En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 2 heures 1 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 3 heures 21 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 4 heures 36 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 5 heures 13 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 7 heures 32 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 9 heures 1 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 9 heures 41 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 9 heures 43 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 9 heures 43 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 2 heures 47 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 3 heures 56 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 5 heures 3 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 6 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 8 heures 10 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 8 heures 33 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 9 heures 43 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 9 heures 44 min
Vox populi

Droite populaire... gauche populaire... mais de quel peuple parle-t-on ?

Publié le 30 juin 2012
Membre du mouvement la "Droite populaire", le député Lionnel Luca a dénoncé cette semaine "l'élimination" des députés appartenant à ce collectif des instances du groupe UMP à l'Assemblée nationale. A l'opposé, la "gauche populaire" lancée par plusieurs intellectuels reproche à une certaine gauche de délaisser les classes populaires. Interview croisée de Thierry Mariani (membre de la Droite populaire) et Gaël Brustier (Gauche populaire).
Gaël Brustier est chercheur en sciences humaines (sociologie, science politique, histoire).Avec son camarade Jean-Philippe Huelin, il s’emploie à saisir et à décrire les transformations politiques actuelles. Tous deux développent depuis plusieurs années...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gaël Brustier et Thierry Mariani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gaël Brustier est chercheur en sciences humaines (sociologie, science politique, histoire).Avec son camarade Jean-Philippe Huelin, il s’emploie à saisir et à décrire les transformations politiques actuelles. Tous deux développent depuis plusieurs années...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Membre du mouvement la "Droite populaire", le député Lionnel Luca a dénoncé cette semaine "l'élimination" des députés appartenant à ce collectif des instances du groupe UMP à l'Assemblée nationale. A l'opposé, la "gauche populaire" lancée par plusieurs intellectuels reproche à une certaine gauche de délaisser les classes populaires. Interview croisée de Thierry Mariani (membre de la Droite populaire) et Gaël Brustier (Gauche populaire).

Atlantico : Après la « droite populaire », des intellectuels de gauche ont lancé en début d’année la « gauche populaire ». Quelles sont les principales différences et points de convergence entre ces deux mouvements ? 

Gaël Brustier (Gauche populaire) La droite populaire est à Patrick Buisson ce qu'une fanfare bavaroise est au festival de Bayreuth. Ce groupe est mu par des stratégies de court terme, à des fins de sauvetage électoral, plus que par la volonté de redéfinir l'imaginaire collectif du pays : en effet, la droite populaire est née au sein du groupe UMP parmi quelques dizaines de députés qui étaient alors confrontés à des situations difficiles de concurrence avec le Front national. Il existe donc une différence de nature entre les deux groupes. La gauche populaire est plutôt composée de chercheurs, d'intellectuels, d'anciens cadres de partis politiques de gauche qui ont une lecture de la société qui les poussent à penser le combat culturel comme une priorité, avec comme ambition la reconquête de l'électorat populaire. Le terme "populaire" est passé à droite. Une série de livres, notamment Le sens du peuple de Laurent Bouvet, diagnostiquent l'éloignement de la gauche officielle des classes populaires. Notre travail n'est pas d'entériner les paniques morales du pays, mais d'y apporter des réponses. Notre objectif est donc de ramener les classes populaires à gauche en forgeant un imaginaire alternatif à celui de la droite. Nos valeurs sont les mêmes que celle de la gauche traditionnelle : celle de la République, le socialisme démocratique français. Nous sommes donc dans la grande tradition intellectuelle de Jean Jaurès ou Lucien Herr.

Thierry Mariani (Droite populaire) : Il y a eu un véritable enthousiasme pendant l’élection de 2007, tant du côté de Nicolas Sarkozy que de celui de Ségolène Royal. Mais l’élection de 2012 n’a pas été une élection populaire. La victoire de François Hollande est une victoire par défaut. La gauche doit donc se trouver un deuxième souffle, ce qui peut expliquer la constitution de la "gauche populaire". De plus, le discours de François Hollande s’adresse essentiellement à une clientèle électorale particulière - les fonctionnaires, les enseignants, etc. - mais pas au peuple dans son intégralité. Les commerçants, les artisans ou les agriculteurs étaient complètement oubliés de ses discours de campagne. Nos valeurs ? Un certain attachement au mérite, à la valeur travail, à dire que l’on a plus besoin d’effort que d’assistanat. Mais aussi avoir une politique qui n’a pas peur de faire preuve de fermeté.

A quoi fait référence le terme “populaire” de votre mouvement : qu’est-ce que ce “peuple” désormais brandi en étendard ?


Gaël Brustier (Gauche populaire) : Quand nous parlons du "peuple", nous visons le peuple dans son ensemble. Nous ne considérons pas que la vie politique est un marché composé de différents segments. Il y a un "commun" en France qui transcende toutes les appartenances quelles qu'elles soient. Le peuple comprend donc les ouvriers et les employés, qui représentent la majorité sociologique du pays mais qui sont massivement moins engagés à gauche qu'il y a quelques années. Il faut s'adresser à la totalité du pays pour avoir une majorité sociologique stable.

Thierry Mariani  (droite populaire) : La droite populaire s’adresse à la “France qui se lève tôt”, à cette France qui travaille dur et qui a l’impression d’être assaillie par les charges sociales. Elle parle aussi à cette France qui est attachée au drapeau, qui se sent humiliée, par exemple, quand elle voit le comportement de l’équipe de France de football. C’est sans conteste un peuple qui n’a pas la même idée de la France qu’une partie de la gauche.

Le "P" de populaire est déjà présent dans "UMP" (Union pour un mouvement populaire). Pourquoi avoir éprouvé le besoin de le reprendre ?

Thierry Mariani (Droite populaire) : Nous avons repris le "P" de populaire, mais nous y avons surtout ajouté le mot « droite » qui était un semi gros mot et qui le reste encore aujourd’hui. Je note d’ailleurs un paradoxe lié aux résultats des législatives : l’électorat de droite n’a jamais été aussi à droite et les élus de droite n’ont jamais été autant au centre. En fait, les électeurs de droite se sont sentis quelque peu floués : ils avaient élu Nicolas Sarkozy sur son discours de 2007 et ils ne l’ont pas toujours retrouvé dans les actes durant la présidence. Des membres de la majorité ont souvent joué aux « vierges effarouchée », notamment à l’occasion du discours de Grenoble. Aujourd’hui encore, les polémiques sur l’autocritique de la stratégie de campagne suivie par Nicolas Sarkozy sont totalement déplacées. Je fais partie de ceux qui pensent que si nous n’avions pas suivi la ligne Buisson, nous n’aurions peut-être même pas été au second tour. Malgré la défaite, le faible écart obtenu entre Nicolas Sarkozy et François Hollande montre qu’il s’agit d’un des meilleurs résultats en Europe pour un gouvernement sortant. Nous avons donc lancé ce courant pour dire qu’il y avait une droite à l’UMP, une droite proche du peuple, une droite de bon sens !

Compte tenu de son succès auprès des classes populaires, le vrai parti « populaire » n’est-il pas le Front national ?

Thierry Mariani (Droite populaire) : Le Front national a aujourd’hui une vraie base populaire, on ne peut pas le nier.  Néanmoins, en s’adressant au peuple, il propose, surtout en matière économique, des solutions totalement irréalisables. Si le programme du Front national était appliqué, on se retrouverait dans la même situation que la Grèce. Mais le succès du FN s’explique sans doute par une déception vis-à-vis des partis politiques classiques, UMP et PS notamment. Il y a eu un manque d’enthousiasme pour le PS qui s’adresse particulièrement à certaines catégories de la population. D’autre part, il y a eu une déception de la droite, qui a un bilan qui n’était pas mauvais mais qui n’a pas pu résister à la crise. 

Gaël Brustier (Gauche populaire) : Le Front national parvient à subvertir le besoin "commun", celui de “nation” ou de “vivre ensemble” par un discours transformant la quête de frontières des classes populaires en des termes identitaires. Ils tiennent un discours de priorité nationale et xénophobe parce qu'il n'y a pas d'imaginaire de gauche républicain suffisamment fort pour y faire face. Ils s'engouffrent par les brèches ouvertes par la gauche elle-même lorsqu'elle défend le multiculturalisme et une vision identitaire de la société en ramenant le citoyen à des identités qui relèvent largement du fantasme. Le Front national mène donc une politique du bouc-émissaire visant à fracturer la France en plusieurs catégories. De son côté, la droite favorise depuis quelques années un discours identitaire assez fort. Mais Jean-François Copé ou François Fillon sont favorables au libre échange ou à l'intégration européenne là où le Front national pousse la logique sarkozyste jusqu'au bout en évoquant des frontières étanches. Cette logique séduit davantage les classes populaires. En vérité, le fond du problème est l'imaginaire collectif du pays qui domine la France depuis trente ans : l'occidentalisme, c'est à dire la peur du déclin de l'Occident. La France est mue par la peur de son propre déclin. La gauche doit imaginer une alternative à cette idéologie : cela nécessite un gros travail culturel.

N’êtes-vous pas plus populiste que populaire ?

Thierry Mariani (Droite populaire) : Je ne sais pas vraiment ce que signifie ce terme. C’est devenu un gros mot mais comme disait Philippe Muray : « C’est le mot favori de la gauche quand le peuple lui échappe ». Nous n’avons pas une stratégie populiste. Nous allons lancer une initiative, à l’occasion des deux ans du collectif, le 14 juillet prochain, pour montrer qu’il existe un vrai socle idéologique au sein de la droite populaire en dehors des sujets où on nous attend habituellement comme la sécurité, la justice, la police. Pour répondre à votre question, quand le peuple donne raison à la gauche c’est populaire, quand il donne raison à la droite c’est populiste. Cela fait partie de cette guerre verbale gagnée en permanence par la gauche ou plutôt perdue en permanence par la droite. La gauche a toujours réussi à imposer son vocabulaire avec les connotations qu’elle choisit. 

Gaël Brustier (Gauche populaire) : J'aime beaucoup l'expression de Laurent Bouvet lorsqu'il dit qu'il faut "dialectiser le populisme" : les milieux populaires ne doivent pas être parés de toutes les vertus, mais ils ne doivent pas non plus être pointés du doigt.  

Vous reconnaissez-vous dans le Tea Party américain, qui se pose lui aussi comme un mouvement populaire?

Thierry Mariani  (droite populaire) : Nous partageons certains principes comme le travail, le refus de l’assistanat… Mais il y a une forte connotation religieuse dans ce mouvement qui n'existe pas dans le nôtre. Nous sommes profondément attachés à la laïcité, quelle que soit notre religion. La principale différence est là.

Gaël Brustier (Gauche populaire) : Le Tea Party est une droite recomposée en réaction à la crise. Ce ne sont pas des prolétaires mais plutôt des classes moyennes inférieures composées de petits commerçants ou de la moyenne bourgeoisie. Ils considèrent que les propositions des démocrates américains sont des solutions bolcheviques et dangereuses. Il s'agit d'un mouvement contestataire, individualiste et libertarien qui s'inscrit dans une tradition américaine, avec une vision fantasmée de l’unité américaine. 

Les législatives n'ont pas été favorables à la plupart des membres de la droite populaire. N’est-ce pas la marque d’un échec de votre mouvement ?

Thierry Mariani (Droite populaire) : Pas du tout. La majorité des députés de la droite populaire était dans des circonscriptions difficiles. En outre, les scores ont été serrés et il y a souvent eu des triangulaires. C’est plus l’implantation géographique de ces députés qui fait qu’ils ont eu moins de réussite que les autres. 

Vous dites que la gauche s’est en partie coupée du peuple, mais François Hollande vient de remporter la présidentielle et le PS a triomphé lors des législatives. Est-ce à dire que votre diagnostic est faux ?

Gaël Brustier (Gauche populaire) : Quand le taux d’abstention est à 44%, comme lors du second tour des législatives, la gauche l’emporte. Quand le peuple ne se déplace pas, c’est suffisant. Mais lorsqu’il se déplace, ça l’est moins…

 Propos recueillis par Aymeric Goetschy

NB : ces deux interviews ont été réalisées séparément.  

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 30/06/2012 - 09:41
union pour UN mouvement populaire
union pour UN mouvement populaire (ump). cet article UN est toujours etrange. UN, n'importe lequel tant qu'il est populaire ..... d'ailleurs Bertrand a tente de gommer le trait avec "LE mouvement populaire" mais la raison sociale reste avec le UN.
c'est un peu comme cette gentille association des amis de nicolas qui precise dans ses statuts qu'il s'agit d'un mouvement politique , tellement vrai que les dons peuvent etre faits sur formulaire recuperable precisant la deduction fiscale de 66% ..... surement pour aider les finances publiques apres le doublement du trou en dix ans....
jean-paul
- 29/06/2012 - 12:02
tous les deux sont des partis socialistes
tous les deux sont de gauche!
Ravidelacreche
- 29/06/2012 - 11:58
"dialectiser le populisme"
Lucidité argumentale
Dans toute discussion, il y a trois visions des choses : ta vision des choses, ma vision des choses, et la bonne vision des choses.