En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 3 heures 42 min
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 5 heures 33 min
pépites > Politique
Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI
Election présidentielle : Marine Le Pen confirme son "envie d'être candidate" en 2022
il y a 7 heures 45 min
pépites > Justice
Dénonciation calomnieuse
Alexandre Benalla a déposé une plainte contre l'association Anticor
il y a 9 heures 16 min
pépites > Politique
Voix sociale et républicaine
Des élus PS et des soutiens d'Emmanuel Macron signent une tribune en faveur de la création d'un "pôle de gauche" dans la majorité
il y a 10 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Le dernier hiver du Cid" de Jérôme Garcin : le chagrin et la piété

il y a 11 heures 48 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
La Nasa a dévoilé les combinaisons des astronautes qui marcheront sur la Lune ; Le système planétaire le plus proche de nous a des propriétés étranges
il y a 12 heures 58 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L'amélioration des conditions de travail de la police passera par la restauration de l'autorité de l'Etat et par une modernisation en profondeur

il y a 13 heures 38 sec
décryptage > Finance
Monnaies

Facebook : comment le Libra pourrait bien changer le dollar

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Société
Transmission

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

il y a 14 heures 34 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 5 heures 14 min
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 6 heures 2 min
pépites > Politique
Neutralité religieuse
Elections municipales : Bruno Retailleau propose un projet de loi pour interdire les "listes communautaristes"
il y a 8 heures 38 min
pépite vidéo > Europe
Avenir du Royaume-Uni
Brexit : Boris Johnson se résigne à demander un nouveau report
il y a 9 heures 55 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Société
Culpabilisation à grande échelle

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

il y a 12 heures 54 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

il y a 12 heures 59 min
rendez-vous > Science
Atlantico Green
Les recherches prometteuses de chimistes japonais sur de nouveaux matériaux plastiques qui permettent de fixer le CO2
il y a 13 heures 2 min
décryptage > Europe
Bras de fer politique

Jusqu’à quand une poignée de parlementaires britanniques s’opposera-t-elle à l’inéluctable - le Brexit ?

il y a 14 heures 18 min
pépites > International
Cessez-le-feu
Recep Tayyip Erdogan menace les combattants kurdes en cas de non-respect de l’accord
il y a 1 jour 3 heures
La Cour des comptes doit remettre au Premier ministre Jean-Marc Ayrault un rapport sur les finances publiques de la France.
La Cour des comptes doit remettre au Premier ministre Jean-Marc Ayrault un rapport sur les finances publiques de la France.
Cause toujours

Lettre morte : Ces recommandations récurrentes de la Cour des comptes restées sans suite depuis des années

Publié le 02 juillet 2012
La Cour des comptes doit publier ce lundi son audit des finances publiques de la France. D'année en année, on y retrouve des constantes, des préconisations qui reviennent sans cesse. Ces rapports n'ont-ils que peu ou pas d'effet sur la politique économique menée en France ?
Samuel-Frédéric Servière est diplômé en Histoire, en Droit des affaires mention fiscalité et de l’IEP de Paris.Il a occupé les fonctions d’assistant parlementaire à l’Assemblée Nationale en 2007 avant de rejoindre l’équipe de l’iFRAP en 2008.    
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Samuel-Frédéric Servière
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Samuel-Frédéric Servière est diplômé en Histoire, en Droit des affaires mention fiscalité et de l’IEP de Paris.Il a occupé les fonctions d’assistant parlementaire à l’Assemblée Nationale en 2007 avant de rejoindre l’équipe de l’iFRAP en 2008.    
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Cour des comptes doit publier ce lundi son audit des finances publiques de la France. D'année en année, on y retrouve des constantes, des préconisations qui reviennent sans cesse. Ces rapports n'ont-ils que peu ou pas d'effet sur la politique économique menée en France ?

La Cour des comptes est non seulement une juridiction financière chargée d’un contrôle de régularité des actes passés par les comptables publics et les ordonnateurs, mais aussi de la certification des comptes de l’Etat et du contrôle des politiques publiques. Dans cette dernière fonction, elle joue un triple rôle : elle peut procéder à des recommandations en direction des administrations, des collectivités ou des organismes contrôlés ; elle peut procéder à des enquêtes à la demande des ministres comme des parlementaires (article 47-2 de la Constitution). De son propre avis, « la demande [de la collectivité en matière d’évaluation ndlr] est (…) parfaitement compréhensible et justifiée dès lors qu’elle intervient au nom des contribuables et qu’elle s’inscrit dans le mouvement général de la réforme de l’Etat. » (1)

Mais les politiques publiques sur lesquelles les recommandations de la Cour des comptes n’ont que peu d’emprise sont nombreuses : politique immobilière de l’Etat, sociétés d’économies mixtes locales, contrôle des finances des collectivités locales et de leur endettement, Banque de France, financement des infrastructures de transport, contrôle aérien, ports autonomes… Tous domaines dans lesquels l’autonomie des institutions responsables des politiques publiques contrôlées est importante ou ceux où le dialogue social est particulièrement délicat. Sur ces sujets, les rapports de la Cour se suivent et ont tendance à se ressembler. Et certains organismes restent toujours en dehors du périmètre d’évaluation et la Cour ne peut formuler à leur endroit aucune recommandation : l’Assemblée nationale et le Sénat par exemple (contrairement à l’Elysée).

Cela dit, depuis 2008, la Cour des comptes, notamment sous l’impulsion de son ancien président, Philippe Séguin, à cherché à mesurer la performance de ses recommandations (2) et les suites qui leurs sont données par les administrations destinataires. C’est un mouvement qu’il convient de saluer. Cet indicateur montre une proportion de suivi des recommandations de la Cour assorti de réformes de 72,5% sur 772 recommandations recensées en 2011 sur les trois exercices précédents.  

Cependant, certains éléments viennent tempérer ce bilan positif :

  • Les statistiques sont insuffisamment suivies dans le temps : en 2008 et 2009, la Cour communiquait sur l’acceptation de ses recommandations par ses destinataires. On y relevait par exemple que les objections fortes croissaient de 8,14 % points et les recommandations laissées purement et simplement sans réponse représentaient entre 23 et 25% des recommandations.

  • A partir de 2010, on ne connaît plus le nombre de recommandations laissées sans réponse ou suscitant de fortes résistances et le nombre de réformes partielles explose. On note à partir de 2011 une explosion des « réformes partielles » qui représentent 65,7% des réformes engagées sur base des préconisations de la Cour.

  • Les réformes ne sont pas individualisées dans le rapport de suivi : il n’existe pas de tableau rattachant précisément les recommandations suivies aux réformes concrètes engagées. Les chiffres ne permettent donc pas de savoir si ce sont les recommandations les plus importantes qui sont suivies d’effet.

Ensuite, il existe un véritable paradoxe : dès lors que la Cour des comptes intervient à la demande du Parlement (commissions des finances ou des affaires sociales, CEC (comité d’évaluation et de contrôle), MEC et MECSS (missions d’évaluation et de contrôle de l’Etat et de la sécurité sociale)), ses recommandations ne sont pas recensées et les résultats non évalués (3). Or ces travaux sont nombreux et nourris et ne donnent pas forcément lieu à publication (4). Cela est à déplorer car c’est justement dans cette relation Cour des comptes - Parlement que les recommandations de la Cour en matière de chiffrage et de réformes pourraient se faire plus précise et avoir des résultats directs par l’intervention du législateur. La Fondation iFRAP s’est d’ailleurs prononcé maintes fois pour une meilleure collaboration entre la Cour des comptes et le Parlement en matière d’évaluation active des politiques publiques (contrôle, évaluation, préconisation de réforme, vote au parlement) dans la lignée de ce qui existe dans les grandes démocraties anglo-saxonnes et scandinaves. En effet, une approche de type « value for money » adoptée par les institutions comparables notamment anglo-saxonnes permettrait de lier les recommandations de la Cour des comptes à leurs effets potentiels sur les finances publiques.

A ce stade, on assiste à l’invraisemblance suivante : lorsque les recommandations sont formulées, elles ne sont pas assorties des diagnostics financiers susceptibles d’évaluer leurs effets sur les finances publiques, et lorsque les diagnostics sont produits à la demande du Parlement, ils ne sont pas assortis de recommandations concrètes. Seule la mise en place progressive d’une véritable cellule d’évaluation au sein de la Cour (en poursuivant la réforme des « métiers » voulue par Philipe Séguin) et sa mise à disposition en tant qu’organisme de chiffrage au bénéfice du Parlement pourrait permettre que les rapports de la Cour des comptes aient un véritable impact notamment en matière de rééquilibrage des finances publiques. En la matière, malgré de nombreux rapports publiés ces dernières années préconisant, par exemple, le gel des salaires des agents de l’Etat et la baisse du pourcentage de rétrocession aux administrations, les dépenses de personnels de l’Etat n’ont pas baissé.


(1)Cour des comptes, RPA 2009 tome II p.6

(2) Inséré dans le rapport annuel de performance  « juridictions financières » de l’année 2009.
(3)La Cour précisant : « Les contrôles réalisés à la demande du Parlement ne donnent pas lieu à formulation de recommandations, c’est au Parlement qu’il appartient de définir les suites à donner à ces travaux. » Pas de recommandations, pas de suivi statistique de ses constatations par la Cour.
(4) Ainsi les rapports périodiques sur la gestion de certains organismes (Caisse des dépôts, Française des jeux) ou opérateurs (VNF etc…) ne sont jamais communiqués au public.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
quesako
- 02/07/2012 - 20:52
Honte ! la Cour des Comptes n'a pas planté la droite !
Il faut que que l'excité ordurier Moscovici était au courant pour prendre un coup de sang à la télévision contre F. Fillon et V. Pécresse !
Le rapport ils s'en "torchent" ! seul leur dogmatisme compte.
Augmentation de la TVA : donner raison à Sarkozy ? NON PLUTÔT ENVOYER LA FRANCE DANS LE MUR !
Ne pas augmenter les impôts NON il faut faire RENDRE GORGE à la France qui travaille et gagne plus de 2 fois le Smig : ils sont RICHES
Ne pas diminuer le nombre de fonctionnaires : NON ils sont TOUS FONCTIONNAIRES ou assistés !
Et quand avec ses non-mesures les intérêts de la dette vont augmenter : on enverra Montebourg ?
ladyactu
- 02/07/2012 - 17:40
Recommandations perpétuelles
Le gouvernement de F.Hollande ne peut que suivre les conseils du 1er président de la cour des cptes,c'est un socialiste!-L'austérité le mot qu'il refusait de prononcer au gouvernement,c'est bien l'austérité à laquelle il faudrait faire face!-Le changement c'est maintenant!
alankin
- 02/07/2012 - 13:24
ça fait 30 ans que ça dure
ce sont les marchés qui nous pressent d'agir, de nous mêmes pour le faire nous sommes bcp trop bêtes.