En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

03.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

04.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

05.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

06.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

07.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 42 min 3 sec
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 1 heure 49 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 4 heures 25 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 5 heures 32 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 7 heures 5 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 7 heures 33 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 16 heures 58 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 18 heures 13 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 1 jour 2 heures
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 1 heure 25 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 3 heures 34 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 5 heures 20 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 6 heures 40 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 7 heures 22 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 16 heures 29 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 17 heures 44 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 1 jour 2 heures
Infiltration

Les printemps arabes sont-ils en train de rebooster Al-Qaïda ?

Publié le 04 juillet 2012
Un an après la mort de Ben Laden, l'organisation terroriste al-Qaida sévit toujours. Avec à sa tête un nouveau chef, le docteur égyptien Ayman al-Zawahiri, ce réseau terroriste aurait tiré profit des régions instables des révoltes arabes pour se restructurer. (épisode 1/3)
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un an après la mort de Ben Laden, l'organisation terroriste al-Qaida sévit toujours. Avec à sa tête un nouveau chef, le docteur égyptien Ayman al-Zawahiri, ce réseau terroriste aurait tiré profit des régions instables des révoltes arabes pour se restructurer. (épisode 1/3)

Beaucoup d’observateurs se demandent où en est Al-Qaida après la mort de son leader Oussama Ben Laden tué le 2 mai 2011 à Abbottabad au Pakistan par des Seals américains. Il semble que l’organisation terroriste est, une fois encore en cours de restructuration. Une chose est certaine : elle n’est pas morte avec son chef. Si son importance dans la zone Afpak (Afghanistan-Pakistan) semble stagner voire diminuer, cette organisation, après une période d’incertitudes, jouerait désormais un rôle accru en Afrique et au Proche-orient profitant des troubles créés par les révolutions arabes. Si Al-Qaida ne les a pas initiées, l’organisation tente désormais de les accompagner de manière à se régénérer.

Le nouveau leader d’Al-Qaida, le docteur égyptien Ayman al-Zawahiri désigné officiellement le 16 juin 2011 est très différent de celle de Ben Laden. Cela laisse à penser que la stratégie d’Al-Qaida va évoluer, certes lentement car les moyens logistiques et humains du mouvement restent pour le moment les mêmes si l’on excepte les armes qui ont été récupérées en Libye. Autant Ben Laden était pieux, archaïque et replié sur lui-même, al-Zawahiri paraît être plus « moderne » et ouvert à l’international. Par contre, il est tout aussi vindicatif que son maître. En effet, il haït les Occidentaux en général et les Américains en particulier, surtout depuis que son épouse Azza Ahmed Nowari et trois de ses enfants aient été tués lors d’une frappe aérienne qui a eu lieu en Afghanistan en novembre 2001. Par contre, il n’a pas le charisme de Ben Laden, qualité qui était surtout le résultat d’une histoire personnelle réécrite pour devenir une « légende »(1).

Sous l’impulsion de son nouveau leader, la direction d’Al-Qaida pourrait être confiée majoritairement à des Egyptiens. En effet, déjà sous son influence, ces derniers occupaient la moitié des postes de responsabilité du mouvement alors que les activistes de base sont essentiellement saoudiens, irakiens, yéménites et maghrébins. La révolution égyptienne pourrait s’en trouver affectée dans l’avenir par effet de capillarité. Toutefois, ce n’est pas obligatoirement un point positif pour le mouvement. En effet, pour les sunnites extrémistes, les maghrébins et les Egyptiens ont moins d’aura que leurs frères saoudiens qui sont considérés comme le « must » du monde musulman pour des raisons historiques : ce sont en effet les descendants directs de Mahomet et de ses fidèles et ils vivent en terre sainte.

Al-Zawahiri qui sent bien que la situation est actuellement moins favorable pour Al-Qaida en zone Afpak devrait tenter de soutenir plus massivement les mouvements affiliés établis dans d’autres contrées. Toutefois, il commence à manquer cruellement de moyens financiers, les riches donateurs saoudiens et des pays du Golfe arabique qui soutenaient en sous-main Ben Laden n’ayant pas la même générosité à son égard. Cela est dû à deux facteurs : sa nationalité (c/f ci-avant) et le fait que certains ne croient plus en la politique du djihad mondial destinée à établir un émirat islamique mondial. En effet, en plus de dix ans d’action, Al-Qaida n’a pas réussi à progresser notablement alors que les révolutions arabes sont en train de parvenir relativement pacifiquement à établir des régimes salafistes en Afrique du Nord. Force est de constater que la « démocratisation » d’anciennes dictatures voulue par les Occidentaux leur a ouvert des voies royales. Cela permet en effet aux intégristes islamiques sunnites de parvenir, grâce aux élections « démocratiques », au pouvoir en Tunisie, en Egypte et dans une moindre mesure en Libye et au Maroc.

Al-Zawahiri qui a bien compris la nouvelle donne a - en plus de l’Egypte - l’intention d’infiltrer les « révolutions arabes » au Maghreb et en Syrie (voir le RAIDS nr.312 de mai 2012) afin d’infléchir leurs orientations vers des buts plus conformes avec ceux d’Al-Qaida. Le mouvement djihadiste n’a en effet que faire de « démocratisation » et de « libertés individuelles », slogans prônés par une grande partie des manifestants qui ont participé au « printemps arabe » et qui se retrouvent aujourd’hui dans la position de « dindons de la farce ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
walküre
- 02/07/2012 - 18:56
Pour toutes questions gênantes
s'adresser à BHL qui s'y connaît en matière de révolutions.