En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 18 min 4 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 2 heures 33 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 3 heures 9 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 4 heures 48 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 5 heures 34 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 7 heures 2 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 7 heures 55 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 21 heures 56 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 1 heure 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 2 heures 25 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 2 heures 48 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 3 heures 43 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 5 heures 6 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 6 heures 32 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 7 heures 38 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 8 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 21 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 22 heures 6 min
Le drame de Fukushima s'est produit le 11 mars 2011.
Le drame de Fukushima s'est produit le 11 mars 2011.
Chape de plomb et langue de bois !

Corinne Lepage : "Fukushima, accident d’origine humaine. Le nucléaire français souffre des mêmes faiblesses”

Publié le 06 juillet 2012
La commission, mandatée par le Parlement japonais, a rendu public son rapport sur l'accident nucléaire de Fukushima jeudi. L'origine de la catastrophe serait humaine et non due au tsunami géant. Une affirmation que partage Corinne Lepage. Elle invite la France à ne pas commettre les mêmes erreurs... volontairement !
Corinne Lepage est avocate, ancien maître de conférences et ancien professeur à Sciences Po (chaire de développement durable).Ancienne ministre de l'Environnement, ancienne membre de Génération écologie, fondatrice et présidente du parti écologiste...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Corinne Lepage
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Corinne Lepage est avocate, ancien maître de conférences et ancien professeur à Sciences Po (chaire de développement durable).Ancienne ministre de l'Environnement, ancienne membre de Génération écologie, fondatrice et présidente du parti écologiste...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La commission, mandatée par le Parlement japonais, a rendu public son rapport sur l'accident nucléaire de Fukushima jeudi. L'origine de la catastrophe serait humaine et non due au tsunami géant. Une affirmation que partage Corinne Lepage. Elle invite la France à ne pas commettre les mêmes erreurs... volontairement !

Le moins que l’on puisse dire est que le rapport - plus qu'accablant - que la commission indépendante japonaise vient de rendre public sur les causes du drame de Fukushima, tranche avec la chape de plomb et la langue de bois habituelles du lobby nucléaire, dont l’Autorité de sûreté (ASN) vient d’administrer une nouvelle preuve durant son audition devant la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale ce matin.

Que dit en résumé ce rapport ? Contrairement à ce que les ministres en place à l’époque - à commencer par M. Besson - nous ont asséné, la catastrophe de Fukushima n’est pas d’origine naturelle mais humaine. C’est une catastrophe nucléaire d’origine industrielle résultant de plusieurs facteurs :

  • La connaissance d’un risque par les autorités exploitantes et de contrôle qui n’a pas été pris en compte, et ce, délibérément (depuis 2006 le risque était parfaitement identifié) ;

  • L’affirmation que des mesures de prévention ont été mises en place, alors qu’elles ne l’étaient pas et que les autorités de contrôle fermaient les yeux ;

  • Le refus de mettre en place des améliorations pour de faux prétextes ;

  • Le déni de réalité de TEPCO qui, pour couvrir sa faute, a invoqué l'extrême violence du tsunami, alors que les installations n’étaient pas en capacité - comme elles l’auraient dû - de résister à un tremblement de terre ;

  • L’impotence à réagir, alors qu’une réponse efficace était possible ;

  • Un management du système de crise en complet dysfonctionnement, qu’il s’agisse de TEPCO, des organes de contrôle ou des autorités publiques ;

  • L’incapacité de prendre les mesures d’évacuation et de protection de la population adaptées, ainsi que la désinformation de la population ;

  • La non prise en compte de l'effet des faibles doses dans l'anticipation d'une contamination nucléaire.


Le rapport propose également une réforme globale du système qui ne saurait être cosmétique et qui montre une réelle évolution.

Quelles conséquences en tirer pour la France ?

En écoutant l’ASN auditionnée par la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale, la France semble à l’abri de toute critique de cet ordre au moyen d'un contrôle pleinement indépendant, d'un exploitant respectant scrupuleusement les règles de sécurité les plus sévères. Même un rapport de la Cour des comptes ne laisse planer aucun doute sur l’absence de prise en compte de tous les coûts de la filière, et pourtant… Bref, le nucléaire des bisounours !

Sauf que, pour être allée au Japon et avoir rencontré de nombreux acteurs, je suis revenue convaincue que nous avions un système aussi fragile que les japonais, risque de tsunami en moins.

  • L’ASN n’est pas un démembrement du ministère de l’industrie, mais il n’est composé que d'experts appartenant au monde du nucléaire et aucune mesure drastique n’a été, par exemple, préconisée à l’égard des exploitants ;

  • L’accident de Marcoule en septembre 2011 a montré une entreprise filiale à 100% d’EDF vilipendée par l'ASN pour de multiples fautes graves sans que ne soient prises ni mesures correctives, ni sanctions ;

  • Fukushima a fait apparaître des risques qui n’avaient jamais été pris en compte, à telle enseigne que l’ASN reconnaît désormais qu’un risque d’accident majeur est possible en France. (Le dernier rapport détermine les mesures urgentes à prendre, mais donne de larges délais pour effectuer les travaux.) ;

  • Le risque de Fessenheim est parfaitement identifié, mais le fonctionnement de la centrale continue comme si de rien n'était ;

  • Les exercices, au demeurant très limités, de simulation d’accident donnent des résultats désastreux et les pastilles d’iode n’ont pas été redistribuées depuis bien longtemps dans la plupart des sites ;

  • L’information du public s’apparente encore trop souvent à de la désinformation, ou est très limitée en raison du secret défense ;

  • Etc.

Autrement dit, si une catastrophe s’abattait en France, une commission indépendante ne parviendrait-elle pas aux mêmes conclusions que la commission indépendante japonaise ? Plus grave encore : en France, une telle commission réellement indépendante pourrait-elle sincèrement voir le jour ?

Nous savons que la sortie du nucléaire, que nous sommes nombreux à souhaiter pour des raisons financières, économiques et industrielles autant que de sécurité, n’est pas pour demain. Faisons au moins en sorte que l’investissement dans la sécurité maximale et dans la réponse à un éventuel accident soit optimale ; ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui.

Et puisqu’il n’existe pas (encore ?) d’assurance obligatoire qui exigerait ces mesures pour garantir le risque, il est du devoir du politique d’imposer la priorité à la sécurité et à la santé. Et de dénoncer le coût d’une catastrophe nucléaire étant donné que la priorité a clairement été donnée aux affaires économiques et financières.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
RcommeRobert
- 07/07/2012 - 17:40
@Atlantico
La qualité de vos contributeurs et de vos billets s'améliore avec le temps.
ZOEDUBATO
- 07/07/2012 - 08:47
L'écologie c'est l'affirmation sans peruves réelles
et sérieuses,
C'est la foi du chargonnier en une croyance sectaire diffusée et médiatisée par de grands gourou.
C'est le tratement type procès staliniens des faits scientifiques qui ne "collent" pas avec la grande terreur que l'on veut implanter dans l'esprit des citoyens du monde pour qu'il "crachent" au bassinet
C'est le retour à l'âge des ténèbres et aux grandes peurs et à l'Apocalypse qui rendent les gens si dociles
Le gorille
- 06/07/2012 - 22:02
Une analyse de la peur et de la fuite
Quelle valeur donner au rapport japonais ? J'ai de sérieux doutes.
Prendre en compte un risque c'est bien, mais jusqu'à quel point ?
Il y a un moment où on ne construit plus rien, car annihiler le risque revient à un coût infini.
Fukushima reste un accident, comme toute oeuvre humaine. Il y en aura d'autres. Le nombre de victimes ira croissant, quelles que soient les précautions prises : là nous sommes directement dans la compétence politique, qui demande un vrai courage.
Non, madame Lepage, votre analyse n'est pas pertinente, c'est un constat de peur et vous préconisez la fuite comme réponse.