En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Il y a soixante-dix ans, le 16 juillet 1942, policiers et gendarmes français arrêtaient à Paris 12 884 hommes, femmes et enfants juifs.
Mémoire
Rafle du Vel d’Hiv : c'était il y a 70 ans
Publié le 16 juillet 2012
Le recueillement marque l'anniversaire de la rafle du Vélodrome d'Hiver, pudiquement nommée "Vel d'Hiv", des 16 et 17 juillet 1942. Faible lumière dans l'obscurité, la reconnaissance de la culpabilité de la République française par le président Chirac fête elle aussi ses 17 ans.
Secrétaire d'Etat sous le gouvernement Chirac, Nicole Guedj exerce aujourd'hui en tant qu'avocate. Elle préside la Fondation France Israël.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicole Guedj
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Secrétaire d'Etat sous le gouvernement Chirac, Nicole Guedj exerce aujourd'hui en tant qu'avocate. Elle préside la Fondation France Israël.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le recueillement marque l'anniversaire de la rafle du Vélodrome d'Hiver, pudiquement nommée "Vel d'Hiv", des 16 et 17 juillet 1942. Faible lumière dans l'obscurité, la reconnaissance de la culpabilité de la République française par le président Chirac fête elle aussi ses 17 ans.

La France de la dernière guerre a eu ses « collabos », jusqu’au plus haut niveau de l’Etat. Elle a aussi eu ses héros qui ont lavé son honneur.

Il y a soixante-dix ans, le 16 juillet 1942, policiers et gendarmes français arrêtaient à Paris 12 884 hommes, femmes et enfants juifs.

Au moment où la France s’apprête à honorer les victimes de cette rafle tristement célèbre, c’est aussi d’un discours dont il faut se revendiquer et se souvenir : celui du Président Jacques Chirac du 16 juillet 1995.

En homme d’Etat, il a fait ce jour-là le choix de mettre fin à cinquante années de déni des autorités françaises, le choix de placer la France, terre des droits de l’Homme, face à son passé, la réconciliant ainsi avec la tradition des Lumières.

Ce fut là un événement majeur de l'histoire de France, geste fort dans la vie d'une nation.

En effet, pratiquement dès son entrée à l’Elysée, Jacques Chirac, appelant l’ensemble de nos concitoyens à ne jamais oublier, reconnaissait le rôle de l’Etat français dans la déportation et l’extermination des Juifs de France, avec ses mots : « il est, dans la vie d’une nation, des moments qui blessent la mémoire et l’idée que l’on se fait de son pays ».

Durant les douze années passées à la tête de l’Etat, le Président Chirac n’a jamais, reconnaissons-le, ménagé ses efforts pour inciter au travail de mémoire, tirer les enseignements des affres de l’Histoire, puiser les forces de l’exemple dans les valeurs de courage et d’humanité et veiller à rejeter, sans compromis, les thèses extrémistes et nationalistes.

En 2004, du village du Chambon sur Lignon, reconnu collectivement Juste parmi les Nations par Yad Vashem, à Jérusalem, Jacques Chirac prononçait un autre discours fondamental, exhortant cette fois tous les corps d’Etat, placés sous sa propre autorité, au sursaut contre l’antisémitisme.

Enfin en 2007, la culpabilité faisant place à la fierté, il mettait en lumière et à l’honneur l’histoire des Justes parmi les Nations, les faisant entrer au Panthéon, en présence de Simone Veil, dont les propos retentissent encore dans nos mémoires : « Ils pensaient avoir simplement traversé l’Histoire. En réalité ils l’ont écrite ».

La République a alors inscrit symboliquement ses pas dans ceux des « Justes parmi les Nations », êtres d’exception, « milliers de Françaises et de Français, qui sans s’interroger, font le choix du bien. Quel courage, quelle grandeur d’âme il leur a fallu ! »

A ce jour, le titre de Juste parmi les Nations a été décerné à 24 335 personnes à travers le monde, dont 3 643 en France.

Les Justes, ces forts de l’ombre, ces valeureux de l’ordinaire, ont désobéi avec héroïsme, ravivé les couleurs de la République en se levant pour s’opposer à la barbarie nazie, en fait, pour sauver des vies innocentes.

Grâce à eux et à des milliers de résistants, les trois quarts de Juifs de France ont échappé aux rafles, aux arrestations, à Drancy, à Auschwitz…

Le 10 Juillet 2012 à l’initiative du Général Jean-Louis Georgelin, Grand Chancelier de la Légion d’honneur et du Président de Yad Vashem, le premier musée au monde, celui de la Légion d’honneur, a accueilli, dans ses collections permanentes, la médaille des Justes gravée au nom du Cardinal Saliège.

Archevêque de Toulouse, il n’a eu de cesse dès 1933, de dénoncer l’antisémitisme hitlérien. Il ordonne en août 1942, dans son diocèse, la lecture publique d’une fameuse lettre pastorale affirmant : « Les juifs sont des hommes, les juives sont des femmes. Tout n’est pas permis contre eux…Ils font partie du genre humain. Ils sont nos frères comme tant d’autres, un chrétien ne peut l’oublier ».

Aujourd’hui les survivants, rescapés de la Shoah comme Justes, sont peu nombreux.

La Fondation France Israël, créée en 2006 par Jacques Chirac et Ariel Sharon, emmène chaque année des petits-enfants de Justes français en Israël, durant les commémorations de Yom HaShoah en collaboration avec le comité français de Yad Vashem. Elle a ainsi fait le choix de se tourner vers les jeunes générations pour leur permettre d’accomplir un travail de mémoire et devenir, par héritage, les témoins du courage de ces héros ordinaires.

 Alors que l’on disserte beaucoup sur l’identité nationale, les Justes, à leur époque, n’ont pas hésité ni failli. Ils ont apporté une réponse sans compromis, prouvant que les différences pouvaient s’estomper pour faire triompher l’humanité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
07.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ISABLEUE
- 17/07/2012 - 14:12
Carcajou,
heureusement que vous êtes là pour remonter le niveau...
Merci.
ntzsch
- 16/07/2012 - 21:44
Comment savoir ?
Il est certain que pour savoir si l'on a vraiment l'étoffe d'un héros il faut se frotter à la réalité. Pourtant bien des résistants n'ont jamais jugé leurs actes comme véritablement héroïques, ils trouvaient cela "normal".
Quoi qu'il en soit, pour pas mal de gens, il n'y a aucun problème : ils se placent systématiquement dans le camp du plus fort.
Carcajou
- 16/07/2012 - 19:52
Vaste programme, disait Mon général
Avant de juger la rafle du Veld'Hiv, il faut se poser une question sans concession: cette rafle serait-elle possible aujourd'hui si les conditions étaient identiques?

Tous les raisonneurs qui le cul calé dans le fauteuil de leur salon s'interrogent gravement sur la conduite de "ceux qui y étaient" mais qui assistent à une agression dans la rue sans réagir, tous les raisonneurs, donc, sur le déshonneur de la France, l'ignominie du gouvernement en place et autres hautes pensées, auraient-ils réellement le courage et surtout les moyens de s'y opposer.

Les trois grandes tribus humaines, les Yavékas, les Yorakas et les Yakas avec leur sous-tribu les Yfokons m'emmerdent profondément.