En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Boulet aux pieds

Comment pourrait-on sauver l'industrie française avec les entreprises les plus chargées de l'OCDE

Publié le 16 juillet 2012
Pire que le coût du travail dans l'industrie en France évoqué par Philippe Varin le patron de Peugeot, c'est le taux d'imposition globale sur les entreprises tricolores qui les pénalise lourdement. Au taux d'imposition allemand, nos entreprises disposeraient chaque année de 160 milliards d'euros supplémentaires pour investir et innover.
Jean-Luc Schaffhauser, Consultant international est Président de l’Académie européenne, ancien Délégué Général du Fonds Capec, Secrétaire Général du Forum démocratique qui vient de de se constituer en France et qui regroupe des intellectuels de gauche...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Schaffhauser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Schaffhauser, Consultant international est Président de l’Académie européenne, ancien Délégué Général du Fonds Capec, Secrétaire Général du Forum démocratique qui vient de de se constituer en France et qui regroupe des intellectuels de gauche...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pire que le coût du travail dans l'industrie en France évoqué par Philippe Varin le patron de Peugeot, c'est le taux d'imposition globale sur les entreprises tricolores qui les pénalise lourdement. Au taux d'imposition allemand, nos entreprises disposeraient chaque année de 160 milliards d'euros supplémentaires pour investir et innover.

Monsieur Varin, avec votre rémunération annuelle de 3.25 millions d'euros [chiffre pour 2010; en 2011 Philippe Varin a renoncé à la part variable de sa rémunération, NDLR] en tant que dirigeant du groupe PSA Peugeot Citroën, vous pourriez au moins mieux communiquer sur les problèmes des entreprises françaises.

Monsieur Varin met en avant l’argument du coût du travail dans l’industrie. Il a sans doute raison. Parmi nos partenaires européens, le coût du travail français est légèrement supérieur. Il est aussi supérieur au coût du travail dans l’industrie aux Etats-Unis et évidemment dans un rapport de 1 à 10 par rapport à  la Chine.


 Cliquer sur le graphique pour agrandir

Mais c’est notre taux d’imposition global sur les entreprises qui est le plus fort de tous les pays de l’OCDE.

Nous devons financer un système social très avantageux si on le compare aux dépenses sociales de nos partenaires européens et qui pèse essentiellement sur le coût du travail. Par ailleurs, se rajoutent à ce coût pour l’entreprise les multiples taxes diverses (logement, transport, dépendance, environnement  etc…) qui tiennent au génie français. Globalement, les entreprises françaises sont les entreprises les plus chargées au monde.


Source : Statistiques des recettes publiques 1965 - 2008, OCDE, édition 2009

Cliquer sur les graphiques pour agrandir

Les entreprises allemandes sont ainsi moins chargées de 8% de PIB que les entreprises françaises ; ce qui veut dire que chaque année les entreprises françaises, au taux d’imposition allemand, auraient 160 milliards de plus pour investir, innover, monter en gamme particulièrement dans l’automobile ou dans d’autres secteurs industriels.

Les subventions publiques qui créent le plus souvent des effets d’aubaine ou les interventions publiques en capital développement – via le FSI ou via les  milliards d’une future banque d’investissement – sont certes nécessaires mais elles sont bien incapables de remédier à cette situation de surtaxation généralisée. Les montants des aides diverses seront inférieurs à ce qui est laissé aux entreprises dans les autres pays et toute subvention met l’Etat à la place de l’entrepreneur ; il ne sait pas forcément mieux que l’entrepreneur ce qu’il faut faire… ainsi nos crédits recherche ont servi à délocaliser la recherche en Chine avec des subventions bien françaises….

Pourtant il est possible d’alléger le coût du travail. Avec une TVA à la danoise à 25%, mais aussi avec des recettes nouvelles de 15 milliards correspondant à la suppression de niches fiscales dénoncées périodiquement, on est en mesure de financer une augmentation de 4% de tous les salaires (pour un montant de 25 milliards) tout en diminuant les charges des entreprises de 25 milliards également. Il serait évidemment possible, avec ce dispositif, d’augmenter bien plus les salaires de 1 à 3 smic.

Il faudra alors que face à la nouvelle demande, il y ait une offre compétitive de produits français, ce qui est possible avec le souhait du consommateur français d’acheter d’abord français. Nous avons déjà en effet le déficit de la balance commerciale le plus élevé de la zone euro, il ne s’agit pas, en effet, de l’augmenter par des achats étrangers.

On peut certes aussi transférer une partie du coût du travail vers la CSG qui pèse sur tous les revenus – mais c’est sans doute moins juste - et il faudra sans doute la TVA et la CSG si on veut retrouver notre compétitivité par rapport à nos voisins européens.

Cliquer sur le graphique pour agrandir

Restera le problème de la perte des emplois manufacturiers dans tous les pays industrialisés – y compris en Allemagne – par rapport aux pays émergents.

Sans une forme de protection à nos frontières, uniquement conçue pour rétablir une concurrence loyale, peut-on maintenir nos emplois industriels ? Poser la question, c’est déjà y répondre !

 

Cliquer sur le graphique pour agrandir

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
maxx_paris
- 16/07/2012 - 23:30
ya plein d'entreprises qui vivent bien .. parce qu'elles pompent
parce qu'elles pompent l'argent d'état : Le crédit impôt recherche par exemple voila un super plan pour ne pas payer de charges sociales, c'est d'ailleurs le premier critère retenu par les entreprises étrangeres pour s'installer en France. Et l'on entend par ci, par là "la France est le premier pays en terme d'attractivité" .. tu parles ! Ce critère est justement de ne rien y payer ! Sinon ya la solution Quatarie (régime fiscal sur mesure), ou la solution "niche fiscale" pour recuperer de la marge, à part ces solutions la seule issue pour les TPE/PME est de frauder ou mourir. C'est en aspirant - de force - le peu qu'il y a dans l'économie réelle et normale que l'on fait vivre cette économie assistée. Parce que dans l'économie non-assistée il fait très gros temps !
JO94
- 16/07/2012 - 19:05
ET oui bien sur on peut
ET oui bien sur on peut remettre le bagne pour la main d'oeuvre gratuite avec les 4 millions de crimes et délits commis dans le pays . Il faut baisser le taux d'is à 4 % et pour le transfert de charge, le problème provient du déficit du régime de retraite. Il faut fusionner AGIRCC et ARCCO et tous les contrats par capitalisation et acheter des obligations et le faire gérer par la banque publique de l'investissement. Sur ce fond global de retraite admettons de 230 mds de dollars 32 milliards seraient investis en capital. Plus besoin de grand emprunt. 32 milliards pour la RD
Arny
- 16/07/2012 - 15:49
Pourquoi?
Pourquoi l'état ne verrai dans sa relance qu'une augmentation des charges et impôts avec une dépense raisonnée et non pas une diminution des contributions et une baisse drastique de ses dépenses (frais et fonctionnaires)?
Après avoir lu des nuées d'articles, entendu maintes membres du gouvernement, c'est sans doute dû à mon crétinisme, je n'arrive pas à comprendre le plan de bataille de ce président et de sa cour. Les 2 seules raisons qui poussent encore les investisseurs à fouler notre sol sont les infrastructures de notre pays qui sont à la pointe ET le foncier. Nous sommes depuis de nombreuses années un paradis du capital en pierre et les récentes acquisitions du Qatar ne font qu'en acquiescer ma véracité . Mais quand il s'agit de parler de compétitivité, il n'y a plus personne. En France, nous sommes ponctionnés avant même d'avoir fait le moindre chiffre d'affaire!
Dans les projections financières des entreprises, on discute d'abord des charges et des impôts qui tiennent une place largement comparable aux couts des salaires, des immeubles de l'entreprise et des matières premières ou stocks. Ajoutez la protection ubuesques des salariés et vous avez l'état actuel de la France.