En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
Tous ensemble
Class action : Christiane Taubira réussira-t-elle là où Chirac et Sarkozy se sont cassés les dents ?
Publié le 23 juin 2012
La garde des Sceaux, Christiane Taubira a annoncé ce vendredi vouloir mettre en place les class actions. Cette procédure permet une défense groupée en justice. D'origine américaine, les class actions paraissent nécessaires aux droits du citoyen malgré l'opposition farouche du patronat et du Medef.
Jean-Marc Fedida est avocat au barreau de Paris. Egalement essayiste, il est l'auteur de Impasses de Grenelle : De la perversité écologiste (Editions Ramsay, 2008). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Fedida
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Fedida est avocat au barreau de Paris. Egalement essayiste, il est l'auteur de Impasses de Grenelle : De la perversité écologiste (Editions Ramsay, 2008). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La garde des Sceaux, Christiane Taubira a annoncé ce vendredi vouloir mettre en place les class actions. Cette procédure permet une défense groupée en justice. D'origine américaine, les class actions paraissent nécessaires aux droits du citoyen malgré l'opposition farouche du patronat et du Medef.

Atlantico : La garde des Sceaux, Christiane Taubira a annoncé vendredi son intention de permettre les actions groupées en justice, les class actions. De quoi s’agit-il ? Qu’est-ce que cela peut apporter au droit français ?

Jean Marc Fedida : La « Class action » fait de premier chef partie de l’arsenal juridique et judiciaire de protection du consommateur. Pourtant le droit de la consommation en France repose encore à ce jour sur le postulat arriéré que le respect du droit des consommateurs est le lot exclusif d’une part de l’Administration de l’Etat, en particulier de la Direction Générale de la Répression des Fraudes et d’autre part des associations de consommateurs. Quelle que soit leur utilité, il convient de reconnaître qu’il est pour le moins singulier de concevoir que la réparation du préjudice du consommateur français repose exclusivement sur l’action de l’Etat d’une part et sur celle d’autre part  d’associations qui en pratique ne peuvent poursuivent que l’indemnisation de leur préjudice propre distinct de celui de ceux qu’elles représentent. De sorte qu’à ce jour le préjudice du consommateur n’est le plus souvent jamais réparé et que ceux qui relèvent de la catégorie des « micro-préjudices » c’est à dire de ceux qui ne peuvent raisonnablement être réparés ensuite d’une lourde instance judiciaire. Ils demeurent donc dans une zone de totale impunité, ce qui est profondément choquant et inadmissible.

Il fallait réparer cet oubli et la proposition de la Garde des Sceaux est non seulement pertinente mais comble un vide judiciaire source d’insécurité pour le consommateur. Elle repose sur un mécanisme simple et redoutable ; une personne engage un contentieux et permet que s’agrège à son instance un nombre illimité d’autres plaignants ayant le même préjudice. Les modalités d’exercice diffèrent, mais l’économie générale est la suivante, il s’agit de mener un seul combat judiciaire dont le profit peut-être étendu à toute personne éligible à une indemnisation issu d’un dommage de même nature.

La « class-action» peut-elle s’insérer dans la philosophie du droit français ?

Il existe en effet de nombreuses de doctes objections de la part de nombreux puristes du droit processuel français. Des gardiens de musées ! L’objection la plus sérieuse tient au fait que la procédure civile anglo-saxonne repose sur un processus dit de « discovery », c’est à dire de recherche contradictoire des éléments de preuve dans un cadre encore aujourd’hui difficilement applicable en France.

Imaginez, que les Avocats français deviennent des enquêteurs pourvus de pouvoirs d’investigations tels que celui d’interroger le dirigeant d’une entreprise et de demander d’avoir accès à toute une documentation commerciale aujourd’hui parfaitement opaque. Mais pour que la réforme de la procédure civile permette à terme que les « class actions » à la française puisse connaître quelque chance d’aboutir, il faudra également franchir ce pas, savoir celui de donner les armes pour mener ces titanesques bagarres.

Jacques Chirac puis Nicolas Sarkozy avaient promis plusieurs fois d’adopter les class actions. Ce sujet a pourtant été enterré sous la pression du patronat et du Medef. Peut-on voir cette fois-ci un assouplissement ?

On marche sur la tête, ou plutôt à front renversé ! Le Medef a pris prétexte pour repousser cette réforme, qui constitue une avancée remarquable du droit de la consommation, le coût prévisible chiffré même à 16 milliard d’euros par an de ses conséquences pécuniaires pour les entreprises. C’est donc reconnaître que chaque année il y aurait autant de préjudice non réparé ! Drôle de défense !

La réalité est que cette réforme est nécessaire pour les droits des citoyens et qu’elle aurait en effet dû être adoptée depuis longtemps. Il s’agissait d’une réforme qu’appelle l’évolution de la consommation des services et des biens, pratiquée par nos voisins européens.

La mise en place des class actions à la française peut-elle être semblable à son aînée américaine ?

Il s’opère en réalité une confusion entre les buts que parvient à protéger cette voie judiciaire savoir,  le droit des consommateurs à voir réparer  individuellement les micro-préjudices de la vie quotidienne et la nature même de la voie judiciaire empruntée aux Etats-Unis pour y parvenir, savoir la « Class action ».

Aux Etats-Unis, il existe des « class action » pour toute catégories de procédures qui échappent totalement au droit de la consommation – en droit boursier notamment, s’agissant de la réparation des préjudices des actionnaires minoritaires. Nul ne peut dire si à ce stade, la « class action à la française » englobera un tel périmètre, ni même si c’est souhaitable.

Propos recueillis par Charles Rassaert

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Ne l’appelez plus Shinzo Abe mais Abe Shinzo
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
DEL
- 23/06/2012 - 13:23
Complices!
On est bien là dans l'arrogance dirigeante et patronale: je fais ce que je veux, sans foi ni loi car je gagne de l'argent, j'ai "le bras long", et donc j'en ai le droit. Ces gens-là estiment être au-dessus des lois. malheureusement, ils n'ont pas complètement tort, puisque les politiques jouent, eux aussi, à ce jeu et sont donc les complices de fait: donne moi tes sous et je te protègerai. Cela s'appelle la démocratie "à la française", et c'est triste....
LeditGaga
- 23/06/2012 - 11:56
Ah les avocats et le français !
C'est parce qu'ils se sont cassé (sans "s") les dents qu'ils se sont cassés (et là il faut en mettre un !)... Monsieur Fedida serait-il un ancien locataire de "secret story" ?
carredas
- 23/06/2012 - 11:36
C'est un avocat...
qui défend l'idée de donner aux avocats le droit et les moyens de mener des investigations auprès des entreprises... normal !
Reste à savoir si le moment est bien choisi pour mettre en place une procédure coûteuse qui a pour (noble) but de défendre les consommateurs et pour conséquence de faire payer des entreprises fautives.