En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Docteur Arnaud, Mister Montebourg ?
Mémoire

Ce que devrait faire le ministre Montebourg s'il voulait être fidèle au Montebourg des primaires

Publié le 17 juillet 2012
La solidarité gouvernementale fera-t-elle oublier au ministre du Redressement productif qu'il défendait une forme de protectionnisme durant les primaires du PS ?
Jacques Sapir est directeur d'études à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), où il dirige le Centre d'Études des Modes d'Industrialisation (CEMI-EHESS). Il est l'auteur de La Démondialisation (Seuil, 2011).Il tient également son Carnet...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Sapir
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Sapir est directeur d'études à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), où il dirige le Centre d'Études des Modes d'Industrialisation (CEMI-EHESS). Il est l'auteur de La Démondialisation (Seuil, 2011).Il tient également son Carnet...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La solidarité gouvernementale fera-t-elle oublier au ministre du Redressement productif qu'il défendait une forme de protectionnisme durant les primaires du PS ?

Si Montebourg voulait rester fidèle à Montebourg… Il irait droit au but, et ne se satisferait pas de ce que lui impose la « solidarité » gouvernementale. Car il faut comprendre que cette solidarité n’est que le carcan de fer imposé à des personnalités diverses et des sensibilités toute aussi diverses par un courant qui au sein même du PS n’a dépassé que de peu les 40%. C’est une solidarité qui ne fonctionne qu’à sens unique.

Bien sûr, il y a bien des justifications à cette solidarité. Des justifications de haute politique, comme la nécessité de ne pas faire le jeu de l’opposition et de permettre l’application de la « ligne » du Président. Des justifications plus politiciennes aussi, comme celle de ne pas briser le consensus du PS et de prendre le risque de se trouver isolé. Et il est vrai que cet isolement, certains l’ont payé cher, que ce soit à gauche avec Jean-Pierre Chevènement ou à droite avec Nicolas Dupont-Aignan.

Pourtant, l’heure est grave et elle pourrait imposer le devoir de désobéissance à Arnaud Montebourg, s’il veut rester fidèle à Montebourg.

On parle aujourd’hui du bain de sang chez PSA. Certes, huit mille licenciements d’un coup, cela fait beaucoup de monde. Les milliers de licenciements qui se préparent chez SANOFI viennent alourdir la note. Mais tout ceci sera ravalé au rang de péripéties devant les 250 000 à 350 000 licenciements qui se préparent d’ici à la fin de l’année dans les PME et PMI aujourd’hui étranglées par la contraction du crédit à laquelle se livrent les banques et par la perte de compétitivité que subit l’économie française.

Alors, face à ce désastre en préparation, face à une probable seconde vague qui emportera encore 200 000 emplois au premier semestre de 2013, Montebourg cherche à agir. Il le fait sous les contraintes que ce gouvernement s’est imposé de lui-même. L’idée de nommer des « facilitateurs », ces commissaires régionaux qui se portent au chevet des entreprises en difficulté est excellente. La volonté de faire réaliser un audit des plans sociaux de PSA et SANOFI se justifie aussi. Quant à la banque de l’industrie, dont on comprend bien que le périmètre de son action sera plus important que celui de l’institution qui déjà existe, si dans son principe cette initiative est justifiée, elle ne prendra effet qu’au début de l’année prochaine et l’on peut se demander sur quels fonds. On peut donc craindre que sous-financée en cette période d’économies drastiques et tardive dans son application, elle ne soit largement inefficace.

Quelle est donc la solution ? Pour cela, il faut aller au cœur du problème. Depuis 1998, les gains de productivité ont été les mêmes en France qu’en Allemagne[1]. Si la compétitivité de la France souffre, ce qui condamne désormais massivement l’emploi industriel sur notre territoire vient du rythme d’inflation, et en particulier de l’inflation salariale. En fait, une partie de l’inflation correspond pour tout pays à la structure de son économie, ce que l’on nomme l’inflation structurelle[2]. Toute tentative pour faire baisser l’inflation au-dessous de ce niveau entraîne une chute des taux de croissance, ce que les économistes nomment l’output gap ou « écart de production »[3]. Oui, nous aurions pu avoir une inflation égale à celle de l’Allemagne, mais au prix d’une croissance déprimée qui aurait inévitablement vu s’accroître le chômage. N’oublions jamais que, tous les ans, près de 780 000 jeunes arrivent sur notre marché de l’emploi quand ils ne sont que 280 000 en Allemagne.

Reprenons ; les coûts salariaux sont plus élevés chez nous de 20%, même si, dans le cas de PSA, il est probable que des erreurs de stratégie industrielle sont aussi en cause.

Dès lors, pour les faire baisser il n’y a que deux solutions. Soit nous menons une politique agressive de déflation salariale, mais ses conséquences sur l’économie française en seront dramatiques. Ceci entraînera une contraction de la consommation de 12% à 15% (suivant les effets d’entraînement), ce qui, sur une période de deux ans, se traduira par une chute du PIB de 4% à 5% par an. Le chômage explosera et pourrait atteindre 20% de la population active[4]. La politique de redressement financier, dans laquelle s’est engagé le gouvernement, en deviendrait naturellement impossible. Soit nous dévaluons[5].

Si Arnaud Montebourg veut rester fidèle à Montebourg, il doit forcer le bureau du Président pour lui dire deux choses.

Qu’il nous faut du protectionnisme, d’abord, et en particulier contre les pays qui combinent une productivité élevée et des bas salaires. Mais surtout, qu’il faut dissoudre la zone Euro et prendre acte des divergences explosives entre les structures des économies depuis désormais près de 10 ans pour pouvoir dévaluer,

Bien entendu, cela ne règlerait pas tous les problèmes, et en particulier celui du sous-financement de la recherche-développement. Mais, cela donnerait à l’industrie la bouffée d’oxygène dont elle a désespérément besoin et cela permettrait de mettre en place des mesures plus structurelles dont cependant l’efficacité se fera attendre. La première et décisive action du redressement productif passe donc par la fin de l’Euro.

Et si, par malheur pour notre pays et pour ses travailleurs, le Président ne voulait pas l’écouter, alors il prendrait l’opinion à témoin.

Voilà ce que l’on attend d’Arnaud Montebourg. En ces temps de désastres cumulés, il faut savoir faire acte de désobéissance. Et quant à savoir si Arnaud Montebourg veut être fidèle à Montebourg, nous aurons d’ici la fin de l’été le cœur net.

 


[1] OCDE, Economic Outlook, n°90, novembre 2011, Paris.

[2] Sapir J., « Inflation monétaire ou inflation structurelle ? Un modèle hétérodoxe bi-sectoriel », FMSH WP-2012-14, juin 2012, Working Papers Series, http://www.msh-paris.fr

[3] G.N. Mankyw et R. Reis, «Sticky Information versus Sticky Prices: A Proposal to Replace the New Keynesian Phillips Curve» in Quarterly Journal of Economics, n°4/2002, pp. 1295-1328.

[4] Patrick Artus, « Le chômage va être insupportable dans les pays de la zone euro où la balance courante avait un déficit important avant la crise » Flash Économie n° 203, NATIXIS, 13 mars 2012, Natixis, Paris

[5] Patrick Artus, « Dévaluer en cas de besoin avait beaucoup d’avantages », Flash Économie n°365, NATIXIS, 29 mai 2012

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

04.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

07.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Outre-Vosges
- 18/07/2012 - 07:47
Qu’on ne nous rabâche pas les mêmes sornettes !
Vous dites, @Age, qu’« une dévaluation ne peut avoir de véritable effet que couplée à d'autres mesures qui vont contrebalancer l'effet inflationniste. » Mais cela fait plus d’un demi-siècle que j’entends le même refrain dans la bouche des charlatans qui nous gouvernent ! Dieu sait que j’en ai connu, des dévaluations, et à chaque coup on nous répétait que cette fois-ci ce ne serait pas la même chose, qu’on allait prendre des mesures pour empêcher l’inévitable hausse des prix… et de nouveau chez les commerçants on voyait la valse des étiquettes. Tout cela, je le rappelle, se passait avant la Zone euro et avant même le Marché commun.

L’Allemagne, dites-vous, fait du protectionnisme de façon subtile, si subtile que vous êtes incapable de citer un exemple concret. Donnez-nous un cas précis où, dans le domaine du commerce franco-allemand, on nous empêcherait Outre-Rhin de vendre nos produits. À ce moment-là nous pourrons discuter.
Outre-Vosges
- 18/07/2012 - 06:35
Que vaut l’EHESS ?
J’ai essayé, @Democrator, sur une liste d’anciens élèves de voir ce qu’étaient devenus les anciens élèves de l’EHESS, ceux qui avaient pu « bénéficier » des cours de ce monsieur Sapir ou de ses pareils : j’ai trouvé des historiens de l’art, des ethnologues, des journalistes, des écrivains, des historiens, des sémiologues, des philosophes, des anthropologues, etc. etc., et bien sûr des directeurs de recherche à l’EHESS qui venaient former et formater d’autres étudiants. Pas un seul chef d’entreprise, et l’on comprend que ceux qui se seraient aventurés à appliquer dans la vie courante les théories qu’on leur avait enseignées auraient bien vite mis la clé sous la porte.

Ne nous inquiétons pas pour eux tout de même ; cette école est un vivier de futurs hauts-fonctionnaires, sinon compétents, du moins politiquement corrects, et on n’en demande pas plus. On comprend que des gens pareils se fichent pas mal de la pagaille économique qui suivrait la sortie de l’euro : émargeant au budget de l’État ils seront toujours payés à la fin du mois. Tant pis pour la piétaille des salariés.
Age
- 17/07/2012 - 21:20
@O-V
c'est précisément ce que dit Sapir : une dévaluation ne peut avoir de véritable effet que couplée a d'autres mesures qui vont contrebalancer l'effet inflationiste.
tout comme l'austérité ne peut marcher seule (cf.Grèce, Espagne pour les plus flagrants). mm en France (PSA, Arcelor,...) !
c'est pourtant évident que si on ampute la consommation de pouvoir d'achat via des baisses de salaire, pas d'investissement, et surtout aucune protection de l'emploi via les prix (pas de réciprocité), tout ce a quoi on aboutit c'est logiquement baisse de compétitivité, baisse de qualité, délocalisations, donc augmentation du chômage, qui va entrainer de l'austérité, donc chômage, etc etc .... récessions cumulative.
Alors pourquoi ça marche en Allemagne ? tout simplement parce que l'allemagne :
1/ fait du protectionnisme (déguisé). Et elle en a le droit : elle a inscrit dans sa constitution, avant Maastricht, la primauté du droit allemand sur les règles UE, alors qu'en France, on révise la constitution chaque fois qu'elle est contraire aux décisions UE. Bref politiques souveraines complètement inverses ...
2/ bénéficie d'une monnaie sous-valuée de 20% par rapport a sa compétitivité réelle,
Etc.