En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
Refonte
Pour sortir de la crise, la France doit engager une réforme profonde de ses institutions
Publié le 24 juin 2012
Tous les problèmes de la France sont liés. Gérard Dussillol affirme que si la croissance est la seule solution, la France doit préalablement passer par une grande réforme institutionnelle. Extraits de "La crise enfin !" (2/2).
Gérard Dussillol a fait carrière dans le monde de la finance en France et à l'international, d'abord chez Paribas puis au sein du groupe Goldman Sachs.Il fonde ensuite sa propre société financière. Il est aujourd'hui conseil de plusieurs sociétés d...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Dussillol
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Dussillol a fait carrière dans le monde de la finance en France et à l'international, d'abord chez Paribas puis au sein du groupe Goldman Sachs.Il fonde ensuite sa propre société financière. Il est aujourd'hui conseil de plusieurs sociétés d...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tous les problèmes de la France sont liés. Gérard Dussillol affirme que si la croissance est la seule solution, la France doit préalablement passer par une grande réforme institutionnelle. Extraits de "La crise enfin !" (2/2).

Cela fait plus de trente ans qu’on parle sans succès de réforme de l’appareil d’État. Et rien ne pourra se faire si ce n’est dans le prolongement d’une réforme institutionnelle. Celle-ci, en effet, passe par un référendum portant sur la réforme des institutions, des collectivités territoriales et les mesures de gouvernance ci-dessus ; le fil directeur en est l’amélioration de la gouvernance politique et publique. Un tel référendum ne va pas en lui-même résoudre les problèmes de fonctionnement de notre appareil d’État, mais va permettre de préparer la réforme et lui donner une cohérence. Enfin, une fois voté, c’est conférer à ladite réforme une assise et une force incontournables ; débats et discussions auxquels un tel référendum va donner lieu permettront de brasser les idées et travailler le corps social par-delà les corps intermédiaires. C’est un travail préalable indispensable.

C’est en fait la création d’une légitimité et d’une dynamique puissantes, nécessaires pour mettre en place l’étape de la réduction des inefficiences et du coût de notre service public. N’est-ce pas le moyen utilisé par De Gaulle en 1958 pour mettre fin aux blocages inextricables nés de la guerre d’Algérie et régénérer la vie publique du pays ?

C’est en rebattant les cartes qu’on se donne les moyens de faire bouger les choses en profondeur. Une réforme institutionnelle apparaît comme le plus puissant levier pour se donner les moyens d’une transformation en profondeur de l’appareil d’État et de la société française.

Les Français attendaient cette pédagogie [de la crise]. Ils ne l’ont pas eue. Et même si la page électorale est tournée, peut-on considérer pour autant … qu’ils ne l’attendent plus ? Peut-on croire que leurs inquiétudes se soient évanouies après les choix qu’ils viennent d’opérer ? Tout reste à faire : la réalité reste ce qu’elle est, ne manquant pas de nous rattraper. Il ne faut pas pour autant s’abandonner au pessimisme. On l’a vu, nos problèmes de dette et de chômage ont la même origine. Ils sont intimement liés, et seule la croissance permet de les résoudre : la résorption de la dette passe par un retour à la croissance, tout comme la sortie du sur-chômage, avec tout ce qu’il génère de vraies injustices sociales, clivages, tensions et coûts, au sein de notre société.

Alors oui, il faudra du temps avant de voir les indicateurs macro-économiques se redresser et percevoir des améliorations dans la vie quotidienne. Les marchés pourraient-ils nous laisser ce temps ? Oui, s’ils ont confiance. Maîtriser une dette de cette ampleur est une tâche longue et difficile ; il faut les rassurer, cette fois sur notre capacité à tenir fermement nos engagements. Une forte cohésion nationale en est le gage le plus fort, car elle permet des réformes plus audacieuses et renforce leur crédibilité.

Le discours capable d’assurer une telle cohésion revêt alors un caractère hautement stratégique : la seule perspective de voir les nuages se dissiper peut faire revenir très vite la confiance des marchés, de nos partenaires européens, des acteurs économiques et des Français. Et cette confiance retrouvée est la clef pour amorcer le retour de la croissance.

Aurait-on vécu enfin de telles tensions, si nous, Français, avions pris et annoncé la décision de réformes structurelles et rassuré tout de suite nos créanciers et l’Allemagne ?

France et Allemagne forment la clé de voûte du système européen : si l’un des partenaires s’affaiblit trop, tout l’édifice est menacé. L'Allemagne n’a ni le désir, ni surtout la capacité de porter l’Europe seule. [Or notre] sous-performance se traduit par un décro­chage grandissant avec notre principal partenaire économique.

Deux traditions, deux histoires, deux cultures demeurent face à face avec une Allemagne, cette fois, en position de force face à une France ayant perdu beaucoup de sa crédibilité et de ses leviers sur elle. [Les Allemands] essayent aujourd’hui de colmater cette faille par un nouveau traité, mais toutes les réglementations du monde ont une limite si la volonté n’est pas là. Elle n’y est toujours pas de notre côté. Donc, si nous ne bougeons pas, le système n’est pas viable : on n’échappera pas à une nouvelle crise. La clef est chez nous.

_____________________________________

Extrait de La crise enfin, Xenia (25 mai 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Reconstruction de Notre Dame : Emmanuel Macron prend-il le risque du « too much » ?
04.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
05.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
06.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
07.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
03.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
quesako
- 25/06/2012 - 00:42
Plouf! Plouf! On le sait mais on ne le fera pas !
Même Sarkozy n'a fait que l'efleurer, et on voit le résultat ne serait ce que sur la justice !!!
Pour le socialo-communiste Hollande c'est comme si vous demandiez à un fondamentaliste de manger du porc !
DEL
- 24/06/2012 - 16:36
Quelle réforme?
Ce monsieur se garde bien de dire ce qu'il envisage de faire. cet article ne sert à rien.
Cap2006
- 24/06/2012 - 14:29
j'avais oublié ce sujet là.... 3° reférendum ;-)))
Supprimer les 2/3 des mairies, les départements et 1/3 des régions, cela ne va pas être facile.....
D'autant qu'il faudra dégraisser le mamouth parisien de moitié.....