renvoient par ailleurs à l’influence de la France sur la scène internationale. Nous sommes le seul État européen à avoir développé une expertise technologique d’écoute spatiale et de système d’alerte. L’espace est également l ’instrument d’un soft power national au travers de la diffusion de communications en langue française. Enfin, l’industrie spatiale française est forte et puissante. Elle représente 50% du chiffre d’affaires européens et pèse pour 40% des emplois. Le dynamisme industriel français s’inscrit dès lors comme un instrument de notre redressement productif.

Le débat actuel sur l’avenir d’Ariane 6 voit le jour dans une situation de raréfaction des ressources financières et de nécessaire maîtrise budgétaire, quand il ne s’agit tout simplement pas d’austérité et de rigueur. La tentation serait grande de considérer l’industrie spatiale dans une perspective de coûts alors que la vérité impose de penser son développement à l’aune d’un investissement stratégique. Des défis multiples témoignent des opportunités qui s’offrent désormais à cette filière. Défi de la mondialisation des échanges commerciaux et de la mobilité, défi de la démographie et de l’amélioration de la productivité agricole, défi du vieillissement de la population et du progrès médical, défi de l’accroissement des échanges d’information et de la société numérique : autant de marchés du futur et de garanties de bien-être et de progrès qui offrent de nouveau axes de développement à l’industrie spatiale et aux services associés.

La Commission européenne ne s’y trompe pas : « les activités et applications spatiales sont essentielles à la croissance et au développement de notre société ». Il devient dès lors nécessaire d’intensifier les collaborations entres secteurs publics et privés en Europe, pour qu’une politique spatiale européenne d’envergure soit envisagée à l’horizon 2030. S’il demeure restreint, le club des puissances spatiales qui comprend les États-Unis, la Russie, l’Europe, le Japon, la Chine et l’Inde, s’ouvre progressivement à de nouveaux membres : Brésil, Corée du Sud, Iran, Israël... Cet élargissement représente non seulement un enjeu de sécurité au plan international mais aussi un défi lancé aux positions commerciales européennes.

L’interrogation fondamentale porte donc sur l’orientation de notre politique sur le futur lanceur européen. Sur fond de réductions des budgets publics et de tiraillements entre la France et l’Allemagne, l’industrie milite pour la modernisation de l’actuelle Ariane 5. Ce programme baptisé « Middle Life Evolution » présente un avantage indéniable, celui de préserver notre compétitivité tout en maintenant nos coûts de production. Ce scénario transitoire s’oppose frontalement à l’idée d’une Ariane 6 dont les conditions de rentabilité ne sont pas encore définies.

La relation entre les acteurs institutionnels et industriels français est à ce jour complexe et ne s’inscrit pas systématiquement dans le sens d’une ambition industrielle renouvelée. Pourtant, c’est bel et bien l’avenir de la France et de l’Europe qui est en jeu. C’est pourquoi, nous appelons de nos vœux la création d’un Secrétariat général de l’Espace et d’un Conseil permanent de concertation État-Industrie destinés à placer l’innovation et la R&T au cœur de la compétitiité industrielle. Si Le CNES doit assurément conserver son rôle d’agence spatiale et son expertise pour assurer la maîtrise d’ouvrage de grands programmes spatiaux,  la création d’un secrétariat général à vocation interministérielle permettrait de faire fructifier plus encore notre excellence industrielle, car l’ensemble de la communauté spatiale nationale trouverait une voix au débat. Loin de complexifier notre gouvernance, cette organisation placerait la croissance économique comme un levier important de notre performance.

Notre industrie spatiale est un actif stratégique qui mérite d’être encouragée parce qu’elle créée de la valeur, qu’elle génère des emplois et qu’elle renforce notre souveraineté. Le temps est venu de donner plus d’espace à l’industrie.

__________________________________________________________

Didier Lucas est l'auteur de "Quelle politique spatiale pour la France ? Donner plus d'espace à l'industrie", Institut Choiseul  (Juillet 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

03.

Voilà ce qu’on protège vraiment en protégeant le mode de vie européen (et pourquoi le défi est de taille)

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Il meurt après une relation sexuelle lors d'un déplacement professionnel, la justice estime que c'est un accident du travail

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

07.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Insécurité : la sombre réalité française dans le match des criminalités européennes

04.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

05.

L’insécurité, grenade dégoupillée pour la fin du quinquennat Macron ?

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

01.

Dérives de l’antiracisme : Lilian Thuram, la maladresse qui cache la forêt des décoloniaux, indigénistes et racisés assumés

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Vinas Veritas
- 25/07/2012 - 01:17
@ bobleclerc
s'il fallait aujourd'hui abolir la peine de mort, nul doute que notre président normal commanderait une commission d'étude avec des partenaires fiables dont les condamnés déjà exécutés
boblecler
- 24/07/2012 - 22:32
Merci à Hollande qui a oeuvré
Merci à Hollande qui a oeuvré pour ARIANE en 1981 en étant l'humble sherpa de MITERRAND! aucun Merci à MERKOZY, le plus bête Président dont le fils a réussi à appauvrir la défense
jean-paul
- 24/07/2012 - 19:18
aucun, merci m. hollande!
et la politique socialiste qui ruine notre pays