En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
Mouton noir

La Roumanie prise dans une dérive anti-démocratique à la hongroise

Publié le 11 juillet 2012
Ce mardi, le chef de l’État roumain Traian Basescu a passé temporairement le pouvoir à son opposant Crin Antonescu, après la validation par la Cour constitutionnelle de sa suspension, initiée par la coalition de centre gauche au pouvoir. Alors que plusieurs pays européens et les États-Unis ont exprimé leur inquiétude, le Premier ministre, Victor Ponta a décidé de saluer la décision de la Cour constitutionnelle.
Denis MATTON est philosophe de formation et agent de carrière du ministère des Affaires étrangères et européennes. Il a été en poste à Islamabad, Tunis, New York, Boston, Washington, Zurich et Copenhague. Marié à une ressortissante roumaine, il réside...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Matton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis MATTON est philosophe de formation et agent de carrière du ministère des Affaires étrangères et européennes. Il a été en poste à Islamabad, Tunis, New York, Boston, Washington, Zurich et Copenhague. Marié à une ressortissante roumaine, il réside...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce mardi, le chef de l’État roumain Traian Basescu a passé temporairement le pouvoir à son opposant Crin Antonescu, après la validation par la Cour constitutionnelle de sa suspension, initiée par la coalition de centre gauche au pouvoir. Alors que plusieurs pays européens et les États-Unis ont exprimé leur inquiétude, le Premier ministre, Victor Ponta a décidé de saluer la décision de la Cour constitutionnelle.

Devenue majoritaire à la Chambre des députés et au Sénat en avril dernier, puis parvenue au gouvernement après une motion de censure parlementaire perdue par la droite en mai, la gauche roumaine (menée par la coalition USL) veut profiter de ce nouveau rapport de force pour asseoir davantage son pouvoir et étouffer plusieurs affaires en allant jusqu’à prendre des mesures dérogeant à la constitution. L’Union européenne commence à s’émouvoir d’une situation menaçante pour l’Etat de droit en Roumanie.

Après la Hongrie, la Roumanie sera-t-elle pour l’Europe des 27 son nouveau mouton noir accusé de ne pas se conformer aux standards démocratiques de Bruxelles ? Quoique les points de tension avec les institutions européennes soient de nature juridique différente dans les deux pays, on ne peut toutefois pas manquer d’être frappé par la presque concomitance et la proximité tant géographique qu’historique qui existent entre les deux contentieux.

En Hongrie, le problème est si l’on peut dire philosophique et touche aux valeurs fondamentales. Il concerne l’élaboration d’une nouvelle constitution qui a été instituée tout à fait légalement mais dont les principes et les lignes directrices de fonctionnement ont été contestés par la commission de Venise (commission du Conseil de l'Europe spécialisée en droit constitutionnel) au nom des valeurs européennes.

Pour la Roumanie, Il s’agit d’une affaire de droit constitutionnel interne. La question est de savoir si le gouvernement de gauche a contrevenu à la constitution en limitant les compétences de la Cour constitutionnelle roumaine. La réponse a été oui pour la Cour elle-même, chargée de veiller sur la constitutionnalité des lois et règlements ; l’entorse à la constitution a été également soulignée par la Commission de Venise, appelée à l’aide par la Cour, puis par M. Barroso et Mme Merkel. Le gouvernement avait en effet décidé la limitation des pouvoirs de la Cour en prenant  une « ordonnance d’urgence », or  ce type de mesure ne peut pas s’appliquer au champ constitutionnel.

Par ailleurs, si l’ouverture de la procédure de suspension du Président de centre-droit Basescu voulue par la gauche est légale sur la forme, elle ne tient pas la route sur le fond.  La Cour constitutionnelle a d’ailleurs rejeté les 7 chefs d’accusation invoqués par la coalition USL pour justifier la mise en cause du président. Mais l’avis de la Cour n’est que consultatif et donc non contraignant. A Bucarest, une simple majorité de députés et de sénateurs peut décider d’une mise en cause du Président à partir d’un dossier fondé non sur des considérations juridiques objectives mais sur de simples griefs politiques.

Car le fond du problème est là. La signification de cette offensive de la gauche doit être recherchée vers les affaires judiciaires en cours qui mettent en difficulté ses dirigeants. L’actuel Premier ministre Victor Ponta a été accusé de plagiat en ce qui concerne la rédaction de sa thèse universitaire et un ancien premier ministre de gauche, Adrian Nastase, vient d’être condamné pour corruption. De plus, plusieurs ministres fraîchement désignés par Ponta n’ont pu prendre leurs fonctions en raison de mensonges liés à l’obtention de leurs diplômes. Ces affaires, et aussi la crainte, sans doute, que d’autres révélations et scandales ne viennent ternir l’image d’une gauche en phase de reconquête, expliquent probablement cette prise d’assaut de la Présidence et cette volonté de maîtriser tous les leviers de pouvoir, notamment  ceux de la justice.

Pour l’Europe, les dossiers hongrois et roumains, bien que de nature juridique différente, se rejoignent sur les bords du Danube pour poser la même question : quel est le rapport au droit des classes politiques de certains pays d’Europe orientale aux héritages historiques particulièrement lourds ? A l’Est, en effet, s’aventurer sur le terrain constitutionnel ne signifie pas pour certaines forces consolider l’Etat de droit mais plutôt continuer le combat politique par d’autres moyens.  A une division Nord/Sud sur le plan financier, l’Europe n’avait pas besoin en ce moment d’ajouter un clivage Est/Ouest en termes de culture politique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

BCE : pourquoi l’équipe de Christine Lagarde pourrait cruellement manquer d’économistes

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

07.

RugyGate : les mécanismes de notre sadisme collectif

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Quand Jeff Bezos affirme à ses employés qu’"Amazon fera faillite, car Amazon n’est pas immortelle"

05.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Cet autre mal Français qui se cache derrière le recul de la liberté d’expression en France

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Kakou
- 11/07/2012 - 22:41
Romania ..!
The best ..gardez vos valeurs les notres ...les communistes et les francs maçons nous les ont arrachées...vive le Nationalisme populaire
quarantined
- 11/07/2012 - 10:10
Bon entendeur salut
L’Europe ne sera que Franc-maçonne, toutes dérives par des références a l'ancien monde aux valeurs Chrétienne doit être combattu.

Le mal prend toujours les attribut du bien pour s'avancer, c'est pour cela que l'UE a un oriflamme comportant les étoiles de la vierge Marie.