En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
Editorial

L’économie française en état d’apesanteur : de la stagnation à la récession ?

Publié le 06 juillet 2012
Si les Français sont pour la taxation des grandes entreprises et des hauts revenus, ils s'inquiètent toutefois des lendemains qui déchantent. D'autant plus qu'ils ont le sentiment que tout ne peut pas se résoudre par l'impôt.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les Français sont pour la taxation des grandes entreprises et des hauts revenus, ils s'inquiètent toutefois des lendemains qui déchantent. D'autant plus qu'ils ont le sentiment que tout ne peut pas se résoudre par l'impôt.

Le gouvernement Ayrault a-t-il déjà mangé son pain blanc ?  Les réactions de l’opinion aux mesures annoncées sont plutôt mitigées. Certes, les premières décisions prises telles que le retour à la retraite à 60 ans pour certaines catégories, la hausse du SMIC ou l’encadrement des loyers recueillent des avis favorables. Le premier choc fiscal est accepté dans la mesure où il affecte surtout « les riches » et les grandes entreprises, ce dont les Français sont friands en grande majorité. Mais nos compatriotes demeurent inquiets : ils ont le sentiment que derrière la logorrhée d’un discours interminable du Premier ministre se cachent beaucoup de non-dits, qui laissent entrevoir des lendemains qui vont déchanter.

Le collectif annoncé représente seulement un hors d’œuvre, qui ne répond pas à la plupart des questions. Le silence sur les mesures à prendre pour réduire le train de vie de l’Etat reste assourdissant. Et nos compatriotes ont le sentiment que tout ne pourra se résoudre par l’impôt. D’autant que les rentrées fiscales commencent à se révéler décevantes, en raison du ralentissement de la conjoncture. Le Premier ministre vient d’ailleurs de revoir le taux de croissance de l’économie à la baisse à 0,3% pour cette année et 1,2% l’an prochain. Des hypothèses qui pourraient encore se révéler optimistes, car c’est tout l’environnement international qui se dégrade depuis quelques mois. Et qui vient de justifier l’intervention de trois des plus grandes banques centrales de la planète, celles de Chine, d’Angleterre et de la BCE pour tenter de soutenir une activité qui se dérobe.

De toutes parts, le gouvernement est pressé d’agir. Car il ne suffit pas de contenir les dépenses de l’Etat., mais  bien de les réduire. Il faut aussi porter le fer dans les comptes sociaux, dont le déficit dépassera cette année les prévisions. Et l’on ne peut laisser à l’écart les collectivités territoriales, alors que le nombre des échelons locaux (qui ne sont pas remis en question pour l’instant)  sont  une source de gaspillages et de doublons.

Pour l’instant, le gouvernement justifie son irrésolution par le souci de consulter toutes les parties prenantes, en mettant sur la table l’ensemble  des sujets, dans l’espoir de parvenir à un consensus. Une grande concertation va s’instaurer. Mais en abordant les thèmes les plus variés sans proposer des choix, on risque de créer une confusion extrême, où chacun rejettera sur le voisin la responsabilité des difficultés actuelles, en demandant aux autres de supporter le poids des réformes. Quand on sait la manière dont tous les corps intermédiaires sont prêts à se battre bec et ongles pour maintenir leurs privilèges et refuser de se réformer, on ne peut qu’être inquiets de ce qui sortira de ces grandes palabres. Ce serait le moment de rappeler à François Hollande la maxime de son illustre prédécesseur, Pierre Mendès-France, « gouverner c’est choisir ». Faute de quoi il laissera se développer un sentiment d’angoisse, propre à hâter le déclin.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

03.

Démence sénile : une nouvelle étude montre qu’il est possible d’agir même en cas d’antécédents familiaux lourds

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Vinas Veritas
- 07/07/2012 - 15:08
économies ???
prendre le train pour coûter moins cher que l'avion?
un aller simple Thalys Paris-bruxelles billet 1 revient à un peu plus de 100 000 € contre 110 000€ pour un vol airbus A320
Mais avec la sécurité = déploiement de gendarmerie sur l'ensemble de la voie ferrée et de tous les ponts qui l'enjambent et le survol du TGV par 2 hélicoptères à mettre en opposition au suivi de l'avion présidentiel par un second airbus, où se trouve l'économie en coût global sure ces distances moyennes où il est vrai que le train concurrence l'avion pour le "vulgus pecus" quidam n'ayant pas recours à des moyens de sécurité avancés.
encore un enfumage médiatique pour faire "normal"
Oui François 2 est un flamby normal dont la vision à longue distance ne dépasse pas le verre de ses lunettes
Ludo1963
- 07/07/2012 - 11:37
@vangog
Ce que vous dites est tres juste. On entend souvent "la France est à droite"
Non elle est à gauche. Mais pas la vraie gauche, progressiste, comme en Suède .
Non la gauche menteuse clientéliste cynique, à la grecque.
Les français sont des grecs qui se cachent
Ludo1963
- 07/07/2012 - 11:30
Les socialistes vont se planter ça va leur faire tres mal
Apres la com, les critiques sur Sarko, les petits cadeaux, qu'y a t il pour l économie ? Pire que rien. Plus d heures sup, matraquage fiscal, rien qu avec cela on va passer en dessous de zéro. Et les crétins ,medias, bobos etc commenceront à comprendre qu avec Sarko c etait beaucoup mieux ( ou bien moins pire)
Ce n est qu une question de temps.
Cela fait longtemps que je prévois une dissolution de l assemblée en 2013, la chute de la maison du mensonge : le Ps