En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Si la chancelière semble lassée de cette crise, sa position n'a pas varié d'un iota.
Mémoire sélective
Mais quand l’Allemagne réussira-t-elle enfin à comprendre l’Histoire économique de ses années 30 ?
Publié le 28 juin 2012
Angela Merkel s'est rendue mercredi devant le Bundestag pour expliquer les positions qu'elle comptait défendre à Bruxelles. Si la chancelière semble lassée de cette crise, sa position n'a pas varié d'un iota. Croyant défendre ses intérêts, l'Allemagne joue en vérité 55 ans de construction européenne...
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Angela Merkel s'est rendue mercredi devant le Bundestag pour expliquer les positions qu'elle comptait défendre à Bruxelles. Si la chancelière semble lassée de cette crise, sa position n'a pas varié d'un iota. Croyant défendre ses intérêts, l'Allemagne joue en vérité 55 ans de construction européenne...

Maintenant que l’Allemagne dirige complètement l’Europe continentale, il va falloir qu’elle prenne ses responsabilités et qu’elle investisse dans la recherche économique.

Tout le monde parle du premier point, rares sont ceux qui évoquent le second alors qu’un leadership durable et productif devrait se fonder sur des idées et une vision d’ensemble. Pourtant, le niveau de compréhension des phénomènes économiques est très faible en Allemagne, du côté des décideurs comme du côté de la population, et cet élément n’est pas pour rien dans les difficultés actuelles de l’Europe. Il y a déjà le fait, symptomatique, qu’il n’y a pratiquement pas un seul allemand parmi les 200 ou 300 économistes académiques les plus souvent cités par leurs pairs sur cette planète. Si vous cherchez dans une bibliothèque universitaire un article ou un livre d’économie récent écrit par un Allemand, vous risquez de chercher longtemps.

Plus surprenant, l’histoire économique n’est pas du tout comprise par les Allemands, ou alors de façon sélective : ils redoutent ainsi encore l’hyperinflation de 1923, alors que c’est la déflation d'Heinrich Brüning de 1930-1932 (celle-là même que vivent les PIGS depuis trois ans) qui a amené Hitler au pouvoir.

Si les Allemands avaient un "Kulture" monétaire minimale, ils reconnaitraient qu’on ne peut pas demander à des pays dans l’ornière (des pays où la croissance nominale est négative, où le stock de dettes privées et publiques est important et où les taux d’intérêt sont placés au moins 700 points de base trop hauts) de faire des réformes structurelles substantielles et des restrictions budgétaires aussi massives que durables sans aucun lissage via la politique monétaire. Autrement dit, sans QE (quantitative easing = refinancement à long terme assurer par une banque centrale) programmé, sans ZIRP (zero interest rate policy = taux d'intérêt zéro), la politique consistant à fixer le taux directeur à 0% pour une longue période), sans dévaluation de l’euro surévalué.

Ils reconnaitraient que tous les cas historiques de grandes réformes réussies (comptes publics rétablis vite et bien, libéralisation des marchés) que l’on nous présente ad nauseam ont pour point commun d’avoir été rendus possibles politiquement et financièrement par des dévaluations massives (la Suède en 1994, la France en 1959). Ils reconnaitraient qu’à ce jour le programme d’achat d’actifs de la BCE (le SMP, 220 milliards depuis mai 2010, la seule mesure qui vient en aide aux PIGS) est un blague, d’une part parce que les sommes en jeu sont ridicules (moins de 100 milliards d’euros par ans, c’est ce que les Américains dépensent pour la nourriture de leurs animaux domestiques, mais après tout c’est l’opinion que les lecteurs du Bild ont des pays du "club med"). D’autre part, parce qu’il s’agit d’un QE de carnaval (le SMP est activé ou désactivé arbitrairement, au fil de l’eau et des pressions externes, il n’y a aucune programmation, donc aucun moyen de peser sur les anticipations des marchés comme dans un vrai QE).

Au passage, il serait bon que les Allemands se souviennent que nous avions payé (très stupidement, avouons-le, rien ne nous obligeait à nous comporter vis-à-vis de l’Allemagne comme un vulgaire currency board)) une partie de la note de la réunification ! Un million de chômeurs français en plus autour de 1993. Jean-Claude Trichet est par ailleurs très populaire en Allemagne.

Ils pourraient aussi se rappeler que le premier pays qui avait violé le pacte de stabilité, en toute impunité, en 2003, était… L’Allemagne ! Ils pourraient réaliser aussi que ce sont par exemple 500 milliards d’euros des structures de défaisance opaques (pour HR, West LB, etc) qui n’ont pas été intégrés dans les comptes publics allemands, de sorte que le plébiscite du marché obligataire en faveur de ce pays n’est en aucun cas un vote de confiance ou un label de virginité (les taux sont également très bas dans des pays forts et "vertueux" comme le Japon ou le Royaume-Uni).

 

 

En bref, plus important que la "loi fondamentale" : la maîtrise des fondamentaux de l’économie, et un peu de culture historique. Les Allemands qui se disent très orthodoxes devraient donc lire les penseurs orthodoxes purs et durs : Milton Friedman, Jacques Rueff, Irving Fisher. Milton Friedman était aux antipodes de la pensée Bundesbank (Banque fédérale allemande). Il détestait l’idée de banquiers centraux indépendants. Il combattait le concept d’inflation "par les coûts", agité lui-même par la BCE. Il invitait à se souvenir de la crise des années 1930, où l’inaction de la Fed (réserve fédérale américaine) expliquait 100% du drame.

Jacques Rueff (que l’on ne pourra pas accuser non plus de complaisance envers l’inflation !) est le grand artisan des deux grandes dévaluations françaises du XXe siècle, celle de 1928 et celle 1959. Dans les deux cas, l’esprit de réforme et de sacrifice avait pu souffler grâce à une détente monétaire significative. Irving Fisher avait forgé le concept de debt-deflation (déflation par la dette) et lui non plus ne recommandait pas un traitement "moral" ou "minimal" de la crise...

Juste une citation d'Irving Fisher :



“If even then our rulers should still have insisted on "leaving recovery to nature" and should still have refused to inflate in any way, should vainly have tried to balance the budget and discharge more government employees, to raise taxes, to float, or try to float, more loans, they would soon have ceased to be our rulers. For we would have insolvency of our national government itself, and probably some form of political revolution without waiting for the next legal election. If all this is true, it would be as silly and immoral to "let nature take her course" as for a physician to neglect a case of pneumonia. It would also be a libel on economic science, which has its therapeutics as truly as medical science.”

" Si nos dirigeants devaient encore insister sur 'la manière naturelle de sortir d'une dépression', et toujours se refuser à produire de l'inflation d'une quelconque manière que ce soit, essayant en vain d'équilibrer le budget et de congédier des employés du gouvernement, d'augmenter les impôts, de les laisser flotter, ou du moins d'essayer, de contracter davantage de prêts, ils cesseraient alors d'être nos dirigeants. Nous ne gagnerions que l'insolvabilibilté de notre gouvernement lui-même, et très certainement une révolution politique qui ne saurait attendre la prochaine élection légale. Si tout cela est vrai, il serait aussi stupide et immoral de laisser "faire la nature", que pour un médecin de négliger un cas de pneumonie. Ce serait également une diffamation pour la science économique qui a ses traitements, tout autant que la science médicale".

L’ouvrage qui comporte cette phrase date de 1933, l’année où l’Amérique a échappé à la barbarie grâce à une dévaluation de 60%. Et 1933, voilà qui ne manquera pas d’évoquer des souvenirs aux hypothétiques lecteurs allemands.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
03.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
04.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
05.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
06.
L’économie française, bouée de sauvetage de la zone euro ?
07.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Indignez-vous… en permanence ! Stéphane Hessel et Twitter ont-il étranglé la démocratie ?
06.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
geo151
- 29/06/2012 - 17:46
en somme nous allons nous
en somme nous allons nous endetter encore un peut plus et qui vas supporter ce poids ?
Vincennes
- 29/06/2012 - 09:22
C'est quoi cet article? cet "économiste" est comme Hollande
qui n'a pas compris qu'A.Merkel était la "pierre angulaire" de l'édifice
Europées et que Sarko a hérité du laxisme de Mitterand /Chirac pendant qu'A.Merkel se serrait la ceinture...... et il faudrait, maintenant, qu'elle fasse confiance sur "sa bonne mine" à m.petites blagues qui n'aime ni les riches, ni la finances mais compte sur les autres pour relancer la croissane, qui d'ailleurs était déjà dans le tub (quoiqu'il en dise)!! A.Merkel ne peut être réduite à un Agent payeur pour des mauvais élèves qui ne veulent pas commencer par se plier aux règles du jeu qui consiste à faire des efforts de structure et laisser les Eurocrates vérifier la sincérité des projets et des finances.
Mitja
- 29/06/2012 - 09:16
Grands économistes
Tout ce qui reste chez certains de nos "économistes" pour excuser 30 ans de laxisme en France, pas un seul budget équilibré, des réformes à contre courant (les retraites contre l'avis de Rocard à l'époque), c'est de critiquer l'Allemagne et dire que ses économistes sont nuls. Quelle chance ont les Allemands de ne pas avoir des économistes aussi intelligents que Mucherie, cela doit leur rapporter quelques points de PIB.