En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
La Cour des comptes doit remettre au Premier ministre Jean-Marc Ayrault un rapport sur les finances publiques de la France.
Cause toujours
Lettre morte : Ces recommandations récurrentes de la Cour des comptes restées sans suite depuis des années
Publié le 02 juillet 2012
La Cour des comptes doit publier ce lundi son audit des finances publiques de la France. D'année en année, on y retrouve des constantes, des préconisations qui reviennent sans cesse. Ces rapports n'ont-ils que peu ou pas d'effet sur la politique économique menée en France ?
Samuel-Frédéric Servière est diplômé en Histoire, en Droit des affaires mention fiscalité et de l’IEP de Paris.Il a occupé les fonctions d’assistant parlementaire à l’Assemblée Nationale en 2007 avant de rejoindre l’équipe de l’iFRAP en 2008.    
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Samuel-Frédéric Servière
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Samuel-Frédéric Servière est diplômé en Histoire, en Droit des affaires mention fiscalité et de l’IEP de Paris.Il a occupé les fonctions d’assistant parlementaire à l’Assemblée Nationale en 2007 avant de rejoindre l’équipe de l’iFRAP en 2008.    
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Cour des comptes doit publier ce lundi son audit des finances publiques de la France. D'année en année, on y retrouve des constantes, des préconisations qui reviennent sans cesse. Ces rapports n'ont-ils que peu ou pas d'effet sur la politique économique menée en France ?

La Cour des comptes est non seulement une juridiction financière chargée d’un contrôle de régularité des actes passés par les comptables publics et les ordonnateurs, mais aussi de la certification des comptes de l’Etat et du contrôle des politiques publiques. Dans cette dernière fonction, elle joue un triple rôle : elle peut procéder à des recommandations en direction des administrations, des collectivités ou des organismes contrôlés ; elle peut procéder à des enquêtes à la demande des ministres comme des parlementaires (article 47-2 de la Constitution). De son propre avis, « la demande [de la collectivité en matière d’évaluation ndlr] est (…) parfaitement compréhensible et justifiée dès lors qu’elle intervient au nom des contribuables et qu’elle s’inscrit dans le mouvement général de la réforme de l’Etat. » (1)

Mais les politiques publiques sur lesquelles les recommandations de la Cour des comptes n’ont que peu d’emprise sont nombreuses : politique immobilière de l’Etat, sociétés d’économies mixtes locales, contrôle des finances des collectivités locales et de leur endettement, Banque de France, financement des infrastructures de transport, contrôle aérien, ports autonomes… Tous domaines dans lesquels l’autonomie des institutions responsables des politiques publiques contrôlées est importante ou ceux où le dialogue social est particulièrement délicat. Sur ces sujets, les rapports de la Cour se suivent et ont tendance à se ressembler. Et certains organismes restent toujours en dehors du périmètre d’évaluation et la Cour ne peut formuler à leur endroit aucune recommandation : l’Assemblée nationale et le Sénat par exemple (contrairement à l’Elysée).

Cela dit, depuis 2008, la Cour des comptes, notamment sous l’impulsion de son ancien président, Philippe Séguin, à cherché à mesurer la performance de ses recommandations (2) et les suites qui leurs sont données par les administrations destinataires. C’est un mouvement qu’il convient de saluer. Cet indicateur montre une proportion de suivi des recommandations de la Cour assorti de réformes de 72,5% sur 772 recommandations recensées en 2011 sur les trois exercices précédents.  

Cependant, certains éléments viennent tempérer ce bilan positif :

  • Les statistiques sont insuffisamment suivies dans le temps : en 2008 et 2009, la Cour communiquait sur l’acceptation de ses recommandations par ses destinataires. On y relevait par exemple que les objections fortes croissaient de 8,14 % points et les recommandations laissées purement et simplement sans réponse représentaient entre 23 et 25% des recommandations.

  • A partir de 2010, on ne connaît plus le nombre de recommandations laissées sans réponse ou suscitant de fortes résistances et le nombre de réformes partielles explose. On note à partir de 2011 une explosion des « réformes partielles » qui représentent 65,7% des réformes engagées sur base des préconisations de la Cour.

  • Les réformes ne sont pas individualisées dans le rapport de suivi : il n’existe pas de tableau rattachant précisément les recommandations suivies aux réformes concrètes engagées. Les chiffres ne permettent donc pas de savoir si ce sont les recommandations les plus importantes qui sont suivies d’effet.

Ensuite, il existe un véritable paradoxe : dès lors que la Cour des comptes intervient à la demande du Parlement (commissions des finances ou des affaires sociales, CEC (comité d’évaluation et de contrôle), MEC et MECSS (missions d’évaluation et de contrôle de l’Etat et de la sécurité sociale)), ses recommandations ne sont pas recensées et les résultats non évalués (3). Or ces travaux sont nombreux et nourris et ne donnent pas forcément lieu à publication (4). Cela est à déplorer car c’est justement dans cette relation Cour des comptes - Parlement que les recommandations de la Cour en matière de chiffrage et de réformes pourraient se faire plus précise et avoir des résultats directs par l’intervention du législateur. La Fondation iFRAP s’est d’ailleurs prononcé maintes fois pour une meilleure collaboration entre la Cour des comptes et le Parlement en matière d’évaluation active des politiques publiques (contrôle, évaluation, préconisation de réforme, vote au parlement) dans la lignée de ce qui existe dans les grandes démocraties anglo-saxonnes et scandinaves. En effet, une approche de type « value for money » adoptée par les institutions comparables notamment anglo-saxonnes permettrait de lier les recommandations de la Cour des comptes à leurs effets potentiels sur les finances publiques.

A ce stade, on assiste à l’invraisemblance suivante : lorsque les recommandations sont formulées, elles ne sont pas assorties des diagnostics financiers susceptibles d’évaluer leurs effets sur les finances publiques, et lorsque les diagnostics sont produits à la demande du Parlement, ils ne sont pas assortis de recommandations concrètes. Seule la mise en place progressive d’une véritable cellule d’évaluation au sein de la Cour (en poursuivant la réforme des « métiers » voulue par Philipe Séguin) et sa mise à disposition en tant qu’organisme de chiffrage au bénéfice du Parlement pourrait permettre que les rapports de la Cour des comptes aient un véritable impact notamment en matière de rééquilibrage des finances publiques. En la matière, malgré de nombreux rapports publiés ces dernières années préconisant, par exemple, le gel des salaires des agents de l’Etat et la baisse du pourcentage de rétrocession aux administrations, les dépenses de personnels de l’Etat n’ont pas baissé.


(1)Cour des comptes, RPA 2009 tome II p.6

(2) Inséré dans le rapport annuel de performance  « juridictions financières » de l’année 2009.
(3)La Cour précisant : « Les contrôles réalisés à la demande du Parlement ne donnent pas lieu à formulation de recommandations, c’est au Parlement qu’il appartient de définir les suites à donner à ces travaux. » Pas de recommandations, pas de suivi statistique de ses constatations par la Cour.
(4) Ainsi les rapports périodiques sur la gestion de certains organismes (Caisse des dépôts, Française des jeux) ou opérateurs (VNF etc…) ne sont jamais communiqués au public.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
06.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
quesako
- 02/07/2012 - 20:52
Honte ! la Cour des Comptes n'a pas planté la droite !
Il faut que que l'excité ordurier Moscovici était au courant pour prendre un coup de sang à la télévision contre F. Fillon et V. Pécresse !
Le rapport ils s'en "torchent" ! seul leur dogmatisme compte.
Augmentation de la TVA : donner raison à Sarkozy ? NON PLUTÔT ENVOYER LA FRANCE DANS LE MUR !
Ne pas augmenter les impôts NON il faut faire RENDRE GORGE à la France qui travaille et gagne plus de 2 fois le Smig : ils sont RICHES
Ne pas diminuer le nombre de fonctionnaires : NON ils sont TOUS FONCTIONNAIRES ou assistés !
Et quand avec ses non-mesures les intérêts de la dette vont augmenter : on enverra Montebourg ?
ladyactu
- 02/07/2012 - 17:40
Recommandations perpétuelles
Le gouvernement de F.Hollande ne peut que suivre les conseils du 1er président de la cour des cptes,c'est un socialiste!-L'austérité le mot qu'il refusait de prononcer au gouvernement,c'est bien l'austérité à laquelle il faudrait faire face!-Le changement c'est maintenant!
alankin
- 02/07/2012 - 13:24
ça fait 30 ans que ça dure
ce sont les marchés qui nous pressent d'agir, de nous mêmes pour le faire nous sommes bcp trop bêtes.