En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
La consommation joue un rôle fondamental dans l’intégration sociale et plus particulièrement dans la participation sociale à un groupe, amical ou familial.
Connait pas crise
Impact de la crise : les classes moyennes relativement épargnées et pourtant terriblement angoissées
Publié le 08 juillet 2012
Selon la dernière étude de l'Insee sur le revenu et le patrimoine des ménages, les personnes les plus modestes ont été davantage touchées par la dégradation du marché du travail : malgré les mesures exceptionnelles de soutien à leur intention. A contrario, les classes moyennes ont été moins touchées par la crise.
Anthony Mahé est sociologue à l'ObSoCo (Observatoire Société et Consommation). Il est spécialisé dans les domaines de l'imaginaire de la consommation et de la sociologie du quotidien. Il a réalisé une thèse de doctorat sur le recours à l’endettement...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anthony Mahé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anthony Mahé est sociologue à l'ObSoCo (Observatoire Société et Consommation). Il est spécialisé dans les domaines de l'imaginaire de la consommation et de la sociologie du quotidien. Il a réalisé une thèse de doctorat sur le recours à l’endettement...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon la dernière étude de l'Insee sur le revenu et le patrimoine des ménages, les personnes les plus modestes ont été davantage touchées par la dégradation du marché du travail : malgré les mesures exceptionnelles de soutien à leur intention. A contrario, les classes moyennes ont été moins touchées par la crise.

L’étude INSEE sur les revenus et le patrimoine des ménages montre que les classes moyennes ne sont pas forcément les plus touchées par la crise alors même que l’opinion publique tend à montrer que celles-ci sont au contraire les plus impactées par la fiscalité avec un niveau de vie qui se dégrade perpétuellement. Alors y-a-t-il un paradoxe ?

En fait, il faut surtout comprendre le contexte psychosociologique de la crise actuelle. La problématique du pouvoir d’achat, au-delà des mesures statistiques dont cet indice fait l’objet, masque surtout un désir de consommation mêlé à une angoisse de ne plus avoir accès à la consommation. C’est une hypothèse que je propose d’explorer.

En effet, la consommation joue un rôle fondamental dans l’intégration sociale et plus particulièrement dans la participation sociale à un groupe, amical mais également familial

Prenons l’exemple d’un des fleurons de la consommation : l’équipement de la maison. Le rapport à la maison n’est pas réductible à sa valeur de propriété privée définie par le droit, ni à sa valeur financière déterminée par les lois du marché. Il y a une valeur sociétale dans l’aménagement, la décoration et par extension dans tout ce qui fait la visibilité de soi (vêtements, high tech, etc.)

Gérard Mermet dans sa Francoscopie notait qu’en 2008, le budget alloué à l’habitat intérieur, particulièrement en termes de travaux visant à plus de confort (chauffage, éclairage, etc.), a quasiment doublé par rapport aux années soixante, c’est dire l’importance du phénomène.

La maison devient un « temple sacré » qui permet non seulement de construire et de se projeter dans un espace intime plein d’images personnelles (souvenirs, émotions, etc.)  mais permet également de partager avec les autres son intimité tissant ainsi du lien social. Ce rôle social de cohésion sous-jacent dans notre rapport aux objets est essentiel.

La question du pouvoir d’achat revient avec persistance dans l’opinion publique justement parce qu’il y a un besoin viscéral de consommer plus. Notre consommation nous lie au monde. Comme dans un parcours initiatique, il nous faut renouveler ces expériences de lien social au fil du renouvellement de sa décoration intérieure ou d’un téléviseur. En n’accédant plus à la consommation il y a un vrai risque de rupture sociale. Consommer au-delà de la satisfaction d’un simple besoin individuel est une norme pour vivre ensemble.

La crise dans tout cela vient plutôt accentuer le désir de consommation.

Nous vivons aujourd’hui, comme le montre bien l’étude de l’INSEE, une précarisation de l’emploi, du salariat, toute chose qui met en doute la projection de soi dans l’avenir. Même si cela touche dans les faits davantage les personnes les plus modestes, l’imaginaire angoissant qui entoure la crise se répercute auprès de  toutes les classes sociales et peut-être davantage chez les classes moyennes.

Cette angoisse du futur se traduit, de manière perverse, par un surinvestissement du présent et un repli dans la sphère domestique, dans ce qui est familier, rassurant et que l’on cherche à embellir.

C’est donc plus l’angoisse de ne plus accéder à ce monde intégrateur qui contribue à générer un sentiment pessimiste sur le niveau de vie des classes moyennes. Au-delà des constats de l’INSEE, la réalité sociologique montre que des leviers de croissance de l’économie portée par les classes moyennes sont bien tangibles et qu’ils ne tarderont sans doute pas à relancer pleinement la machine si tant est que le marché du travail se redresse aussi, atténuant ainsi les craintes sur l’avenir. Comme le souligne avec provocation le sociologue Michel Maffesoli, la crise est en grande partie dans « nos têtes. »

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Cet autre mea culpa que devrait envisager Emmanuel Macron pour préserver la fin de son quinquennat
05.
Montée du Brexit Party dans les sondages : Le Royaume-Uni en voie de s'enfoncer dans l'une des plus graves crises politique de son histoire
06.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
07.
La Chine est désormais le premier partenaire commercial de l’Allemagne et voilà ce que ça change pour l’Europe
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
04.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
05.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
06.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
chacal
- 10/07/2012 - 10:23
@maxx_paris
Oui d'accord avec vous mais pas jusqu'au bout... certains fonctionnaires, (je dis bien certains !) malgré des revenus corrects (2900E/moisà, ont droit aux HLM, touchent en plus une prime lié a ce logement (a toulon ou le T3 est loué 600-700 eurosdans le privé est loué au fonctionnaire 450 dans le cadre HLM, et encore prime de 250 versé sur le salaire....)..... et ainsi de suite....

Donc logiquement, pour certains fonctionnaires, la crise n'est que dans les journaux.
maxx_paris
- 08/07/2012 - 22:53
l'INSEE est décidément bien déconnectée de la vie ...
on croit rêver .... au contraire ce sont les classes moyennes qui sont les + touchées, et le phénomène s'étend a l'intérieur même de la classe moyenne. Cette classe qui n'a droit à rien qu'a payer tout "plein pot", la cantine : plein tarif, la creche : plein tarif, les impots : plein tarif, les logements sociaux : pas le droit, les reductions : pas le droit .. et je passe les changements (défavorables) du quotient familial etc .. l'INSEE sait parfaitement trafiquer les échantillons de population, ou ses modèles de calcul afin d'obtenir les chiffres souhaités dans de nombreuses études et faire bonne figure auprès du ministère de tutelle.
léonard simon
- 08/07/2012 - 21:26
"A contrario, la classes
"A contrario, la classes moyennes(?) ont été moins touchées par la crise"
Juste cette assertion m'interdit de lire cet article, car ce monsieur, d'après sa sentence, dit que la crise a eu lieu(la collecte des informations se font sur plusieurs mois et voire plus. Non la crise, la vraie, celle que personne ne souhaite va avoir lieu, et là son jugement sur la crise est caduc. Les classes moyennes supérieures, inférieures(qui sait où se situe le curseur) vont prendre les déferlantes du chômage, des prélévements obligatoires, dans une Europe en totale décrépitude financière. Avant ce n'est pas aujourd'hui, ni demain. C'est du passé. Avant, c'était un aperçu, juste un aperçu.