En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

07.

45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 1 heure 42 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 2 heures 57 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 4 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 7 heures 22 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 9 heures 32 min
pépites > Santé
Virus en sommeil
Une femme japonaise contracte le coronavirus une seconde fois après avoir été guérie
il y a 12 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
Double langage ?
Didier Guillaume arrache le micro d'un journaliste après une question sur l'abattoir Sobeval
il y a 13 heures 31 min
décryptage > Société
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Politique
A mort !

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Politique
Tri sélectif

Chasse aux ex-LR "trop conservateurs" : le pari politique risqué des LREM à Paris

il y a 16 heures 8 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 2 heures 16 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 3 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 7 heures 12 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 8 heures 51 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 11 heures 38 min
pépites > Santé
Coronavirus
Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière : "On a devant nous une épidémie" qu'il va falloir "affronter au mieux"
il y a 13 heures 7 min
décryptage > Politique
Réforme(s)

Edouard Philippe, patron de Licence IV, Bruno Le Maire, gérant d’auto-école

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Politique
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Défense
Graal du XXIeme siècle ?

Défense : le retard technologique de la France s’accumule

il y a 15 heures 34 min
décryptage > Politique
Casse-tête

Retraites : 49.3, retrait ou "bidouille", quel chemin de sortie de crise serait le moins dommageable pour Macron ?

il y a 16 heures 26 min
Vulnérable ?

Défense nationale : la rigueur menacera-t-elle notre sécurité ?

Publié le 14 juillet 2012
Le récent point d’étape de la Cour des comptes sur la loi de programmation militaire est une nouvelle occasion pour pointer du doigt le budget consacré à la Défense. Beaucoup a déjà été fait pour le rationaliser et le réduire, mais il devra connaître des coupes supplémentaires, que cela soit comme variable d’ajustement ou au titre de la rigueur. Leur ampleur reste à déterminer.
Florent de Saint-Victor est consultant indépendant, spécialisé sur les questions de Défense. Auteur du blog d'analyse spécialisé Mars Attaque, il fait partie du collectif de blogueur Alliance Géostratégique.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent de Saint Victor
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent de Saint-Victor est consultant indépendant, spécialisé sur les questions de Défense. Auteur du blog d'analyse spécialisé Mars Attaque, il fait partie du collectif de blogueur Alliance Géostratégique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le récent point d’étape de la Cour des comptes sur la loi de programmation militaire est une nouvelle occasion pour pointer du doigt le budget consacré à la Défense. Beaucoup a déjà été fait pour le rationaliser et le réduire, mais il devra connaître des coupes supplémentaires, que cela soit comme variable d’ajustement ou au titre de la rigueur. Leur ampleur reste à déterminer.

Les autorités militaires le rappellent inlassablement : après avoir attaqué la graisse, c’est aux muscles et aux os de l’appareil de défense que nous nous apprêtons à toucher. Gardons nous de réduire ces mises en garde à de simples pensées conservatrices de parties prenantes de cet outil de défense. Ces futures réductions conduiront indubitablement à des pertes de capacités, et non uniquement à des pertes d’échelles. Il ne sera plus alors possible de faire comme avant, c’est à dire autant avec moins, car cela était fait autrement. Différentes missions ne devraient plus être du domaine du possible. C’est déjà en partie le cas aujourd’hui avec certaines briques, comme l’incapacité française de réduire au silence des défenses anti-aériennes. Cela rend d’ailleurs caduque l’aptitude française affichée à entrer en premier, sans aide extérieure, sur un théâtre d’opérations. Il sera donc nécessaire de choisir. Des proches voisins ont connu des situations similaires. C’est le cas du Royaume-Uni qui, sans beaucoup de concertation avec d’autres États, a fait le choix de ne plus entretenir certaines capacités (en particulier pour des missions de service public ou pour les patrouilles de surveillance maritime).

Or, les forces armées sont un réel système où toute perturbation d’une variable conduit à des modifications liées les unes ou autres, avec des changements plus ou moins maîtrisés et prévisibles (« l’effet papillon »). Réduire les budgets consacrés aux équipements actuels ou futurs hypothèque ainsi les heures d’entraînement disponibles sur ces matériels, donc leur meilleure maîtrise. Cela affecte les compétences humaines, les structures les utilisant, rend incertain leurs doctrines d’emploi, sclérose l’innovation. En somme, tous les capitaux qui, mis bout à bout, forment un tout cohérent. Aussi, il ne faudrait pas oublier que les hommes et les femmes de la Défense, civils ou militaires, composent bien un corps social vivant. Il est donc nécessaire de faire attention aux discours les pointant du doigt, tout en étant honnête pour ne pas miser uniquement sur leurs capacités d’adaptation. Bien que des marges de progression existent encore que cela soit dans la manière de procéder, les structures, etc. Les récentes réformes, en éclatant les cadres traditionnels, ont déjà grandement entamé le capital immatériel « confiance et moral ».

Ainsi, après avoir été une armée de petite série pour différents matériels, le risque est de devenir une armée spécialisée avec, en conséquence, une perte d’autonomie stratégique. Cela sans réel palliatif. En effet, dans toute coalition (UE, Otan, bilatéral, etc.), la capacité de décider est de facto proportionnelle à ce que chaque actionnaire apporte au pot commun. De même, le palliatif de la remontée en puissance est plus qu’hypothétique. Le réapprentissage de compétences est un processus à la fois coûteux et long : l’environnement international nous autorise-t-il à miser sur de tels délais ? Nous allons aussi sans douter payer une professionnalisation inachevée, car menée, depuis le début, sans lui adjoindre vraiment le réservoir de compétences que sont les réservistes. Enfin, l’externalisation via les partenariats public-privé, bien qu’attirante et une voie à explorer, n’est pas exempte de reproches.

Sans volonté politique (et donc prise de conscience de nos intérêts en tant que puissance), il semble peu envisageable de ne pas assister à une baisse de notre ambition affichée et réelle. Il est donc nécessaire d’être prêt à en assumer les conséquences : déclassement stratégique, perte de notre clientèle via nos accords de partenariat, perte de notre liberté de manœuvre sur l’ensemble du spectre des opérations, possibles pénalités suite à des engagements contractuels passés mais non tenus, conséquences sur notre industrie de défense couvrant encore l’ensemble des filières stratégiques, etc. Parmi d’autres, le récent drame en Guyane nous le rappelle, la France est un archipel international et non un simple hexagone, en plus de ne pas être un sanctuaire à l’abri de toutes menaces. Sauf si nous nous cantonnons à l’hypothétique retour à des situations similaires aux deux guerres mondiales. La France a des intérêts dans les outre-mer, tout comme elle en a au moins autant à l’étranger, en particulier via ses ressortissants.

En trop montrant l’utilité de la Défense comme une réponse à des menaces (cf. le précédent Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité Nationale), nous avons sans doute sous-estimé les opportunités permises par cet outil. D’autant plus que les menaces devenaient de moins en moins tangibles et donc moins admissibles, bien que réelles, aux yeux des opinions et des décideurs. À trop subir la conjoncture actuelle, nous en serions presque arrivés à oublier qu’il était possible de la façonner ou de l’influencer, et d’en faire bénéficier une infinité d’acteurs. L’utilité d’une organisation (qui ne se décrète pas mais qui se construit et s’explique) étant central pour la prise de risque initial d’investissement, il est encore et toujours temps de l’expliquer et de faire comprendre le possible retour sur investissement. Et cela, malgré le fait que c’est rarement suite à un choix politique fondé sur des considérations autres qu’économiques que de telles décisions budgétaires sont prises. Gageons que cette fois ci cela soit le cas. Le ministre de la Défense l’a encore promis récemment.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

07.

45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
GBCKT
- 14/07/2012 - 18:49
Quelle autonomie nous reste t-il?
-Influer sur la conduite des opérations en Afghanistan? Très inférieure au 3% de poids que nous y représentons.
Ne pas aller en Irak? Il s s'en est suivi quelques représailles de notre principal allié.
hypothèse: demain matin le Saint Esprit illumine les 27 pays de la Communauté Européènne, nous avons un chef d'état commun qui a la décision d'emploi conjoint des forces nucléaires Britanniques et Françaises combien d'années pour atteindre des capacités homogènes et cohérentes au quart de l'armée US de cet horizon? 30 ans? 40 ans? Vraisemblablement 50. Retard technologique, retard d'équipements, pas de doctrine, pas de stratégie, 27 langues parlées. Nous sommes sous protectorat dans une zone périphérique pour les intérêts vitaux US. En cas de gros pépin nous devrons nous débrouiller.
albatros
- 14/07/2012 - 16:27
Le gaspillage dans l'armée
Quand on voit les bétises faites par certains comme par exemple fermer la base de Nîmes garons obligeant les avions dont le théatre d'opération est la Mediterranée de partir de Bretagne, Millions dépensés pour vider la base, millions gaspillé pour l'entretien des avions, sans compter le surplus de carburant et la fatigue des équipages.
Et ce n'est qu'un exemple parmis tant d'autres.
Alex de M.
- 14/07/2012 - 15:53
Non ce n'est pas la rigueur !
Non ce n'est pas la rigueur qui menace notre capacité de défense, c'est l'état de faillite de la république démagogique et immigrationiste qui l'oblige à détruire pan après pan tout ce qui a fait la France !
Après avoir sacrifié à l'immigration par des charges sociales exorbitantes notre industrie, puis à une fonction publique hypertrophiée notre économie par des impôts spoliateurs et confiscatoires, notre capacité de défense, notre recherche, nos université et bientôt notre patrimoine sombreront ensemble, dans l'anéantissement final d'une république vidée de tout sens par les clientélismes du parti au pouvoir.