En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

04.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

07.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

01.

Les Espagnols se défoncent aux champignons hallucinogènes

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 28 min 31 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 2 heures 24 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 3 heures 24 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 4 heures 27 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 5 heures 49 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 5 heures 58 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 6 heures 36 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 6 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 18 heures 10 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 53 min 9 sec
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 3 heures 4 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 3 heures 45 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 5 heures 30 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 5 heures 58 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 5 heures 59 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 6 heures 1 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 18 heures 28 min
United States of Europe

Grow up ! Mais quand cesserons-nous de comparer l'Europe aux États-Unis pour nous rassurer face à la crise ?

Publié le 04 juillet 2012
Les appels en faveur d'un fédéralisme européen se multiplient. Mais l'Histoire de l'Union montre que les avancées en ce sens rencontrent souvent la résistance des États ou des peuples. 5e épisode de notre feuilleton consacré à l'Europe politique de demain.
Christine Cadot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maître de conférence en science politique à l'Université Paris 8, spécialiste en histoire du fédéralisme, Europe et Etats-Unis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les appels en faveur d'un fédéralisme européen se multiplient. Mais l'Histoire de l'Union montre que les avancées en ce sens rencontrent souvent la résistance des États ou des peuples. 5e épisode de notre feuilleton consacré à l'Europe politique de demain.

A (re)lire, les autres articles de notre série :

Épisode 1 : Les États-Unis d'Europe sont-ils vraiment notre avenir ?

Épisode 2 : Imaginer des "États-Unis d'Europe" sur le modèle américain : une pure hérésie ! 

Épisode 3 : Le grand cimetière des avancées perdues de la construction européenne

Épisode 4 : De quelles unions du passé, l’Europe pourrait-elle s'inspirer pour sortir de l’ornière ?


Dans les moments de crise, il est souvent tentant de se retourner vers d’autres exemples historiques afin de retrouver espoir dans un projet européen qui, in fine, serait voué à se forger une identité collective sur les fondements d’un ensemble toujours plus intégré. L’histoire du fédéralisme américain est, de ce point de vue, régulièrement mobilisée, engendrant une représentation de celle-ci trop souvent limitée à l’histoire d’une table rase radicale, intervenue une fois pour toute lors du Miracle de Philadelphie (1787). A bien des égards, cette représentation simpliste de l’histoire de la fédération américaine n’a pas servi que ses seuls intérêts nationaux. Victor Hugo, Jean Monnet et, plus récemment Valéry Giscard d’Estaing, dans des exercices bien différents, se sont essayés à comparer les projets d’unification européenne et la naissance de la fédération américaine, jusqu’à accepter humblement le titre de « Père fondateur » pour eux-mêmes, ou à se comparer tout aussi modestement à George Washington.

Les États-Unis, une longue sédimentation

Pourtant, la création de la nation américaine est loin d’avoir été immédiate et consensuelle. Les contestations furent incessantes entre le Sud, esclavagiste et agricole, et le Nord, en voie d’industrialisation. Il s’agissait de débattre de l’étendue du pouvoir fédéral et de la nature de la convention qui unissait les états fédérés. Simple traité ? Constitution qui oblige ? Thomas Jefferson ou encore John Cahloun (secrétaire d’état, deux fois vice-président et sénateur) eurent une voix prépondérante dans les critiques émises à l’endroit du pouvoir fédéral. Pourquoi contraindre d’anciennes colonies devenues souveraines à l’occasion de la Déclaration d’Indépendance à abdiquer le droit le plus évidemment associé à l’exercice de leur souveraineté ? Pourquoi leur refuser la possibilité de quitter l’union fédérale à tout moment, en vertu même de la capacité qui leur avait été reconnue de pouvoir y adhérer ? La fragilité de l’édifice fédéral américain s’est faite sentir dès son origine, au plus haut niveau de l’Etat américain et de ses Founding Fathers, jusqu’à la Guerre de Sécession, qui scella dans le sang ce que les typologies des juristes n‘avaient pas permis d’élucider.

Quant au sentiment d’appartenance nationale, il serait également faux de le considérer forgé une fois pour toute en quelques années, dans l’expérience de la conquête des territoires de l’Ouest. Là encore, l’exemple américain n’est probablement pas le plus pertinent. Lorsque les états confédérés feront sécession, en 1861, ils frapperont alors leur propre monnaie sur des billets à l’effigie d’Andrew Jackson et de John Calhoun, ardents défenseurs des libertés des états du Sud, alors opposés aux Yankees. Andrew Jackson, qui mettra en œuvre le Indian Removal Act au profit de la fédération américaine, subsiste encore aujourd’hui sur les billets de 20 dollars. L’expérience historique nous montre que le symbolisme des figures fondatrices ne fonctionne jamais une fois pour toute. Il n’est jamais affublé des mêmes significations, ni jamais paré de la même efficacité ou du même usage. Les Etats-Unis sont toujours une fédération et le dollar est toujours en circulation. Mais en aucun cas ceci n’est le résultat d’une vertu quelconque liée à la simple constatation du temps qui passe. Curieuse philosophie de l’histoire que celle qui affirmerait que l’Union Européenne demeurerait pour le moment à l’état de nature, à l’orée d’une civilisation dans laquelle seule la fédération américaine serait pour l’instant entrée, par la stabilité de ses édifices constitutionnels et monétaires.

Plus petit dénominateur européen

Contrairement aux usages rhétoriques qui en sont souvent faits, ces détours américains ne nous apportent aucune certitude sur la nature de l’intégration européenne. Une union monétaire n’est en aucun cas la garantie d’un projet de destinée commun. Elle scelle, pour un temps, une communauté d’intérêts - c’est-à-dire, au fond, un rapport de force -, dont les symboles sont portés très concrètement sur les pièces et les billets émis, pour un temps seulement, par le colloque des souverainetés nationales. Elle est le signe d’une communauté sui generis, qui ne répond pas à une typologie juridique ou économique donnée d’avance. Elle ne s’inscrit pas nécessairement dans un avenir radieux et mérité, qui ne pourrait advenir qu’au terme d’une attente plus ou moins longue, que l’on pourrait déduire de la comparaison d’expériences historiques particulières (nationales ou impériales). Les symboles portés sur les euros montrent à la perfection la difficulté de représenter cette communauté de destin européen, communauté qui n’aurait d’ailleurs pas vocation à se limiter aux seuls pays de la zone euro.

Danemark, Grande-Bretagne et Suède sont ainsi représentés sur la face européenne de l’euro, tout en l’ayant refusé. Les pays nouvellement entrant depuis 2007 n’y figurent pas, alors que certains adopteront bientôt cette monnaie. Dans cette communauté numismatique européenne, seule la face nationale des billets est identifiable. Quant à la face européenne, elle est fantomatique. Refuge d’une abstraction par laquelle chacun pourrait projeter la polysémie de ses sentiments ? Elle pourrait tout autant être le signe de notre incapacité à déterminer une représentation commune d’un plus petit dénominateur européen.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Patriote Européen
- 04/07/2012 - 22:25
Construire un Etat fédéral pour des Européens pluri-millénaires
Notre fédération en structuration s'appelle Union Européenne comme il existe depuis quelques dizaines d'année une Union Indienne.
Europe et Inde partagent le même vieux mais profond héritage indo-européen. Dans chaque cas, une culture commune mais une relative diversité linguistique et une histoire faite de rivalités d'Etats locaux confrontés, par ailleurs, avec la menace de l'altérité proche-orientale et/ou islamique.
Si les Américains nous ont été plus proches (mais 'ils deviennent de plus en plus cosmopolite et de moins en moins européens) les circonstances historiques sont différentes. Seulement l'age d'or américain qui a été celui du melting-pot euro-américain, mais qui depuis s'est perdu dans l'utopie transracialiste a illustré comme contre-exemple l'artificialité des stato-nationalismes de la vieille Europe.
Arny
- 04/07/2012 - 16:12
Maastricht?
On sortait d'une guerre inter-ethnique en ex-Yougoslvie et on nous a demandé si on voulait une économie, une politique et une culture commune. Personnellement j'ai dit non à l'époque. J'ai évolué par la suite en me disant que l'Euro était peut-être finalement une bonne chose mais qu'il ne fallait pas aller plus loin. Maintenant, tout se fait dans la précipitation, on mélange tout et n'importe quoi. On donne de plus en plus de pouvoir à l'Europe dirigée, à peu de chose près, par la France et l'Allemagne, les autres n'ont qu'à suivre. On nous dit que le mélange est bon même si nos langues et nos sensibilités culturelles ne sont pas partagées.
Au lieu de comparer l'Europe avec les US, on ferait mieux de la comparer avec la création de l'état yougoslave parce-que tôt ou tard, à mon humble avis que je partage ici, ça explosera parce-qu'une fois de plus, les dirigeants font les choses sans l'aval de leur peuple.
jean-paul
- 04/07/2012 - 11:10
quand l'english n'est plus la langue d'europe
c'est vrai!