En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 51 min 39 sec
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 1 heure 36 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 3 heures 5 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 3 heures 37 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 4 heures 44 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 5 heures 8 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 5 heures 37 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 5 heures 46 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 6 heures 21 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 7 heures 47 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 1 heure 24 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 2 heures 54 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 3 heures 6 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 4 heures 39 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 4 heures 55 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 5 heures 15 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 5 heures 42 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 5 heures 56 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 7 heures 13 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 8 heures 7 min
Qui sera désigné chef de l'UMP en novembre prochain ?
Qui sera désigné chef de l'UMP en novembre prochain ?
Guerre de succession

UMP : Au-delà des postures, quelles différences idéologiques entre Copé, Fillon et Juppé ?

Publié le 03 juillet 2012
François Fillon a engagé la bataille de l'UMP en annonçant, samedi, sa candidature sur son compte Twitter. L'actuel secrétaire général du parti, Jean-François Copé, préfère attendre, tandis qu'Alain Juppé se pose en recours, et propose «d'élire une équipe collégiale» dont il pourrait faire partie. Derrière les rivalités personnelles, les différences idéologiques entre les trois prétendants paraissent ténues...
Michaël Darmon Josée Pochat et Carole Barjon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michaël Darmon est éditorialiste politique et intervieweur sur la chaîne Itelé.Josée Pochat est journaliste pour l'hebdomadaire Valeurs actuelles.Carole Barjon est rédactrice en chef adjointe à la rubrique Politique, chargée de l’Élysée et de la droite...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Fillon a engagé la bataille de l'UMP en annonçant, samedi, sa candidature sur son compte Twitter. L'actuel secrétaire général du parti, Jean-François Copé, préfère attendre, tandis qu'Alain Juppé se pose en recours, et propose «d'élire une équipe collégiale» dont il pourrait faire partie. Derrière les rivalités personnelles, les différences idéologiques entre les trois prétendants paraissent ténues...

Atlantico : François Fillon est officiellement candidat à la présidence de l'UMP, tandis que Jean-François Copé se prépare et qu'Alain Juppé reste en embuscade. Au-delà des postures et des inimitiés personnelles, y-a-t-il de vraies différences idéologiques entre les candidats ?

Josée Pochat : Il n’y en a aucune. On est dans une guerre de succession, pas dans une bataille d’idées. Sur la gestion économique et sociale du pays, il n' y a pas de différences entre eux.

En 1995, Alain Juppé était l'homme de la rigueur, il avait augmenté la TVA de deux points et voulait réduire les déficits pour que la France rentre dans l'euro.

En 2007, François Fillon a déclaré qu'il était à la tête d'un État en faillite. Jean-François Copé, lorsqu'il était ministre du Budget avait refusé fermement le passage de la TVA à 5,5 % dans la restauration, en considérant que cela n'était pas raisonnable étant donné l'état des finances publiques.

Alain Juppé, François Fillon et Jean-François Copé sont tous les trois libéraux et favorables à une politique de rigueur.

Carole Barjon : Il y a très peu de différence entre les trois. Cela se joue sur des nuances. Jean-François Copé est plus franchement libéral qu'Alain Juppé, qui a été nourri au lait gaulliste du RPR. Ils ne sont pas de la même génération. Toutefois, Alain Juppé était une sorte d'éclaireur au RPR, puisqu'il était plus européen et moins colbertiste que la plupart des membres traditionnels du parti gaulliste.

A la base, François Fillon, ancien "séguiniste", était le moins européen des trois. Dans sa formation initiale, il est le plus souverainiste. Il a voté "non" au traité de Maastricht. Néanmoins, il a beaucoup évolué sur ce point. Il cultive son image de gaulliste social. Mais en réalité, François Fillon n'était pas d'accord avec Philippe Séguin sur tout. Il a toujours été beaucoup plus libéral que Séguin. Dès 1995, il était à l'origine de la privatisation de France Télécom.

Finalement, sur le fond, les différences entre les trois prétendants sont assez infimes.

Michaël Darmon : Tous les trois sont des candidats de droite. Il y a des nuances, mais pas de différences fondamentales. François Fillon et Alain Juppé ont une fibre sociale tandis que Jean-François Copé est plus libéral. François Fillon tente désormais d'adopter une posture néo-gaulliste. Dans le JDD, il pose avec une photo du Général de Gaulle derrière lui. C'est surtout une manière de se démarquer de Nicolas Sarkozy. 

Les trois hommes semblent toutefois diverger quant à l'attitude à adopter face au Front national...

Josée Pochat : Il y a des différences de façade. Jean-François Copé semble plus à droite et plus ouvert à un rapprochement avec le Front national. Mais cela n'est pas si clair. Il ne veut pas se déporter trop à droite. Le jour du vote, il devra apparaître comme suffisamment rassembleur.

Par ailleurs, historiquement, il n'a jamais été très favorable à des alliances avec le Front national. En 1997, il a perdu son siège de député de Meaux dans une triangulaire avec le FN.

Carole Barjon : Sur ce point, François Fillon est une sorte de point médian entre Alain Juppé et Jean- François Copé. Ils ont tous approuvé la stratégie du "ni, ni". Mais Alain Juppé apparaît comme le plus intransigeant. François Fillon a également donné des signes en faveur du front républicain. Jean-François Copé est plus souple, notamment sur le plan local, même si on ne peut pas le soupçonner de vouloir faire des alliances avec le FN sur le plan national.

Michaël Darmon : Jean-François Copé n'est pas aussi ferme qu'Alain Juppé ou François Fillon sur les rapprochements locaux avec le FN. Lorsque Roland Chassain s'est désisté en faveur du candidat FN entre les deux tours des législatives, Jean-François Copé a officiellement condamné, mais a tardé avant de prendre une sanction disciplinaire. Il a fallu que François Fillon fasse pression pour que l'exclusion de Roland Chassain soit prononcée. L'attitude à adopter face au FN sera sans doute au cœur des débats pour l'élection du nouveau président de l'UMP.

Dans la course à la présidence de l'UMP, quels sont les atouts et les handicaps de chacun d'entre eux ?

Josée Pochat : Jean-François Copé, qui s’est toujours positionné comme candidat en 2017, a des atouts et des handicaps. Il tient  l’appareil de l’UMP et cultive ses réseaux depuis des années. Il a récupéré tous les déçus du Sarkozysme et même réussi l'exploit de rassembler autour de lui des gens qui se détestent comme Brice Hortefeux et Rachida Dati.

Son principal handicap reste sa faible cote de popularité auprès des Français et même des sympathisants de droite. Jean-François Copé a un problème d'image. Il n'est pas aimé. Les gens le trouvent trop carriériste, trop dur.

François Fillon est plus modéré, plus rassembleur. Mais il a aussi les défauts de ses qualités. Il donne le sentiment qu'il n'a pas la "niaque". On peut se demander : "Jusqu'où ira-t-il au combat ?"

Lors de la première élection de Christian Jacob comme président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Jean-François Copé a appelé très clairement à voter Christian Jacob. Dans le même temps, François Fillon soutenait de manière souterraine la candidature de Jean Leonetti. C'était tellement souterrain que personne ne s'en est rendu compte. Il s'est déroulé la même chose, il y a quelques jours lors de ré-élection de Christian Jacob. François Fillon hésite à prendre ses responsabilités. Ce n'est pas un guerrier, pas un chef de clan qui va au combat.

Si Jean-François Copé sent que François Fillon peut lui rafler la mise, il pourrait rallier Alain Juppé plutôt que de laisser le parti à l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy. Alain Juppé pourrait être "le plan B" de Jean-François Copé. C'est peut-être d'ailleurs sa principale chance. Pour l'instant Alain Juppé est en retard. Il apparaît comme l'homme du passé, celui qui n'a pas osé aller aux législatives. A l'UMP, on ne se gène pas pour le dire dans les couloirs.

Carole Barjon : Jean-François Copé est plus agressif, plus guerrier, plus bagarreur.

François Fillon avance sans bruit, mais tout de même à grands pas. On vient d'en avoir le preuve avec sa déclaration de candidature. Il est plus déterminé qu'on ne pouvait l'imaginer. Il a souvent fait le choix de la prudence ou du conformisme. En 1995, il a rallié Édouard Balladur alors que Philippe Séguin avait choisi Jacques Chirac. Mais on oublie ce qu'il a vécu comme Premier ministre de Nicolas Sarkozy, au moins les deux premières années. Il a été humilié et il a tenu. On peut penser que cette période difficile à forgé son caractère.

Alain Juppé a l'avantage d'être respecté et d'avoir une stature d'homme d'État. Mais il ne cultive pas ses réseaux et reste assez raide, assez rigide. Actuellement, il a un peu de mal à trouver son espace politique. Il incarne le passé au yeux des militants. 

Michaël Darmon : Pour l'instant, la situation est trop confuse pour qu'un favori se dégage vraiment. Nous sommes encore dans les affres habituelles de l'après défaite. Les turbulences ne font que commencer. L’initiative "casque bleu" d'Alain Juppé ne fait qu'ajouter à la confusion de la situation.

Il y a des différences de tempérament. Jean-François Copé se montre toujours plus combatif et offensif, un peu sur le modèle Sarkozy, tandis que François Fillon est plus introverti, plus posé. L'élection pourrait se jouer sur "les votes affectifs". Jean-François Copé contrôle l'appareil, mais n'a peut-être pas "l'affectif" des militants. A l'inverse, François Fillon peut compter sur son "aura" et sur l'attachement des militants, mais ne possède pas l'appareil.

A mon avis, Alain Juppé ne pèsera pas dans le débat. Il s'est exprimé trop tard et est, aujourd'hui, en session de rattrapage. La manière incompréhensible dont il présente les choses montre un vrai souci de stratégie politique. Mais ce n'est pas comme cela qu'on parvient à séduire les gens. Il ne suffit pas de savoir parler aux médias. Il faut savoir parler aux militants politiques. Si les discours ne sont pas clairs, les militants se détourneront. S'il veut être candidat, qu'il le dise simplement. L'ambition politique n'est pas un crime.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Le Libertarien
- 03/07/2012 - 23:52
Libéraux?
La bonne blague!
Ils sont tous plus interventionnistes les uns que les autres, à gauche comme à droite.
Le seul à peu prêt libéral est Madelain et on sait où il en est, malheureusement!
Teo1492
- 03/07/2012 - 23:14
Aucun conflit idéologique : tous anti-gaullistes !!
Fillon, Copé et Juppé sont tous :
- libéraux sur le plan économique (avec des toutes petites nuances) ;
- fédéraliste : ils soutiennent tous la construction européenne actuelle avec le renforcement d'institutions supranationales (que méprisait tant le Général de Gaulle)
- favorables à l'ingérence dans les relations internationales (Libye, Syrie etc).
En vérité leur point commun est bien l'anti-gaullisme !
LeditGaga
- 03/07/2012 - 13:28
Erreur de casting !
N'importe lequel de ces trois gugusses permettra la reconduite de Normal 1er à son poste ! L'UMP devrait copier (et non Copé !) sur le PS qui a choisi un "petit jeune" inexpérimenté comme challenger et qui, on l'a vu, a fini par gagner, faute d'adversité ! Fions (et non Fillon !)-nous à la sagacité du Peuple français pour choisir un représentant compétent même si l'on sait que ça ne va pas être simple, celui-ci étant pour l'instant totalement inconnu du public !
@Jésus... bien vu les Compagnons de la chanson, les clowns de la photo leur ressemblant étonnamment !
Allez, vive la Droite et, donc, vive Marine.!